Interprétation-médiation V: la TIMS vécue comme expérience métisse

Métis-sagesFace aux faiblesses de l’interculturel et aux dangers d’un monde seulement multiculturel[1]la pensée du seuil implicite aux « espaces entre » que j’ai décrits dans le billet précédent aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Je ne dis rien de nouveau si je dis que les différences culturelles ont toujours été vouées à se rencontrer les unes entre les autres soit pour accueillir la différence, la traduire en l’interprétant correctement, soit pour l’atténuer ou tout simplement l’effacer dans un processus d’intégration, d’uniformisation et d’assimilation accélérées. L’acte de traduire et interpréter entre les cultures est un enjeu vital qui, se définissant avant tout comme un accueil de la différence, offre une alternative aux notions dépassées d’interculturalité et de multiculturalité, où tout est négociation pour intégrer l’étranger en lui ôtant toute marque d’étrangeté et l’accepter s’il a perdu toute marque d’altérité (Cf. Laplantine et Nouss, 1997 : 39).

Or la traduction et l’interprétation sont toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, surtout en milieu social, car leur rôle est de

«Le métissage». Un exposé pour comprendre. Un essai pour réfléchir rappeler qu’il est possible de dire le monde d’une autre façon, avec un autre accent, d’autres couleurs. Faire entendre dans sa propre langue, la langue autre, y faire entrer de l’étrangeté qui enrichira les possibilités de l’expression et de l’identité du sujet. […] La traduction est dialogue entre les langues. Or il en va du dialogue comme de la rencontre et du voyage : sa valeur tient dans la distance parcourue. (Laplantine et Nouss, 1997 : 41)

« La représentation de “ l’autre ” de façon acceptable » (Asgarally, 2005 :10) ne peut être possible que grâce à l’opération transculturelle de la traduction et de l’interprétation, où le préfixe « trans » suggère l’idée d’une acceptation à se transformer dans une fécondation réciproque qui, déterritorialisant en permanence thèmes et sujets, déplace les frontières langagières et culturelles pour former des identités métisses composites, c’est-à-dire, double, triple ou quadruple. La logique du traduire est « l’élément tiers » qui rend possible une théorie des « branchements culturels » (Cf. Amselle, 2001) dans un devenir métis. Par conséquent, il est évident que pour le Groupe T&P, la mise en œuvre éthique et politique de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) implique une réalisation pratique de la logique du devenir métis. La traduction étant considérée comme un métissage de cultures, les travaux de recherche que nous mettons en œuvre dans la ligne de recherche Migration et traduction du Groupe de Recherche T&P, nous permettent d’affirmer que la meilleure politique de migration devrait tenir compte de la notion de métissage dans les études de traduction et d’interprétation, car le métissage est, avant tout, un état de culture traductive et interprétative, un univers mental lié aux choix faits dans les familles ou les milieux qui vivent l’expérience de la migration (émigration et immigration) et du voyage. N’oublions pas que la population des plus grandes et plus vieilles civilisations est née et s’est développée d’un métissage de peuples autochtones et de gens venus d’ailleurs. Ces différents « groupes ethniques » ne sont pas du tout définis par des caractères raciaux transmis par le sang comme certains extrémistes et de droite et de gauche veulent nous faire croire, mais par des langues, des us et coutumes, des valeurs religieuses constituant un ensemble de sentiments et de souvenirs vécus et liés à des histoires personnelles et familiales. Des expériences vécues par des personnes étrangères qui, à maintes reprises, font recours à la TIMS pour se communiquer au jour le jour et faire valoir leurs droits en milieu social. Car sans le recours à un traducteur ou un interprète, il est très difficile pour les personnes étrangères allophones de communiquer au quotidien dans les services publics d’éducation, de santé et de justice fournis par le pays qui les accueille. La traduction et l’interprétation conçues ainsi comme métissages de cultures aident à comprendre que cette « ethnicité » est faite de mémoire, d’histoire, de systèmes de valeurs symboliques, qu’elle est multiple, et qu’elle est vouée, comme la traduction, à un changement constant… à un devenir métis.

C’est une nouvelle manière de concevoir l’identité, de transcender le multiculturalisme, de promouvoir le véritable échange entre les influences, de penser et de reformuler les expériences historiques, de refuser la thèse du « choc des civilisations » de désamorcer la « guerre des langues », d’analyser les relations entre la culture, l’information et la communication à l’heure de la mondialisation, de construire des passerelles entre les littératures du monde, de former et de développer la pensée critique grâce à l’apport de la philosophie, d’explorer la dimension culturelle et non cultuelle des religieux. (Asgarally, 2005 : 9)

La pratique professionnelle de la TIMS constitue un moyen privilégié d’instaurer entre deux cultures, entre deux individus, un espace et un temps de « dialogue à trois » transculturel. Mais il faut absolument rappeler aux dirigeants et responsables de tous les services publics (santé, éducation et justice) que sans la pratique quotidienne des traducteurs et des interprètes, aucune culture ne peut dialoguer avec une autre. Étant des pensées du lien, de la relation et de la transformation, la traduction et l’interprétation sont surtout des pratiques professionnelles métisses (c’est-à-dire, à la fois métissées et métissantes) et, par conséquent, elle sont bien plus des opérations transculturelles que des procédures interculturelles ou des modalités multiculturelles (Cf. Nouss, 2005 : 43).

Lorsque je traduis, je traduis autant l’autre en moi que je me traduis en l’autre, trouvant par ce contact, cette exposition, cette « épreuve à l’étranger », des ressources langagières, des modes de pensée et d’expression qui y étaient latents et que je réactive. J’accueille l’étranger qui se réfugie dans ma langue mais aussi je me réfugie dans la sienne. (Laplantine et Nouss, 2001 : 563. Les caractères gras sont à moi)

La TIMS peut être considérée comme un métissage de cultures à condition de prendre la notion de « métissage » dans le sens que lui ont donné François Laplantine et Alexis Nouss (1997 et 2001), c’est-à-dire, à condition de ne jamais confondre le métissage avec des notions telles que « mélange » ou « hybridité ». Ne faisant jamais référence ni à une condition ni à un état, le métissage désigne toujours en TIMS un processus. Le professionnel de la TIMS, vivant entre deux langues et deux cultures, sait que le sujet contemporain est flux identitaire, construction permanente soumise à la multiplicité de ses diverses identités. Si, comme l’a si bien dit Alexis Nouss « le métissage c’est le même et l’autre », ce « et » du métissage trouve sa manifestation langagière dans le quotidien de la TIMS (Cf. Nouss, 2009). Traduire et interpréter une langue dans une autre, c’est avoir l’idée qu’il n’y a pas une langue supérieure et une langue inférieure, une langue première et une langue seconde. L’horizon dans lequel on se situe quand on pratique la TIMS nous permet précisément le passage d’une langue dans une autre, d’un texte dans un autre, d’un discours dans un autre, d’une culture dans une autre, sans viser à aboutir à se stabiliser dans une identité déterminée. La pratique professionnelle la TIMS vécue comme expérience métisse n’a rien à voir avec le respect des origines et des différences : c’est affirmer que les origines sont indifférentes. La TIMS vécue comme expérience métisse nous fait voir que toute rencontre n’est jamais un processus de fusion des identités et des cultures ; au contraire, elle se situe au lieu de leur confusion. La TIMS vécue comme expérience métisse c’est la perte de l’identité. Quand un interprète « traduit » en milieu social, on abandonne ce que l’on est pour devenir ce que l’on ne sait pas encore ce que l’on va devenir car la traduction et l’interprétation métissent toujours les cultures !  Et cela vaut pour les 3 personnes qui interviennent dans toutes les prestations de TIMS. Vivant et faisant vivre tous les jours l’expérience des seuils, les traducteurs-interprètes démontrent dans chaque prestation que l’on ne traduit pas pour rechercher son identité mais pour la perdre tout en retrouvant une autre. C’est l’enrichissement de la rencontre !

 

Références bibliographiques :

Amselle, Jean-Loup  (2001) Branchements, anthropologie de l’universalité des cultures, Paris : Flammarion.

Asgarally, Issa  (2005) L’interculturel ou la guerre, Port-Louis (Maurice) : Presses du MSM.

Laplantine, François et Alexis Nouss (1997) Le métissage. Un exposé pour comprendre. Un essai pour réfléchir, Paris : Flammarion, coll. Dominos, n.º 145. Une réédition a été publiée en 2008 chez Téraèdre.

Laplantine, François et Alexis Nouss (2001) Métissages. De Arcimboldo à Zombi, Paris : Fayard/Pauvert.

Nouss, Alexis (2005) Plaidoyer pour une monde métis, Paris : Textuel.

Nouss, Alexis (2009) « Métissage et traduction » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quatrième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 27 novembre 2009,  consulté le 22 juillet 2013.

Nouss, Alexis (2011) « Multilinguisme et traduction en Europe » dans Yuste Frías, J. [dir.] Vingt-deuxième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 7 juin 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


[1] « Un regard philosophique notera d’emblée une divergence conceptuelle entre les préfixes trans et multi qui invite à la prudence quant à leur juxtaposition. Trans suggère un passage, un mouvement, la possibilité de rencontres et d’enrichissements mutuels tandis que multi ne sert qu’à signaler une réalité, en l’occurrence une situation de diversité, celle que l’Europe de Bruxelles s’applique à toujours revendiquer pour elle-même. » (Nouss, 2011 : en ligne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *