Interprétation-médiation VI: les faux seuils de la TIMSS

faux-seuilNous voilà au 6.e billet de cette série consacrée à la pratique professionnelle de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). On a pu y remarquer que si la traduction et l’interprétation sont toujours des activités essentiellement humaines, traduire et interpréter pour les migrants sont les activités les plus « humanisées » parce qu’on y traite les thèmes les plus importants de la vie humaine : la santé (la naissance, la souffrance, la maladie, la mort), l’éducation et la justice.

Tout le monde connaît que la mise en scène de toute interprétation-médiation compte toujours 3 acteurs :

  • D’un côté, le professionnel des services publics (fonctionnaire, médecin, assistant social, juge, procureur, notaire, etc.) qui détient l’information, le savoir, l’autorité et, par conséquent, le pouvoir.
  • De l’autre, une personne migrante allophone en situation de demande qui non seulement ne maîtrise pas la langue ou les particularités administratives du pays, mais, qui plus est, peut se trouver en situation de détresse ou fragilisée par la maladie, l’absence de statut ou, tout simplement, le manque de ressources.
  • Au milieu de ces deux parties hiérarchiquement différentes, le professionnel de la TIMS qui se trouve dans des situations communicatives très loin d’être confortables pour lui.

Le vouloir vivre ensemble se joue toujours dans la différence que les traducteurs et interprètes présents doivent traduire et interpréter. La non présence de l’interprète en aval ou du traducteur en amont implique, inéluctablement, l’indifférence, l’indifférenciation ou le choc des cultures. Pour illustrer l’importance essentielle de la présence physique et de la place que doivent occuper les pros de la TIMS dans ce « dialogue à trois » que je viens de décrire très sommairement, je me suis penché sur les situations de communication où la santé (la vie) de la personne migrante est à traduire et à interpréter. Lors d’une médiation linguistique et culturelle dans le domaine sanitaire, le recours à l’image mise en usage dans des pictogrammes soi-disant universels, par exemple, n’est que la pointe de l’iceberg des fausses politiques de Traduction et d’Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS) menées par des institutions et des multinationales qui ne font que provoquer de très graves malentendus. En supprimant la présence physique du traducteur-interprète dans les espaces de médiation sanitaires, les services publics et les entreprises vivent ainsi dans l’illusion de communication entre la personne migrante, d’une part, et le professionnel du milieu social, de l’autre. Il faut changer les mentalités des entreprises qui ne pensent qu’aux bénéfices économiques. Il faut démontrer aux administrations publiques qu’il n’existe aucune épargne lorsque l’on ne fait pas appel aux professionnels de la TIMSS. En effet, en santé, avec l’aide de traducteurs et d’interprètes compétents, le diagnostic est amélioré, le pronostic est plus exact et, au bout du compte, les dépenses en soins de santé sont réduites.

Voyons maintenant comment peut-on appauvrir énormément les rencontres dans les pratiques de TIMSS qui ne tiennent pas du tout compte de la pensée du seuil car on continue, encore et toujours, à penser que la traduction n’est que pont et passage, pur transfert d’un matériau linguistique. Les exemples réels que je vais analyser dans les billets qui vont suivre à celui-ci sont tous empruntés du domaine de la Santé. Ce sont des exemples de faux seuils de la TIMSSle traduire n’est pensé que comme simple transfert de données linguistique, comme pur passage d’un pont inexistant. La compilation que j’ai faite provient d’une observation minutieuse de quelques petits détails paratraductifs à proprement parler qui sont mis en place de manière spontanée soit par des entreprises internationales soit par des institutions publiques offrant les services d’un Interprète en Milieu Social (IMS) au professionnalisme trop douteux. J’ai pu constaté qu’il existe quatre types d’IMS dans le domaine de la TIMSS qui mérite notre attention car, dans les quatre types, le patient risque dangereusement sa vie. Voici l’énumération de mes quatre cas d’études :

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *