Interprétation-médiation VIII: l’interprète «invisible»

Suisse-Interpretariat-Phone_01Communiquer par téléphone est-ce la même chose qu’interpréter au téléphone ? Peut-on placer au même niveau commander une pizza par téléphone et avoir un malade migrant allophone au téléphone ? Être en communication téléphonique n’implique pas toujours être en liaison ! Or, l’Interprète en Milieu Social (IMS), et surtout l’Interprète en Milieu de Soins de Santé (IMSS), est là pour créer toujours des liens… pas pour « papoter ». La « familiarité », la « légèreté » et surtout la « frivolité » au téléphone ne sont jamais l’affaire d’un professionnel de la Traduction et Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS).

Savoir écouter les mots d’un malade pour interpréter ses maux n’est pas la même chose qu’entendre les mots que l’on comprend sans aucun effort. On ne peut pas nier le grand rôle que joue l’IMSS au téléphone dans des situations de détresse où l’état de besoin, de nécessité ou de danger ne saurait se prolonger sans compromettre gravement la santé de l’individu allophone qui, à l’autre bout du téléphone, ne peut pas expliquer sa souffrance au docteur car il ne parle pas la même langue que lui. Voilà pourquoi nous devons nous féliciter des initiatives comme celle du Service national d’interprétariat téléphonique (SIT) mis en place par la Confédération suisse. Un service d’interprétation téléphonique disponible dans toute la Suisse 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Mais si on regarde de plus près le court métrage présentant le SIT, quelques réflexions s’imposent sur ce faux seuil de la TIMSS.

Tout acte de communication est pris dans un hic et nunc (« ici et maintenant ») où se place l’énonciateur qui prononce un énoncé unique car il est porté par un souffle, une voix et une respiration uniques. Un pro de la TIMSS est quelqu’un de très fort en phonétique et phonologique et de sa langue A et de sa langue B, car, quand il parle, il doit être capable de traduire la coloration, la tonalité et le rythme de l’énoncé des langues qu’il écoute. L’IMS est le professionnel qui, rien qu’à l’écoute, interprète le sens du paraverbal sachant traduire, en permanence, tout ce qui est situé à la limite du caché, du non-dit, de l’indicible, voire de l’ineffable.

Tout l’enjeu de l’interprétation téléphonique se joue dans la saisie du sens transmis par le paraverbal car le verbal ne prend du sens que grâce au paraverbal. Le ton, le timbre, l’intensité, la résonance, les pauses, les silences et les différentes vocalisations de la voix transmettent du sens. Chez un interprète sans compétences phonétiques et phonologiques, le téléphone lui pleure… et les mots meurent dans l’écouteur. Par conséquent, il est clair, évident et inéluctable que la phonétique et la phonologie des langues A et B devraient toujours faire partie d’un plan d’études de qualité dans la formation au paraverbal des futurs professionnels de la traduction et de l’interprétation.

Rappelons que le paraverbal n’est pas seulement présent dans l’interprétation de tout énoncé prononcé, il peut jouer aussi dans la traduction des textes écrits aussi bien littéraires que non littéraires, voire médicaux et paramédicaux en l’occurence. La Capsule T&P de Christiane Nord a bel et bien montré que le paraverbal peut se manifester de diverses manières dans un texte écrit, que sa présence peut parfois entraîner des problèmes, et que les traducteurs trouvent des solutions plus ou moins réussies pour les résoudre. Traduire le paraverbal sait savoir trouver le cornac (le paratexte) qui guide l’éléphant (le texte).

Mais un traducteur-interprète n’est pas seulement la voix de l’autre : il en est aussi le corps. Dans un acte de communication, la parole est accompagnée non seulement d’éléments de nature paraverbale  mais aussi d’éléments de nature non-verbale. Dans la communication non-verbale mise en œuvre dans une interprétation en milieu de soins de santé j’inclus tout ce qui n’étant ni verbal ni paraverbal dirige le sens de l’interprétation des mots prononcés par les sujets parlants : l’aspect extérieur des interlocuteurs (formation physique, silhouette, vêtement) ; les comportements de leur relation à l’espace (rapprochements, prises de distance, contact corporel, parfum, orientation dans l’espace) ; les mouvements de leur corps (comportements cinétiques mis en place par les gestes réalisés avec le tronc, les membres et la tête) ; leurs expressions faciales (mimiques du visage) ; leurs regards (voilés ou pas, avec ou sans contact visuel).

Phone_InterpreterOr, tous ces éléments de communication non-verbale ne peuvent pas être vus par téléphone. Si lors d’une TIMSS, le silence de l’interlocuteur allophone est accompagné ou pas d’un détournement du regard ou de la tête indiquant qu’il désire finir ou interrompre la communication, l’IMS au téléphone ne pourra jamais interpréter ces gestes-là car il n’est pas présent dans la salle pour en saisir le sens. Dans certaines cultures orientales le sujet parlant peut utiliser de très longues pauses comme signe de réflexion et de sagesse. Le silence devenant ainsi, dans la culture orientale, un indicateur d’harmonie et de confiance entre les partenaires, peut être incorrectement interprété par l’interlocuteur de la culture occidentale comme une menace pour la suite de la conversation si l’interprète n’est pas présent pour mieux traduire le sens de ce type de silence. Un interprète qui (que l’on) entend/écoute mais qui (que l’on) ne voit/regarde pas, suppose une énorme perte de sens dans les différents procédés de communication non-verbale mis en place lors de toute rencontre. Tout le sens transmis par l’expérience du seuil vécue quand on est présent et quand on peut voir les différents éléments de la communication non-verbale du corps humain, ne peut pas être saisi par téléphone. C’est un fait, dans l’interprétation téléphonique, l’interprète devient invisible car il n’a aucun contact visible avec la situation de médiation. Il peut même avoir trois espaces différents pour chacun des trois interlocuteurs.

Pour finir ce billet, je dirai que l’on peut quand même admettre qu’il existe certains avantages dans l’interprétation téléphonique mais les très graves inconvénients que l’on y trouve rendent impossible l’expérience du seuil, toujours indispensable pour une TIMSS correcte et professionnelle. Voici les avantages et les inconvénients de l’interprète (« invisible ») au téléphone :

Avantages:Suisse-Interpretariat-Phone_02

  • Disponibilité totale : la connexion est possible 24h sur 24 les 365 jours de l’année, ce qui est gain à retenir pour tous les cas d’urgence.
  • Coût : pas cher du tout car on évite le déplacement de l’interprète
  • Plus de langues disponibles rien qu’en appuyant sur une touche du téléphone.
  • Flexibilité des horaires et de la localisation de l’interprète
  • L’invisibilité de l’interprète peut aider le patient à avoir une fausse sensation d’impartialité et de confidentialité.

Inconvénients :

  • Invisibilité de l’interprète : même si on est le meilleur interprète du monde, le paraverbal que l’on peut saisir au téléphone n’est pas du tout suffisant pour saisir tout le déroulement de la communication non-verbale qui est en train de se dérouler dans un ailleurs que l’on ne peut pas voir.
  • Mauvaise acoustique, connexion et équipements : même si maintenant on utilise le portable plus que le fixe, il faut toujours vérifier l’acoustique de la salle ou de la chambre de l’hôpital. Et si on continue à utiliser un téléphone fixe, il faudra vérifier que le câble soit suffisamment long pour que l’auriculaire puisse être utilisé par un patient qui, par exemple, se trouve à dix mètres de la prise de téléphone la plus proche.
  • La qualité du son et la stabilité de la liaison téléphonique sont trop souvent insuffisantes. Or, pour traduire le paraverbal, il faut toujours que le son soit clair et sans friture afin d’accomplir la norme ISO relative aux gammes de fréquence, ce qui n’est pas souvent le cas.
  • Manque de blocage du canal de retour du son : un pro de la TIMSS ne doit pas entendre sa propre voix dans ses écouteurs avec micro intégré

 

Références bibliographiques :

Nord, Christiane  (2011) «¿Cómo te sientes, Alicia? El comportamiento paraverbal de los personajes ficticios en la traducción literaria», dans Yuste Frías, J. [dir.] Dix-neuvième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 11 juin 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2013a) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2013b) «La paratraducción de lo paraverbal o cuando el elefante lleva cornaca», texte édité dans la présentation de la Dix-neuvième capsule T&P, Vigo: UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *