Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » I

L'image du pouce levé à la page 9 de l'album « Astérix en Hispanie »

L’image du pouce levé à la page 9 de l’album « Astérix en Hispanie » 
 

L’image n’étant par définition qu’une symbolisation imagée, comment (para)traduire la symbolique française et francophone que l’on peut très bien interpréter dans une image fixe placée, sans aucun accompagnement verbal, dans la dernière case de la page 11 d’Astérix en Hispanie ?

Nous sommes plutôt que « face à », « dans » une case sans texte où l’image se suffit à elle-même. Une image qui n’a jamais été (para)traduite dans aucune langue. À quoi bon ? On dû penser les traducteurs et les éditeurs des albums d’Astérix qui ne sont restés que devant l’image sans y rentrer dedans. Or cette image n’est pas universelle car le geste qu’elle représente, malgré toutes les apparences, est un geste qui appartient à une symbolique manuelle essentiellement française et, surtout, francophone car, ne l’oublions pas, nous sommes à la page 11 d’Astérix en Hispanie. Voici le contexte[1] de l’image dessinée par Uderzo et publiée dans l’album sans aucun texte de Goscinny. Ce geste vient à la fin d’une petite histoire qui a commencé deux pages en arrière : à la page 9.Asterix_page_09 C’est là où apparaît pour la première fois le légionnaire romain qui fera le geste du pouce levé à la page 11. C’est à la page 10 où le lecteur constate qu’il s’agit d’un légionnaire pas comme les autres. Un peu trop naïf et enfantin, il est le seul à suivre le jeu du petit ibère qu’ils escortent : le fils de Soupalognon y Crouton veut être le gentil qui essaie d’échapper aux méchants qui veulent le faire prisonnier. Asterix_page_10Le légionnaire se fâche quand le petit ibère distribue les rôles du jeu (« Alors, nous, on a toujours le mauvais rôle ? ») ; il s’accoude quand même à l’arbre pour commencer à compter jusqu’à cent avant d’aller chercher le petit (« I, II, III, IV… ») et après être arrivé à 67 dans son comptage à lui tout seul il réplique à son chef qui vient de le traiter d’imbécile : « Mais puisque ça ne vaut pas ! ».

Le légionnaire qui suit le jeu imposé par le petit ibère

Le légionnaire qui suit le jeu imposé par le petit ibère 
 
 

Le « jeu » se voit interrompu à la page 11 par la bagarre que gagnent, absolument, Astérix et Obélix, comme toujours.Asterix_page_11 C’est après la bagarre que notre légionnaire, une fois tombé par terre et complètement assommé, fait le geste du pouce levé en agitant son bras ver le haut. Cette image du pouce levé est-elle vraiment universelle ?

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

YUSTE FRÍAS, José (2009) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.


[1] À propos de l’importance du contexte de toute image, veuillez voir et écouter ce qui fut dit à partir de la 30e minute de mon intervention dans le débat qui eut lieu après la 4e conférence de la Première Partie du IIe Colloque International de Vigo sur la Paratraduction.


32 réflexions au sujet de « Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » I »

  1. On peut constater dans ce petit article qu’il y a un manque de paratraduction à la page 11 d’Astérix en Hispanie. Le geste du pouce levé n’est pas universel pour toutes les cultures du monde, alors il faut faire vraiment attention aux plusieurs significations que ce geste peut avoir et évidement changer ce geste par un autre.

  2. La paratraduction étant un élément majeur du travail du traducteur, il semble légitime de se demander si l’image du pouce levé est universelle. Les autres articles traitant ce même sujet nous permettent de constater que : bien que le symbolisme du pouce levé soit universel, la symbolique utilisée dans cette case de bande dessinée est majoritairement française ; elle correspond au signe « pause » lors d’un jeu pour enfant comme celui proposé par Pépé. Néanmoins c’est une symbolique française, alors que dans un autre pays ce signe peut être injurieux. De plus, l’interprétation qu’en fait un lecteur quelconque est erronée car il pense à une analogie avec les gladiateurs. Et, bien que la symbolique soit différente de celle initialement choisie, c’est cette erreur qui permet, à travers une symbolique historique et universellement connue, de saisir le message « Pause », « Assez », que le dessinateur désirait faire passer.
    Malgré tout, l’interprétation n’est pas correcte, car le véritable message, dans son intégralité, n’a pas été compris. L’image du pouce levé n’est donc pas universelle.

  3. Cette question est très intéressante pour tous les traducteurs parce que lorsqu’on traduit on doit savoir qui est notre destinataire parce que l’image dans le texte peut être différente selon la culture Nous devons lire, interpréter et traduire l’image présente dans tous les textes parce que dans ce cas ce symbole n’est pas universel et peut être offensif dans d’autres cultures.

  4. Je pense que tout texte il faut le traduire toujours avec son péritexte, ça fait partie de la traduction. Pour bien traduire les péritextes, il faut connaître les aspects culturels, sociaux et historiques de la langue de départ et d’arrivée. Le texte final doit avoir l’essence de la langue ainsi que la culture, sinon le message n’est pas compris ou bien sa connotation reste toujours ambiguë. Dans ce cas-là, on doit traduire l’image du pouce levé, car ce geste n’est pas forcement universel. Ça dépend du pays et la signification du geste.

  5. Dans ce petit article, on voit clairement que la plupart des traducteurs et traductrices ne traduisent que le texte, sans aucune réflexion à propos de l’image. Ils laissent l’image telle qu’elle est comme si elle était vraiment quelque chose que tout le monde interprétera de la même façon. Cela est une grave erreur, et, à mon avis, un manque de professionnalisme.

  6. Comme on peut voir dans cet exemple en « Astérix en Hispanie », la paratraduction est très importante dans toutes les traductions qu´on fait entre différentes cultures car il y a toujours des gestes et des symboles que, même si on croit qu´ils sont universels, parfois dans la culture d´arrivée ils ont une autre signification. Dans ce cas, le geste du pouce levé a beaucoup d´interprétations selon la culture à laquelle est dirigé. Si on ne traduit pas ce geste, pour une personne née en Brésil ce geste pourrait signifier « merci », pour un Finlandais le geste sera interprété comme « magnifique » ou par exemple, pour un Saoudien le geste sera considéré comme une insulte très grave. Donc, si on doit traduire cette bande dessinée vers une autre culture, il faut vérifier que dans cette culture le geste signifiera la même chose, si ledit geste a une autre signification, laisser le geste du pouce levé serait une faute inacceptable pour un traducteur.

  7. Traduire l’image du pouce levé dans cette bande dessinée me semble un évidence mais selon les cultures. Comme mentionné ci-dessous par de nombreux élèves et vu en cours, le « pouce levé » a de nombreuses significations dans diverses cultures. Dans les pays du Moyen-Orient, cette image est une insulte équivalente à notre doigt phallique Français. La signification sexuelle du doigt phallique est encore présente dans certaines cultures européennes comme la Grèce ou l’Italie.

    Vu l’aspect niais du légionnaire romain et le fait que Astérix et Obélix soit adressé à tous publics, il me semble incongru que Goscinny et Uderzo aient eu à l’esprit l’aspect sexuel de ce geste. Il me semble qu’il puisse signifier un « Je vais bien, ne vous inquiétez pas » ou plutôt un « Pouce, on arrête la partie » car le légionnaire et le petit ibérique jouaient à colin-maillard.

  8. Ce document on apprend que l’image n’est jamais universelle. Dans le cas de la BD de Astérix et Obélix, l’image du pouce levé n’a jamais été traduite ni étudiée de manière profonde. n
    Ici, on ne pas parle pas seulement des différentes significations du pouce levé, mais aussi du rapport entre texte et image. L’auteur nous dit qu’il s’agit d’un « couple » qui se relaient, se complètent et interagissent. Il parle même « d’harmonisation des contraires ». Dans une BD de ce type, l’image prend le pas sur le texte. Il paraît donc important de faire la différence entre symbolisme, qui est l’essence du symbole, la capacité de l’image à servir le symbole; et symbolique qui est la relation et l’interprétation afférant à un symbole. En France, le pouce levé peut signifier une idée d’approbation, de succès, de réussite, mais peut aussi être utilisé dans le cas d’un jeu, lorsqu’on demande une trêve temporaire. Ainsi, le légionnaire, dans cette image lève son pouce comme pour demander aux Gaulois d’arrêter. En aucun cas, il ne souhaite féliciter ces derniers.

  9. Le paratexte est aussi important que le texte, et c’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’une bande dessinée. Ici, c’est l’image du pouce levé qui peut poser problème. En effet, le pouce levé n’a pas la même signification dans tous les pays: pour certains, c’est un signe qui signifie quelque chose de positif, alors que pour d’autres, c’est une insulte. Dans ce cas particulier, il peut être bon de préciser le sens du pouce levé, puisqu’il ne fait pas référence au sens le plus commun, c’est-à-dire « ok » ou « c’est bien ». En effet, ici, il doit être compris dans le sens « Je me rends ».

  10. Le geste du pouce levé, comme on a vu en cours, n’est pas universel. Comme on peut voir dans cette bande dessinée, le légionnaire romain lève le pouce pour se rendre aux Gaulois. En France, par exemple, dans un jeu, on lève le pouce pour demander à sortir momentanément du jeu ou à le suspendre. Mais cette interprétation du geste du pouce levé n’est pas la même dans tous les pays : dans la culture anglo-saxonne il veut dire « c’est bien », dans la russe – « c’est bon ». Dans quelques pays musulmans c’est une forme d’insulter. Par conséquent, on doit être attentif à ces particularités culturelles quand on traduit.

  11. Dans le cas de la BD, la paratraduction est plus délicate. Elle n’implique pas seulement changer une couleur ou une photo, elle implique un nouveau dessin. Or, dans une BD, le dessin fait parti du texte et vice-versa. C’est le but même de la BD : un texte en dessin. La BD d’Astérix et Obélix est à la base destinée à un public francophone, le signe du pouce levé est donc compréhensible. Dans une majorité de pays, il a la même signification qu’en France, c’est-à-dire, OK. Or, dans d’autres régions du monde, il est interprété différemment. Par exemple, en Moyen-Orient, il est considéré comme une insulte. Alors pourquoi le traducteur ne l’a pas traduit ? Peut-être parce qu’il n’a pas voulu redessiner la bulle (et par conséquent modifier le sens de l’histoire) ou bien, il a pensé qu’un lecteur étranger, même si pour lui le pouce levé signifie une insulte, aura la curiosité de s’intéresser à la culture francophone pour savoir qu’il ne signifie juste que OK.

  12. Pour moi, traduire (ou plus justement dit paratraduire) cette image du pouce levé dans cette BD ne représente pas une nécessité en soit. En effet, même si ce geste du pouce levé n’est pas universel, toute paratraduction de ce geste est en réalité une interprétation propre au traducteur qui se peut révéler fausse par rapport aux intentions de l’auteur de l’œuvre. Déjà qu’en France (pays auquel est destinée cette BD), ce geste a plusieurs signification, comment peut-on parvenir à retranscrire tous ces sens en une seule image dans d’autres pays ? Ainsi, pour moi, il convient au(x) lecteur(s) de s’informer s’il ne comprend pas l’utilité où la signification de ce geste et non au traducteur qui va peut-être limiter ce champ d’interprétation personnelle. De ce fait, par sa « non traduction » de l’image le traducteur parvient quand même à réaliser son travail qui consiste à retranscrire d’une langue à une autre (ou d’une culture à une autre) des idées ou concepts car il invite le lecteur à s’informer pour son propre compte et donc lui donner une certaine autonomie quant à l’interprétation qu’il peut en faire.

  13. Je pense que le pouce levé n’est pas universel et qu’il faut lui ajouté une explication selon le destinataire. Si cette bande dessinée reste en Français, nous pouvons supposer que son lecteur francophone comprendra cette image comme « c’est bon tout va bien », ou alors « je prends une pause dans le jeu ». Ici en l’occurence le lecteur peut se dire que le soldat a perdu son combat contre Asterix et Obelix donc il demande une pause dans le combat, il s’avoue vaincu. L’image peut aussi montrer le courage du soldat, car même si il a perdu son combat il dit que tout va bien.
    Si le texte de cette BD doit être traduit il faudra aussi traduire l’image, c’est à dire l’expliquer par une note car le pouce levé n’a pas la même signification dans tout les pays et pourrait être considéré comme atteinte à la culture d’un pays. Il faut respecter non seulement les codes sociaux de chaque pays mais aussi l’intention de l’auteur.

  14. En général lorsqu’on lit, on crée des images mentales, on crée nos propres histoires. Même si les BD restreignent nos possibilités de créer de toute pièce nos histoires car elles nous imposent leurs personnages, décors, etc. Cela dit, si en créant nos propres histoires, on bute face à quelque chose qu’on ne comprend pas notamment avec les illustrations, il ne faut pas rester dans l’incertitude mais essayer de comprendre le pourquoi du comment. Il est vrai que parfois en poursuivant la lecture on finit par comprendre mais en cherchant, on apprend et donc ce n’est jamais une perte de temps, bien au contraire.

  15. Ce geste est typique des enfants Français quand ils veulent un temps mort ou un repos au jeu, ils utilisent l’expression Pouce ! C’est un exemple de la théorie de l’universalité des images. Les images ne sont pas universelles, ni son perception et interprétation. Il est donc une transmission très différente de l’intention originale du message, rien à voir avec l’intention des enfants ou des auteurs dans cette case.

  16. Cette BD étant destinée aux Français, les illustrateurs du livre  » Astérix en Hispanie I  » n’ont pas trouvés nécessaire d’ajouter du texte à cette image puisque sa signification est évidente en France. Ce pouce levé signifie un « ok » en langage parlé ou une approbation. Et c’est ce que le légionnaire Romain à voulu dire après s’être fait assommer. Mais je suppose que si cette BD a été traduite, le traducteur a eu 2 options: soit faire redessiner l’image ou alors apporter une précision comme une phrase ou une onomatopée. En effet, si cette BD est publiée au Moyen-Orient avec l’image laissée telle quelle, ce pouce levé aura perdu toute sa signification initiale et sera devenu un doigt d’honneur. Donc cette image du pouce n’est pas du tout universelle.

  17. On doit toujours traduire l’image parce qu’on n’a pas tous la même façon d’interpréter les symboles. C’est bien pour cela que si l’on ne traduit pas l’image de ce pouce levé, une personne d’un autre pays pourra le prendre comme une insulte ou une chose indésirable.

  18. Je pense que tout texte il faut le traduire toujours avec son péritexte, ça fait partie de la traduction. Pour bien traduire les péritextes, il faut connaitre les aspects culturels, sociaux et historiques de la langue de départ et d’arrivée. Le texte final doit avoir l’essence de la langue ainsi que la culture, si non le message n’est pas compris ou bien sa connotation reste toujours ambiguë. Dans ce cas-là, il faut traduire l’image du pouce levé, car le geste là n’est pas forcement universel. Ça dépend du pays et la signification du geste.

  19. Comme le professeur José Juste Frías constate dans l’article, le pouce est un doigt très symbolique au cours de l’histoire. Déjà chez les romains le pouce a eu une forte signification dans l’armée, jusqu’à nos jours dans l’église Romaine qui se sert encore du pouce pour administrer les sacrements du baptême et de la confirmation. Et l’image du pouce levé? Il faut le traduire? À mon avis, absolument! Même si la plupart des gens savent que le pouce levé est l’approbation, le succès ou la réussite, si on ne le traduit pas, le message n’est pas complètement transmis. C’est-à-dire, le message n’est pas bien compris ou bien sa connotation reste toujours ambiguë.

  20. Comme on l’a déjà vu en cours, il ne s’agit pas d’un geste universel parce qu’il y a de différents interprétations à propos de ce geste selon la culture où il est utilisé. On a vu, par exemple, qu’aujourd’hui il s’agit d’un geste très utilisé en Espagne avec la signification de « j’aime » (par rapport au Facebook) ou de « c’est bien, c’est super », mais c’est principalement à cause de la grande influence de la culture anglo-saxonne pendant ces dernières années. Néanmoins, il y a d’autres pays où le geste du pouce levé conserve la signification propre qu’il avait dans une culture déterminée. C’est, par exemple, le cas de l’Iran, où il est interprété comme une insulte obscène ; ou le Japon, où le pouce levé signifie surtout « mari » ou « mâle ». Dans d’autres pays comme le Brésil, il est aussi utilisé pour remercier.

    Ainsi, comme on vient de voir, il existe des façons vraiment différentes pour interpréter ce geste si discuté. Dans le cas français, il y a une signification fixe et propre qui est encore utilisée et qui n’a rien à voir avec l’interprétation que l’on ferait de ce geste s’il apparait dans une BD en espagnol. Chez les Français, il s’agit d’une interjection qu’emploient les enfants pour indiquer qu’ils se mettent momentanément hors du jeu, pour demander une trêve. Donc, quand on traduit le texte, on doit traduire aussi les images, en assurant que le sens du texte d’arrivé soit le même que dans le texte de départ. C’est pour cela qu’il est très important que le traducteur ait une bonne culture de l’autre langue, parce qu’il doit se rendre compte que la signification du geste est complètement différente dans les deux cultures.

    Pour toutes ces raisons, je considère qu’il est indispensable de faire la traduction de cette image, c’est-à-dire, de changer le geste français par un geste espagnol qui ait la même signification dans le texte traduit. Sinon, le geste serait totalement incohérent dans ce contexte.

  21. Dans un premier temps, on pourrait dire oui, que l’image du pouce levé est universelle.Pour moi elle signifie le « OK » que tout le monde connaît et je ne parle pas seulement des pays francophones. Mais après avoir lu l’article de Yuste Frías (2011) dans lequel il dit que la perception d’une image n’est jamais un acte universel, je me suis rendue compte que j’avais eu tort.

  22. L’image du pouce levé n’est pas universelle. Quand on traduit des textes à images, on constate que l’image n’est pas universelle, puisqu’elle peut avoir un sens différent d’une langue à l’autre et d’une culture à l’autre. En plus, on doit percevoir les images d’une manière très déterminée selon la langue, la culture, le moment et le lieu du contexte communicatif du document de départ et de celui d’arrivée, parce que chaque société a une perception différente.

    Chaque système symbolique de chaque culture transforme la lecture, l’interprétation et la traduction de l’image. Quand un traducteur doit traduire un couple texte-image, le sujet traduisant qu’il est lit, interprète et traduit à 100 % le texte et le premier agent paratraducteur qu’il est lit, interprète et paratraduit aussi à 100 % l’image.

    En ce qui concerne la BD Astérix, le traducteur doit lire, interpréter et traduire non seulement tous les éléments textuels mais aussi tous les éléments paratextuels qui composent l’imaginaire présent dans chaque entité iconotextuelle formée par le couple texte-image.

  23. Le pouce levé peut signifier plusieurs choses. Il peut vouloir dire un ou le premier, il peut aussi vouloir dire que tout va bien mais il peut aussi vouloir dire j’aime comme on peut le voir sur les réseaux sociaux.
    Dans beaucoup de pays on retrouve la signification de « tout va bien » pour le pouce levé.

  24. Le geste du pouce levé n’est pas universel. Il a un sens différent dans des autres cultures. Pour traduire cette image le traducteur doit savoir faire la différence entre les diverses symboliques du pouce et le symbolisme universel du geste.

  25. Étant donné que la traduction est dirigée spécifiquement à d’autres cultures où le geste du pouce levé signifie quelque chose de différent (même dans la culture espagnole) et, par conséquent, il est un obstacle majeur à la lecture, le traducteur devrait proposer de changer le symbole par un autre avec le même sens, ou, en outre, y ajouter une explication du geste original en note de bas de page.

  26. Cette question est très intéressante pour tous les traducteurs parce que quand on traduit on doit savoir qui est notre destinataire parce que l’image dans le texte peut être différente pour autres cultures. Nous devons lire, interpréter et traduire l’image présente dans tous les textes parce que dans ce cas ce symbole n’est pas universel et peut être offensive dans d’autres cultures.

  27. L’image du pouce levé n’est pas universelle, c’est­à­dire, elle n’a pas la même signification. Dans les cultures occidentales et des États­Unis, l’image signifie que tout va bien, parfait ; mais, dans les cultures du Moyen­ Orient et de l’Afrique de l’Ouest, il a des connotations négatives, car c’est une forme d’insulte gestuelle.

  28. Dans ce petit article, on voit clairement que la plupart des traducteurs et traductrices ne traduisent que le texte, sans aucune réflexion à propos de l’image. Ils laissent l’image telle qu’elle est comme si elle était vraiment quelque chose que tout le monde interprétera de la même façon. Cela est une grave erreur, et, à mon avis, une manque de professionnalisme.

  29. Ce que le Romain veut dire avec ce geste c’est qu’il veut une pause dans le jeu, mais aujourd’hui ce geste a une autre signification. Ce n’est pas un geste universel. Au Moyen-Orient lever son pouce revient à faire un doigt d’honneur. En Sardaigne ou en Grèce, ce geste est considéré comme une invitation sexuelle.

  30. Dans la bande dessinée «Astérix en Hispanie » on utilise l’image du pouce levé mais, néanmoins, je pense que c’est un symbole qui ne serait pas compris dans toutes les cultures, car les gestes n’ont pas la même signification. Il est important de prende en considération le contexte socio-culturel parce qu’il influe beaucoup sur l’interprétation et la traduction. Le sens d’un geste, donc, varie complètement d’une langue à l’autre, même dans des langues proches. Pour tout cela, le traducteur ne doit pas se limiter à la langue, mais doit également évaluer les éléments extra-textuels. Dans les cultures occidentales, si une personne fait le geste du pouce levé signifie que la personne approuve une action, tandis que en Allemagne signifie le numéro un, au Japon indique le numéro cinq et en Australie signifie «Merde! ».

  31. Ce que le Romain veut dire avec ce geste est qu’il veut une pause dans le jeu, mais aujourd’hui ce geste a une autre signification. Ce n’est pas un geste universel. Au Moyen-Orient lever son pouce revient à faire un doigt d’honneur. En Sardaigne ou en Grèce, ce geste est considéré comme une invitation sexuelle.

  32. Je pense que tout texte faut le traduire toujours avec son péritexte, ça fait partie de la traduction. Pour bien traduire les péritextes, il faut connaitre les aspects culturels, sociaux et historiques de la langue de départ et d’arrivée. Le texte final doit avoir l’essence de la langue ainsi que la culture, sinon le message n’est pas compris ou bien sa connotation reste toujours ambiguë. Dans ce cas là, il faut tradaiure l’image du pouce levé, car le geste là n’est pas forcement universel. Ça dépand du pays et la signification du geste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *