Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » II

L'image du pouce levé à la page 9 de l'album « Astérix en Hispania »

L’image du pouce levé à la page 9 de l’album « Astérix en Hispania » 
 

L’acception commune donnée actuellement à la symbolique du pouce, seul doigt levé d’un poing serré, est l’approbation, le succès, la réussite. Or, cela ne vaut pas pour toute l’Europe, car en Grèce (comme d’ailleurs au Moyen-Orient, en Afrique de l’Ouest et en Amérique du Sud) lever le pouce correspond à lever le majeur en France. Par conséquent, ce qui semble être un geste universel positif se trouve être extrêmement offensant dans d’autres cultures. Voilà pourquoi, un traducteur ne doit jamais confondre symbolisme et symbolique. La symbolique désigne l’ensemble des relations et des interprétations afférant à un symbole, tandis que le symbolisme désigne plutôt l’essence du symbole, la capacité d’une image ou d’une réalité à servir de symbole. Le symbolisme du pouce ne vise qu’une propriété générale du pouce comme fondement possibles de symboles. Certes, le pouce peut avoir un symbolisme universel mais il aura toujours une symbolique très particulière dont les interprétations varieront selon les langues et les cultures où il est employé lors d’une communication non verbale.

Il est bien vrai que le symbolisme universel du pouce vient signifier la force physique[1] de l’être humain et, par conséquent sa force morale. Ce symbolisme universel du pouce se décline à maintes reprises dans des sources écrites comme, par exemple, dans la Bible (Juges I, 6-7) où l’on peut constater que la force physique et morale réside dans les pouces car on les coupait aux vaincus.

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) - 1854.

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) – 1854. 
 

Comme nous le disait déjà Montaigne au XVIe siècle, tous ceux qui étaient blessés au pouce étaient exemptés par les Romains pour aller en guerre car ils étaient considérés comme incapables de tenir une arme.

Les Romains dispensoient de la guerre ceulx qui estoient blecez au poulce, comme s’ils n’avoient plus la prinse des armes assez ferme. Auguste confisqua les biens à un chevalier romain qui avoir, par malice, couppé les poulces à deux siens ieunes enfants, pour les excuser d’aller aux armées : et avant luy, le senat, du temps de la guerre italique, avoit condemné Caius Vatienus à prison perpetuelle, et lui avoit confisqué touts ses biens, pour s’estre à escient couppé le poulce de la main gauche, pour s’exempter de ce voyage. (Montaigne, Michel de (1533-1592) Essais : avec des notes de tous les commentateurs, édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) – 1854 p. 356)

L’origine du mot « poltron » en français viendrait ainsi du latin pollice trunco : celui qui n’a plus de force, qui manque de courage physique.

« Christ crucifié » de Vélasquez. Détail du pouce rabattu

« Christ crucifié » de Vélasquez. Détail du pouce rabattu 
 

L’Église Romaine se sert encore et toujours du pouce pour administrer les sacrements du baptême et de la confirmation. Aux premiers temps du christianisme le pouce était le seul doigt que l’on pouvait employer pour faire le signe de la croix. Lorsque la mort arrive, les pouces des cadavres reçoivent un traitement spécial : les images du Christ représentant le Crucifié avec les pouces rabattus sur les paumes sont nombreuses.

De toute évidence, il est clair que pour traduire l’image du pouce levé représentée dans la fameuse page 9 d’Astérix en Hispanie, le traducteur d’Astérix doit savoir faire la différence entre le symbolisme universel du pouce et les différentes symboliques du pouce déployées au fil du temps et selon l’espace culturel et linguistique où sera finalement éditée la traduction de l’album.

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.


[1] « Le pouce signifie la force créatrice : c’est lui qui confère aux autres doigts de la main, et à la main tout entière, leur puissance de prise » (Chevalier & Gheerbrant, 1989, Dictionnaire des Symboles. Mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres, Paris : Robert Laffont, p. 784)


30 réflexions au sujet de « Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » II »

  1. Cet article nous montre la difficulté non seulement de traduire le texte des BD, il nous montre aussi l’importance de faire attention au (para)texte. Pour cela, dans le cas présent du pouce levé, il faut bien remarquer la différence entre le symbolisme universel du pouce et les différentes symboliques des gestes dans des différentes cultures.

  2. La notion la plus importante liée à la paratraduction est la nuance symbolique-symbolisme. L’exemple pris dans cet article est le pouce levé dont le symbolisme est universel. En revanche, sa symbolique ne cesse de varier en fonction des époques et des cultures. Par conséquent, le traducteur devant cette image devra choisir si oui ou non il décide de fournir une explication de ce signe.

  3. Il faut faire attention à cette différence nommé ici entre le symbolisme universel du pouce et les différentes symboliques du pouce parce que ça dépend du lieu où le texte va être traduit, la population l’interprétera d’une forme ou d’autre.

  4. Comme le professeur José Juste Frías constate dans l’article, le pouce est un doigt très symbolique au cours de l’histoire. Déjà chez les Romains le pouce a eu une forte signification dans l’armée, jusqu’à nos jours dans l’église Romaine qui se sert encore du pouce pour administrer les sacrements du baptême et de la confirmation. Et qu’est-ce qu’on fait avec l’image du pouce levé? Faut-il la traduire? À mon avis, absolument! Même si la plupart des gens savent que le pouce levé est l’approbation, le succès ou la réussite, si on ne le traduit pas, le message n’est pas complètement transmis. C’est-à-dire, le message n’est pas bien compris ou sa connotation reste toujours ambiguë.

  5. Ce billet nous montre la différence entre symbolique et symbolisme, qui est très importante pour un traducteur (pour réussir dans son emploi) et aussi pour pouvoir donner une solution au moment de traduire le geste du pouce levé. La symbolique sont toutes les interprétations qui peut avoir un geste, tandis que le symbolisme est plus universel.
    Le symbolisme du pouce signifie la force de l´homme, mais il faut savoir aussi que la symbolique change selon la culture et l´évolution tout au long du temps que les personnes qui appartient à cette culture ont traversé.

  6. Dans ce texte nous pouvons voir que la symbolique du pouce a été tres importante tout au long de l’histoire et l’est encore aujourd’hui dans la religion. Ce texte nous amène aussi a réfléchir sur le sens des mots symbolique et symbolisme. la symbolique désignera plutôt un symbole et toutes les interprétations qu’on pourra en faire alors que le symbolisme est le symbole en lui même sans interprétation. Il est donc important pour un traducteur de connaitre la symbolique et le symbolisme d’un signe ou d’un objet pour éviter les erreur d’interprétation.

  7. Il me semble particulièrement important de distinguer le symbolisme de la symbolique du pouce levé. Le billet rédigé par José Yuste Frías est très révélateur de la symbolique du pouce levé qui perdure toujours dans notre culture actuelle. Il est aussi intéressant de voir à quel point la symbolique du pouce levé s’est divisé en plusieurs symbolismes selon les cultures. La signification la plus ancienne du pouce levé retrouvée est celle utilisée par les Romains, qui d’un pouce levé ou baissé, décidaient du sort d’un gladiateur au cirque.

  8. Ce texte invite essentiellement le lecteur à ne pas confondre symbolique et symbolisme, et le fait en reprenant l’exemple, sur lequel nous travaillons, du pouce levé. Ainsi comme le dit le texte : « La symbolique désigne l’ensemble des relations et des interprétations afférant à un symbole, tandis que le symbolisme désigne plutôt l’essence du symbole, la capacité d’une image ou d’une réalité à servir de symbole ». Pour cela il évoque le symbolisme universel du pouce qui signifie la force (physique et moral) de l’homme tout en différenciant les différentes symboliques que le pouce levé a tenu au cours de l’Histoire.

  9. Le document 3 fait référence à l’Eglise. L’auteur établit une différence très nette entre symbolisme y symbolique. Comme dit précédemment, le symbolisme est l’essence du symbole, la capacité de l’image à servir le symbole alors que la symbolique est la relation et l’interprétation afférant à un symbole.

  10. Il est très important de différencier symbolique et symbolisme. En effet, un traducteur peut croire qu’il n’est pas nécessaire de traduire un paratexte sous prétexte qu’il est connu par tout le monde et, donc, qu’il n’a pas besoin d’être éclairci. Cependant, il existe des multitudes de cultures et il faut être conscient que chacune d’elle peut interpréter chaque chose d’une façon différente.

  11. IL est vrai qu’il est important pour le traducteur de différencier symbolisme et symbolique. C’est intéressant de voir comment le symbole du pouce levé a évolué au fil du temps et comment les religions et civilisations ont contribué à cette évolution. Aujourd’hui un traducteur doit prendre en compte et l’image qu’un geste peut signifier mais aussi d’où il vient.

  12. Il est bien important de connaître la différence entre le symbolisme universel du pouce et ses différentes symboliques. Tandis que le pouce peut avoir un symbolisme universel qui signifie la force physique de l’être humain et sa force morale (on le peut voir dans des textes religieux comme la Bible), sa symbolique varie selon les langues et les différentes cultures ou il est employé, comme on a déjà vu dans le premier texte.

  13. Que ce soit d’un point de vue historique,religieux ou autre, le pouce à toujours eu une signification importante. Dans la mesure ou le pouce levé n’a pas la même signification dans toutes les cultures, bien sur qu’il faut le traduire afin que le message que l’auteur a voulu faire passer soit compris dans toutes les cultures, car le pouce levé remplace un mot ou une expression et c’est cela qu’il faut traduire. Il faut différencier le symbolisme qui peut être universel des symbolique.

  14. C’est très intéressant de connaître ce que symbolisait autrefois le pouce levé et quelle signification on lui attribuait. Notamment d’un point de vue religieux car les religions ont joué un rôle très important au sein de nos civilisations. Et pour connaître et comprendre le monde dans lequel on vit il est clair qu’il faut s’interroger sur ce qu’il fut à l’origine et sur ses fondements.

  15. Pourquoi on doit faire la différence entre le symbolisme universel du pouce et les différentes symboliques du pouce ? Parce que nous sommes traducteurs, nous sommes curieux, nous ne sommes pas des ignorants. La symbolique désigne l’ensemble des relations et des interprétations en relation au symbole et le symbolisme désigne l’essence du symbole, la capacité d’une image ou d’une réalité à servir de symbole. C’est-à-dire, il y a une relation entre les deux mots mais il y a des différences bien marquées entre eux.

  16. Dans cet article, le sujet principal est la différenciation entre symbolisme et symbolique. La définition de symbolisme que donne le Larousse est « Système de symboles destinés à interpréter des faits ou à exprimer des croyances ». Et celle de symbolique est « Le domaine des symboles, des signes culturels ». Même si on a pu constater que le pouce levé a un symbolisme universel (il désigne la force physique et morale) il a toutefois plusieurs symboliques. En effet, sa symbolique dépend de la culture des pays. On peut voir que sa symbolique remonte à loin dans l’Histoire. Pour les Romains ceux qui étaient blessés au pouce ne pouvaient pas aller à la guerre, ils étaient considérés comme incapable de se battre. Ou encore pour l’Église Romaine, il servait pour baptiser et donner le sacrement de la confirmation. Geste qui a perduré à travers le temps car on l’utilise toujours. Donc en effet, il faut que le traducteur soit très attentif à cet différence entre symbolisme et symbolique en traduisant.

  17. Comme on l’a déjà dit, un symbole n’a pas la même signification d’un pays à l’autre. Les traducteurs doivent connaître les différentes cultures avec lesquelles ils travaillent pour se rendre compte de ces petits détails qui peuvent créer une mauvaise traduction et arriver jusqu’à blesser les sentiments des personnes qui vont lire la traduction.

  18. Dans ce billet, on parle de la différence entre la symbolique et le symbolisme. Tandis que la symbolique désigne l’ensemble des relations et des interprétations d’un symbole, le symbolisme désigne plutôt l’essence du symbole, la capacité d’une image ou d’une réalité à devenir symbole. Ainsi, en ce qui concerne la traduction, on doit faire attention spécialement à la symbolique, puisque cela fait référence à l’interprétation particulière selon les langues et les cultures où le geste est employé.

    Même si dans ses origines ce geste-là avait une signification concrète dans la société des Romains, il a évolué dans les différentes cultures et aujourd’hui il peut être interprété de différentes façons. Comme on l’a déjà vu, le rôle du traducteur est très important pour identifier quels sont les paratextes qui ont besoin d’être modifiés pour s’ajuster à la culture d’arrivée. Une fois de plus, on constate que pour faire de la traduction, il est aussi nécessaire de faire de la paratraduction, car un texte ne peut pas exister sans son paratexte !

  19. J’ai trouvé un exemple dans la bande dessinée de Tintin dans lequel il se produit plus au moins la même chose. Le traducteur aurait dû s’informer mieux des symboles car comme dit Yuste Frías (2011) chaque système symbolique de chaque culture transforme la lecture, l’interprétation et la traduction de l’image. L’image et ses couleurs doivent être traduites une bonne fois pour toutes !

    J’ai essayé de coller l’image mais je n’ai pas réussi à le faire donc je vous l’envoie par courriel.

  20. Même si le pouce levé est un geste qui est universellement connu et qui pour beaucoup de cultures a un sens positif, il ne signifie pas le même pour tous. Par conséquent, un traducteur doit savoir quand traduire (par exemple le pouce levé) d’une culture ou à l’autre, d’une manière ou d’une autre, car comme vous avez dit dans votre publication, en France le doigt levé d’un poing serré signifie l’approbation ou le succès, mais en Grèce lever le pouce correspond à lever le majeur en France. La traduction ne se limite pas seulement aux mots (le texte) mais doit aussi s’appliquer à l’image (le péritexte iconique), surtout dans la BD.

  21. C’est très important pour un traducteur de différencier symbolisme et symbolique.
    Il peut y avoir un symbolisme universel mais il y a plusieurs symboliques.
    Dans l’histoire, le pouce levé signifiait la force physique de l’homme. Pour les romains, ceux qui été blessés au pouce étaient trop faible pour faire la guerre. L’Eglise se servait aussi du pouce pour faire le signe de croix, elle s’en sert toujours aujourd’hui.

  22. Pour bien traduire un texte, et surtout une bande dessinée (où il y a beaucoup d’images et de paratexte), le traducteur doit connaître la différence entre la symbolique du geste et le symbolisme.
    À partir de cela, il doit analyser le contexte où il apparaît et décider comment il va le traduire.

  23. Il est évident l’importance de faire la différence entre le symbolisme universel du pouce et les différentes symboliques du geste. Je considère qu’il est très difficile de traduire des BD, car pour faire la traduction et la (para)traduction, il faut tenir en compte beaucoup de facteurs.

  24. Il est très important que le traducteur connaisse parfaitement la symbolique et le symbolisme d’un symbole en vue d’une bonne traduction. Il est très important parce qu’il doit connaître toutes les significations et les connotations d’un même geste pour obtenir la traduction qui convient le mieux dans un contexte donné.

  25. Il faut faire attention à cette différence nommé ici entre le symbolisme universel du pouce et les différentes symboliques du pouce parque ça dépend du lieu où le texte va être traduire, la population l’interprétera d’une forme ou d’autre.

  26. Le traducteur ou traductrice doit être attentif à n’importe quelle image ou geste qui ait capacité pour faire changer le sens du texte. Comme cet article explique très bien, le geste du pouce levé n’est pas unniversel, même en Europe, alors le traducteur doit réfléchir toujours sur ce que l’image veut dire, et si le message passe dans la langue cible. Ce vrai qu’il doit faire un effort un peu supérieur, mais le résultat sera franchement bon.

  27. Un signe iconique a presque toujours une symbolique et transmet une signification selon la culture ou la société. Je suis d’accord sur le fait que le pouce symbolise autant la force physique comme la force morale de l’homme parce que, comme il est expliqué dans le texte, il était déjà utilisé depuis le début du christianisme pour faire le signe de la croix, parmi d’autres exemples. Cependant, dans d’autres cultures, il peut sembler un geste obscène, comme aux États-Unis ou en Iran (même si elle doit être accompagnée par un mouvement brusque de bras du haut vers le bas). Personnellement, même si je suis d’accord avec le texte sur l’importance de ce geste, je pense que il y a d’autres gestes qui pourraient être plus affective pour se référer à la force morale ou physique.

  28. Les Romains avaient un autre sens, bien qu’il puisse être faux. Par le geste du pouce baissé face à la foule du cirque, à la fin d’un combat de gladiateurs, l’empereur envoyait le survivant à la mort. Avec le pouce levé, au contraire, il lui accordait la vie sauve, pour satisfaire la foule qui criait dans ce sens.

  29. Comme le professeur José Juste Frías constate dans l’article, le pouce est un doight très symbolique au cours de l’histoire. Déjà depuis chez les romains le pouce a eu une forte signification dans l’armée, jusqu’à nos jours dans l’église Romaine qui se sert encore du pouce pour administrer les sacrements du baptême et de la confirmation. Et l’image du pouce levé? Il faut le traduire? À mon avis, absolument! Même si la plupart des gens savent que le pouce levé est l’approbation, le succès ou la réussite, si on ne le traduit pas, le message n’est pas completement transmis. C’est-à-dire, le message n’est pas bien compris ou bien sa connotation reste toujours ambiguë.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *