Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » III

The O.K. thumb up employed as a good luck patch for attachment to denim clothing

The O.K. thumb up employed as a good luck patch for attachment to denim clothing 
 

La posture du pouce, seul doigt levé d’un poing serré, est un geste connu depuis la Seconde Guerre mondiale car il fut popularisé un peu partout dans le monde par le G.I. américain pour signifier le O.K. ou le good luck. Pour la langue et la culture françaises, cette signification n’est pas en contradiction avec la symbolisation gestuelle du numéro « un », du premier et, par là, du meilleur et du champion.

L’interprétation actuelle du pouce levé comme geste d’approbation, vient de la croyance qu’il s’agit de la survivance du geste utilisé par les anciens Romains pour épargner un gladiateur méritant tel qu’il apparaît dans le fameux tableau du XIXe siècle de Jean-Léon Gérôme intitulé très précisément Pollice Verso. Au XXe siècle, pendant les années 50-60 les productions italiennes et américaines de péplums on contribué énormément à maintenir cette interprétation. On nous faire croire à l’écran  pendant tout un siècle que le pouce dirigé vers le haut signifie la vie pour le gladiateur couché par terre et le pouce dirigé vers le bas sa mort.

« Pollice verso « de Jean-Léon Gérôme

« Pollice verso « de Jean-Léon Gérôme 
 

Or, un consultant traducteur, expert traducteur de l’image étudiant les textes qui font référence à la symbolique antique du pouce, aurait pu prouver non seulement que l’interprétation était fausse, mais en plus que l’erreur s’est produite à l’époque moderne. La confusion résulte des diverses interprétations des mots pollice verso, converso ou compresso. Une confusion qui provoqua le 25 avril 1901 l’envoi d’une lettre à l’éditeur du prestigieux New York Times intitulée : The Tragedy of The Thumb.

Pourtant à la fin du XVIe siècle, dans ses Essais, tout au début du chapitre XXVI du Livre Second (intitulé très précisément Des poulces), Montaigne avait bel et bien écrit textuellement :

C’estoit à Rome une signification de faveur, de comprimer et baisser les poulces,
Fautor utroque tuum laudabit pollice ludum,
et de desfaveur, de les haulser et contourner au dehors :
Converso pollice vulgi. Quemlibet occidunt populariter.
(Montaigne, p. 355)

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) - 1854.

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) – 1854. 
 

Montaigne n’avait pas oublié de nous donner aussi sa traduction de ces deux citations latines. Pour la première, une citation d’Horace (Épitres, I. 18-66) : « Il [le peuple] applaudira à tes jeux en baissant les deux pouces ». Pour la deuxième, la troisième satire de Juvénal : « Dès que la peuple a tourné le pouce en haut, il faut, pour lui plaire que les gladiateurs s’égorgent ». Remarquons la précision de Montaigne : « C’était à Rome une signification de faveur de comprimer et baisser les pouces ». Nous avons donc, chez un auteur très connu et à une époque où les textes étaient lus, traduits et interprétés comme il faut et comme il se doit, l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, une interprétation radicalement différente à celle que l’on attribue actuellement au geste du pouce levé. C’est bel et bien le pollice compresso, le pouce caché à l’intérieur de la main et pressé par les autres doigts, qui signifiait la grâce. Si le symbolisme du pouce est celui de la force de l’homme, il est tout à fait logique que lorsque le peuple voulait demander au vainqueur de ne pas appliquer sa supériorité jusqu’au bout, il lui présentait une main sans pouce. De même, le pollice converso, le pouce sorti et levé, c’est-à-dire la force montrée, était interprété par le gladiateur de ne pas faire de quartier et, par conséquent, de massacrer son adversaire.

Quant à la direction du pouce tendu, vers le haut ou vers le bas, elle n’eut apparemment pas de signification déterminante, comme l’a si bien publié André Carénini :

Les gladiateurs se trouvant en contrebas par rapport aux gradins, on peut imaginer que le pouce sorti, signifiant la mort, fut la plupart du temps dirigé vers le bas pour que le geste soit perceptible. En outre, le vaincu étant à terre, l’estocade devait être portée de haut en bas et il est possible que le pouce baissé soit aussi un geste imitatif. Le mouvement encore communément usité pour signifier que l’on perfore avec un poignard se fait en avançant le pouce tendu, les autres doigts serrant sur la paume un manche imaginaire. Le pouce représente la lame, comme on peut le constater dans les gestes pratiqués autour de son propre cou pour symboliser l’égorgement. Tous ces détails ont certainement contribué à faire du pouce tourné vers le bas l’unique signe de mort. À cela s’ajoute un élément historique qui a facilité l’acception du « doigt levé » comme signe de grâce : par une loi spéciale, l’empereur Domitien voulut que le vaincu puisse lui-même demander grâce en levant un doigt (l’index très probablement). Le haut positif comme le bas négatif se rattachent, dans un contexte beaucoup plus général, à des valeurs conceptuelles attribuées culturellement à la position haute comme supérieure et donc positive par rapport à la position basse […] (Carénini, 1991, pp. 84-85)

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.


31 réflexions au sujet de « Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » III »

  1. On peut constater dans cet article que derrière la signification d’un geste il y a une longue histoire à travers du passé. La mauvaise interprétation et la non connaissance de les différentes significations d’un geste dans des autres cultures, nous fait avoir des erreurs et des problèmes de traduction.

  2. Ce texte reprend parfaitement une observation liée à la symbolique énoncée dans un précédent article : la symbolique varie selon les cultures ou encore les religions. Si la signification positive du pouce levé a été popularisé par les américains à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, ce n’est pas pour autant sa seule signification. En France, le pouce levé signifie en plus « un » tandis que durant la Rome Antique, ce geste était destiné aux gladiateurs et, plus précisément, au sort du gladiateur vaincu. Néanmoins l’interprétation de ce signe diffère selon les époques. Un traducteur compétent ne doit donc pas s’arrêter aux idées générales et approfondir ses recherches afin de comprendre du mieux possible la culture liée à la langue qu’il traduit.

  3. Ce texte parle de l’image du pouce levé comme la force de l’homme mais d’un autre coté on l’interprète comme le gladiateur pour massacrer son adversaire mais cette image peut avoir un sens différent, peut changer d’une culture à l’autre par conséquent on doit tenir compte à qui nous nous dirigeons.

  4. C´est très surprenant qu’un geste comme le pouce levé, que tout le monde croyait que, à Rome, à cette époque-là, le geste signifiait le fait de « laisser la vie sauve » du gladiateur, a une signification si différente. Cela nous montre, une fois de plus, que tout traducteur doit vérifier tout entier et lire chacune des informations qui reçoit.

  5. Il me semble très intéressant de voir à quel point nous sommes de plus en plus accaparés par l’américanisation de notre culture et, comme le dit si bien Tanya, il me semble important de mettre en avant notre signification culturelle propre du pouce levé au lieu d’adopter celle des États Unis qui semble se propager et « gagner du terrain ».

    Le fait qu’à l’époque romaine, le pouce replié dans la main et caché par les doigts soit une demande de grâce alors que de nos jours ce geste est plutôt associé avec les super-héros lorsqu’ils volent.

  6. J’ai vraiment appris qu’il est possible de véhiculer de fausses connaissances. Je croyais jusqu’a aujourd’hui qu’a l’époque romaine baisser le pouce signifiait condamner a mort son adversaire alors que non. On peut voir sur cette page l’importance de vérifier ses sources avant de faire une traduction que ce soit d’un image ou d’un texte.

  7. 3. Avec ce texte, nous constatons qu’un geste si simple en apparence tel qu’un pouce levé peut révéler des informations bien plus complexe. Ce sont des nuances qu’un traducteur doit pouvoir reconnaître et retranscrire, de par sa curiosité et son expérience, dans une autre langue ou culture.

  8. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les GI Américains utilisaient le pouce levé pour dire « ok » ou « good luck » (en français, « bonne chance »). Cependant, les Français, notamment les gladiateurs, utilisaient ce geste pour parler du numéro un.

  9. Il est très intéressant de voir comment des films ou des productions modernes en général peuvent véhiculer une interprétation totalement fausse d’un geste tel que le pouce levé. Cela démontre que le premier devoir du traducteur, c’est d’être curieux et de ne jamais arrêter de se documenter, afin de pouvoir transmettre au mieux les messages contenus dans un texte ou un paratexte.

  10. Article très intéressant. En effet, je ne connaissais pas toute l’histoire qu’il y a derrière ce pouce levé et je n’en aurais jamais eu l’idée. IL est donc important pour tout traducteur de connaître la signification d’un geste d’aujourd’hui mais également d’antan pour ne pas faire d’erreur de traduction comme il s’en est déjà passé dans le temps.

  11. Il est intéressant de voir comme, parfois, l’industrie du cinéma ou la littérature peuvent créer des nouvelles interprétations d’un geste et nous tromper. On a vu dans plusieurs films de thématique romaine comme le peuple demandait le gladiateur en levant ou en baissant le pouce de laisser vivre ou de tuer son adversaire. Cette interprétation est fausse car, en réalité, le pouce levé signifiait la demande de massacrer l’adversaire.

  12. Après avoir lu votre article, je me rends compte que le geste du pouce levé peut avoir une signification complètement différente selon l’époque et les cultures dans lesquelles il est employé. Il est donc indispensable de s’informer avant de traduire l’image afin d’éviter qu’une erreur d’interprétation puisse créer la confusion, comme c’est par exemple le cas pour les mots « pollice verso, converso ou compresso ».

  13. Cet article sur le pouce levé est vraiment très intéressant car il retrace les différentes significations que peut avoir ce geste, et ce à travers le temps et les époques. De plus, il me semble important pour un traducteur professionnel de connaître un minimum les significations du pouce levé afin d’être capable d’interpréter ce geste. En effet il n’est pas anodin de mettre ce signe et il serait ainsi dangereux de ne pas le commenter sous peine de risquer une mauvaise interprétation de ce dernier.

  14. Personnellement ce qui m’agace c’est cette influence américaine qu’il y a en Europe. Cette américanisation toujours plus envahissante comme on l’a vu avec les pouces de Facebook. Je n’irai pas jusqu’à dire que la France et les autres pays d’Europe qui subissent cette américanisation sont menacées de perdre un jour leur caractère distinctif mais on voit clairement que certains mots ou gestes ou expressions font aujourd’hui parties intégrantes de nos vies comme le mot « parking », ou « jogging » ou « drive ». Et je trouve ça vraiment dommage parce que chaque pays doit défendre et conserver ses arts, sa culture et son identité parce que c’est ce qui représente leur richesse. Maintenant ce texte dit que la signification que l’on attribue à ce geste en France et aux Etats-Unis est quasiment la même. Bien. C’est pour cela qu’il faut connaître l’histoire des pays : pour comprendre pourquoi le monde d’aujourd’hui est comme il est.

  15. On découvre d’autres significations du pouce levé ou du pouce caché à l’intérieur de la main et pressé par les autres doigts par rapport aux jeux des gladiateurs Romains. Lors des jeux, le peuple décidait avec un pouce levé ou caché si le gladiateur devait tuer ou non son adversaire. En France, les enfants utilisent ce pouce levé avec la main fermé lors d’un jeu pour signifier « pause ». Quand on grandit certains d’entre nous l’utilisent pour faire ce que l’on appelle du « stop » sur le bord de la route.

  16. Ici on peut constater qu’il y a toujours eu de la traduction, même si parfois elle n’était pas correcte. Pour les Romains le pouce levé signifiait ne pas en finir avec la vie de son adversaire. Maintenant ce symbole est compris comme la force, la réussite ; mais pas dans tous les pays.

  17. Même si la traduction paraît évidente, comme c’est le cas de cette image d’Astérix en Hispanie, on doit s’en renseigner parce que n’est pas universel. Ce geste semble être positif mais dans autres cultures se trouve extrêmement offensif.
    Dans ce billet on peut voir le geste du pouce au cours de l’histoire, et on peut analyser comme est-ce qu’il y a des erreurs et confusions dans l’interprétation qui perdurent dans le temps. Celui-ci est seulement un exemple, mais il y a beaucoup d’erreurs dès la religion (comme la Vierge Marie, qui réellement n’est pas une vierge) à l’époque des Romains.

  18. On peut lire dans cet article que la signification du pouce levé à l’origine pourrait être différent à celle qui on lui a donné au cours de l’histoire. D’un côté, beaucoup de détails et de documents historiques nous font penser qu’il serait le plus logique que le pouce levé aie une signification positive de force, de grâce; mais d’un autre côté, un expert traducteur de l’image étudiant les textes qui font référence à la symbolique antique du pouce, aurait pu prouver non seulement que l’interprétation était fausse, mais en plus que l’erreur s’est produite à l’époque moderne.

    Donc, pour pouvoir faire une bonne traduction d’un geste non verbal comme celui dont on parle, il est indispensable de s’informer et de rechercher quel était la signification symbolique de ce geste à son origine pour mieux comprendre quelle est sa symbolique actuelle. Une mauvaise interprétation du geste pourrait avoir des conséquences désastreuses dans la culture d’arrivée, puisque elle peut contredire ce que dit le texte ou même sembler incohérent.

  19. Le pouce levé est également un geste utilisé pour faire de l’auto-stop. En effet, quand une personne souhaite se rendre quelque part et qu’elle ne dispose pas de moyen de locomotion, par ce geste elle signale aux automobilistes qu’elle souhaite se rendre quelque part, dans l’espoir que quelqu’un aie l’obligeance de l’y amener. Cependant ce geste n’est reconnaissable qu’aux Etats-Unis, au Canada et en France car en Inde et en Russie les auto-stoppeurs tendent le bras et la main.

  20. Les films peuvent véhiculer de fausses significations. Dan les films mettant en scène des gladiateurs romains quand on voyait les spectateurs lever le pouce, cela signifiait que le gladiateur été sauvé mais si le pouce été tourné vers le bas, cela signifiait sa mise à mort.
    Mais Montaigne nous dit que le pouce levé signifie que le gladiateur doit être égorgé.

  21. Il est très intéressant de savoir d’où vient le sens de pouce levé. Il me semble très curieux que le pouce levé signifie aujourd’hui exactement le contraire à ce qu’il signifiait dans la Rome antique à cause d’une mauvaise interprétation des mots.

  22. Pour traduire une image qui a un geste, il faut savoir le contexte exact où elle apparaît, c’est-­à­-dire, le moment où se déroule l’histoire, le personnage qui fait le geste et le lieu (la ville, le pays, la région). Beaucoup de gestes que nous utilisons aujourd’hui existent depuis très longtemps, et ils arrivent jusqu’à nos jours par les traditions des peuples, des livres, etc.

  23. C’est incroyable de voir comment beaucoup des problèmes de traduction sont
    causés par une erreur ancienne et surtout par la mauvaise interprétation et
    documentation.

  24. Dans ce cas particulier le geste du pouce levé a une signification très récente pour nous (il fut connu depuis la Seconde Guerre mondiale et il veut dire: OK). Néanmoins, l’histoire et la signification réelle de ce geste remonte à l’époque romaine. En conclusion, il faut être prudent dans le choix de la signification d’un symbole, donc la première chose à faire est connaître son histoire et sa provenance.

  25. Ce texte parle de l’image du pouce levé comme la force de l’homme mais d’un autre coté on l’interprète comme le gladiateur pour massacrer son adversaire mais cette image peut avoir un sens différente, peut changer d’une culture à l’autre par conséquent on doit tenir compte à qui nous nous dirigeons.

  26. Quelquefois, c’est difficile voir la complexité qu’il y a derrière un seul geste. Dans ce cas là, la signification du geste du pouce levé est arrivée à nous à travers des siècles. Doit le traducteur connaître touts les gestes et leur signification? Au moins, il doit réfléchir sur l’image et essayer de faire une recherche pour comprendre le pourquoi de l’image et du geste et pour bien traduire le texte et le paratexte.

  27. Je pense que c’est une information très intéressante qui corrige l’erreur dans l’interprétation de ce geste qui s’est produit pendant l’époque moderne. Je pense que c’est très utile de savoir que vraiment, à l’époque romaine, le pouce caché à l’intérieur de la main et pressé entre les doigts signifiait que le vainqueur ne devait pas appliquer sa supériorité jusqu’à la fin, tandis que, dans le cas contraire, quand on levait le pouce, signifiait que le vainquer devait finnir sa tâche, sans pitié. Je pense que c’est un blogue très clair qui ne laisse places à aucune critique.

  28. Peut-être le Romain du premier/deuxième siècle voyait-il très bien quel geste le « verso pollice » pouvait désigner, ce n’est plus notre cas aujourd’hui. Gérôme a choisi d’interpréter le « pollice verso » de Juvénal d’une manière toute personnelle. Cependant à travers les époques, les traducteurs et les commentateurs ont souvent contourné le problème, pour y revenir dans une note. F. de Narbonne le traduit par « un funeste signal », avec la note :

    « Le peuple ne faisait que montrer la main pliée avec le pouce sous les doigts pour indiquer qu’il accordait la grâce au gladiateur vaincu; pour le faire tuer il suffisait que le peuple montrât la main avec le pouce levé. Horace rappelle cette coutume dans ces vers : Fautor utrumque tuum laudabit pollice ludum. »

    En 2004, la BBC proposait en collaboration avec France Télévision un docu-fiction bien documenté sur les gladiateurs.  Le geste choisi est encore « différent ».

    (https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=0nb0ZHlkg-U)

  29. Aún hoy en día, el gesto del pulgar hacia arriba es bastante ambiguo. Como comenta el profesor José Juste Frías en este artículo, hay un error en la interpretación en el cuadro « Pollice Verso » del pintor francés Jean-Léon Gérôme. El gesto que significaba muerte era con el pulgar hacia arriba, y los gestos que significan vida eran con el pulgar hacia abajo o con el puño cerrado y el pulgar oculto (pollice compresso favor iudicabatur, el perdón se indica con el pulgar comprimido). El gladiador caído pedía clemencia extendiendo dos dedos (como se representa en el cuadro).

    Y dejando a un lado al emperador y los gladiadores, ¿por qué ha llegado hasta nuestros días el pulgar hacia arriba como signo de aprobación?

    Sería el cristianismo el que le daría la vuelta a la tortilla: el pulgar hacia arriba señalando el cielo indicaba el bien o la salvación y el pulgar hacia abajo, señalando el infierno, mostraba el mal o la muerte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *