Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » IV

Dans le billet précédent il m’a paru significatif de citer Montaigne à propos de cette petite histoire de la confusion entre pouce levé et pouce baissé car cet auteur fait partie des classiques utilisés, depuis longtemps et à maintes reprises, dans l’enseignement français ; or, il paraît que les enseignements prodigués par les instituteurs de la fin du XIXsiècle au sujet de la Rome antique sont à l’origine, en France, de l’utilisation du geste du pouce levé pour demander une trêve temporaire dans les jeux pratiqués par les enfants.

À une époque où l’Éducation nationale réprime l’usage des parlers régionaux, notamment dans la cour de récréation, on peut imaginer que le code gestuel traditionnel subit, volontairement ou inconsciemment, le même frein. Enfin, n’oublions pas que le pouce levé, censé n’épargner qu’un combattant méritant, possède un caractère valorisant qui a dû faciliter son adoption par les enfants demandant un répit temporaire. Toujours est-il que l’introduction et l’adoption de cette requête gestuelle ont dû se faire assez brutalement si l’on en juge par l’exemple provençal où ce signe de trêve se nomme paradoxalement « défi ». Puisque le pouce et le doigt de l’engagement, le doigt de la foi (fiance) et de la confiance, il est normal qu’il caractérise la méfiance et la défiance lorsqu’on refuse ostensiblement de le donner. Est-ce le hasard si plusieurs gestes de défi sont justement faits à l’aide du pouce ? (Carénini, 1991, p. 87)

Y a-t-il, aujourd’hui, un(e) seul(e) Français(e) qui ignore la signification du pouce comme arrêt momentané de la partie ? Étant donné l’omniprésence de la symbolique manuelle américaine dans les réseaux sociaux, il peut en avoir plus d’un et plus d’une. De toute façon, un traducteur n’a pas besoin d’être Français pour interpréter ce geste de la langue française de laquelle il traduit. Il suffit de consulter Le Petit Robert pour savoir que « Pouce » en langue française n’est pas seulement « le premier doigt de la main de l’homme, le plus gros, formé de deux phalanges, opposable aux autres doigts », mais aussi une « interjection qu’emploient les enfants (en tenant la main fermée et le pouce levé) pour indiquer qu’ils se mettent momentanément hors du jeu, pour demander une trêve ». En outre, l’expression française « Pouce cassé ! » est l’expression employée pour que le jeu reprenne. Mais, attention ! Un traducteur de l’image, médiateur entre les langues et les cultures, doit savoir que hors de France les enfants n’utilisent pas du tout le geste du pouce pour demander une trêve. En Allemagne, par exemple, l’arrêt se demande généralement en levant une main, paume en avant. Aux Etats-Unis, un arrêt dans le jeu s’obtient en croisant deux doigts ou avec le geste popularisé par le Basket-ball. En Iran, les garçons lèvent l’index de la main droite et les filles envoient des baisers alentour.

L'image du pouce levé à la page 9 de l'album « Astérix en Hispanie »

L’image du pouce levé à la page 9 de l’album « Astérix en Hispanie » 

Il est évident que l’image qui reproduit le geste du pouce levé dans la dernière case de la page 11 d’Astérix en Hispanie  n’est pas du tout universelle. N’oublions jamais le contexte : nous sommes à la fin du jeu initié par le petit ibère à la page 9. Un jeu qui a été suivi jusqu’au bout par une seule personne, le légionnaire ingénu qui, se laissant tout à fait prendre au jeu, est dessiné par Uderzo en train de faire le geste du pouce levé pour demander une trêve dans le jeu. Ne pas y lire et interpréter l’interjection « Pouce ! » qu’emploient les enfants Français (en tenant la main fermée et le pouce levé) pour indiquer qu’ils se mettent momentanément hors du jeu, pour demander une trêve, c’est nier la possibilité de traduction de toute la symbolique française et francophone de l’image du pouce levé dessinée dans cet album. Il s’agit d’une image qui aurait bien pu bien faire l’objet d’une paratraduction pour une meilleure édition du paratexte iconique. Or, pendant plus de 50 ans aucune maison d’édition chargée de traduire l’album Astérix en Hispanie a contemplé cette possibilité. Au contraire, on dirait que, placés hors jeu face à cette image du pouce levé, tous les traducteurs de par le monde ont lu et interprété la fausse symbolique romaine que la culture globale, essentiellement américaine, fait circuler partout et pour tout. Notre légionnaire romain serait ainsi en train de dire avec cette image du pouce levé non lue, non interprétée et, par conséquent, jamais (para)traduite : « S’il vous plaît ne nous frappez pas à mort » (Astérix et Obélix n’ont jamais « tué » personne !) ou encore pire « Bravo, vous êtes les meilleurs, les champions… vous frappez à merveille » (éprouvant du plaisir à être battu, le légionnaire serait-il masochiste ?).

L'image du pouce levé à la page 9 de l'album « Astérix en Hispania »

L’image du pouce levé à la page 9 de l’album « Astérix en Hispania » 

La principale conclusion de cette série consacrée à l’image du pouce levé, est que malgré le degré d’universalité de son symbolisme, la représentation de l’image du pouce levé peut avoir un sens différent, voire étranger, d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, du texte-source au texte-cible, d’une symbolique manuelle à l’autre. Par conséquent, une formation universitaire des futurs professionnels de la traduction devrait tenir compte qu’il est tout à fait nécessaire de former les étudiants à la lecture, l’interprétation et la (para)traduction des structures symboliques de l’image.

Je terminerai cette série de mon carnet de recherche en répondant clairement à une question qui s’impose : est-ce qu’il y a des limites à la pratique de la (para)traduction de l’image que je préconise ? Effectivement. Les mêmes limites que l’on trouve dans la pratique de traduction du texte. Des limites qui se trouvent aux différents seuils de l’imaginaire transmis par le texte et ses paratextes. Je considère qu’il ne serait pas tolérable dans la traduction d’une BD, par exemple, que des passages entiers, des planches entières voient l’iconographie de leur imagerie totalement modifiée parce que la perception de leur contenu par le lecteur n’est pas garantie ou ne s’adapte pas aux normes culturelles en vigueur dans les pays où la traduction va être lue. Ne pas respecter ces limites du sens commun, c’est faire tout autre chose, de la censure dans tous ses états, mais pas précisément de la traduction. C’est bien le cas des traductions dites « politiquement correctes » qui, au nom d’une idéologie déterminée, bâtissent de nouveaux imaginaires qui n’ont rien à voir avec ceux présents dans les textes et les paratextes de départ. Il est bien vrai que toute traduction implique toujours un certain degré de manipulation, mais traduire n’est pas trahir !

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.


27 réflexions au sujet de « Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » IV »

  1. Et enfin, dans cet article on voit clairement la différence entre la signification d’un geste en Espagne et en France. En laissant tel quel ce geste, les lecteurs espagnols vont avoir des difficultés pour le comprendre. Cet exemple est un bon exemple pour montrer que la (para)traduction est aussi importante, il faut lui faire attention comme à la traduction.

  2. Ce dernier article nous montre à nouveau, et encore plus explicitement peut-être, l’importance du travail de recherches que doit faire le traducteur. L’exemple principal ici étant le pouce levé du romain à l’issue d’un jeu pour enfant, le cache-cache, interrompu par l’arrivée des gaulois. Là où le paratexte pointait la symbolique du jeu mis en pause dans la culture française, les traducteurs non-francophone y ont vu un clin d’œil aux gladiateurs vaincus dans l’arène et demandant grâce. Cette erreur d’interprétation et due à la différence de signification du symbole du doigt levé selon les cultures et la différence de signe utilisé pour mettre un jeu en pause selon les pays (France, Allemagne et USA cités comme exemple dans l’article). Ici encore la nécessité de connaître les subtilités verbales et non verbales des autres langues nous est montrée.

  3. Le traducteur qui veut traduire une BD et comme dans ce cas l’image du pouce levé doit s’informer à l’avance pour savoir à qu’il se dirige, la culture, la langue et la perception qui a cette image dans le texte cible et sa société.

  4. Dans ces quatre billets on a appris l´importance de la para-traduction. Mais pour réussir à para-traduire, il faut bien connaître la culture vers laquelle nous sommes en train de traduire et aussi la culture de départ. Sans reconnaître les différentes significations d´un geste non-verbal, c´est-à-dire, le symbolisme dans le pays de départ et d´arrivée, il est impossible de faire une bonne traduction et nous pouvons même offenser aux personnes d´un déterminé pays. Les traducteurs doivent connaître toujours les significations de tout le verbal et non verbal qui apparaît dans le texte de départ.

  5. Je dirais qu’il est important de faire la traduction du paratexte et que cette image devrait être traduite pour des albums destinés a un public non francophone. On peut apprendre dans cet article que la signification du pouce levé n’est pas évidente dans tout les pays. Si en Allemagne ou aux Etas-Unis nous faisons ce signe il n’aura pas le même signification qu’en France. Il est important pour un traducteur de connaitre non seulement la langue mais aussi les habitudes de chaque pays pour pouvoir interpréter une image, un geste ou tout autre signe non verbal.

  6. Dans cet article, nous voyons qu’il existe plusieurs manière pour mettre un jeu en pause. En effet, les français lèveront le pouce en disant « pouce » alors que les américains croiseront deux doigts, les allemands quant à eux lèveront la main avec la paume en avant. Et enfin, en Iran, les garçons lèveront l’index de la main droite alors que les filles enverront des baisers alentour.
    Il est donc important pour un traducteur de connaître la culture du pays avant de traduire une image car il pourrait la traduire dans un sens contraire à ce qu’elle veut réellement dire.
    Pour cela, il faudrait créer une formation universitaire qui apprendrait aux futurs traducteurs à comprendre et savoir traduire ces images.

  7. 4. Pour un francophone, le geste du pouce levé (accompagné très souvent par le mot « pouce ») est fréquemment utilisé pour mettre une trêve à un jeu surtout chez les enfants, à tel point que ce doigt est défini dans le Petit Robert comme une « interjection qu’emploient les enfants (en tenant la main fermée et le pouce levé) pour indiquer qu’ils se mettent momentanément hors du jeu, pour demander une trêve ». Néanmoins cette signification n’est pas identifiable dans tous les autres pays comme en Allemagne ou aux Etats-Unis par exemple. Un traducteur est censé connaître ces différents sens et adapté sa traduction en fonction du lecteur même si néanmoins comme je l’ai dit dans mon premier commentaire, il faut veiller à ne pas restreindre le champ d’interprétation personnelle du lecteur en lui donnant une certaine signification. Ainsi je suis tout à fait d’accord avec le dernier paragraphe du texte à condition qu’en effet la traduction ne constitue pas une trahison de l’œuvre originale.

  8. Sachant que la bande dessinée Astérix et Obélix est lue dans d’autres pays que la France, il me paraît opportun de donner une explication à cette image. En effet, les français connaissent cette signification parce qu’ils ont utilisé ce pouce levé étant petits. Cependant, dans d’autres pays, les gens utilisent d’autres signes pour faire passer cette idée de pause. De plus, aujourd’hui, avec la mondialisation et la popularité de Facebook et de son « j’aime », la première idée qui vient en tête en voyant l’image d’un pouce levé, est « c’est bien ».

  9. Aujourd’hui, le pouce levé est très connu, grâce à son omniprésence dans les réseaux sociaux, mais grâce aux jeux d’enfants, lorsque ces derniers disent « pouce ! » pour dire qu’ils font une pause dans le jeu. On apprend, en lisant ce document, que ce n’est pas la même chose dans tous les pays. En Allemagne, il faut lever la main, paume en avant, pour faire une pause dans un jeu ; aux Etats-Unis, il faut croiser 2 doigts ; et en Iran, les garçons doivent lever l’index de leur main droite alors que les filles doivent envoyer des baisers aux alentours. Ainsi donc, nous pouvons conclure en disant que la traduction est acte de manipulation et non pas acte de trahison.

  10. Il faut effectivement bien savoir lire l’image pour en comprendre son sens. Sachant qu’il s’agissait d’un jeu, un lecteur francophone comprend parfaitement la signification du pouce levé comme pour dire « pause ». Mais, sachant qu’Astérix et Obélix sont mondialement connu, il n’est pas toujours à la porter du lecteur de comprendre ce sens là. Ne vaudrait-il pas rajouter une bulle traduisant, à l’écrit, ce que signifie ce geste ? Ainsi, tous les lecteurs pourraient comprendre ce geste de « pause »

  11. On voit dans ce billet comme les traducteurs ne font pas toujours attention aux paratextes, même si ils sont très importants pour bien traduire, comme on note ici ou comme on a vu dans la première commande « Escenas do cambio ». Dans ce cas, l’image du pouce levé est très significative pour le lecteur français ou même francophone, mais elle dit rien au lecteur espagnol.

  12. Lorsqu’on aborde un texte qui s’accompagne d’un paratexte et en particulier d’une image on doit non seulement lire le texte mais on doit également « lire » l’image. Parce que les deux forment un tout. L’image comme le texte véhicule un message. Parfois on passe à côté de données importantes parce ce qu’on ne s’est pas attardé suffisamment sur l’illustration. Quand on est face à un paratexte iconique on devrait agir comme on le fait face à un texte. Pour un texte on doit parfois lire entre les lignes pour capter son sens, n’est-ce pas ? Et bien pour l’image il faut également voir au-delà de ce que l’on perçoit au premier abord et essayer de comprendre le message que celle-ci renferme. Dans le cas du pouce levé qui figure dans la bande dessinée d’Astérix, si je m’étais fiée à ma première idée j’aurais effectivement conclu que par ce geste Astérix voulait signaler qu’il va bien malgré le coup qu’il vient de recevoir. Or, par ce signe Astérix demande une trêve ! En conclusion, quand on regarde une image il faut envisager toutes les interprétations possibles jusqu’à trouver la plus plausible. Il est donc indispensable d’analyser le paratexte. Maintenant, lorsqu’on est amené à traduire un texte et son paratexte, il faut être encore plus attentif car leur sens peut varier d’une culture à l’autre.

  13. Je me suis aperçu en lisant ce dernier billet que je n’avais pas pris ne compte toutes les interprétations qui existent en France concernant le pouce levé du légionnaire Romain. En effet, au départ je pensais qu’il voulait exprimer « ok, je vais bien » après s’être bagarré. Mais, en ayant tout le contexte de l’histoire je me suis aperçu qu’il pourrait aussi être traduit par « pouce » pour le jeu qu’il a commencé avec le petit ibère. Cela prouve encore une fois qu’il faut bien faire attention a l’image et a tout ce qui lui est lié. Parce que comme je viens de le démontrer dans une même culture les interprétations sont multiples et le lecteur peut ne pas comprendre la bonne idée du paratexte que l’auteur a voulu faire passer.

  14. Déjà dans un même pays le symbole peut avoir différentes significations selon la personne qui le fait. Par exemple, pour les enfants cela veut dire « demander une trêve dans un jeu » et pas seulement que tout va bien. Et c’est bien pour cela qu’il faut toujours traduire les images et les couleurs et pas seulement le texte.

  15. La traduction des images est normalement la traduction la plus difficile, parce qu’on doit réfléchir, chercher et trouver des informations et non seulement des informations, on doit être curieux, on doit être érudits.
    Actuellement c’est plus facile trouver dans l’Internet, si on sait comment chercher. C’est comme les références culturelles : on doit trouver l’équivalent sans perdre le sens originel dans la mesure du possible. Il faut être créatif, il faut savoir quelles décisions nous prenons et en assumer les conséquences.
    Celui-ci est un geste très universel, car c’est le symbole par excellence de tous les réseaux sociaux, comme le Facebook, c’est le geste du « J’aime ». Mais il y a beaucoup de gestes, et il y a aussi beaucoup d’interprétations.

  16. Levantar el dedo pulgar hacia arriba mientras cerramos la mano indica el acuerdo o la aprobación a lo que alguien dice en numerosas culturas. Sin embargo, en algunos países como en Irán se usa como insulto obsceno, que se podría traducir aproximadamente como «Que te zurzan». Este mismo gesto significa «estupendo» o «bien hecho» en Rusia y Finlandia, pero en Japón tiene el sentido de hombre, marido, o en general varón. En ocasiones, los brasileños lo emplean para decir «Gracias». Estamos a un sinfín de diversas interpretaciones del dedo pulgar hacia arriba. Por otra parte, podemos decir que la cultura americana penetra cada vez más en las demás culturas. Llega hasta tal punto de «eliminar» nuestras costumbres autóctonas y dejarnos influenciar por las estadounidenses (por ejemplo, ver anuncio «cine español» patrocinado por Mahou URL: https://www.youtube.com/watch?v=M3kbYOqUPfc). Tenemos el ejemplo del pulgar de Facebook. Aunque en un primer momento este gesto tenía varios significados, el «good» estadounidense se generalizó de tal manera que optó ese sentido de «me gusta».

  17. Je ne peux pas comprendre comment est-il possible que le paratexte iconique du pouce levé dans la BD d’Astérix n’ait jamais été traduit. Étant donné que la symbolique de la culture française et francophone de ce geste est, dans ce cas, différente à celle de l’espagnol, je crois qu’il est absolument nécessaire que le traducteur change le geste par celui qui ait la même signification dans la culture d’arrivée. Même si le traducteur ne sait pas que ce geste est interprété de manière différente en français, le propre sens commun nous fait penser que ce geste-là semble incohérent dans le contexte lors de la lecture des planches.

    Il n’existe aucune raison logique pour faire ce geste dans une telle situation. Il est donc évident que le symbole du pouce levé n’a pas la même symbolique dans la culture espagnole et, par conséquent, ne pas changer le geste pour celui qui corresponde, c’est ne pas faire de la traduction (au moins de la traduction de qualité).

    En espagnol, il existe un geste précis pour représenter ce que l’on appelle « tiempo muerto », c’est-à-dire, demander une trêve. Je pense que faire une retouche de l’image serait une bonne (para)traduction.

  18. Evidemment que traduire n’est pas trahir, cela dit, il faut aussi rester fidèle au texte, sans oublier à quel public est destinée la traduction.

    Quand on a commencé notre formation universitaire en traduction, personne ne nous a dit qu’il fallait traduire le paratexte, les images ou encore les couleurs. On devait uniquement traduire le texte sans tenir compte de ce qui l’entoure.

    Cependant comme dit Yuste Frías dans sa publication de 2011 publiée dans les Presses de la Sorbonne et intitulée « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » :

    «Il est temps d’en finir avec la vieille opposition entre le texte et l’image en traduction pour cesser de croire que le traducteur ne doit s’occuper que du texte. Il est temps de changer les discours dominants dans l’étude de la relation intersémiotique texte-image en traduction et d’éviter ainsi la reproduction systématique et compulsive de concepts arbitraires qui font obstacle à la lecture, à l’interprétation et à la traduction des messages construits à l’aide du couple texte-image.» (Yuste Frías, 2011: 259)

    Je partage totalement l’opinion du professeur José Yuste Frías quand il dit:

    «Une formation universitaire des futurs professionnels de la traduction devrait tenir compte du fait didactique indéniable qu’il est vraiment nécessaire d’initier les étudiants à la lecture, l’interprétation et la traduction de l’image et ses symboles.» (Yuste Frías, 2011: 257-258)

  19. Grâce à l’analyse de cette image symbolique, nous avons pu voir que le pouce levé présente d’importantes différences d’interprétation dans le monde, en dépit d’être, apparemment, assez universelle. En plus, je crois que la plupart des gens qui lisent cette partie de la BD penseraient que ce geste signifie « ok » et non « une trêve temporaire » puisque ce sens est uniquement connu en France. Par conséquent, un traducteur doit être toujours bien documenté et voir comment on peut exprimer la même chose avec un autre geste. Il faut et traduire et paratraduire.

  20. Et voilà l’importance de la paratraduction. Comme on vient de lire, en France, ce geste du pouce levé a une signification totalement différent à celle qu’elle peut avoir en Espagne (voire différent aussi au reste des pays francophones). En Espagne ce geste ne veut pas dire, comme cet article nous montre, que le personnage veut une trêve (comme tout la France peut comprendre), mais que le personnage est tout à fait d’accord avec la raclée. Alors, comme le traducteur n’a pas bien compris (ou n’a pas fait attention au paratexte)les lecteurs espagnols ne comprendront pas le pourquoi du geste. C’est claire l’importance du paratexte pour la traduction, et le fait de que aucun geste (ou image), surtout dans les bandes dessinées, est innocent ou fortuit.

  21. Il faut ici prendre en considération que, bien que deux cultures partagent le même geste, il faut savoir que ce même geste peut avoir une autre signification. Dans ce cas, en France, le geste du pouce levé est utilisé pour faire une pause quand les enfants jouent. Cette signification dans ce contexte de cette BD est parfaite mais, pour que le lecteur puisse en effet parvenir à cette conclusion, il devrait avoir de vastes notions de la culture française.

  22. Il est clair l’importance de la (para)traduction et de recréer les cultures quand on traduit.
    Le traducteur doit interpréter l’image et constater que ce n’est pas un geste universel. Le traducteur ne doit pas se laisser tromper par des convictions fausses.

  23. Pour qu’un traducteur comprenne mieux la signification du pouce levé (ou un autre symbole), il (ou elle) doit se documenter. Aujourd’hui, c’est plus facile de trouver de l’information sur les cultures et, en conséquence, faire une bonne traduction. Le traducteur doit chercher un équivalent parce que le lecteur de la traduction doit comprendre la même chose que le lecteur du texte original.

  24. Le traducteur qui veut traduire un BD et comme dans ce cas l’image du pouce levé doit s’informer à l’avance pour savoir à qu’il se dirige, la culture, la langue et la perception qui a cette image dans le texte cible et sa société.

  25. Effectivement, le geste du pouce levé a une signification très différente d’une culture à l’autre, de sorte que le traducteur doit prêter attention particulière aux éléments extra-textuels du texte car on ne traduit seulement la langue elle-même (par exemple, le geste du pouce levé en France signifie une trêve temporaire dans les jeux des enfants, mais dans d’autres pays, ce n’est pas le cas). Je suis d’accord avec la conclusion apportée et je pense qu’il pourrait être la phrase qui résume ces quatre blogs sur «Astérix en Hispanie»: pour éviter d’autres erreurs de traduction comme dans le cas de ce geste, il est indispensable d’enseigner aux futurs professionnels de la traduction en particulier à traduire les structures symboliques des paratextes (puisque c’est un élément qui est trop souvent oublié) et, aussi, il est nécessaire un apprentissage de la culture et de la société de la langue cible.

  26. Le traducteur peut ajouter une bulle dans laquelle le Romain demande une pause. Mais sans cette explication un Espagnol pensera au pouce levé des empereurs romains.

  27. Levantar el dedo pulgar hacia arriba mientras cerramos la mano indica el acuerdo o la aprobación a lo que alguien dice en numerosas culturas. Sin embargo, en algunos países como en Irán se usa como insulto obsceno, que se podría traducir aproximadamente como « Que te zurzan ». Este mismo gesto significa « estupendo » o « bien hecho » en Rusia y Finlandia, pero en Japón tiene el sentido de hombre, marido, o en general varón. En ocasiones, los brasileños lo emplean para decir « Gracias ». Estamos a un sinfín de diversas interpretaciones del dedo pulgar hacia arriba. Por otra parte, podemos decir que la cultura americana penetra cada vez más en las demás culturas. Llega hasta tal punto de « eliminar » nuestras costumbres autóctonas y dejarnos influenciar por las estadounidenses(por ejemplo, ver anuncio « cine español »patrocinado por Mahou). Tenemos el ejemplo del pulgar de Facebook. Aunque en un primer momento este gesto tenía varios significados, el « good » estadounidense se generalizó de tal manera que optó ese sentido de « me gusta ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *