Métissages et traduction

Au seuil d'une porte à Menton (France) © Anxo Fernández Ocampo

Au seuil d’une porte à Menton (France) © Anxo Fernández Ocampo 

Les travaux de François Laplantine et Alexis Nouss (Le métissage, 1997; Métissages. De Arcimboldo à Zombi, 2001)) ont dévoilé et débusqué les innombrables expressions du métissage dans les domaines les plus variés de la culture: la langue, la littérature, l’architecture, la sculpture, la peinture, la géographie, la musique, le cinéma, le théâtre et la philosophie. En affichant le pouvoir conceptuel novateur du métissage pour aborder la citoyenneté, la laïcité, le racisme, la globalisation oule cosmopolitisme, Alexis Nouss (Plaidoyer pour un monde métis, 2005) est arrivé même a suggérer brillamment qu’un monde métis est un autre monde possible.

Or, sans traduction (qu’elle soit interlinguistique, intralinguistique  ou intersémiotique) rien de tout cela n’est possible. La traduction peut être considérée, en effet, comme un métissage de cultures à condition de prendre la notion de « métissage » dans le sens que lui ont donné François Laplantine et Alexis Nouss (1997 et 2001), c’est-à-dire sans jamais confondre le métissage avec des notions telles que « mélange » ou « hybridité », très à la mode ces derniers temps mais complètement éloignées du sens du mot « métissage » dans la réflexion anthropologique et traductologique. Ni une condition ni un état, le métissage désigne un processus. Le sujet contemporain sait qu’il est flux identitaire, construction permanente soumise à la multiplicité de ses diverses identités. Le traducteur, entre deux langues et deux cultures, en est un modèle. Si comme l’a si bien dit Alexis Nouss « le métissage c’est le même et l’autre », ce « et » du métissage trouve sa manifestation langagière dans la traduction (Métissage et traduction, 2009).

Tour mudéjar de San Salvador à Teruel (Espagne). Détail de l'entrelacs des étoiles de huit pointes formant des croix latines

Tour mudéjar de San Salvador à Teruel (Espagne). Détail de l’entrelacs des étoiles de huit pointes formant des croix latines 

Dans le numéro thématique Métissages et traduction d’Alterstice. Revue Internationale de la Recherche Interculturelledont je commence aujourd’hui à préparer l’édition (tout en attendant encore des réponses, toujours les bienvenues, à l’appel à textes déjà lancé), va insister sur le fait que le métissage est avant tout un état de culture traductive, un univers mental lié aux choix faits dans les familles ou les milieux qui vivent l’expérience de la migration (émigration et immigration) et du voyage. La population des plus grandes et plus vieilles civilisations est née et s’est développée d’un métissage de peuples autochtones et de gens venus d’ailleurs. Ces différents « groupes ethniques » ne sont pas du tout définis par des caractères raciaux transmis par le sang comme certains extrémistes et de droite et de gauche veulent nous faire croire, mais par des langues, des us et coutumes, des valeurs religieuses constituant un ensemble de sentiments et de souvenirs vécus et liés à des histoires personnelles et familiales de personnes étrangères qui, à maintes reprises, font recours à la traduction pour se communiquer au jour le jour et faire valoir ses droits en milieu social où elles vivent le quotidien des services publics d’éducation, de santé et de justice fournis par le pays qui les accueille. La traduction conçue ainsi comme métissage de cultures aide à comprendre que cette « ethnicité » est faite de mémoire, d’histoire, de systèmes de valeurs symboliques, qu’elle est multiple, et qu’elle est vouée, comme la traduction, à un changement constant… à un devenir métis.

J’invite, encore et toujours, chercheurs, traducteurs et interprètes à m’envoyer leurs suggestions et commentaires  autour de trois grands axes d’activité traductive du devenir métis :

  • Politiques du métissage dans la pratique quotidienne de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). Pourquoi la médiation à l’école devient apparemment impossible lorsqu’une jeune fille musulmane porte le voile ? Faut-il être jeune femme journaliste occidentale et se trouver dans une situation de médiation « non sociale » pour que l’on puisse porter le voile sans aucun problème ? Pour communiquer avec des femmes enceintes immigrantes, peut-on vraiment remplacer la présence physique ou virtuelle de l’interprète en milieu social par des « interprètes en papier », c’est-à-dire par des pictogrammes trop mal traduits ?
  • Métissages intersémiotiques mettant en œuvre la traduction intersémiotique dans les manifestations artistiques et culturelles les plus diverses. Un exemple pris dans les arts visuels musulmans est celui de l’étoile de huit pointes utilisée au Moyen-Âge dans toute la péninsule ibérique et devenue aujourd’hui l’image de marque d’une publicité institutionnelle voulant traduire toute une ville aragonaise (Teruel) ou toute région espagnole (l’Andalousie) en Espagne.
  • Métissages linguistiques réalisés dans les pratiques langagières qui font que les langues se rencontrent et s’épousent grâce à la traduction et de la langue de l’un et de la langue de l’autre dans la parole de tous les jours: emprunts et mots venus d’ailleurs dans le franglais ou le spanglish; création de langues spécifiques et autonomes (les créoles français, anglais, portugais, espagnols).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *