Interprétation-médiation XI: conclusions

Interprétation-Médiation_01L’enjeu de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) se trouve au seuil de toute prestation professionnelle où la présence réelle du professionnel de la TIMS est indéniable. En effet, ce n’est qu’après avoir vécu l’expérience du seuil que l’Interprète en Milieu Social (IMS), peut mettre en place le passage d’une culture à une autre et le transfert d’une langue à une autre. Dire que la pratique professionnelle de la TIMS est au seuil, c’est signifier que traduire et interpréter attirent sur leurs gestes quotidiens toute l’ambigüité de la marge que celle-ci introduit entre l’intervenant-fournisseur de service public et l’immigrant allophone, entre la langue et la culture de l’administration et celles de l’étranger, sans jamais privilégier aucune des deux. Être au milieu que provoque l’expérience du seuil oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone, d’un côté, et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil, de l’autre. La notion de paratraduction crée une pensée paratraductologique (pensée liminale par excellence) qui invite à considérer ce qu’il déborde des deux côtés de la marge dans cette expérience du seuil et à en mesurer les exigences axiologiques pour une pratique professionnelle et engagée de la TIMS.

Lire la suite