Interprétation-médiation V: la TIMS vécue comme expérience métisse

Métis-sagesFace aux faiblesses de l’interculturel et aux dangers d’un monde seulement multiculturel[1]la pensée du seuil implicite aux « espaces entre » que j’ai décrits dans le billet précédent aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Je ne dis rien de nouveau si je dis que les différences culturelles ont toujours été vouées à se rencontrer les unes entre les autres soit pour accueillir la différence, la traduire en l’interprétant correctement, soit pour l’atténuer ou tout simplement l’effacer dans un processus d’intégration, d’uniformisation et d’assimilation accélérées. L’acte de traduire et interpréter entre les cultures est un enjeu vital qui, se définissant avant tout comme un accueil de la différence, offre une alternative aux notions dépassées d’interculturalité et de multiculturalité, où tout est négociation pour intégrer l’étranger en lui ôtant toute marque d’étrangeté et l’accepter s’il a perdu toute marque d’altérité (Cf. Laplantine et Nouss, 1997 : 39).

Lire la suite

Interprétation-médiation I

Interprétation-Médiation_01Je commence l’année 2014 avec ce premier billet qui inaugure une nouvelle série que j’ai voulu intituler «Interprétation-médiation» en reprenant le titre du livre publié dans la collection dirigée par Jean-René Ladmiral. Les billets qui vont suivre tendent à aller à contre-courant des idées reçues sur la place, la représentation et le rôle de l’interprète professionnel lorsqu’il réalise sa tâche en médiation sociale. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que, sur les seuils du traduire, je voudrais instaurer en Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) une nouvelle perspective qui invite à considérer la pensée du seuil comme étant essentielle pour comprendre le « traduire » de l’interprète au quotidien, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Interpréter pour traduire c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant. La pratique professionnelle de la TIMS, étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil car elle rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation.

Lire la suite

Traduire c’est être « en para »

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo 
 

« Para » est en langue grecque et un adverbe et une préposition qui signifie « auprès de », « à côté de », mais aussi « devant », « face à », sans oublier « dans » et, surtout, « entre ». Depuis 2005, je rappelle à tous nos élèves du master de recherche T&P l’importance essentielle de toutes ces significations étymologiques grecques sous-jacentes dans l’usage du préfixe « para- » pour mieux fonder le concept de paratraduction en donnant à ce nouveau terme de la traductologie un sens que je veux aussi volontairement ambigu que le voulait le propre Gérard Genette pour son terme de paratexte.

Lire la suite

Du paratexte à la paratraduction

La notion de texte a toujours occupé une place centrale dans les études de traduction, car les traducteurs ne traduisent pas des langues mais des textes.

Qu’est-ce qu’un texte ? […] Un texte c’est ce que nous avons sous les yeux. Mais […] un texte n’existe que dans sa relation à un lecteur, qu’intégré par conséquent à une situation de lecture, une situation déterminée par un contexte et s’actualisant en diverses pratiques de lecture. […] c’est notre intervention sur ce texte, plus que tout autre chose, qui « le fait exister » […]. Un texte n’existe jamais seul, mais uniquement par la lecture. Il est ce que nous en faisons […].  (Gervais, 2004 : 55-56)

Lire la suite

Sur les seuils du traduire

« Sur les seuils du traduire » veut s’éloigner du trop exclusif paradigme littéraire qui continue, encore et toujours, de surcharger, d’alourdir et d’accabler les études en traduction. Dans l’activité professionnelle de la traduction, la traduction littéraire ne constitue qu’une part du marché et pas du tout la plus quotidienne. Le langage symbolique et essentiellement visuel de toutes les cultures paratextuelles s’exprime hors de la traduction du texte littéraire, dans les marges, aux seuils, de ce que traduire veut dire au quotidien. Toutes ces cultures paratextuelles constituent les matières premières de ce carnet de recherche où le lecteur trouvera des réflexions anthropologiques, sociales et culturelles mises en place à l’aide de la notion de « paratraduction » créée à l’Université de Vigo. Cette nouvelle notion traductologique veut faire avancer au-delà les « Translation Studies » tout en faisant part, ainsi, d’un nouveau courant théorique déconstructif qui interroge l’expérience du traduire à partir de la philosophie, la pensée politique, l’anthropologie, la sociologie et la sémiotique.

La notion de paratraduction apporte une nouvelle perspective en invitant à réfléchir, fidèle à l’étymologie et au sens du préfixe « para », sur ce qui se passe « au seuil » de la traduction ou « en marge » du processus traductif. En effet, la pensée du seuil est centrale pour comprendre celle de la traduction, et inversement, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Elle offre autant l’expérience du seuil, ou, plus exactement, doit d’abord refléter l’expérience du seuil pour pouvoir ensuite illustrer celle du passage. La paratraduction veut informer sur les activités présentes « aux seuils » des traductions, sur ce que ces activités paratextuelles représentent et peuvent nous apprendre concernant la subjectivité du traducteur et la nature de la présentation du produit traduit. La paratraduction aide à mettre à jour le rôle des rapports de pouvoirs (inégaux ou asymétriques) joué par l’idéologie dans la diffusion et la réception des traductions.