Interprétation-médiation XI: conclusions

Interprétation-Médiation_01L’enjeu de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) se trouve au seuil de toute prestation professionnelle où la présence réelle du professionnel de la TIMS est indéniable. En effet, ce n’est qu’après avoir vécu l’expérience du seuil que l’Interprète en Milieu Social (IMS), peut mettre en place le passage d’une culture à une autre et le transfert d’une langue à une autre. Dire que la pratique professionnelle de la TIMS est au seuil, c’est signifier que traduire et interpréter attirent sur leurs gestes quotidiens toute l’ambigüité de la marge que celle-ci introduit entre l’intervenant-fournisseur de service public et l’immigrant allophone, entre la langue et la culture de l’administration et celles de l’étranger, sans jamais privilégier aucune des deux. Être au milieu que provoque l’expérience du seuil oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone, d’un côté, et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil, de l’autre. La notion de paratraduction crée une pensée paratraductologique (pensée liminale par excellence) qui invite à considérer ce qu’il déborde des deux côtés de la marge dans cette expérience du seuil et à en mesurer les exigences axiologiques pour une pratique professionnelle et engagée de la TIMS.

Lire la suite

Interprétation-médiation X: l’interprète «en papier»

pictogramas_PortadaPictogramas para facilitar a comunicación coas mulleres embarazadas inmigrantes (« Pictogrammes pour faciliter la communication avec les femmes enceintes immigrantes ») est le titre d’une publication multilingue éditée sous format PDF par la Direction d’Assistance Sanitaire du Service Galicien de Santé du Gouvernement autonome de la Galice (la Xunta de Galicia). Le but de cette publication verbo-iconique est de faciliter la communication « sans recours à un interprète » entre le médecin (généraliste, gynécologue médical ou gynécologue-obstétricien) ou la sage-femme, d’une part, et les femmes enceintes immigrantes allophones, d’autre part, tout au long d’un suivi de grossesse sans situations à risque.

Lire la suite

Interprétation-médiation IX: l’interprète «écranisé»

IMMS_ECRANS_00Nous vivons dans une culture de l’écran, la cyberculture, entourés d’un paysage visuel et sonore où l’on trouve beaucoup de types d’écran : les écrans des télévisions placées à la maison, dans un bar, à la cafétéria, dans les chambres des hôpitaux ; les écrans présents dans les véhicules ; les grands écrans de publicité omniprésents dans les centres commerciaux, les magasins, les gares, le métro, sur la route et même dans la rue ; les écrans des consoles des jeux vidéos (Nintendo, Playstation, PSP, Xbox) ; les écrans des guichets automatiques ; les écrans de nos ordinateurs, nos tablettes ou nos téléphones portables… on dirait que tout doit passer par l’écran. Cette panoplie d’écrans on la trouve aussi dans la technologie appliquée au domaine de la Santé de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS).

Lire la suite

Interprétation-médiation VIII: l’interprète «invisible»

Suisse-Interpretariat-Phone_01Communiquer par téléphone est-ce la même chose qu’interpréter au téléphone ? Peut-on placer au même niveau commander une pizza par téléphone et avoir un malade migrant allophone au téléphone ? Être en communication téléphonique n’implique pas toujours être en liaison ! Or, l’Interprète en Milieu Social (IMS), et surtout l’Interprète en Milieu de Soins de Santé (IMSS), est là pour créer toujours des liens… pas pour « papoter ». La « familiarité », la « légèreté » et surtout la « frivolité » au téléphone ne sont jamais l’affaire d’un professionnel de la Traduction et Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS).

Lire la suite

Interprétation-médiation VII: l’interprète «ad hoc»

interprete-ad-hocDans un excellent billet de son blog de recherche T&P, Juan Jiménez Salcedo a très bien appelé en espagnol les faux interprètes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) présents devant les cours d’appel et aux tribunaux des différentes juridictions espagnoles, des « intérpretes de cartón piedra » car on dirait que l’entreprise privée qui les embauche en Espagne les a placés là de façon à imiter des ornements en pierre étant donné qu’il ne réalisent aucune tâche de manière professionnelle. Pour commencer à parler du premier faux seuil de la TIMSS, l’interprète « ad hoc », on pourrait dire que nous sommes face un interprète « carton-pâte » car ces interprètes non professionnels ont une compétence « factice », c’est-à-dire, simulée et non réellement éprouvée. Leur professionnalisme est feint, forcé, artificiel, faux. Nous sommes face à du toc, quoi ! Le carton-pâte est bel et bien « un mélange de pâte à papier et de matière plastique utilisé dans la fabrication de moulages, principalement d’imitations et de contrefaçons ». En plus, selon les situations de communication en soins de santé, l’interprète « carton-pâte » peut être modelé à volonté soit par le professionnel des services publics soit par la personne migrante, selon les fins que chacun puisse se proposer.

Lire la suite

Interprétation-médiation VI: les faux seuils de la TIMSS

faux-seuilNous voilà au 6.e billet de cette série consacrée à la pratique professionnelle de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). On a pu y remarquer que si la traduction et l’interprétation sont toujours des activités essentiellement humaines, traduire et interpréter pour les migrants sont les activités les plus « humanisées » parce qu’on y traite les thèmes les plus importants de la vie humaine : la santé (la naissance, la souffrance, la maladie, la mort), l’éducation et la justice.

Lire la suite