Sur les seuils du traduire

« Sur les seuils du traduire » veut s’éloigner du trop exclusif paradigme littéraire qui continue, encore et toujours, de surcharger, d’alourdir et d’accabler les études en traduction. Dans l’activité professionnelle de la traduction, la traduction littéraire ne constitue qu’une part du marché et pas du tout la plus quotidienne. Le langage symbolique et essentiellement visuel de toutes les cultures paratextuelles s’exprime hors de la traduction du texte littéraire, dans les marges, aux seuils, de ce que traduire veut dire au quotidien. Toutes ces cultures paratextuelles constituent les matières premières de ce carnet de recherche où le lecteur trouvera des réflexions anthropologiques, sociales et culturelles mises en place à l’aide de la notion de « paratraduction » créée à l’Université de Vigo. Cette nouvelle notion traductologique veut faire avancer au-delà les « Translation Studies » tout en faisant part, ainsi, d’un nouveau courant théorique déconstructif qui interroge l’expérience du traduire à partir de la philosophie, la pensée politique, l’anthropologie, la sociologie et la sémiotique.

La notion de paratraduction apporte une nouvelle perspective en invitant à réfléchir, fidèle à l’étymologie et au sens du préfixe « para », sur ce qui se passe « au seuil » de la traduction ou « en marge » du processus traductif. En effet, la pensée du seuil est centrale pour comprendre celle de la traduction, et inversement, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Elle offre autant l’expérience du seuil, ou, plus exactement, doit d’abord refléter l’expérience du seuil pour pouvoir ensuite illustrer celle du passage. La paratraduction veut informer sur les activités présentes « aux seuils » des traductions, sur ce que ces activités paratextuelles représentent et peuvent nous apprendre concernant la subjectivité du traducteur et la nature de la présentation du produit traduit. La paratraduction aide à mettre à jour le rôle des rapports de pouvoirs (inégaux ou asymétriques) joué par l’idéologie dans la diffusion et la réception des traductions.