Interprétation-médiation VII: l’interprète «ad hoc»

interprete-ad-hocDans un excellent billet de son blog de recherche T&P, Juan Jiménez Salcedo a très bien appelé en espagnol les faux interprètes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) présents devant les cours d’appel et aux tribunaux des différentes juridictions espagnoles, des « intérpretes de cartón piedra » car on dirait que l’entreprise privée qui les embauche en Espagne les a placés là de façon à imiter des ornements en pierre étant donné qu’il ne réalisent aucune tâche de manière professionnelle. Pour commencer à parler du premier faux seuil de la TIMSS, l’interprète « ad hoc », on pourrait dire que nous sommes face un interprète « carton-pâte » car ces interprètes non professionnels ont une compétence « factice », c’est-à-dire, simulée et non réellement éprouvée. Leur professionnalisme est feint, forcé, artificiel, faux. Nous sommes face à du toc, quoi ! Le carton-pâte est bel et bien « un mélange de pâte à papier et de matière plastique utilisé dans la fabrication de moulages, principalement d’imitations et de contrefaçons ». En plus, selon les situations de communication en soins de santé, l’interprète « carton-pâte » peut être modelé à volonté soit par le professionnel des services publics soit par la personne migrante, selon les fins que chacun puisse se proposer.

Tout ce que je viens de dire démonte entièrement le sens original de l’expression latine « ad hoc » employée pour parler de ce type d’interprète. En effet, « ad hoc » serait donc une expression que l’on emploie d’une manière ironique dans la TIMS pour désigner quelqu’un qui n’est pas du tout « parfaitement qualifié, expert en la matière ». Par contre, n’oublions jamais que la locution « ad hoc » est employée en terminologie juridique pour désigner, sans aucun sens ironique, un « juge ad hoc », c’est-à-dire, un juge adéquat, idoine, nommé spécialement « à cet effet » pour une affaire.

L’interprète « ad hoc » est celui à qui on n’a recours en TIMSS que lorsqu’il est impossible de trouver un interprète professionnel. La famille, l’ami, le collègue ou tout simplement le « technicien de surface » originaire du pays du patient ou parlant la langue du patient ne sont pas du tout la personne idéale pour traduire les mots, les gestes, les expressions, les sensations provoqués par les maux d’un patient. Les interprètes « ad hoc » sont ce que j’aime bien appeler des « interprètes par accident » car ils répondent à un besoin d’urgence dans la communication entre médecin et patient allophone, mais ils n’ont pas la formation adéquate pour réaliser le travail professionnel d’un Interprète en Milieu Social (IMS), surtout s’il s’agit d’un enfant à qui on lui demande, par exemple, d’interpréter sa mère dans une consultation gynécologique ou dans toute autre consultation où l’on traite des thèmes de soins de santé pour adultes.

La capture d’écran que j’ai faite pour illustrer ce billet provient d’une vidéo qui circule sur internet et qui fut réalisée par des responsables de la Clinique Mayo-Rochester[1]. Il s’agit d’une vidéo pédagogique qui montre à l’écran ce qu’il ne faut jamais faire en TIMS dans le domaine de la Santé. Quand un membre masculin de la famille d’une patiente devient l’interprète « ad hoc » pour que celle-ci puisse dialoguer avec le docteur, on risque de commettre une série d’erreurs qui rendent impossible l’expérience du seuil. En effet, on constate que  l’interprète « ad hoc » de la vidéo réalise sa prestation tout en restant assis au même lit que la patiente, sans retirer son manteau et sans jamais respecter la disposition triangulaire que tout IMS professionnel aurait mis en place dès la première minute.

Le capitaine Haddock doit l’immortalité à ses formidables emportements verbaux. L’interprète « ad hoc » protagoniste de cette vidéo ne lance pas des insultes étourdissantes comme le plus populaire des héros de cette mythologie du XXe siècle que sont les aventures de Tintin, mais, dans sa prestation non professionnelle, il s’emporte sans retenue à ne rien traduire des maux de la patiente, et, en un crescendo immédiat, la violence de ces non-dits s’exaspère jusqu’au plus fort degré du délirium verbal et non verbal.

Regardez et écoutez, s’il vous plaît :

Références bibliographiques :

Jiménez Salcedo, Juan (2010) Traducción-interpretación en los servicios públicos en Québec: ¿Un modelo para Andalucía?, Sevilla: Fundación Pública Andaluza, Centro de Estudios Andaluces, Consejería de la Presidencia, Junta de Andalucía.

Jiménez Salcedo, Juan (2011) « Intérpretes de cartón piedra », Tráns-hito(s). El Blog T&P de J.J. Salcedo, Vigo: Blogs de Investigación T&P. [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 21 janvier 2014

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


[1] Les renseignements que l’on trouve dans le résumé de la vidéo téléchargée sur Youtube http://bit.ly/12Z2ixr se limitent à dire ceci : « This video, made by internal medicine residents at Mayo Clinic-Rochester, is meant to be a demonstration of all of the common mistakes that can be made by medical personnel when dealing with a non-english speaking patient. What problems do you see in this encounter? »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *