Interprétation-médiation IX: l’interprète «écranisé»

IMMS_ECRANS_00Nous vivons dans une culture de l’écran, la cyberculture, entourés d’un paysage visuel et sonore où l’on trouve beaucoup de types d’écran : les écrans des télévisions placées à la maison, dans un bar, à la cafétéria, dans les chambres des hôpitaux ; les écrans présents dans les véhicules ; les grands écrans de publicité omniprésents dans les centres commerciaux, les magasins, les gares, le métro, sur la route et même dans la rue ; les écrans des consoles des jeux vidéos (Nintendo, Playstation, PSP, Xbox) ; les écrans des guichets automatiques ; les écrans de nos ordinateurs, nos tablettes ou nos téléphones portables… on dirait que tout doit passer par l’écran. Cette panoplie d’écrans on la trouve aussi dans la technologie appliquée au domaine de la Santé de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). Les entreprises américaines comme Language Line Solutions ou Language Access Network qui veulent faire leur affaire à tout prix, proposent aux hôpitaux non seulement la tablette ou l’ordinateur, mais aussi des « écrans à béquilles » comme ceux-ci :

IMMS_ecrans_01

Il est vrai que, dans un premier abord, l’écran peut faire penser à un seuil car il est bel et bien en position « para », c’est-à-dire, il fait membrane perméable entre le dedans et le dehors. Mais l’expérience du seuil de l’Interprète en Milieu de Soins de Santé (IMSS) est impossible car l’interprète en vidéo à distance est dans un faux seuil où les technologies actuelles ne lui permettent de voir que ce que l’on veut bien lui montrer en plaçant l’écran là où on a bien voulu le placer. « L’interprète liliputien » se fait tout petit comme Alice au pays des merveilles et ce à tel point que le docteur doit se pencher pour bien le voir et l’entendre.

IMMS_ecrans_02_Alice

C’est ce que j’appelle « l’interprétation par le judas de la vidéo à distance » oui le judas, cette « petite ouverture, fermée d’une grille, d’un grillage, d’une trappe amovible pratiquée généralement dans une porte, parfois dans une cloison, plus rarement dans un plafond ou un plancher, et permettant de voir sans être vu ». En effet, la métamorphose lilliputienne de l’interprète médical le transforme en un « click playmobil » que l’on déplace bien accroché à la perche à perfusion.

IMMS_ecrans_03_Perfusion

IMMS_ecrans_06_C3POOn ne peut pas éviter d’avoir cette sensation d’être en train de parler à C3PO, ce robot de Star Wars construit à partir du corps d’un droïde de protocole trouvé dans le désert et de pièces détachées. Un robot qui fut traduit par « Z-6PO ou 6PO » en suivant une parfaite paratraduction du paraverbal à l’écran dans le doublage de la version française de La guerre des étoiles pour bien coller aux lèvres des acteurs américains. Rappelons que ce personnage de la fameuse saga qui maîtrise six millions de formes de communication, se caractérise par son manque de souplesse et d’opportunité lors des relations humaines où sa loquacité nerveuse et sulfureuse provoque des malentendus. Il est bien vrai que dans tous ces nouveaux dispositifs électroniques mis en place par l’industrie, l’IMSS est visible à l’écran comme pourrait l’être un nouveau robot, mais il ne possède pas une taille humaine, ce qui rend impossible pour lui d’avoir une expérience du seuil. L’IMSS étant déshumanisé, il est sans pouvoir d’action aussi bien sur l’usager que sur le praticien ou sur la relation de la rencontre que l’on veut atteindre. IMMS_ecrans_04_CouIl n’a pas la capacité de produire un discours propre ou de transformer celui des interlocuteurs. Voilà pourquoi j’aime bien utiliser l’expression de « l’interprète écranisé » dans laquelle j’emploie le mot fétiche « écranisé » que j’ai voulu créer (Yuste Frías, 2013) pour exprimer l’« aplatissement et l’enfermement de l’interprète dans un écran ». En effet, quand l’interprète « écranisé » est placé au bord du lit, le seuil est tellement incommode que le patient tord son cou et le docteur doit s’incliner s’il veut bien voir ce que l’IMSS essaye de traduire à l’écran.

Quelle expérience du seuil peut avoir un interprète « écranisé » dans une consultation pédiatrique avec une mise en scène comme celle-ci ? :

IMMS_ecrans_05_Enfant

Il est où le fameux « triangle » du « dialogue à trois » indispensable pour toute mise en œuvre de la Traduction et d’Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS)  ? Comment peut-on expliquer à l’enfant que l’écran qui lui parle n’est pas la télé ni un jeu vidéo ?

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *