Interprétation-médiation XI: conclusions

Interprétation-Médiation_01L’enjeu de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) se trouve au seuil de toute prestation professionnelle où la présence réelle du professionnel de la TIMS est indéniable. En effet, ce n’est qu’après avoir vécu l’expérience du seuil que l’Interprète en Milieu Social (IMS), peut mettre en place le passage d’une culture à une autre et le transfert d’une langue à une autre. Dire que la pratique professionnelle de la TIMS est au seuil, c’est signifier que traduire et interpréter attirent sur leurs gestes quotidiens toute l’ambigüité de la marge que celle-ci introduit entre l’intervenant-fournisseur de service public et l’immigrant allophone, entre la langue et la culture de l’administration et celles de l’étranger, sans jamais privilégier aucune des deux. Être au milieu que provoque l’expérience du seuil oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone, d’un côté, et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil, de l’autre. La notion de paratraduction crée une pensée paratraductologique (pensée liminale par excellence) qui invite à considérer ce qu’il déborde des deux côtés de la marge dans cette expérience du seuil et à en mesurer les exigences axiologiques pour une pratique professionnelle et engagée de la TIMS.

Étant d’abord une expérience du seuil, la TIMS est toujours toute humaine et sociale. L’expérience du seuil implicite aux « espaces entre »  aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Par conséquent, il est évident que pour le Groupe T&P, la mise en œuvre éthique et politique de la TIMS implique une réalisation pratique de la logique du devenir métis. Étant des pensées du lien, de la relation et de la transformation, la traduction et l’interprétation sont surtout des pratiques professionnelles métisses (c’est-à-dire, à la fois métissées et métissantes) et, par conséquent, elle sont bien plus des opérations transculturelles que des procédures interculturelles ou des modalités multiculturelles.

faux-seuilOr, certaines institutions et certaines entreprises travaillent tous les jours pour annuler la présence physique de l’être humain interprète parce que, soi-disant, elle devient trop chère. Et voilà comment les fausses politiques de migration des institutions publiques et la recherche de la bonne affaire économique des entreprises privées ne font que créer de faux seuils dans la pratique quotidienne et non professionnelle de la Traduction et d’Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS). Or la pratique professionnelle de la TIMSS ne peut jamais être une action purement technique parce qu’elle ne peut pas être totalement neutre comme l’est une machine tel que le voudrait certaines entreprises technologiques de l’ère numérique. Ces entreprises (comme par ailleurs la plupart des institutions publiques) sont essentiellement ancrées dans l’image du pont et l’idée du passage quand il s’agit de concevoir la traduction et l’interprétation dans la mise en marche des produits qu’elles vendent. Par conséquent, on ne saurait se passer de la présence physique et humaine de l’interprète, surtout en médiation médicale. Ainsi donc, face à « un bout de papier imagé », à une « machine au téléphone », à un « écran parlant » ou, dans un avenir tout proche, à un « hologramme parlant », la présence humaine, réelle et professionnelle de l’IMS est la seule qui, au seuil de toute médiation, garantit, par exemple, la possibilité de dévoiler le regard qui se cache derrière ce voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut toujours pas lire ni interpréter pour en traduire le symbole. Il faut cesser d’admettre ces faux outils que les institutions et les entreprises mettent en place pour remplacer l’être humain qui traduit et interprète l’Autre dans des situations que l’on veut appeler sociales et qui sont toujours de très forts moments de vie privée où une personne allophone entre en contact avec l’administration la plupart des fois dans des situations de détresse.

VIVRE ENSEMBLELa non présence de l’interprète en aval ou du traducteur en amont implique, inéluctablement, l’indifférence, l’indifférenciation ou le choc des cultures. Or, le vouloir vivre ensemble se joue toujours dans la différence. Dans le quotidien de la prestation des services publics aux citoyens allophones, les interactions sociales, économiques, politiques et culturelles deviennent impossibles sans la traduction et l’interprétation de l’Autre dûment réalisées par des traducteurs et des interprètes professionnels. Par conséquent, la présence réelle de l’interprète dans la médiation sociale s’impose dès le premier abord. L’IMS est une personne qui assume sa présence tout en étant conscient de son rôle dans la médiation sociale mise en place dans les différents services publics. Justice, santé et éducation sont les trois secteurs publics où la pratique professionnelle de la TIMS se développe pour assurer et faire valoir ce que de droit dans une société démocratique et civilisée. Des trois secteurs publics mentionnés, la santé est celui qui demande le plus de services d’interprétation, bien plus que le secteur judiciaire. La pratique professionnelle de la traduction et l’interprétation en milieu médical est aussi celle qui présente le plus grand nombre de difficultés car de l’impact de la présence réelle de l’interprète, faisant preuve de l’expérience du seuil, dépend la qualité des soins auprès des populations migrantes allophones.

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *