Paratraduction : aux seuils de la traduction

Paratraduction : aux seuils de la traduction est le titre de ma contribution au 1er Congrès Mondial de Traductologie tenu du 10 au 14 avril 2017 à l’Université Paris-Nanterre…
Au Nom de la Traduction
À la Mémoire d’Umberto Eco, Président d’honneur de la Société Française de Traductologie.

Paratraduction : un nouveau produit au catalogue des concepts traductologiques?

Qu’est-ce que la paratraduction ? Cliquez sur l’image pour regarder la vidéo VOSA (Version originale en espagnol avec sous-titres en anglais) où je réponds à cette question en moins de 2 minutes

Le marché des études de traduction (Translation Studies) étant suffisamment fourni, il s’agit plutôt de dessiner une aire paradigmatique propice à renouveler le questionnement sur la pratique et la théorie de la traduction. Au demeurant, une si large ouverture épistémologique convient à la diversité des aspects que la notion de paratraduction est susceptible de prendre. Or, cette ouverture épistémologique ne saurait se clore en un tableau figé auquel on est voué quand on est obligé de répondre, en 2 minutes et à l’écran, à une question comme celle-ci : qu’est-ce que la paratraduction ?

Gérard Genette © Philippe MATSAS/Opale

Notre terme de paratraduction vient de Gérard Genette et de sa notion de paratexte, à savoir tout ce qui sert d’appareillage médiateur entre un lecteur et un texte, depuis les titres et les préfaces jusqu’aux témoignages des auteurs en passant par les notes et les illustrations, « ce par quoi un texte se fait livre et se propose comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public » (Genette, 1987 : 7-8). Dans la trilogie critique genettienne (Genette, 1979, 1982 et 1987) consacrée à la transtextualité, à savoir tout ce qui met un texte en relation avec d’autres textes, Palimpsestes et Seuils mentionnent la traduction sans qu’elle n’y reçoive un traitement conséquent. Le premier ouvrage consacre quelques pages à la traduction dans une section traitant de la transposition dont elle serait une manifestation linguistique tandis que la conclusion du second exprime le regret d’avoir dû renoncer à la considérer. Cet évitement semble lié à ce qu’implique la nature même de la traduction, sa pluralité linguistique, et qui demanderait à la lecture genettienne un dispositif critique autonome et une approche pragmatique spécifique.
La fonction primordiale du paratexte est non seulement de présenter mais aussi de rendre présent le texte, c’est-à-dire, d’en assurer la présence au monde, la réception, voire la ‹consommation›, par des lecteurs. Paratexte est pour Genette ce par quoi un texte se fait livre, et se propose comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public. Le but primordial de tout paratexte est de faire en sorte que le texte devienne un objet de lecture pour le public, c’est-à-dire, de le transformer en un livre.
Tout texte est toujours édité selon une politique éditoriale qui indique la manière dont on conçoit et on règle la production de sens. Ces réglages de sens des textes varient d’une époque à une autre, d’un espace culturel à un autre et, par conséquent d’une langue à une autre, en fonction de certains paratextes, c’est-à-dire en fonction de l’ensemble formé par les productions verbales, iconiques, verbo-iconiques ou des productions matérielles qui, dans un espace restant compris à l’intérieur de la publication éditée, entourent, enveloppent et accompagnent le texte (les péritextes), et, dans un espace physique et social virtuellement illimité, situé hors de l’espace matériel du texte, prolongent le texte et y font référence (les épitextes). Ces signalisations paratextuelles semblent ne pas faire partie du contenu du texte à traduire et ont été considérées plutôt comme son enveloppe, son habillage. Or, ces marques constituent une incitation à traduire d’une certaine manière… à paratraduire. Sachant très bien que l’ensemble des différents types de paratextes aident à construire l’image du texte traduit comme le fait le regard avec l’objet, le traducteur devient le premier agent paratraducteur qui s’occupe de paratraduire les paratextes.

Depuis la publication des travaux de Genette, tout le monde sait que le texte ne peut pas exister seul, qu’il ne peut y avoir de texte sans paratexte. Le paratexte est essentiel pour l’ancrage pragmatique du texte. Comprendre le rôle des éléments paratextuels revient à s’interroger sur la nature du lien indissoluble qui unit le paratexte au texte. « Et si le texte sans son paratexte est parfois comme un éléphant sans cornac, puissance infirme, le paratexte sans son texte est un cornac sans éléphant, parade inepte » (Genette, 1987: 413). Au sein du Groupe T&P nous répétons à maintes reprises cette fameuse métaphore de l’éléphant et de son cornac de Gérard Genette pour insister, encore et toujours, sur ce lien indissoluble qui existe entre texte et paratexte et qui doit exister entre traduction et paratraduction. Si les paratextes présentent les textes, les paratraductions présentent les traductions. Car si l’« on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de texte, sans paratexte », comme dit Gérard Genette (1987: 9-10), alors, il faut affirmer aussi qu’il ne peut jamais exister de traduction sans paratraduction. C’est grâce à la paratraduction que le traducteur peut assurer la réception de sa traduction dans la survivance d’un texte, car la paratraduction rend possible la transformation de toute traduction en événement : une traduction sans paratraduction n’est qu’un pur incident (Yuste Frías, 2010 : 292-293). Un texte traduit sans que ses paratextes ne soient paratraduits est semblable à un éléphant sans cornac, une « puissance infirme », car, malgré le niveau d’excellence avec lequel le texte ait été traduit, si le contenu paratextuel n’est pas traduit, il n’existera pas dans le monde de l’édition et donc personne ne le lira. Et inversement, un paratexte traduit sans que le texte qu’il présente ne le soit est comme un cornac sans éléphant, une « parade inepte », c’est-à-dire un spectacle dépourvu de la puissance du sens à rechercher dans le texte, un spectacle dépourvu d’intelligence qui dure le temps de la campagne publicitaire du livre, du DVD ou du jeux vidéo que l’on veut vendre mais qui n’est toujours pas prêt parce que la traduction de chaque texte correspondant n’est pas encore achevée. Si l’on considère les traductions comme des produits composés de textes (« éléphants ») et paratextes (« cornacs »), l’oubli de l’un de ces deux éléments dans le processus de traduction compromet beaucoup le succès de ces traductions. Deux situations peuvent en découler : soit l’éléphant détruit tout sur son passage, soit le cornac passe pour le dernier des idiots ! C’est parce que traduction et paratraduction sont toujours inséparables que le Groupe de recherche de référence (TI4) de l’Université de Vigo ne s’est pas contenté de la conjonction copulative « y » pour unir les deux notions, il a plutôt opté pour le signe appelé esperluette en français, et en espagnol et ampersand en anglais : [&]. Cette graphie moderne du digramme latin « et » n’est ni une lettre ni un signe de ponctuation, mais plutôt tout un symbole, concrètement un idéogramme du tracé original d’un lien, d’un nœud, du dessin d’une corde qui se noue : une ligature en fin de compte. Voilà pourquoi, au sein du Groupe T&P, l’utilisation du signe « & » sert à représenter tout ce sens symbolique de l’union que l’on veut qu’il y ait toujours entre la traduction, d’un côté, et la paratraduction, de l’autre. (Cf. Yuste Frías, 2015 : 330)

La paratraduction est ce par quoi une traduction se fait produit traduit, se proposant comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public. C’est un nouveau terme de la traductologie que j’ai créé aux origines du Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P) fondé à l’Université de Vigo pour analyser l’espace et le temps de toute écriture qui entoure, enveloppe, prolonge, introduit et présente la traduction proprement dite en assurant sa présence au monde, sa réception et sa consommation non seulement sous la forme d’un livre mais aussi sous toutes les formes de production numérique possibles à l’écran (livre électronique, CD-ROM, CD-I, DVD, Page Web, Jeu vidéo, etc.).
Le concept de paratraduction est né pour étudier le pouvoir et les enjeux esthétiques, politiques, idéologiques, culturels et sociaux non seulement des paratextes des traductions publiées dans le marché éditorial mais aussi de toutes ces productions paratextuelles situées au seuil de toute activité traduisante.
La paratraduction veut informer sur les activités présentes au seuil de la traduction, sur ce qu’elles représentent et peuvent nous apprendre concernant la subjectivité du traducteur et la nature de la présentation du produit traduit.
La paratraduction aide à mettre à jour le rôle des rapports de pouvoirs (inégaux ou asymétriques) joué par l’idéologie dans la diffusion et la réception des traductions.
Paratraduction veut être un terme nouveau de la traductologie qui s’insère dans un courant théorique interrogeant désormais la traduction à partir de la philosophie, de la pensée politique, de l’anthropologie, de la sémiotique. (Yuste Frías, 2010 : 291-292)

Une acception immédiate se contentera de proposer la paratraduction comme la traduction du paratexte mais un tel choix présente un faible apport épistémologique car il ne fait qu’agrandir le corpus des textes offerts au regard traductologique sans susciter une nouvelle théorisation. Il serait dommage de ne pas donner à la notion une extension dont profiterait la traductologie.

Premier plan d’un seuil. Photo prise par © Anxo Fernández Ocampo

Face à « la fréquence de la métaphore du pont et l’insistance sur l’idée de passage dans les analyses traitant la traduction » (Nouss, 2012 : 48), la notion de paratraduction vient dégager une nouvelle perspective en invitant à réfléchir, fidèle à l’étymologie et au sens du préfixe parasur ce qui se passe en marge du processus traductif ou, plus précisément, au seuil de la traduction (Yuste Frías, 2010). En effet, la pensée du seuil est centrale pour comprendre celle de la traduction, et inversement, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Elle offre autant l’expérience du seuil, ou, plus exactement, doit d’abord refléter l’expérience du seuil pour pouvoir ensuite illustrer celle du passage.

Dire que la traduction est au seuil, c’est signifier que traduire attire sur son geste toute l’ambiguïté de la marge, l’indécidabilité que celle-ci introduit entre le dedans et le dehors et, ici, entre le texte original et le texte traduit. À l’encontre des théories et surtout de la pédagogie qui s’épuisent encore à intensifier l’importance de l’un au détriment de l’autre, quel qu’il soit, la posture paratraductologique invite à considérer ce qui déborde les deux entités textuelles et à en mesurer les exigences axiologiques. […] Nul antagonisme notionnel, au demeurant, entre seuil et passage : un seuil est un lieu de passage et accueillera donc une multitude de mouvements mais ceux-ci ne doivent occulter l’importance du seuil en tant que tel et n’en suggérer l’abord que dans une perspective séquentielle (le seuil comme lieu pour le passage). Si le français « seuil » fait davantage signe vers la pesanteur du sol, l’anglais « threshold » retient dans « thresh » l’idée dynamique de la frappe du pied et dialectise donc l’arrêt (hold) et la mobilité, similairement au champ sémantique de l’allemand « Schwelle ». Une incertitude (passer ou non) que porte l’espagnol « umbral », l’indistinction, l’indécision ou plutôt la suspension de la décision – comment traduire ? – […] (Nouss, 2012 : 49)

Le terme de paratraduction, tel que nous le théorisons à l’Université de Vigo, trouve son application méthodologique à trois niveaux :

  • Un niveau empirique ou paratraductif à proprement parler. Un niveau qui étudie les éléments paratextuels, verbaux et non-verbaux (provenant de codes sémiotiques tels que le visuel et l’auditif), liés physiquement ou virtuellement au texte à traduire. Cela demande de préparer le professionnel à l’acquisition de stratégies de traduction différentes de celles auxquelles il est habitué lorsqu’il travaille seulement et exclusivement avec le code linguistique.
  • Un niveau sociologique ou protraductif. Un niveau qui étudie les agents, les normes, les procédures et les institutions attachés au processus traductif dans tout son déploiement (phases, stratégies, etc.).
  • Un niveau discursif ou métatraductif. Un niveau qui étudie les discours sur la traduction guidant son fonctionnement tout en la conceptualisant et en assurant son rôle dans la société.

Il n’est certes pas nouveau d’étudier ces phénomènes. Ce qu’apporte une pensée de la paratraduction est de dégager ce qui unit ces trois niveaux afin de cerner un positionnement méthodologique commun qui se situe autour de la traduction, concrètement au seuil de la traduction (Yuste Frías, 2010) ou, autrement dit, dans les marges et, surtout, à la marge de la traduction (Yuste Frías, 2015), attentif à ce qui en influence ou en détermine l’opération traductive à la périphérie du texte (Yuste Frías, 2012) et qui échappe aux grilles de lecture de la traductologie traditionnelle adaptées au seul cadre du texte traduit oubliant la paratextualité. Le regard paratraductologique affirme : il y a de la marge et celle-ci, active aux niveaux prémentionnés –paratraductif au sens strict, protraductif et métatraductif–, participe pleinement du processus traductif. Du reste, notre motivation épistémologique est liée à la nature même de l’acte traductif qui trouve sa légitimité d’un statut en marge de l’original, sans que cela n’implique aucune infériorité sauf à être idéologiquement décidée.

Il importe d’être consistant par rapport à cette condition fondamentale et, en conséquence, de démarginaliser la marge dans le processus traductif. D’accepter qu’une éthique du seuil guide notre pratique traductive. Demeurer au seuil, sans en faire un préliminaire, le préambule au passage, à la pénétration dans la langue et le texte étranger. Car l’attente ne définit pas plus le seuil que la fonction, le skopos ou le vouloir-dire ne disent la vérité du traduire. Ces termes, au cours élevé sur le marché de la didactique de la traduction, servent peut-être des buts pédagogiques mais ils ne disent rien sur la nature du phénomène. (Nouss, 2012 : 53)

Depuis que le concept de paratraduction fut créé pendant l’année scolaire 2004-2005 au sein du Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P) de l’Université de Vigo (Espagne), le nouveau terme traductologique est devenu une notion qui a permis d’ouvrir de nouvelles perspectives théoriques, didactiques et professionnelles dans l’offre et la demande du marché quotidien non seulement de la traduction, mais aussi de l’interprétation (Yuste Frías, 2013 et 2014). Dans le domaine de la recherche des études de traduction (Translation Studies), tout un programme doctoral international portant le même nom que celui du groupe de recherche est en marche depuis la fondation du groupe : 16 thèses de doctorat ont été soutenues jusqu’à présent. Cliquez ici pour consulter la page web du Programme doctoral international Traduction & Paratraduction (T&P).

Pour vérifier l’impact international acquis par la notion de paratraducción, veuillez consulter ci-dessous, s’il vous plaît, les deux bibliographies actualisées suivantes :

  • Si vous cliquez sur Biblio_IMPACTOS_Paratrad. (Bibliografía impactos paratraducción), vous y trouverez les 100 publications scientifiques rédigées en espagnol, galicien, catalan, portugais brésilien, italien, français, anglais, allemand, chinois, russe et grec par des chercheurs nationaux et internationaux qui, n’appartenant pas au Groupe T&P, ont employé la notion de paratraduction dans leurs recherches.
  • Si vous cliquez sur Biblio_GRUPO_Paratrad. (Bibliografía Grupo Traducción & Paratraducción [T&P]), vous  pourrez y consulter et avoir accès à la plupart des plus de 300 références bibliographiques des publications du Groupe T&P éditées jusqu’à présent.

Bonne lecture !

Bibliographie citée dans ce billet :

  • Genette, Gérard (1979) Introduction à l’architexte, Paris : Seuil.
  • Genette, Gérard (1982) Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris : Seuil.
  • Genette, Gérard (1987) Seuils, Paris : Seuil.
  • Nuselovici (Nouss), Alexis (2012) « La traduction : au seuil », dans Ève de Dampierre, Anne-Laure Metzger, Vérane Partensky et Isabelle Poulin [éds.] Traduction et partages : que pensons-nous devoir transmettre ?, ouvrage issu du XXXVIIe Congrès de la Société Française de Littérature Générale et Comparée (SFLGC), Bordeaux : Université Bordeaux Montaigne, pp. 46-64.
  • Yuste Frías, José (2015) « Paratraducción: la traducción de los márgenes, al margen de la traducción » Delta, vol. 31, special issue: 317-347.
  • Yuste Frías, José (2014) « Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social », dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard, pp. 80-100. Deuxième édition (sans images).
  • Yuste Frías, José (2013) « Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social », dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastiques» dirigée par Jean-René Ladmiral,  pp. 115-145. Première édition (avec images).
  • Yuste Frías, José (2012) « Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature », dans Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien : Peter Lang, pp. 117-134.
  • Yuste Frías, José (2010) « Au seuil de la traduction : la paratraduction », dans Naaijkens, T. [ed.] Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels, Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien : Peter Lang, col. Genèses de Textes-Textgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, pp. 287-316.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *