Identité culturelle et TIMS

François Jullien : «Une culture n’a pas d’identité car elle ne cesse de se transformer»

Se pencher sur la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) c’est se pencher sur la problématique identitaire puisque traduire et interpréter l’interaction du migrant avec l’autre et avec son environnement d’accueil implique des processus de comparaison, de reconnaissance et de différentiation des identités. Or, l’identité n’est pas un concept, c’est un sentiment complexe à appréhender et difficile à saisir qui se construit et se modifie par les contacts avec l’autre grâce à la tâche professionnelle du traducteur-interprète en milieu social.

J’insiste, l’identité n’est pas un concept à proprement parler, mais plutôt quelque chose qui relève de l’affectif. Pour reprendre la fameuse conclusion de Claude Lévi-Strauss lors du séminaire interdisciplinaire qu’il dirigea au Collège de France (1974-1975), l’identité est « une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu’il ait jamais d’existence réelle » [1]

Un professionnel de la TIMS ne met jamais en équation identité et appartenance car il est toujours conscient des multiples appartenances dont sont porteurs et les sujets migrants et les intervenants-fournisseurs-prestataires de services publics. Les notions d’interculturalité et de multiculturalité concevant les identités culturelles comme des ensembles homogènes et compacts, ont circonscrit le migrant à un territoire d’origine en procédant à la territorialisation de tout thème culturel : on traduit le sujet migrant pour l’enfermer dans son appartenance et l’assigner à résidence. Or un traducteur-interprète ne pense jamais les cultures comme des blocs homogènes immuables. Au contraire, il sait que toutes les cultures ont muté au fil des temps, ainsi que leur diversité interne, car c’est grâce à la tâche du traducteur-interprète que toute culture ne cesse de se transformer. Quand une culture ne se transforme plus, quand elle n’est plus traduite, elle est morte. Sous les perspectives retranchées de l’interculturel et du multiculturalisme, la catégorie d’identité s’est opposée ainsi aux sensations de multi-appartenance inhérentes au processus de métissage présent lors de toute pratique professionnelle de la TIMS [2].

J’ai constamment insisté jusqu’ici sur le fait que l’identité est faite de multiples appartenances : mais il est indispensable d’insister tout autant sur le fait qu’elle est une, et que nous la vivons comme un tout. L’identité d’une personne n’est pas une juxtaposition d’appartenances autonomes, ce n’est pas un « patchwork », c’est un dessin sur une peau tendue ; qu’une seule appartenance soit touchée, et c’est toute la personne qui vibre. [3]

À l’aide de la catégorie d’identité réduite à une seule appartenance, on est arrivé à forger la notion centrale d’identité culturelle pour créer de l’exclusion, montrer les groupes ethniques les uns contre les autres, pour enfermer aussi bien l’individu que le groupe dans une espèce d’autochtonie dérisoire. C’est bien pour cela que, sous les perspectives de l’interculturel et du multiculturel, l’identité de l’autre nous renvoie presque toujours aux origines du migrant, victime première de la conception tribale, exclusive, bigote et simpliste de l’identité où une seule appartenance, proclamée avec rage, compte. Elle immobilise. Elle est incapable de penser le devenir qui surgit de la rencontre transculturelle mise en œuvre par la traduction et l’interprétation. L’interculturalité est toujours tributaire d’un cadre politique qui ressort de la culture du pays hôte où les immigrés doivent atténuer leur distinction afin de se fondre dans le tissu social. C’est le modèle de l’intégration républicaine à la française qui prône une culture commune (voire une identité nationale) centrée sur la langue française tout en considérant l’enrichissement de la diversité culturelle contemplée sous l’angle de la négociation permanente pour une meilleure intégration du migrant dans la société d’accueil. Tous égaux face à la République sans aucune distinction culturelle et encore moins cultuelle, mais dès qu’il y a un problème, les origines se mettent en relief. Un professionnel de la traduction et de l’interprétation doit  toujours mettre en doute l’interculturel et le multiculturel dans leur essentialisme, mettre en doute l’idée selon laquelle toute identité culturelle trouve son origine dans une sorte d’essence préexistante. S’il ne le fait pas il peut tomber dans le piège de rapprocher la notion d’identité culturelle à cette pensée de l’espace bien découpé que privilégie, par exemple, le multiculturalisme conservateur de l’Amérique du Nord que l’on pourrait appeler communautarisme dans sa forme la plus radicale ou, bien encore, racisme puisqu’il en a tous les traits. Le multiculturalisme où tout est question de frontières c’est de l’indistinctement distinct, de la juxtaposition spatiale qui est le contraire de la transmutation métisse des processus traductifs et paratraductifs que l’on veut commencer à vivre dans les villes du monde globalisé d’aujourd’hui. Un pro de la TIMS sait qu’il n’y a pas d’identité culturelle mais qu’il est là pour défendre les ressources des cultures.

Pour une didactique et une recherche renouvelées en TIMS, et, surtout, pour une meilleure régularisation des situations légales et illégales du sujet migrant en Europe, il s’agirait d’observer quel type d’identité s’est mise en place dans chaque détail de toutes les productions paratextuelles présentes aussi bien dans les commandes de traduction que dans les commandes d’interprétation: une identité-racine  ou bien une identité-relation ? L’identité-racine, propre à l’interculturel et au multiculturel, est ratifiée par la prétention à la légitimité qui mobilise la pensée de l’autre et du voyage exilique du migrant ensouchant la pensée de soi et du territoire ; elle permet à une communauté de proclamer son droit à la possession d’une terre, laquelle devient ainsi territoire. Par contre, « l’identité-relation », propre au transculturel, exalte la pensée de l’errance et de la totalité ; elle ne conçoit aucune légitimité comme garante de son droit, mais circule dans une étendue ; elle ne se représente pas une terre comme un territoire, d’où on projette vers d’autres territoires, mais comme un lieu où on donne-avec  et on peut tout com-prendre.

Sans la pratique quotidienne des traducteurs et des interprètes, aucune culture ne peut dialoguer avec une autre. Étant une pensée du lien, de la relation et de la transformation, la traduction est surtout une pratique professionnelle métisse (c’est-à-dire, à la fois métissée et métissante) et, par conséquent, elle est bien plus une « opération transculturelle » qu’une « procédure interculturelle ou une modalité multiculturelle »[4]. Prôner la transculturalité de « l’identité-relation » dans la TIMS consisterait à ne plus penser l’interculturel ou le multiculturel comme des appropriations d’une culture « authentique », « légitime » et « retranchée » à la recherche permanente de ses « origines » mais, plutôt, à penser l’interculturalité et la multiculturalité sous la perspective du paradigme de la traduction, c’est-à-dire :

à montrer que ce que chaque culture s’imagine avoir en propre (ce dont elle fait un trait caractéristique essentiel) est certainement l’effet d’une traduction, voire d’une succession de traductions – de telle façon qu’il serait presque impossible de démêler l’originel du traduit. Il s’agit de battre en brèche tout discours qui persévérerait dans la quête d’un contenu culturel authentique (quelque chose qui appartiendrait en propre à une culture et à cette culture seulement). [5]

Le transculturel est ce qui relève le plus de la TIMS car il désigne la mise en commun ou l’adoption généralisée de formes culturelles. Des éléments passent d’une culture à une autre lorsqu’ils peuvent exister dans les deux, si bien que, grâce à la TIMS, le transculturel désigne les voies de passages suscitant et aidant les opérations de déterritorialisation et reterritorialisation. Dans le dialogue transculturel de la TIMS les identités sont en construction permanente. Quand je traduis et j’interprète en milieu social je me transforme en l’autre et l’autre se transforme en moi, me permettant de vivre un devenir métis où toutes les identités culturelles sont présentes à 100 % sans perdre aucune de leurs appartenances. Et ce malgré les préjugés et stéréotypes culturels des représentations sociales véhiculées par les médias et l’entourage.

NOTES:

[1] Lévi-Strauss, Claude [dir.] (1977) L’identité, Paris : PUF, 1987, p. 332.

[2] Yuste Frías, José (2013) « Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social », dans Benayoun, Jean-Michel & Élisabeth Navarro [eds.], Interprétation et médiation. Deux objets pour un concept pluriel, Michel Houdiard Éditeur, Paris, 2014, p. 121-123.

[3] Maalouf, Amin (1998) Les Identités meurtrières, Paris, Grasset, p. 34.

[4] Nouss, Alexis (2005) Plaidoyer pour un monde métis, Paris, Textuel, p. 43

[5] Crépon, Marc (2004) « La traduction entre les cultures » Revue Germanique Internationale, 21, p. 78, Publication disponible en ligne (consultée le 13/05/2014) : http://rgi.revues.org/998

BIBLIOGRAPHIE:

Jullien, François (2016) Il n’y pas d’identité culturelle mais nous défendons les ressources d’une culture, Paris : L’Herne.

Yuste Frías, José (2016) «Por una comunicación transcultural en los servicios públicos de traducción e interpretación» en Óscar Ferreiro Vázquez [ed.] Traducir e interpretar lo público, Granada: Comares, ISBN: 978-84-9045-350-6, pp. 105-119.

Yuste Frías, José (2015) «Traduire et interpréter le migrant : TIMS et expérience exilique», dans Navarro, Élisabeth et Jean-Michel Benayoun, [éds.] Interprétation et médiation. Volume 2. Migrations, représentations et enjeux socioréférentiels, Paris: Michel Houdiard, ISBN: 978-2-35692-130-7, pp. 90-101.

Yuste Frías, José  (2014) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monographie n.º 4: 91-111.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *