Le migrant est un exilé

« Migrant », « exilé », « réfugié » : comment saisir le poids des mots ? Le choix des mots n’est pas neutre à l’heure où les médias du monde entier parlent de «crise» migratoire. Quand on aborde le phénomène migratoire dans les études de traduction et d’interprétation, le souci terminologique devrait toujours s’imposer. Or, voilà que lorsqu’un chercheur en Traduction et Interprétation en Milieu Social (TIMS) avec un minimum d’attention lexicologique se pose la question du terme à employer pour parler de la personne allophone pour qui le professionnel de la TIMS doit traduire et interpréter, il peut facilement produire une liste de termes affichant une contigüité synonymique dangereusement franche.

La liste, non exhaustive, comprendrait : exilés, étrangers, émigrés, immigrés, migrants, issus de l’immigration, expatriés, rapatriés, déplacés, déracinés, réfugiés, demandeurs d’asile, clandestins, sans-papiers, apatrides, bannis, proscrits, parias, errants, exclus, disparus, refoulés, déportés, relégués[1], réprouvés, fugitifs, personae non gratae, Gastarbeiters, boat people, alliens, border crossers, non-citizens[2], nomades, cosmopolites, métèques. [3]

Bruno Catalano, dans cette sculpture, montre-t-il le vide que représente l’exil quand on est obligé d’abandonner son territoire ou, plutôt, l’espace ENTRE de l’expérience exilique où tout es possible ?

Faute d’un nettoyage terminologique, le professionnel de la TIMS est confronté à de nouvelles réalités migratoires complexes incluant des catégories aussi variées que celles de cette liste de termes publiée par Alexis Nouss où la pensée du territoire de départ ou d’arrivée s’avère fondatrice. Ces nouvelles réalités migratoires dont le noyau existentiel commun est l’expérience « exilique » créent de nouveaux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social[4] où la présence physique du traducteur-interprète est indéniable car il y traduit et interprète les logiques d’appartenance implicites et explicites dans les différentes expériences de l’exil du sujet migrant. Tel que nous le rappelle Alexis Nueselovici (Nouss) dans une des toutes premières publications du programme de recherche thématique Non-lieux de l’exil accueilli par la Fondation Maison des sciences de l’homme, le migrant est d’abord un exilé qui, à son tour, « est à la fois, et non pas successivement, émigrant et immigrant »[5] En effet, lors de toute mise en œuvre de la TIMS, chaque migrant déploie une expérience exilique différente et c’est très précisément cette différence qu’il faut traduire et interpréter pour que l’on cesse de construire un savoir sur le migrant qui, lors de chaque intervention du professionnel est sans cesse objectivé à partir de données territoriales et d’appartenances nationales en vue d’une meilleure intégration. La pratique professionnelle de la TIMS devrait tenter de comprendre et d’adopter la perspective subjective du migrant en fondant et percevant son identité de migrant sur son expérience d’exilé qui n’est jamais liée, en réalité, à un seul lieu (origine ou accueil) mais, plutôt, bipolarisé entre sa source et sa destination.

Dans l’ensemble des discours sociologiques portant sur la migration, s’il est reconnu un point de départ et un point d’arrivée pour retracer ses parcours, l’accent est mis sur l’un des deux pôles, les modèles politiques reproduisant une telle polarité dans la mesure où l’intégration républicaine privilégie l’identité d’arrivée, le multiculturalisme communautariste l’identité de départ. Or, l’expérience exilique conjoint les deux, suscitant et étayant une dynamique de multi-appartenance dont les logiques citoyennes des État-nations ne parviennent pas toujours à intégrer la complexité. (Nuselovici, 2013 b : 5)

Traduire et interpréter l’autre n’a rien à voir avec la logique des discours identitaires forts, tous ancrés, aussi bien à l’extrême droite (fascisme) qu’à l’extrême gauche (nationalisme), sur le territoire, voire le terroir. Très loin d’une pensée territorialisée (être ou ne pas être né quelque part), la TIMS déterritorialise l’autre en mettant en place, grâce à la notion de paratraduction[6], une pensée du seuil qui rend possible la traduction et l’interprétation de chaque expérience exilique implicitement ou explicitement présente dans le devenir métis du sujet migrant.

 

Références bibliographiques:

[1] « La relagatio des Latins qui frappa, par exemple, Ovide. Le poète fut envoyé sur les rives de la Mer Noire tout en gardant ses droits et propriétés à Rome. », in Nuselovici (Nouss), Alexis (2013b), 4, note 2, L’exil comme expérience, FMSH-WP-2013-43, septembre 2013 [en ligne], Paris : Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH). Consulté le 9/07/2014

[2] « Ces derniers exemples en d’autres langues pour montrer que l’exercice devrait être entrepris dans d’autres contextes nationaux afin de repérer à la fois les tendances discursives communes et les particularités inhérentes à chaque cadre culturel. La pensée du territoire, de ses délimitations et de ses exclusions, s’avère fondatrice pour toute culture et aucune utopie globalisante n’est, jusqu’à présent, parvenu à en effacer la nécessité. », in Nuselovici, 2013b : 4, note 2, op. cit.

[3] Nuselovici, 2013b : p. 4.

[4] Yuste Frías, José (2013) « Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social », dans Benayoun, Jean-Michel & Élisabeth Navarro [eds.], Interprétation et médiation. Deux objets pour un concept pluriel, Michel Houdiard Éditeur, Paris, 2014, p. 80-100.

[5] Nuselovici (Nouss), Alexis (2013a) Étudier l’exil, FMSH-PP-2013-09, septembre 2013 [en ligne], Paris : Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH). Consulté le 9/07/2014

[6] Yuste Frías, 2013 : p. 123-125.

 

Bibliographie:

  • Yuste Frías, José (2015) «Traduire et interpréter le migrant : TIMS et expérience exilique», dans Navarro, Élisabeth et Jean-Michel Benayoun, [éds.] Interprétation et médiation. Volume 2. Migrations, représentations et enjeux socioréférentiels, Paris: Michel Houdiard, ISBN: 978-2-35692-130-7, pp. 90-101.
  • Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», DEUXIÈME ÉDITION dans Benayoun, Jean-Michel & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard, ISBN: 978-2-35692-125-3, pp. 80-100.
  • Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», PREMIÈRE ÉDITION dans Benayoun, Jean-Michel & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastiques» dirigée par Jean-René Ladmiral, ISBN: 979-109146-7421, pp. 115-145.
  • Yuste Frías, José (2012) «Traducir la frontera en la frontera» dans Cruces Colado, Susana, Maribel Del Pozo Triviño, Ana Luna Alonso et Alberto Álvarez Lugrís [eds.] Traduir en la Frontera, Granada: Atrio. ISBN: 978-84-15275-07-7, pp. 435.447.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *