Traduire et interpréter le migrant III : partager une paëlla

Interculturalité, multiculturalité et transculturalité sont des termes employés à maintes reprises ces dernières années, aussi bien dans la théorie de la traduction que dans la pratique quotidienne de l’interprétation, pour qualifier les pratiques (professionnelles ou pas) du traduire censées résoudre les problèmes sociaux et politiques définis comme intrinsèques au contact de personnes et/ou groupes dits de «cultures différentes». Quelle est la meilleure perspective culturelle — interculturelle, multiculturelle ou transculturelle — à envisager pour mieux traduire et interpréter le migrant ? Penser la place, l’impact et la responsabilité de l’acte de traduire l’Autre selon une de ces trois perspectives, c’est penser la possibilité d’une éthique universelle de la personne qui traduit et interprète en milieu social de trois manières différentes. Lors de toute médiation linguistique et culturelle dans les trois domaines des services publics les plus importants des sociétés démocratiques (la santé, la justice et l´éducation), le choix d’un des trois préfixes (inter-, multi- ou trans-) à placer dans des mots à la racine «culture» implique trois rapports différents à l’altérité et, par conséquent, trois pratiques professionnelles différentes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) où le devenir métis de l’identité du sujet migrant entre toujours en jeu.

Traduire et interpréter le migrant est-ce

  1. avaler une purée de légumes ?
  2. s’attarder à un buffet à volonté ?
  3. ou partager une paëlla ?

Voici le troisième et dernier billet — à lire attentivement et à diffuser sans modération — d’une nouvelle série qui veut offrir quelques pistes pour répondre à ces trois questions dévoilant trois savoir-faire aux seuils de la traduction et de l’interprétation qu’il faut absolument décortiquer pour mettre en œuvre une éthique du traduire.

La transculturalité ou partager avec l’Autre une bonne et riche paëlla

Sans la pratique quotidienne des traducteurs et des interprètes aucune culture ne peut dialoguer avec une autre. Nous l’avons annoncé et répété au début des trois billets de cette série : l’enjeu d’une authentique politique de migration dépend de l’usage conscient d’un des trois préfixes inter-, multi- ou trans- dans le mot «culturalité» et ses dérivés lors de tout exercice professionnel de la traduction et interprétation. Chaque choix reflète un regard différent sur la diversité culturelle et, par conséquent, sur les définitions variables de l’altérité.

© Man Ray_Noire et Blanche

«La représentation de “l’autre” de façon acceptable» (Asgarally, 2005 : 10) ne peut être possible que grâce à l’opération transculturelle de la traduction, où le préfixe «TRANS-» suggère l’idée d’une acceptation à se transformer dans une fécondation réciproque qui, déterritorialisant en permanence thèmes et sujets, déplacent les frontières langagières et culturelles pour former des identités métisses composées de plusieurs appartenances. Le sujet contemporain est-il conscient d’être flux identitaire, construction permanente soumise à la multiplicité de ses diverses appartenances ? Le traducteur et l’interprète en milieu social vivant toujours entre deux langues et deux cultures, en est un modèle ! C’est dans cette logique du devenir métis, c’est-à-dire dans une logique où les cultures dialoguent entre elles, que l’exercice professionnel de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) peut être mis en œuvre dans une éthique du traduire.

Prôner la transculturalité dans la TIMS consisterait, en fin de compte, à ne plus penser l’interculturel ou le multiculturel comme des appropriations d’une culture «authentique», «légitime» et «retranchée» à la recherche permanente de ses « origines » mais, plutôt, à penser la gestion de la diversité culturelle sous la perspective du paradigme de la traduction, c’est-à-dire :

à montrer que ce que chaque culture s’imagine avoir en propre (ce dont elle fait un trait caractéristique essentiel) est certainement l’effet d’une traduction, voire d’une succession de traductions – de telle façon qu’il serait presque impossible de démêler l’originel du traduit. Il s’agit de battre en brèche tout discours qui persévérerait dans la quête d’un contenu culturel authentique (quelque chose qui appartiendrait en propre à une culture et à cette culture seulement). (Crépon, 2004 : 78)

Et le mot valencien paella et le mot castillan padilla que l’on emploie dans la langue espagnole proviennent, tous les deux, du latin classique patella «patelle, petit plat servant aux sacrifices» (dimin. de patera, v. patère), qui a donné le mot italien padella et le français «poêle», d’abord paele puis poele/poile sous l’effet de la consonne labiale qui précède, à moins qu’il ne s’agisse d’une transformation opérée au moment où oi a hésité dans la région parisienne entre les deux prononciations. (écrit oi) et è (écrit ai). Le mot paella désigne donc, avant tout, une grande poêle de forme ronde, à bords bas légèrement inclinés et munie de deux poignées, où l’on cuisine, toujours à feu vif, le fameux riz à la valencienne. Il existe une interprétation populaire et romantique du mot paella qui, ignorant son origine étymologique, voudrait y voir et écouter la transcription graphique de l’expression espagnole para ella > «pa ella» («pour elle») parce que, selon la légende, un homme aurait préparé une paëlla pour la femme dont il était amoureux. Dans un pays comme l’Espagne où la cuisine au foyer est encore un travail réalisé presque exclusivement par la femme, continuer à croire à cette interprétation c’est perpétuer une certaine idéologie machiste qui dit à haute voix que seulement le mâle alpha peut faire une paëlla dans la lignée d’une identité-racine. Heureusement, la  plupart des hommes espagnols qui cuisinons des paëllas depuis des années nous avons appris à le faire avec nos mères, ce qui nous donne une autre perspective idéologique, sensitive et, surtout, émotive dans la construction quotidienne de notre identité-relation. À ne jamais oublier que ce plat traditionnel originaire de la région de Valence en Espagne, qui s’écrit en français aussi bien avec tréma ou pas  («paëlla» ou «paella»), ne se fait jamais de la vie pour une seule personne car c’est toujours un plat que l’on partage… à deux, à douze ou à vingt-cinq personnes. Quel beau symbole de l’acceuil — et non pas «l’épreuve» — de l’étranger-migrant !

Si dans le premier billet de cette série sur comment traduire et interpréter le migrant, j’ai proposé l’image du presse-purée pour paratraduire la perspective interculturelle, et dans le deuxième billet l’image du buffet libre pour paratraduire la perspective multicuturelle, pour finir cette série à trois volets, je propose, ici et maintenant, d’illustrer aussi avec un exemple gastronomique comment la TIMS devrait être, avant tout, une opération transculturelle. J’assimilerais ainsi très volontiers la perspective transculturelle dans la pratique professionnelle de la TIMS à l’expérience gastronome métisse (métissée et métissante) qui, impulsant une dynamique chaleureuse, œuvre une pensée du métissage au feu d’une paëlla où toutes les appartenances de chaque identité sont respectées telles quelles ! En effet, chaque ingrédient composant une paëlla reste intact au feu du bouillon qui les aura soudés une fois le riz versé. Lorsque le bouillon a disparu, c’est-à-dire quand la paëlla est prête, chaque ingrédient n’a perdu aucune de ses caractéristiques, au contraire, il s’est enrichit de la saveur des caractéristiques des autres ingrédients présents dans l’espace circulaire et égalitaire de la paëlla — la poêle — grâce au riz garant de tous les arômes possibles.

L’état multicolore d’une bonne et riche paëlla (l’interaction mise en œuvre par la transculturalité) rend bien pâle le monochrome pastel de la purée de légumes (l’intégration mise en œuvre par l’interculturalité) et encore plus distante la froideur du buffet à volonté (l’assimilation mise en œuvre par le multiculturalité). Or, n’oublions jamais que la présence physique du traducteur-interprète est une condition sine qua non pour une mise en commun des cultures, car c’est lui (comme le bon feu vif au bois d’une paëlla) qui rend possible l’adoption de formes culturelles dans une acculturation à double sens. En effet, comme la circulation des arômes et des saveurs entre les ingrédients d’une paëlla, la traduction et l’interprétation mises en place par le professionnel de la TIMS ne sont pas des opérations à sens unique : ont traduit et on interprète l’un pour l’autre et l’autre pour l’un.

Des éléments passent d’une culture à une autre lorsqu’ils peuvent exister dans les deux, si bien que transculturel peut s’entendre, en un sens plus large, comme désignant les voies de passage permettant le phénomène. (Nouss, 2005 . 26)

Par conséquent, des deux côtés, les tissus culturels se modifient par l’action de formes transculturelles grâce à la tâche — voire à «l’abandon» — du traducteur-interprète, un professionnel de la TIMS toujours conscient du fait que l’adoption de formes transculturelles peut être aisément imposée, à tout moment, au profit d’un pouvoir dominant politique ou économique (l’acculturation à sens unique).

Dans une mise en œuvre d’une éthique du traduire, le skopos n’est pas d’intégrer (interculturalité) ni d’assimiler (multiculturalité) le migrant, mais tout simplement, de traduire et d’interpréter le migrant. Traduire et interpréter l’altérité est la meilleure manière d’accueillir le migrant, car c’est en traduisant les différentes appartenances de l’identité de chaque migrant — sans les annuler au presse purée de l’interculturel ni les survaloriser au buffet à volonté du multiculturalisme — que la rencontre entre l’identité de l’un et l’identité de l’autre est possible.

J’insiste : la pratique de la traduction ne ferme pas les identités chacune sur soi ; au contraire, elle décentre le regard et fait comprendre à chacun la manière dont l’autre existe, donc dont lui-même existe. (Cassin, 2018: en ligne)

© B. Cassin_Panneau «École» écrit en huit langues, photographié par Barbara Cassin dans la jungle de Calais en mai 2016, juste après le démantèlement de la zone sud.

Traduire et interpréter l’altérité signifie s’initier à ce qui est autre, apprivoiser les différentes appartenances de chaque identité, développer des habiletés et des compétences pour comprendre l’autre et rendre plus facile la relation entre l’un et l’autre en repoussant les frontières des préjugés fondés par des représentations stéréotypées qui préconisent une attitude contraire à toute éthique du traduire. Dans le dialogue transculturel de la TIMS les identités sont en construction permanente car tout y est partagé et tout y est partage comme dans une paëlla. Quand je traduis et j’interprète en milieu social je me transforme en l’autre et l’autre se transforme en moi, me permettant de vivre un devenir métis où toutes les « identités culturelles » possibles sont présentes à 100 % sans perdre aucune de leurs appartenances au seuil du traduire… car traduire est «une opération transculturelle métissant ses acteurs et non une procédure interculturelle ou une modalité multiculturelle». (Nouss, 2005 : 43). Telle une paëlla avec les goûts différents de ses ingrédients, opération transculturelle métisse (métissée et métissante), la traduction avec les langues pourrait et devrait marquer la distance entre les langues, montrer qu’il existe des langues différentes offrant des manières différentes de voir le monde, car le rôle de la traduction devrait être, encore et toujours,

de rappeler aux locuteurs d’une langue donnée qu’il est possible de dire le monde d’une autre façon, avec un autre accent, d’autres couleurs. Faire entendre dans sa propre langue la langue autre, y faire entrer de l’étrangeté qui enrichira les possibilités de l’expression et l’identité du sujet. Le même n’existe que s’il reconnaît l’autre, en dehors comme en son sein. (Laplantine et Nouss, 1997 : 41)

Bibliographie:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.