Traduire l’image c’est faire de la paratraduction

L’image […] peut être légitimement considérée comme un texte au sens fort du terme […] dans la mesure où ses constituants (et leur distribution dans l’espace de la représentation), vont solliciter de la part du spectateur une série d’ajustements dont on pourrait dire qu’ils se ramènent à ce qu’on appelle précisément la lecture. (Fresnault-Deruelle, 1993, L’éloquence des images. Images fixes III, Paris : PUF, p. 14)

Penser l'image en traduction comme l'institution du symbolique

Penser l’image en traduction comme l’institution du symbolique 
 

Plutôt qu’un « texte au sens fort du terme », l’image dans la traduction des textes à images est tout un paratexte, très précisément un péritexte iconique. Un traducteur doit penser l’image comme un élément paratextuel essentiel de l’institution, par toute culture, du symbolique en tant que principe de stratégie textuelle qu’il faut savoir lire, interpréter et traduire. L’ordre de l’imaginaire est prolongé par l’ordre du symbolique.

Un élément quelconque de l’ensemble d’une production paratextuelle déterminée provoque tout un réseau de significations symboliques. Si déjà un traducteur ne traduit jamais des mots mais les images mentales que ces mots impliquent quand il les lit et les interprète, quand on traduit des textes à images on ne traduit pas seulement les idées et les émotions de l’aspect verbal du texte, mais on traduit aussi, et surtout, tout les éléments paratextuels qui constituent l’aspect visuel : les couleurs et les textures des images péritextuelles font beaucoup plus que simplement « illustrer » le texte… elles constituent l’essence du message à traduire.

L’image matérielle étant un péritexte iconique dans le couple texte_image, les péritextes iconiques construits par l’image matérielle dans les commandes de traduction de textes à images invitent à un mode différent de lecture, interprétation et traduction : ce que j’appelle la paratraduction. La paratraduction est ce qui permet qu’une traduction quelconque devienne produit traduit se proposant comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public. C’est un nouveau terme de la traductologie que j’ai créé aux origines du groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P) que j’ai fondé il y a 8 ans à l’Université de Vigo pour, dans un premier abord, analyser l’espace et le temps de toute écriture qui entoure, enveloppe, prolonge, introduit et présente la traduction proprement dite en assurant sa présence au monde, sa réception et sa consommation non seulement sous la forme d’un livre mais aussi sous toutes les formes de production numérique possibles à l’écran (livre électronique, CD-ROM, CD-I, DVD, Site Web,  Jeu vidéo, etc.). L’ensemble des différents types de paratextes aident à construire l’image du texte comme le fait le regard avec l’objet. Si les paratextes présentent les textes, les paratraductions présentent les traductions. Si l’« on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de texte, sans paratexte » comme dit Gérard Genette (1987, Seuils, Paris : Seui, pp. 9-10), alors il faut affirmer aussi qu’il ne peut jamais exister de traduction sans paratraduction. La notion de paratraduction est devenue le concept-clé de l’École de Vigo.

À un niveau essentiellement empirique, la notion de paratraduction fait donc référence à une manière de traduire, d’ordre symbolique, qui tisse des rapports intersémiotiques (image fixe) et multisémiotiques (image en mouvement) de tout paratexte avec le texte aux seuils de la traduction. Traduire l’image c’est faire de la paratraduction ! Le concept de paratraduction permet d’étudier avec un nouveau regard transdisciplinaire la traduction des régions frontalières du textuel et du visuel. Le texte est travaillé comme un matériau visuel dont les unités de traduction verbales se marient avec l’image sur la surface d’une marge de la page ou sur celle d’une zone de l’écran. Le traducteur ne devrait plus laisser à d’autres agents le traitement du visible quand il (para)traduit le couple texte_image. Le concept de paratraduction veut rendre à l’image et à tout aspect visuel des paratextes la place méritée dans la construction de sens symbolique en traduction. Le succès d’une traduction quelconque dépend toujours des productions paratextuelles (verbales, iconiques, verbo-iconiques ou matérielles) qui l’entourent, l’enveloppent, la prolongent, l’introduisent et la présentent lors de son édition finale. La paratraduction d’une traduction est l’image de celle-ci.

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.