Signe et symbole en traduction I

Ferdinand de Saussure

Ferdinand de Saussure 
 

Traduire est toujours une expérience pratique de la possibilité de communiquer, et la communication proprement humaine consiste à répondre à des signes par d’autres signes. On a proposé diverses classifications du signe [1] mais dans ce premier billet d’une nouvelle série consacrée à la linguistique appliquée à la traduction, que j’ai voulu intituler Signe et symbole, je veux rappeler quelques précisions du maìtre incontournable qui s’est avéré le plus exact et précis quand il s’agit d’appliquer la linguistique à la traduction: Ferdinand de Saussure.

L’enseignement saussurien qui tient en trois cours de linguistique générale professés en 1906-1907, 1908-1909 et 1910-1911, dont les notes prises par différents élèves furent refondues et publiées par Ch. Bailly et A. Sechehaye, en 1916, sous le titre de Cours de linguistique générale, a exercé une influence capitale sur le développement de la linguistique moderne et, principalement, sur le « structuralisme linguistique ». Aussi convient-il de rappeler les distinctions, désormais classiques, qui furent proposées par Ferdinand de Saussure, car certaines d’entre elles débordent largement le domaine de leurs applications spécialisées à la traduction. Le concept fondamental du structuralisme est évidemment celui de structure. Il naît avec la définition que Ferdinand de Saussure donne de la langue: « un système de signes exprimant des idées ». La langue est un système (c’est-à-dire une structure) susceptible d’être décrit de manière abstraite, et représentant un ensemble de relations. La définissant ainsi, Saussure a comparé la langue «à l’écriture, à l’alphabet des sourds-muets, aux rites symboliques, aux formes de politesse, aux signaux militaires, etc. Elle est seulement le plus important de ces systèmes».

On peut donc concevoir une science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale; elle formerait une partie de la psychologie sociale, et par conséquent, de la psychologie générale; nous la nommerons sémiologie (du grec semeion, “signe”). Elle nous apprendrait en quoi consistent les signes, quelles lois les régissent.[2]

La traduction étant un processus de communication fondé, en une mesure considérable,  sur le signe linguistique, l’analyse du problème de la signification en traduction doit commencer par la compréhension et précision du «projet sémiologique» envisagé par Saussure dans la citation précédente. Le « signe », au sens saussurien, n’est pas une chose qui est simplement substituée à une autre ou qui la remplace. C’est un lien et un rapport d’union entre elles. «Le signe linguistique unit… un concept et une image acoustique» dit-il, c’est-à-dire un «signifié» et un «signifiant»[3]. De plus, le signe présente deux caractères essentiels, l’arbitraire[4] et la linéarité[5] du signifiant. En outre, au sens saussurien, les signes ne sont pas des abstractions; ce sont des « entités concrètes » étudiées par la linguistique et qui s’opposent l’une à l’autre dans le mécanisme de la langue. La conception de la langue, chez Saussure, est celle d’une «forme» et non pas d’une «substance». Elle ne présente aucun terme positif mais seulement des différences[6]. L’apport le plus important de Saussure sur l’analyse formelle du langage, c’est sa théorie des valeurs. De quoi s’agit-il? Il s’agit de ce fait que l’union d’un signifiant et d’un signifié, c’est-à-dire le signe linguistique, le mot, n’est déterminable que par corrélations latérales avec les autres mots de la langue. Saussure appelle «valeurs» ces relations latérales mutuelles entre les diverses unités linguistiques. Or, et c’est là sans doute le point capital, cette notion de «valeurs» se définit par référence à l’opération d’échange ou de communication entre les hommes, l’échange des paroles. Le mot français «bois» par exemple, peut avoir la même signification que l’espagnol bosque, mais non la même valeur puisque l’opposition de bosque à madera ou à leña, n’existe pas en français. Et cela est d’une très grande importance pour tout processus de traduction. D’où cette définition fort claire: «Ce qui distingue un signe, voilà tout ce qui le constitue»[7]. Peut-on en dire autant du symbole ? Saussure a répondu lui-même à cette question. Il déclare que les « signes entièrement arbitraires réalisent mieux que les autres l’idéal du procédé sémiologique » et il observe que

l’on s’est servi du mot symbole pour désigner le signe linguistique, ou plus exactement ce que nous appelons le signifiant. Il y a des inconvénients à l’admettre (…) Le symbole a pour caractère de n’être jamais tout à fait arbitraire; il n’est pas vide, il y a un rudiment de lien naturel entre le signifiant et le signifié. Le symbole de la justice, la balance, ne pourrait pas être remplacé par n’importe quoi, un char, par exemple.[8]

Remarquons donc qu’un symbole est à définir comme un lien de ressemblance entre le «symbolisant» et le «symbolisé»[9], tandis que le signe est « arbitraire » car le lien entre signifiant et signifié repose nécessairement sur une convention. De plus, il faut rappeler à ce propos que Saussure entend le mot « arbitraire » non pas dans le sens d’un « libre choix » du signifiant par le « sujet parlant », mais dans l’acception d’« immotivé », c’est-à-dire « arbitraire par rapport au signifié, avec lequel il n’a aucune attache dans la réalité »[10]. L’un des points fondamentaux de l’enseignement de Saussure est son affirmation constante de ce caractère arbitraire du signe et de la langue -et non pas du symbole et de la parole. Il faut donc constater que Saussure a toujours nettement établi la différence entre le signe linguistique du système de la langue, d’une part, et le symbole des différents systèmes symboliques, de l’autre:

On pourrait discuter un système de symboles, parce que le symbole a un rapport rationnel avec la chose signifiée; mais pour la langue, système de signes arbitraires, cette base fait défaut et avec elle se dérobe tout terrain solide de discussion; il n’y a aucun motif de préférer sœur à sister (…)[11]

Si ce n’est pas tout à fait la même chose qu’un signe, qu’est-ce donc qu’un symbole ?

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (1998) Contenus de la traduction: signe et symbole, dans Orero, P. [ed.] III Congrés Internacional sobre Traducció. Març 1996. Actes, Bellaterra (Barcelona): Servei de Publicacions de la Universitat Autònoma de Barcelona, ISBN: 84-490-1230-9, pp. 279-289


[1] Cf. ECO, U.,1973. Segno. Milan: Isedi; GREIMAS, A.-J, 1968. «Conditions d’une sémiotique du monde naturel» dans Langages, 7 (repris en 1970 dans Du Sens. Paris: Seuil.); PEIRCE, Ch. S., 1931-1935. Collected Papers. Cambridge, Harvard: University Press; SEBEOK, T. A., 1968. Animal communication: Techniques of study and Results of research. Bloomington, Indiana University Press; MORRIS, Ch., 1938. Foundations of the Theory of Signs. Chicago, University Press (=International Encyclopedia of Unified Sciences, 1, 2).

[2] SAUSSURE, F. de, 1974. Cours de linguistique générale. Paris : Payot, p. 33.

[3] SAUSSURE, F. de, op. cit., pp. 98-99.

[4] SAUSSURE, F. de, op. cit., pp. 100-102.

[5] SAUSSURE, F. de, op. cit., p. 103.

[6] SAUSSURE, F. de, op. cit., p. 166.

[7] SAUSSURE, F. de, op. cit., p. 168.

[8] SAUSSURE, F. de, op. cit., p. 101.

[9] Je me défends d’utiliser les mots, bien trop précis pour Saussure, de « signifiant » et « signifié », car ce faisant je risquerai de confondre le symbole avec le signe.

[10] SAUSSURE, F. de, op. cit., p. 101.

[11] SAUSSURE, F. de, op. cit., p. 106.


1 réflexion sur « Signe et symbole en traduction I »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.