Signe et symbole en traduction III

Détail de la fameuse page 3 de tous les albums d'Astérix

Détail de la fameuse page 3 de tous les albums d’Astérix 
 

La signification symbolique est foncièrement multiple. Les traducteurs des albums d’Astérix le savent très bien lorsqu’ils essaient de transposer dans une autre langue non seulement les sens direct d’une unité de traduction, mais aussi ses diverses résonances symboliques: la difficulté vient précisément de leur multiplicité, car comment faire, par exemple, pour garder à la fois l’exactitude sémantique, l’évocation intertextuelle, la ressemblance et l’humour essentiellement phonétiques (homophoniques) des noms propres des «camps retranchés» que l’on peut retrouver dans le texte de Goscinny qui accompagne le dessin d’Uderzo de toutes les troisièmes pages d’Astérix le Gaulois ?

La traduction des noms propres est (…) une des pierres de touche pour la qualité des versions en langues étrangères de cette bande dessinée. S’il est certain que beaucoup de ces noms inventées de toutes pièces par Goscinny sont parfaitement compréhensibles et «internationaux» (…) tous ceux qui sont basés soit sur un jeu de mots soit sur une locution française ne sont pas exportables. Par exemple, des quatre camps retranchés entourant le village gaulois deux seulement peuvent être conservés: Aquarium et Laudanum. Petibonum et Babaorum, par contre, ne se justifient que par la prononciation à la française de la finale latine.[1]

Il est bien vrai que pour traduire il faut non seulement comprendre mais aussi interpréter[2]. Mais on ne peut pas interpréter ce qu’on ne comprend pas, et on ne comprend pas ce qu’on ne sait pas lire. Un lecteur habitué à ne lire un texte qu’à même l’histoire ne pourrait jamais saisir le jeu humoristique des quatre mots employés dans la collection d’Astérix pour désigner et les quatre camps retranchés qui entourent le village gaulois et le sens fondamental de ces garnisons de légionnaires qui les habitent. Un bon traducteur doit être, avant tout, un bon lecteur; et ici le meilleur lecteur est celui qui sait lire dans la matérialité symbolique des signes phoniques français. Car le sens profond et caché des noms latins se trouve dans leur prononciation «à la française» :

Laudanum («laudanum») + Aquarium («Aquarium») + Peti(t)bonum[3] («Petit bonhomme») + Babaorum («Baba au rhum»)

Détail de la traduction espagnole des camps retranchés de la fameuse page 3 des albums d'Astérix

Détail de la traduction espagnole des camps retranchés de la fameuse page 3 des albums d’Astérix 
 

Quelles ont été les traductions espagnoles de ces deux camps retranchés, Petibonum et Babaorum, qui, selon Cole & Jacqmain, ne se justifient que par la prononciation à la française ? Aucune, car les noms propres sont restés tels quels. L’identité des sons représentés par des signes différents peut toujours provoquer le sourire du lecteur dans une langue toute autre que la française si la traduction maintient l’évocation symbolique des signifiés représentés par les signifiants que nous venons d’additionner en italique. Lors de toute traduction d’une Bande Dessinée quelconque le traducteur traduit toujours et le texte et l’image en respectant toujours la correspondance entre le texte et l’image. Ce qui suppose, de la part du traducteur, non seulement une lecture des «bulles» mais aussi, et surtout, une véritable lecture entre les cases pour traduire le plaisir d’être dans l’image. Ainsi, une bonne saisie de la signification de l’espace symbolique de l’image imprégnant cette troisième page si importante des aventures d’Astérix le Gaulois constitue la clef de toute traduction du texte que l’on y trouve. Il est vrai que l’image peut aider le traducteur, mais attention ! Un simple regard sur le dessin d’Uderzo pourrait aboutir à une fausse interprétation du texte de Goscinny à traduire. En effet, à travers la loupe, le lecteur-traducteur constate que le village gaulois apparaît entouré d’une palissade face aux garnisons de légionnaires romains. La question se pose: qui est à la défense ? les Gaulois ou les Romains ? La collection nous répond : ce sont les «fous» romains qui se trouvent «retranchés», organisés défensivement en permanence, dans leurs camps parce que ce «village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur»[4]. Les Romains, au lieu d’attaquer, ne font que se défendre des Gaulois d’une manière essentiellement passive. Examinons de plus près la valeur symbolique du réseau de signification formé par les signifiés des signifiants des quatre camps retranchés :

  • Laudanum_Le «laudanum» est une teinture alcoolique d’opium, soporifique qui a été très utilisé avant le développement des neuroleptiques modernes. Et tout le monde connaît quels sont les effets d’un dérivé quelconque d’opium.
  • Aquarium_Un «aquarium» est un grand bocal de verre empli d’eau, un réservoir d’eau destiné aux poissons d’appartement; ce n’est qu’un endroit où l’eau n’est pas du tout violente mais tout à fait «douce» parce qu’elle se trouve en repos. Il ne peut s’y développer qu’une rêverie de douceur et de repos, c’est-à-dire aucune violence.
  • Petibonum_Un «bonhomme» est un homme plein de bonhomie, un homme bon, simple, peu avisé, crédule, naïf… inoffensif en tout cas, surtout s’il est «petit».
  • Babaorum_Un «baba au rhum» est une pâtisserie légère, en forme d’hémisphère ou de champignon, molle, largement imbibée d’un sirop alcoolisé, de kirsch mais surtout de rhum. Encore de l’alcool pour renforcer l’idée d’une certaine flânerie généralisé dans les âmes des légionnaires romains, se complaisant à perpétuité dans une douce et totale inaction. Sens symbolique qui s’exprime bien dans les deux premières syllabe de ce camp retranché qui se trouve toujours le premier dans l’énumération textuelle. Car un “baba” n’est qu’une jeune personne non violente, inactive, souvent mystique, vivant parfois en communauté. De plus, les constructions françaises avec l’adjectif «baba» -«(en) être baba», «(en) rester baba»- expriment le degré de stupéfaction que peut atteindre un romain ébahi, figé par la «forte surprise» d’un village gaulois très particulier.

Totalement désœuvrées les quatre garnisons n’exercent aucune activité guerrière et par impossibilité matérielle -la proximité du village gaulois- et par impossibilité psychologique -marquée à merveille par le sens symbolique de la signification profonde des quatre noms «latins». Aucune des quatre garnisons ne suggère au lecteur parlant français un sens qui puisse éveiller des impressions, des sollicitations dynamiques propres à une imagination activiste des habitants qui y vivent. Au contraire, le réseau symbolique formé par les signifiés des quatre signifiants octroie un psychisme involutif aux Romains repliés sur soi. Multiplicité de sens axés sur un même archétype : images de défense, images de protection, images de refuge, images de repos, images d’enracinement… les quatre garnisons de légionnaires romains ne pourront jamais occuper le «Village Gaulois» car elles ne peuvent jamais former un carré encadrant le cercle du village à cause de la mer. Cette situation stratégique entièrement favorable pour l’envahisseur, d’un point de vue essentiellement militaire, devient un véritable échec dans le processus de la romanisation de la Gaule, comme le démontre toute bonne lecture de cette fameuse BD.

La collection d’Astérix n’envisage jamais la «quadrature« romaine du «cercle» gaulois irréductible.

La collection d’Astérix n’envisage jamais la «quadrature« romaine du «cercle» gaulois irréductible. 
 

La collection d’Astérix n’envisage jamais la «quadrature» romaine du «cercle» gaulois irréductible. Un simple regard à la loupe symbolique nous le confirme. La «quadrature du cercle» est un problème qui se pose aussi au traducteur littéraire quand il se trouve face aux deux noms propres des camps retranchés dont les contenus sont en relation beaucoup plus directe avec leur prononciation à la française: Babaorum et Petitbonum. Étant donné ce lien si étroit entre la forme phonique et le contenu de ces deux mots français, il paraît difficile pour le traducteur de maintenir en espagnol le même réseau symbolique où s’insèrent ces deux noms si problématiques des garnisons romaines. Pas du tout, les choses sont beaucoup plus simples. Le maintien du lien étroit entre forme phonique et contenus est évident. Le(s) contenu(s) de la traduction réalisée dans le texte final espagnol, par exemple, devront être toujours identiques à ceux que nous avons trouvés et analysés dans le texte original français. Pour la traduction espagnole il ne s’agirait donc pas de maintenir les mêmes signifiants originaux, mais plutôt de trouver deux signifiants latinisés -et prononcés à l’espagnole- dont les signifiés développeraient dans le texte final espagnol exactement les mêmes possibilités de signification directe et indirecte des deux mots utilisés dans le texte original français.

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (1998) Contenus de la traduction: signe et symbole, dans Orero, P. [ed.] III Congrés Internacional sobre Traducció. Març 1996. Actes, Bellaterra (Barcelona): Servei de Publicacions de la Universitat Autònoma de Barcelona, ISBN: 84-490-1230-9, pp. 279-289


[1] COLE, H. & JACQMAIN, M., 1970. «Astérix à la conquête de l’Europe» in Babel, vol. XVI, nº 1, p. 5.

[2] Cf. SELESKOVITCH, D. & LEDERER, M., 1984. Interpréter pour traduire, Paris: Didier Érudition, (Cahiers de Traductologie nº1)

[3] Petitbonum dans le texte de Goscinny et Petibonum dans le dessin d’Uderzo.

[4] Voici la citation complète du texte: «Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute? Non! Un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petitbonum…» GOSCINNY & UDERZO, 1969. Une aventure d’Astérix le Gaulois. Astérix en Hispanie. Paris: Dargaud.


1 réflexion sur « Signe et symbole en traduction III »

  1. Ping : Ils sont fous ces traducteurs ! La traduction de bande dessinée – MasterTSM@Lille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.