Du paratexte à la paratraduction

La notion de texte a toujours occupé une place centrale dans les études de traduction, car les traducteurs ne traduisent pas des langues mais des textes.

Qu’est-ce qu’un texte ? […] Un texte c’est ce que nous avons sous les yeux. Mais […] un texte n’existe que dans sa relation à un lecteur, qu’intégré par conséquent à une situation de lecture, une situation déterminée par un contexte et s’actualisant en diverses pratiques de lecture. […] c’est notre intervention sur ce texte, plus que tout autre chose, qui « le fait exister » […]. Un texte n’existe jamais seul, mais uniquement par la lecture. Il est ce que nous en faisons […].  (Gervais, 2004 : 55-56)

Or, pour qu’un texte nous soit présenté « sous les yeux », il faut l’avoir dûment édité comme condition sine qua non. Par conséquent, il ne peut y avoir aucune situation de lecture sans la présentation éditoriale du texte sur du papier ou à l’écran. Le texte traduit ne peut exister que dans la présentation éditoriale de sa traduction. Toute traduction doit passer par un protocole éditorial qui va concrétiser sa manifestation et sa représentation. Il ne peut y avoir de texte sans paratexte ! Un texte traduit ne sert à rien s’il n’est pas présenté par son paratexte, traduit aussi à son tour. Les traducteurs ont affaire à des textes mais ils n’en restent jamais au texte lui-même, à son fonctionnement purement linguistique, ils explorent tout ce qui l’entoure, l’enveloppe, l’accompagne, le prolonge, l’introduit et le présente pour déchiffrer le type de relation transtextuelle constitué entre le texte et ses paratextes. J’insiste : les textes n’existent pas seuls ! Le traducteur, sujet traduisant toute la textualité d’une commande quelconque de traduction, devrait s’occuper de traduire, dans toutes les circonstances, et le texte et le paratexte. Texte et paratexte : traduction & paratraduction !

Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo

Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo 
 

Tout texte est toujours édité selon une politique éditoriale qui indique la manière dont on conçoit et on règle la production de sens. Ces réglages du sens des textes varient d’une époque à une autre, d’un espace culturel à un autre et, par conséquent d’une langue à une autre, en fonction de certains paratextes, c’est-à-dire en fonction de l’ensemble formé par les productions verbales, iconiques, verbo-iconiques ou des productions matérielles qui, dans un espace restant compris à l’intérieur de la publication éditée, entourent, enveloppent et accompagnent le texte (les péritextes), et qui, dans un espace physique et social virtuellement illimité situé hors de l’espace matériel du texte, prolongent le texte et y font référence (les épitextes). Ces signalisations paratextuelles semblent ne pas faire partie du contenu du texte à traduire et ont été considérées plutôt comme son enveloppe, son habillage. Or, ces marques constituent une incitation à traduire d’une certaine manière, une invitation à paratraduire. Car le traducteur sait très bien que l’ensemble des différents types de paratextes aident à construire l’image du texte traduit comme le fait le regard avec l’objet. Si les paratextes présentent les textes, les paratraductions présentent les traductions. Si l’« on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de texte, sans paratexte » comme dit Gérard Genette (1987 :9-10), alors il faut affirmer aussi qu’il ne peut jamais exister de traduction sans paratraduction (Cf. Yuste Frías, 2005 : 75 et sqq.). C’est grâce à la paratraduction que le traducteur peut assurer la réception de sa traduction ainsi que la survivance de son texte traduit, car la paratraduction rend possible la transformation de toute traduction en événement : une traduction sans paratraduction n’est qu’un pur incident.

La paratraduction est la zone de transition et de transaction de tout échange transculturel, le lieu décisif pour le succès ou l’échec de tout processus de médiation culturelle. D’un point de vue purement spatial, la paratraduction se situe dans la périphérie de tout texte à traduire ou de tout texte traduit car il s’agit d’un seuil, d’un vestibule, d’une zone indécise, d’une zone intermédiaire entre le dedans et le dehors, d’une frange, d’une marge entre traduction et hors-traduction. La paratraduction est toujours au seuil de la traduction, là où le traducteur est un agent, ni plus ni moins, qui travaille dans :

  • le lieu privilégié d’une pragmatique et d’une stratégie, d’une action sur le public au service, bien ou mal compris et accompli, d’un meilleur accueil de la traduction et d’une lecture plus pertinente du texte traduit.
  • un lieu où s’impose l’image et où se mêlent deux séries de codes : le code social, en tant que discours publicitaire, et les codes producteurs ou régulateurs de sens du texte traduit.

Le concept de paratraduction veut rendre à l’image et à tout aspect visuel des paratextes la place méritée dans la construction de sens symbolique en traduction. La paratraduction d’une traduction est l’image publicitaire de celle-ci, car l’image « semble s’imposer à quiconque a affaire au paratexte » (Genette, 1987 : 8. Note 1) puisque le succès d’une traduction quelconque dépend toujours des productions paratextuelles (verbales, iconiques, verbo-iconiques ou matérielles) qui l’entourent, l’enveloppent, l’accompagnent, la prolongent, l’introduisent  et la présentent dans le monde éditorial.

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.


4 réflexions au sujet de « Du paratexte à la paratraduction »

  1. Bonjour,

    L’interaction entre la maquette des livres, l’iconographie et la rédaction des textes des traductions fait l’objet de ma recherche en thèse. Vos travaux qui portent essentiellement sur la traduction publicitaire et, dans les domaines de la création littéraire, sur la traduction des BD et des livres pour enfants, trouvent aussi un prolongement dans le domaine pragmatique. Le concept de paratraduction offre un outil précieux pour approfondir cette réflexion qui place le livre, objet hybride, et non le texte, au centre des ses préoccupations.
    Je vous remercie donc par ce blog de m’aider à approfondir quelques idées présentées dans un « Traduire des textes illustrés » du premier numéro de la revue Skopos Cordoba, 2012.

    Bien cordialement

    • Bonjour Sophie,

      C’est moi qui vous remercie de savoir apprécier si bien le concept de paratraduction comme un «outil précieux» pour la recherche en traduction des textes illustrés.
      N’hésitez pas à me contacter pour quoique ce soit pendant votre parcours thésard.

      Bienvenue aux seuils du traduire !

      Au plaisir
      jOse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.