Traduire pour les enfants I

Capture d'écran de la page d'accueil du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF

Capture d’écran de la page d’accueil du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF 
 

Même si depuis 1978 (l’année du fameux numéro spécial 3-4 intitulé La littérature d’enfance et de jeunesse publié par la Société Française de Littérature Comparée) le nombre de publications consacrées à la Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) a été considérable, il est vrai que la recherche sur ce thème est encore et toujours considérée comme « périphérique ou insignifiante » comme l’a déjà dit Zohar Shavit à plusieurs reprises (1994 et 2003).

In the academic world of today research of children’s literature is not really legitimized, it is not highly respected, and if is at all tolerated it is perceived as a peripheral and insignificant field of research. In short, research of children’s literature suffers nowadays form an inferior status. And if nothing is done about it, this will continue for years to come. (Shavit 1994: 4 et 2003: 32)

S’il est bien vrai que la LEJ peut être un type de paralittérature face à la littérature « sérieuse » des adultes, cela ne justifie en aucun cas son exclusion de la recherche scientifique. L’étude scientifique des traductions de livres et autres publications paralittéraires pour enfants et jeunes n’est pas du tout une banalité. Au contraire, lors de n’importe quelle édition des traductions pour l’enfance et la jeunesse, décider qui traduit, que traduit-on, pour qui, comment, quand, où, pourquoi, à quoi bon et avec quels moyens, constitue un processus très délicat étant donné que l’enjeu est énorme : l’existence ou pas de bons lecteurs pour l’avenir.

Traduire pour les enfants n’est pas un jeu d’enfants car il faut non seulement traduire l’aspect verbal du texte mais aussi traduire l’aspect visuel et symbolique des péritextes iconiques. Si déjà un traducteur ne traduit jamais des mots mais les images mentales que ces mots impliquent quand il les lit et les interprète, quand on traduit un livre pour enfant on ne traduit pas seulement les idées et les émotions de l’aspect verbal du texte,mais on traduit aussi, et surtout, tout les éléments paratextuels qui constituent son aspect visuel : les couleurs, les textures et même les odeurs des images péritextuelles font beaucoup plus que simplement « illustrer » le texte… elles constituent l’essence du message à traduire. L’image excite l’imagination. Particulièrement travaillée dans la LEJ sur le plan esthétique, l’image est censée fasciner, attiser la curiosité du lecteur, fixer son regard. L’image prend très souvent le pas sur le texte pour suggérer l’essentiel, surtout dans les albums pour enfants.

Comme toute littérature, la LEJ repose sur un ensemble de postulats paralittéraires qui font référence à la manière dont on conçoit la lecture de la LEJ, sa compréhension et sa traduction. Tout texte a été édité avec une politique éditoriale qui indique toujours la manière dont on conçoit et règle la production de sens. Ces réglages de sens des textes varient d’une époque à une autre, d’un espace culturel à un autre et, par conséquent d’une langue à une autre, en fonction de certains paratextes dont s’occupe l’École de Vigo à l’aide de la notion de paratraduction.

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

YUSTE FRÍAS, José (2009a) «Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2009b) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.