Traduit-on l’image ?

Traduit-on l'image ?

Traduit-on l’image ? 
 

Quand on traduit on vit toujours dans le monde des images. Le traducteur ne traduit jamais des langues ni des mots mais toujours les imaginaires véhiculés non seulement par les images mentales implicites dans le texte mais aussi par les images matérialisées dans le péritexte iconique qu’il soit fixe ou animé. L’étude de l’imaginaire doit porter sur les différents emplois du couple texte_image. Il n’y a imaginaire que si un ensemble d’images et récits forme une totalité plus ou moins cohérente, qui produit un sens donnant lieu à différentes interprétations selon le lieu, le moment, la langue et la culture. Par conséquent, les images sont des produits culturels à géométrie variable, dont le sens change suivant la localisation spatio-temporelle.

C’est d’ailleurs, aujourd’hui, dans le cadre de la globalisation de tous les marchés, la question centrale pour beaucoup de firmes publicitaires ou de créateurs de jeux vidéo. Pour comprendre l’information apportée par l’image il faut partager les mêmes codes culturels que le public visé par l’image ou avoir les compétences culturelles suffisantes sur l’histoire et les valeurs sociales de la culture d’arrivée, sinon le message n’est pas compris ou bien sa connotation reste toujours ambiguë.

L’image matérielle n’a jamais été autant reconnue qu’aujourd’hui comme un moyen essentiel de communication partout et pour tout. Dans le marché professionnel de la traduction nous assistons à une prolifération sans précédent des images quand on doit traduire pour l’écran : doublage, sous-titrage, localisation des produits multimédia, livre électronique, CD-ROM, CD-I, DVD, Site Web,  Jeu vidéo, etc. Or, l’image n’a pas encore la place qu’elle mérite dans les études en traduction. Au contraire, dans le marché professionnel elle reste aux seuils de toute commande de traduction pour faire l’affaire d’autres agents intermédiaires, différents du sujet traduisant. Particulièrement travaillée dans la Bande Dessinée sur le plan esthétique, l’image est censée fasciner, attiser la curiosité du lecteur, fixer son regard : elle prend très souvent le pas sur le texte pour suggérer l’essentiel dans la BD. Hélas, l’image a trop souvent été opposée au texte et entourée d’une réticence (quand ce n’était pas du pur mépris) qui n’a pas totalement disparu lors des traductions des BD.

Point-interrogationJe voudrais exposer dans l’espace virtuel de ce carnet de recherche quelques questions que je pose souvent dans mes cours de doctorat :

  • Pourquoi dans les études de traduction la hiérarchie texte_image a-t-elle été toujours favorable au texte ?
  • Quelle est la nature des échanges entre texte écrit et image fixe lorsque leurs frontières se brouillent dans certaines commandes de traduction, lorsque l’image devient texte et le texte, image ?
  • Dans quelle mesure l’image est-elle universelle ?
  • Y a-t-il des limites à l’universalité de l’image ?

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.