Traduire pour les enfants II

Capture d'écran de la section « À la découverte des lettres » du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF

Capture d’écran de la section « À la découverte des lettres » du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF 
 

Traduire le couple texte_image dans la Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) c’est aussi reconnaître la part dévolue à la propre « image du texte », c’est‐à dire à la dimension visuelle et matérielle de l’écriture et, au‐delà, de toute production écrite. C’est considérer la dimension graphique de la mise en page et la part visuelle de la typographie comme des éléments signifiants de la communication écrite et, mieux encore, comme les éléments constitutifs d’une écriture à proprement parler. Les traducteurs de la LEJ nous élargissons le champ d’investigation textuel dans cet objet à traduire qu’est l’album pour enfants. Nous sommes toujours conscients que le texte ne peut se contenter d’être une seule entité linguistique. Avant que d’être lu, le texte doit être vu et pour ce faire, il doit exhiber sa visualité et affirmer son existence matérielle. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que nous formons nos étudiants à l’École de Vigo pour qu’ils soient toujours conscients de la dualité constitutive de toute écriture qui pour être linguistique n’en est pas moins, toujours matérielle et visuelle.

Les traducteurs nous sommes les seconds auteurs ET du texte ET de l’image du texte : l’image imprimée que tout texte génère doit être saisie, vue, lue et interprétée par le traducteur. Il est bien vrai que dans le système éditorial classique, le premier auteur d’un texte, celui qui a écrit le texte de départ au sens linguistique du terme, n’a pas la main sur la mise en forme de ce texte, qui ne lui appartient plus visuellement dès qu’il est pris en charge par un éditeur. L’agencement visuel est confié à divers intervenants plus ou moins créatifs (designer, directeur artistique, maquettiste…) comme si la dimension sémiotique et technique du texte ne regardait en rien son auteur. Il y a donc une nette séparation des pouvoirs entre ce qui concerne les interventions linguistiques et iconiques sur un texte. Si cela arrive déjà avec le premier auteur, imaginez ce qu’il peut se passer avec nous les traducteurs, les seconds auteurs.

Quand nous traduisons des albums pour enfants nous nous sentons proches et du texte et de l’image du texte, c’est‐à‐dire de tous les aspects typographiques conçus et dessinés par l’auteur le plus ignoré dans les éditions de la LEJ: le typographe. Aujourd’hui l’exubérance typographique, libérée des contraintes du plomb nous présente l’écriture avec tous les attraits de l’image. Les lettres sont devenues des images qu’on voit avant qu’on ne les déchiffre : tous caractère est aussi image. Les frontières entre texte et image se brouillent. L’écriture y gagne une dimension plus graphique et plastique que verbale.

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

YUSTE FRÍAS, José (2009a) «Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2009b) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.