La paratraduction de l’image de la lettre

La belle image de la pomme rouge dans la lettre « O » du nom de la revue « Pomme d'Api »

La belle image de la pomme rouge dans la lettre « O » du nom de la revue « Pomme d’Api » 
 

Après avoir affirmé que traduire pour les enfants n’est pas un jeu d’enfant, après avoir insisté sur le fait que les traducteurs nous sommes les seconds auteurs ET du texte ET de l’image du texte,  je voudrais présenter ici, en français, tel que je l’ai fait en espagnol dans l’espace virtuel de mon carnet de recherche T&P à l’Université de Vigo, le cas pratique d’une commande de traduction de Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) en Espagne. Il s’agit de la revue française pour enfants Pomme d’Api du groupe Bayard Presse. Dans l’édition française de départ on peut remarquer très clairement que la lettre « o » du mot « pomme » devient image en se transformant en pomme. Le texte est image et les lettres ont une image !

Une des couvertures originales de la revue « Pomme d'Api »

Une des couvertures originales de la revue « Pomme d’Api » 
 

La « pomme d’api » en français est « la variété de pomme très rouge d’un côté ». Or, comme tout lecteur connaisseur de l’imaginaire enfantin francophone sait, le nom de la revue fait référence à la fameuse chanson Pomme de reinette et pomme d’api que chante l’enfant placé au centre d’un cercle formé par d’autres enfants aux poings fermés qu’ils placent derrière leur dos pendant que l’enfant du centre frappe chaque poing en chantant :

Pomme de reinette et pomme d’api
D’api, d’api, rouge
Pomme de reinette et pomme d’api
D’api, d’api, gris

Cache ton poing derrière ton dos
Ou je te donne un coup de marteau !

Comment a-t-on traduit en Espagne l’imaginaire francophone et français Pomme d’Api véhiculé par l’image du texte du titre de cette revue ? Jetons un coup d’œil aux (ré)créations localisées qui ont été éditées sur les couvertures des revues traduites en espagnol et en catalan.

Une des couvertures de l'édition espagnole de la revue « Pomme d'Api »

Une des couvertures de l’édition espagnole de la revue « Pomme d’Api » 
 

Dans l’édition espagnole de la revue pour enfants, Pomme d’Api devient Caracola. « Caracola » veut dire en espagnol coquille ou coquillage de mer mais c’est aussi cette viennoiserie confiserie qui prend la forme d’une spirale et que les Français appellent « pain au raisin ». Or, on peut parfaitement constater que dans la typographie utilisée pour éditer le titre de la revue en espagnol, sur la lettre « A » peinte en vert on ne peut apercevoir aucune image de coquillage ni de produit pâtissier.

Une des couvertures de l'édition catalane de la revue « Pomme d'Api »

Une des couvertures de l’édition catalane de la revue « Pomme d’Api » 
 

Dans l’édition catalane de la revue pour enfants, Pomme d’Api devient Cucafera. La « Cucafera » c’est le nom catalan de la tarasque, cet animal fabuleux, dragon des légendes provençales dont la représentation est promenée en procession dans certaines villes méridionales le jour de la Fête-Dieu. Dans les villes catalanes de Tortosa et Morella, ce monstre, moitié dragon moitié serpent, crache des bombons pour les enfants. Par ailleurs, la cucafera est aussi un jeu d’enfants très populaire en Catalogne : un enfant roi donne des ordres qu’il faut accomplir si l’ordre est précédé de l’expression la cucafera diu… comme le jeu américain Simon say, le Jacques a dit français ou le Jean a dit canadien… Très bien ! Est-ce que le lecteur de la revue catalane peut voir ou imaginé un dragon en regardant la typographie de la lettre « U » peinte en jaune ? Personne ! N’est-ce pas ?

Dans les deux revues traduites dans l’état espagnol il y a eu traduction mais il n’y a pas eu de paratraduction du péritexte iconique présent dans la conception typographique de la revue de départ. Il y a eu une simple imitation qui récrée un non-sens orthotypographique. Ce n’est qu’un petit détail diront quelques-uns. Or, ces petits détails font toute la différence. De ces tous petits détails dépendent l’habillage, l’appareillage du texte traduit, la dimension plastique que l’on recherche dans toute édition des traductions de la LEJ.  À l’École de Vigo, grâce au concept-clé de paratraduction, nous formons les futurs professionnels de la traduction en leur insistant à maintes reprises sur tous ces petits détails. Les détails orthotypographiques font partie essentielle du matériel iconotextuel que je dois paratraduire moi, sujet traducteur et premier agent paratraducteur, parce que leur influence dans la présentation éditoriale de ma traduction est énorme. Je veux participer au protocole éditorial qui va concrétiser la manifestation et la représentation de ma traduction car il ne peut exister de traduction sans sa paratraduction correspondante !

C’est dans la présentation, dans l’image des traductions de tous les jours où se trouve les enjeux économiques et commerciales des échanges transnationaux les plus importants des clients qui confient à d’autres agents, généralement tout autre que le propre traducteur, la zone de première transaction que constitue le seuil de toute traduction : la paratraduction. L’action de la paratraduction relève souvent de l’influence, voire de la manipulation, subie de manière consciente ou inconsciente par les traducteurs à travers des systèmes de réseaux de plus en plus virtuels utilisés par d’autres agents intermédiaires. Il est temps que le traducteur d’un texte s’occupe, lui aussi, du traitement éditorial des productions verbales, iconiques ou verbo-iconiques, des entités iconotextuelles ou simplement des productions matérielles des paratextes qui vont entourer, envelopper, accompagner, prolonger, introduire et présenter le texte traduit.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, José (2009a) «Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2009b) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.