Interprétation-médiation VII: l’interprète «ad hoc»

interprete-ad-hocDans un excellent billet de son blog de recherche T&P, Juan Jiménez Salcedo a très bien appelé en espagnol les faux interprètes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) présents devant les cours d’appel et aux tribunaux des différentes juridictions espagnoles, des « intérpretes de cartón piedra » car on dirait que l’entreprise privée qui les embauche en Espagne les a placés là de façon à imiter des ornements en pierre étant donné qu’il ne réalisent aucune tâche de manière professionnelle. Pour commencer à parler du premier faux seuil de la TIMSS, l’interprète « ad hoc », on pourrait dire que nous sommes face un interprète « carton-pâte » car ces interprètes non professionnels ont une compétence « factice », c’est-à-dire, simulée et non réellement éprouvée. Leur professionnalisme est feint, forcé, artificiel, faux. Nous sommes face à du toc, quoi ! Le carton-pâte est bel et bien « un mélange de pâte à papier et de matière plastique utilisé dans la fabrication de moulages, principalement d’imitations et de contrefaçons ». En plus, selon les situations de communication en soins de santé, l’interprète « carton-pâte » peut être modelé à volonté soit par le professionnel des services publics soit par la personne migrante, selon les fins que chacun puisse se proposer.

Lire la suite

Interprétation-médiation VI: les faux seuils de la TIMSS

faux-seuilNous voilà au 6.e billet de cette série consacrée à la pratique professionnelle de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). On a pu y remarquer que si la traduction et l’interprétation sont toujours des activités essentiellement humaines, traduire et interpréter pour les migrants sont les activités les plus « humanisées » parce qu’on y traite les thèmes les plus importants de la vie humaine : la santé (la naissance, la souffrance, la maladie, la mort), l’éducation et la justice.

Lire la suite

Interprétation-médiation V: la TIMS vécue comme expérience métisse

Métis-sagesFace aux faiblesses de l’interculturel et aux dangers d’un monde seulement multiculturel[1]la pensée du seuil implicite aux « espaces entre » que j’ai décrits dans le billet précédent aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Je ne dis rien de nouveau si je dis que les différences culturelles ont toujours été vouées à se rencontrer les unes entre les autres soit pour accueillir la différence, la traduire en l’interprétant correctement, soit pour l’atténuer ou tout simplement l’effacer dans un processus d’intégration, d’uniformisation et d’assimilation accélérées. L’acte de traduire et interpréter entre les cultures est un enjeu vital qui, se définissant avant tout comme un accueil de la différence, offre une alternative aux notions dépassées d’interculturalité et de multiculturalité, où tout est négociation pour intégrer l’étranger en lui ôtant toute marque d’étrangeté et l’accepter s’il a perdu toute marque d’altérité (Cf. Laplantine et Nouss, 1997 : 39).

Lire la suite

Interprétation-médiation IV: la notion de paratraduction et l’expérience du seuil dans la TIMS

Au seuil d'une île : un pont.

Au seuil d’une île : un pont.

La notion de paratraduction, créée aux origines de la fondation du Groupe de Recherche Traduction & Paratraduction (T&P) à l’Université de Vigo, dessine une aire paradigmatique propice à renouveler le questionnement sur la théorie et la pratique de la traduction et de l’interprétation. Une acception immédiate se contentera de proposer la paratraduction comme la traduction des productions paratextueles, paraverbales et non-verbales mais un tel choix présente un faible apport épistémologique car il ne fait qu’agrandir le corpus des textes et des discours offerts au regard traductologique sans susciter une nouvelle théorisation.

Lire la suite

Interprétation-médiation III: transes culturelles à éviter dans la TIMS

 

Tous différents, tous égaux ?!?

Tous différents, tous égaux ?!? 
 

Activité métisse (métissée et métissante), la pratique professionnelle de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) est au cœur de toute construction identitaire où tout professionnel de la traduction et de l’interprétation sait très bien qu’il ne faut jamais confondre identité et appartenance. Il s’agit de porter attention aux appartenances des identités métisses liées au processus migratoire, à l’exil et à tous les traumatismes qui peuvent y être présents. Traduire et interpréter pour des migrants ne suppose pas seulement la transmission des références culturelles d’une société nouvelle. Il faut aussi que les services publics qui accueillent les migrants puissent comprendre, grâce à la traduction et à l’interprétation, les multiples appartenances qui composent leurs différentes identités. Le regard du professionnel de la TIMS n’est pas là pour renfermer l’Autre dans ses plus étroites appartenances, au contraire, c’est très précisément grâce à son regard traduisant et interprétant qu’il peut les libérer.

Lire la suite

Interprétation-médiation II: l’image du pont et la TIMS conçue comme passage

Le pont de Mostar reconstruit à l'identique sauf que...

Le pont de Mostar reconstruit à l’identique sauf que… 
 

La plupart des réflexions sur la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) considèrent que le but principal de ces activités professionnelles est de construire des « ponts » entre des univers culturels et conceptuels éloignés. En effet, lorsque l’on essaie de définir la présence indéniable d’un interprète en médiation sociale, l’image du pont et l’idée du passage apparaissent presque toujours comme métaphores de la tâche de celui qui interprète et traduit l’autre pour représenter la rencontre entre deux langues et deux cultures.

Lire la suite

Interprétation-médiation I

Interprétation-Médiation_01Je commence l’année 2014 avec ce premier billet qui inaugure une nouvelle série que j’ai voulu intituler «Interprétation-médiation» en reprenant le titre du livre publié dans la collection dirigée par Jean-René Ladmiral. Les billets qui vont suivre tendent à aller à contre-courant des idées reçues sur la place, la représentation et le rôle de l’interprète professionnel lorsqu’il réalise sa tâche en médiation sociale. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que, sur les seuils du traduire, je voudrais instaurer en Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) une nouvelle perspective qui invite à considérer la pensée du seuil comme étant essentielle pour comprendre le « traduire » de l’interprète au quotidien, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Interpréter pour traduire c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant. La pratique professionnelle de la TIMS, étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil car elle rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation.

Lire la suite