Interprétation-médiation XI: conclusions

Interprétation-Médiation_01L’enjeu de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) se trouve au seuil de toute prestation professionnelle où la présence réelle du professionnel de la TIMS est indéniable. En effet, ce n’est qu’après avoir vécu l’expérience du seuil que l’Interprète en Milieu Social (IMS), peut mettre en place le passage d’une culture à une autre et le transfert d’une langue à une autre. Dire que la pratique professionnelle de la TIMS est au seuil, c’est signifier que traduire et interpréter attirent sur leurs gestes quotidiens toute l’ambigüité de la marge que celle-ci introduit entre l’intervenant-fournisseur de service public et l’immigrant allophone, entre la langue et la culture de l’administration et celles de l’étranger, sans jamais privilégier aucune des deux. Être au milieu que provoque l’expérience du seuil oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone, d’un côté, et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil, de l’autre. La notion de paratraduction crée une pensée paratraductologique (pensée liminale par excellence) qui invite à considérer ce qu’il déborde des deux côtés de la marge dans cette expérience du seuil et à en mesurer les exigences axiologiques pour une pratique professionnelle et engagée de la TIMS.

Étant d’abord une expérience du seuil, la TIMS est toujours toute humaine et sociale. L’expérience du seuil implicite aux « espaces entre »  aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Par conséquent, il est évident que pour le Groupe T&P, la mise en œuvre éthique et politique de la TIMS implique une réalisation pratique de la logique du devenir métis. Étant des pensées du lien, de la relation et de la transformation, la traduction et l’interprétation sont surtout des pratiques professionnelles métisses (c’est-à-dire, à la fois métissées et métissantes) et, par conséquent, elle sont bien plus des opérations transculturelles que des procédures interculturelles ou des modalités multiculturelles.

faux-seuilOr, certaines institutions et certaines entreprises travaillent tous les jours pour annuler la présence physique de l’être humain interprète parce que, soi-disant, elle devient trop chère. Et voilà comment les fausses politiques de migration des institutions publiques et la recherche de la bonne affaire économique des entreprises privées ne font que créer de faux seuils dans la pratique quotidienne et non professionnelle de la Traduction et d’Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS). Or la pratique professionnelle de la TIMSS ne peut jamais être une action purement technique parce qu’elle ne peut pas être totalement neutre comme l’est une machine tel que le voudrait certaines entreprises technologiques de l’ère numérique. Ces entreprises (comme par ailleurs la plupart des institutions publiques) sont essentiellement ancrées dans l’image du pont et l’idée du passage quand il s’agit de concevoir la traduction et l’interprétation dans la mise en marche des produits qu’elles vendent. Par conséquent, on ne saurait se passer de la présence physique et humaine de l’interprète, surtout en médiation médicale. Ainsi donc, face à « un bout de papier imagé », à une « machine au téléphone », à un « écran parlant » ou, dans un avenir tout proche, à un « hologramme parlant », la présence humaine, réelle et professionnelle de l’IMS est la seule qui, au seuil de toute médiation, garantit, par exemple, la possibilité de dévoiler le regard qui se cache derrière ce voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut toujours pas lire ni interpréter pour en traduire le symbole. Il faut cesser d’admettre ces faux outils que les institutions et les entreprises mettent en place pour remplacer l’être humain qui traduit et interprète l’Autre dans des situations que l’on veut appeler sociales et qui sont toujours de très forts moments de vie privée où une personne allophone entre en contact avec l’administration la plupart des fois dans des situations de détresse.

VIVRE ENSEMBLELa non présence de l’interprète en aval ou du traducteur en amont implique, inéluctablement, l’indifférence, l’indifférenciation ou le choc des cultures. Or, le vouloir vivre ensemble se joue toujours dans la différence. Dans le quotidien de la prestation des services publics aux citoyens allophones, les interactions sociales, économiques, politiques et culturelles deviennent impossibles sans la traduction et l’interprétation de l’Autre dûment réalisées par des traducteurs et des interprètes professionnels. Par conséquent, la présence réelle de l’interprète dans la médiation sociale s’impose dès le premier abord. L’IMS est une personne qui assume sa présence tout en étant conscient de son rôle dans la médiation sociale mise en place dans les différents services publics. Justice, santé et éducation sont les trois secteurs publics où la pratique professionnelle de la TIMS se développe pour assurer et faire valoir ce que de droit dans une société démocratique et civilisée. Des trois secteurs publics mentionnés, la santé est celui qui demande le plus de services d’interprétation, bien plus que le secteur judiciaire. La pratique professionnelle de la traduction et l’interprétation en milieu médical est aussi celle qui présente le plus grand nombre de difficultés car de l’impact de la présence réelle de l’interprète, faisant preuve de l’expérience du seuil, dépend la qualité des soins auprès des populations migrantes allophones.

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Interprétation-médiation X: l’interprète «en papier»

pictogramas_PortadaPictogramas para facilitar a comunicación coas mulleres embarazadas inmigrantes (« Pictogrammes pour faciliter la communication avec les femmes enceintes immigrantes ») est le titre d’une publication multilingue éditée sous format PDF par la Direction d’Assistance Sanitaire du Service Galicien de Santé du Gouvernement autonome de la Galice (la Xunta de Galicia). Le but de cette publication verbo-iconique est de faciliter la communication « sans recours à un interprète » entre le médecin (généraliste, gynécologue médical ou gynécologue-obstétricien) ou la sage-femme, d’une part, et les femmes enceintes immigrantes allophones, d’autre part, tout au long d’un suivi de grossesse sans situations à risque.

Il s’agissait de traduire en sept langues un matériel de départ essentiellement intersémiotique (verbo-iconique) rédigé en espagnol. Le projet des pictogrammes galiciens fut réalisé en théorie par 9 traducteurs et 4 collaborateurs. Il fut financé par le Ministère de la Santé et Politique Sociale du Gouvernement espagnol dans le cadre du Plan de qualité du Système National de Santé. Le lecteur trouvera ailleurs et en espagnol une longue critique de l’image (Yuste Frías, 2011a) et du texte (Yuste Frías, 2010 et 2011b) de la traduction française.

Matronas_Ceuta_COMATRONASCes pictogrammes galiciens sont identiques aux pictogrammes « originaux » andalous que le maïeuticien Luciano Rodríguez Díaz et la sage-femme Juani Vázquez Lara de Algeciras (Cadix) ont créés au CHU de Ceuta. Algeciras et Ceuta sont deux villes d’Espagne très proche du Maroc. Si l’on visite le site web des deux auteurs des pictogrammes andalous, où ils n’oublient pas de nous rappeler que tous les deux font partie du groupe de travail des urgences en infirmerie obstétrico-gynécologique de la Société Espagnole d’Infirmerie d’Urgence et Émergence (SEEUE), on peut y lire les notes de presse qui commentent comment l’idée andalouse fut exportée en Galice ainsi que les prix reçus pour leur initiative.

Matronas_Ceuta_XuntaMatronas_CeutaMatronas_Ceuta_Premios_01Matronas_Ceuta_Premios_02Matronas_Ceuta_Premios_03Matronas_Ceuta_Premios_04

Je félicite moi aussi la volonté de vouloir remplir des lacunes communicatives, mais je ne peux pas en féliciter le résultat final ni en Andalousie ni en Galice. Comparez, SVP, la version française publiée par les deux communautés autonomes espagnoles : les images sont identiques et on peut y trouver les mêmes coquilles, les mêmes erreurs et les mêmes horreurs.

Picto_FR_ANDALUCIAPicto_FR_GALICIA

Penser que l’on peut remplacer la présence (physique ou virtuelle) d’un interprète en milieu social rien que par du papier à l’aide d’images qui ne sont pas du tout des « pictogrammes » mais, plutôt, des dessins naïfs fortement marqués d’un point de vue culturel, cela relève d’un degré extrême d’ignorance de l’activité professionnelle du traducteur et de l’interprète en milieu social. Chacune de ces 9 feuilles à grilles remplies d’images mal dessinées et de mots mal écrits pour chaque culture et pour chaque langue, est un faux outil pour la communication entre médecin ou sage-femme, d’une part, et patiente allophone, de l’autre.

 pictogramas_ARpictogramas_ENpictogramas_ESpictogramas_FRpictogramas_GLpictogramas_PTpictogramas_ROpictogramas_RUpictogramas_ZH

Comment s’y prendre ? Est-ce que l’on s’est posé la question du lettrisme des femmes enceintes immigrées ? Savent-elles toutes lire ce qui est écrit dans soi-disant leurs langues respectives ? Si non, alors qui lit quoi à qui et comment ? Comment montre-t-on l’image à la patiente ? En parcourant le texte du doigt en même temps que l’on montre l’image ? Ces feuilles sont-elles plastifiées individuellement pour un usage continu ou simplement elles sont assemblées dans un bloc à fichiers PDF ? Est-ce que peut-être ce ne sont pas des feuilles individuelles car on a pensé à les imprimer comme des espèces de grands sous-mains transposables à montrer aux femmes enceintes immigrantes selon la langue ?

Tout le document est fondé sur la soi-disant universalité de l’image. Or la perception d’une image n’est jamais un acte universel. Quand on traduit des textes à images, on constate que l’image n’est pas universelle, qu’elle peut avoir un sens différent, voire étranger, d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre. Traduire l’image, c’est faire de la paratraduction. La notion de paratraduction permet d’étudier avec un nouveau regard transdisciplinaire la traduction des régions frontalières du textuel et du visuel. Le texte est travaillé comme un matériau visuel dont les unités de traduction verbales se marient avec l’image sur la surface d’un seuil, d’une marge de la page ou sur celle d’une zone de l’écran. Un traducteur doit penser l’image comme un élément paratextuel essentiel de l’institution du symbolique en tant que principe de stratégie textuelle à lire, interpréter et traduire dans une langue et une culture déterminées.

Hélas, ici il n’y a eu aucune paratraduction de l’image qu’il faut absolument considérer comme le péritexte iconique du document à traduire. Regardons de plus près cette couverture du document PDF de la Xunta de Galicia qui répète toujours les mêmes images dans les neuf langues. pictogramas_PortadaL’image dit tout ici : on y distingue de manière très précise les catégories de femmes pouvant être enceintes (il n’en existe que quatre !) et, bien entendu, on définit très précisément à quoi ressembleront leurs progénitures : l’enfant d’une femme « jaune » sera forcément « jaune » ; l’enfant d’une femme « noire » sera « noir » ; l’enfant d’une femme « blanche » sera « blanc », etc. Ainsi se définit tristement le cycle de la vie et la conception de la diversité culturelle de la population migrante d’un pays quand on ne tient pas compte du métissage. N’aurait-il pas été plus judicieux de s’en tenir à la stricte définition de ce qu’est un pictogramme et donc de représenter une femme dans une forme « standardisée », de manière à ce que toutes les femmes enceintes puissent s’y identifier et ainsi ne pas rentrer dans la controverse ? En fait, il semble qu’aucune image employée dans ce document n’est véritablement un « pictogramme » parce qu’aucune ne suit les normes de standardisation ISO. Au contraire, chaque image relève d’une symbolique culturelle essentiellement occidentale. À commencer par la représentation du centre hospitalier : la croix rouge aurait pu être remplacée par le croissant de lune dans la version arabe. Mais ce qui est encore plus grave c’est le choc culturel que provoque dans la version arabe le moment le plus délicat dans une consultation gynécologique : l’exploration du vagin et du col. Ce moment comprend toujours deux étapes : le toucher vaginal à la recherche d’une douleur, d’un polype, d’une lésion cervicale ; la pose du spéculum appréciant le col et le vagin, recherchant une leucorrhée, des saignements, des lésions, et permettant le frottis cervico-vaginal. La représentation mise en place dans les pictogrammes n’est pas du tout une image universelle. Au contraire pour certaines cultures voire un homme assis dans cette position devant une femme couchée peut provoquer un très grave malentendu rien qu’au regard de cette image. D’abord il faut rappeler que le toucher vaginal peut être réalisée par la sage-femme quand la grossesse n’est pas à risques. Par ailleurs, le toucher peut se faire debout et pas seulement assis.

Penser que l’on peut remplacer la présence d’un interprète en milieu social rien que par du papier à l’aide d’images qui ne sont pas du tout des « pictogrammes » mais, plutôt, des dessins naïfs fortement marqués d’un point de vue culturel, cela relève d’un degré extrême d’ignorance de l’activité professionnelle du traducteur et de l’interprète en milieu social de la part des institutions publiques. Aussi bien pour la Xunta de Galicia que pour la Junta de Andalucía, l’interprète devient ainsi invisible et se trouve remplacé par des « interprètes en papier ». Ce faux outil des pictogrammes ne fait que provoquer des malentendus et des risques de l’illusion de communication pour la personne migrante, le professionnel de la TIMS (Traduction et Interprétation en Milieu Social) et l’institution. Un véritable désastre qui rend impossible l’expérience du seuil dans la TIMS car l’IMS (Interprète en Milieu Social) a complètement disparu et a été volontairement remplacé par un simple bout de papier.

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.