Le migrant est un exilé

« Migrant », « exilé », « réfugié » : comment saisir le poids des mots ? Le choix des mots n’est pas neutre à l’heure où les médias du monde entier parlent de «crise» migratoire. Quand on aborde le phénomène migratoire dans les études de traduction et d’interprétation, le souci terminologique devrait toujours s’imposer. Or, voilà que lorsqu’un chercheur en Traduction et Interprétation en Milieu Social (TIMS) avec un minimum d’attention lexicologique se pose la question du terme à employer pour parler de la personne allophone pour qui le professionnel de la TIMS doit traduire et interpréter, il peut facilement produire une liste de termes affichant une contigüité synonymique dangereusement franche.

Lire la suite

La traduction comme métissage des cultures

Benetton_01Le métissage est une notion très à la mode qui a été récupérée par à peu près tous les discours politiques, ceux de gauche et de droite, ceux du nationalisme et de transnationalisme, du Tiers monde et du Premier monde. Mais le métissage n’est pas l’effet  Benetton. «On pourrait le croire puisque, venus du contexte colonial et connotés négativement, les termes « métis » et « métissage » ont été récupérés par l’industrie du divertissement et la publicité pour désigner superficiellement tout effet de mélange ou de croisement des cultures.» (Nouss 2005b: 9). Le métissage est en vogue, c’est un thème prisé et un terme abondamment utilisé pour vanter les produits les plus variés, de la gastronomie à la décoration en passant par le divertissement et, bien sûr, l’habillement comme ces images de la collection de vêtements printemps-été de Benetton appelée, très précisément, métissage coloré.

Lire la suite

Interprétation-médiation V: la TIMS vécue comme expérience métisse

Métis-sagesFace aux faiblesses de l’interculturel et aux dangers d’un monde seulement multiculturel[1]la pensée du seuil implicite aux « espaces entre » que j’ai décrits dans le billet précédent aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Je ne dis rien de nouveau si je dis que les différences culturelles ont toujours été vouées à se rencontrer les unes entre les autres soit pour accueillir la différence, la traduire en l’interprétant correctement, soit pour l’atténuer ou tout simplement l’effacer dans un processus d’intégration, d’uniformisation et d’assimilation accélérées. L’acte de traduire et interpréter entre les cultures est un enjeu vital qui, se définissant avant tout comme un accueil de la différence, offre une alternative aux notions dépassées d’interculturalité et de multiculturalité, où tout est négociation pour intégrer l’étranger en lui ôtant toute marque d’étrangeté et l’accepter s’il a perdu toute marque d’altérité (Cf. Laplantine et Nouss, 1997 : 39).

Lire la suite

Interprétation-médiation IV: la notion de paratraduction et l’expérience du seuil dans la TIMS

Au seuil d'une île : un pont.

Au seuil d’une île : un pont.

La notion de paratraduction, créée aux origines de la fondation du Groupe de Recherche Traduction & Paratraduction (T&P) à l’Université de Vigo, dessine une aire paradigmatique propice à renouveler le questionnement sur la théorie et la pratique de la traduction et de l’interprétation. Une acception immédiate se contentera de proposer la paratraduction comme la traduction des productions paratextueles, paraverbales et non-verbales mais un tel choix présente un faible apport épistémologique car il ne fait qu’agrandir le corpus des textes et des discours offerts au regard traductologique sans susciter une nouvelle théorisation.

Lire la suite

Interprétation-médiation III: transes culturelles à éviter dans la TIMS

 

Tous différents, tous égaux ?!?

Tous différents, tous égaux ?!? 
 

Activité métisse (métissée et métissante), la pratique professionnelle de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) est au cœur de toute construction identitaire où tout professionnel de la traduction et de l’interprétation sait très bien qu’il ne faut jamais confondre identité et appartenance. Il s’agit de porter attention aux appartenances des identités métisses liées au processus migratoire, à l’exil et à tous les traumatismes qui peuvent y être présents. Traduire et interpréter pour des migrants ne suppose pas seulement la transmission des références culturelles d’une société nouvelle. Il faut aussi que les services publics qui accueillent les migrants puissent comprendre, grâce à la traduction et à l’interprétation, les multiples appartenances qui composent leurs différentes identités. Le regard du professionnel de la TIMS n’est pas là pour renfermer l’Autre dans ses plus étroites appartenances, au contraire, c’est très précisément grâce à son regard traduisant et interprétant qu’il peut les libérer.

Lire la suite

Identité et traduction

Le voile, symbole d’appartenance(s), traduisant l’identité

Pour mieux traduire l’identité de l’autre, il faut savoir bien interpréter les multiples appartenances dont il est porteur. En introduisant dans le débat sur l’identité les expériences de la multi-appartenance à partir du paradigme de la traduction, ce billet invite à ne plus mettre en équation identité et appartenance dans les études sur la traduction (Translation Studies). Sous un angle traductif, les identités se négocient selon un principe de fluctuation qui considère les différentes appartenances dans leurs relations, leurs échanges et leurs historicités et non au sein d’un système fermé. Employer des expressions telles que : « identité linguistique » ou « identité culturelle », X ou Y, affirmant, implicitement ou explicitement, qu’une personne ne peut vivre que cette seule et unique identité X ou Y, c’est confondre « identité » et « appartenance » selon Michel Serres. Cette confusion rend impossible la traduction de l’autre et constitue, par conséquent, une très grave erreur politique, sociale et culturelle car elle crée de l’exclusion, immobilise la pensée, tend à monter les groupes les uns contre les autres et enferme aussi bien l’individu que le groupe dans une autochtonie dérisoire fondée sur le mythe idéal et romantique du monolinguisme qui perpétue, encore et toujours, l’éternelle équation : un territoire + une langue nationale = une identité nationale.

Lire la suite

Métissages et traduction

Au seuil d'une porte à Menton (France) © Anxo Fernández Ocampo

Au seuil d’une porte à Menton (France) © Anxo Fernández Ocampo 

Les travaux de François Laplantine et Alexis Nouss (Le métissage, 1997; Métissages. De Arcimboldo à Zombi, 2001)) ont dévoilé et débusqué les innombrables expressions du métissage dans les domaines les plus variés de la culture: la langue, la littérature, l’architecture, la sculpture, la peinture, la géographie, la musique, le cinéma, le théâtre et la philosophie. En affichant le pouvoir conceptuel novateur du métissage pour aborder la citoyenneté, la laïcité, le racisme, la globalisation oule cosmopolitisme, Alexis Nouss (Plaidoyer pour un monde métis, 2005) est arrivé même a suggérer brillamment qu’un monde métis est un autre monde possible.

Lire la suite