Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » IV

Dans le billet précédent il m’a paru significatif de citer Montaigne à propos de cette petite histoire de la confusion entre pouce levé et pouce baissé car cet auteur fait partie des classiques utilisés, depuis longtemps et à maintes reprises, dans l’enseignement français ; or, il paraît que les enseignements prodigués par les instituteurs de la fin du XIXsiècle au sujet de la Rome antique sont à l’origine, en France, de l’utilisation du geste du pouce levé pour demander une trêve temporaire dans les jeux pratiqués par les enfants.

À une époque où l’Éducation nationale réprime l’usage des parlers régionaux, notamment dans la cour de récréation, on peut imaginer que le code gestuel traditionnel subit, volontairement ou inconsciemment, le même frein. Enfin, n’oublions pas que le pouce levé, censé n’épargner qu’un combattant méritant, possède un caractère valorisant qui a dû faciliter son adoption par les enfants demandant un répit temporaire. Toujours est-il que l’introduction et l’adoption de cette requête gestuelle ont dû se faire assez brutalement si l’on en juge par l’exemple provençal où ce signe de trêve se nomme paradoxalement « défi ». Puisque le pouce et le doigt de l’engagement, le doigt de la foi (fiance) et de la confiance, il est normal qu’il caractérise la méfiance et la défiance lorsqu’on refuse ostensiblement de le donner. Est-ce le hasard si plusieurs gestes de défi sont justement faits à l’aide du pouce ? (Carénini, 1991, p. 87)

Y a-t-il, aujourd’hui, un seul Français qui ignore la signification du pouce comme arrêt momentané de la partie ? Étant donné l’omniprésence de la symbolique manuelle américaine dans les réseaux sociaux, il peut avoir plus d’un. De toute façon, un traducteur n’a pas besoin d’être Français pour interpréter ce geste de la langue française de laquelle il traduit. Il suffit de consulter Le Petit Robert pour savoir que « Pouce » en langue française n’est pas seulement « le premier doigt de la main de l’homme, le plus gros, formé de deux phalanges, opposable aux autres doigts », mais aussi une « interjection qu’emploient les enfants (en tenant la main fermée et le pouce levé) pour indiquer qu’ils se mettent momentanément hors du jeu, pour demander une trêve ». En outre, l’expression française « Pouce cassé ! » est l’expression employée pour que le jeu reprenne. Mais, attention ! Un traducteur de l’image, médiateur entre les langues et les cultures, doit savoir que hors de France les enfants n’utilisent pas du tout le geste du pouce pour demander une trêve. En Allemagne, par exemple, l’arrêt se demande généralement en levant une main, paume en avant. Aux Etats-Unis, un arrêt dans le jeu s’obtient en croisant deux doigts ou avec le geste popularisé par le Basket-ball. En Iran, les garçons lèvent l’index de la main droite et les filles envoient des baisers alentour.

L'image du pouce levé à la page 9 de l'album « Astérix en Hispanie »

L’image du pouce levé à la page 9 de l’album « Astérix en Hispanie » 

 

Il est évident que l’image qui reproduit le geste du pouce levé dans la dernière case de la page 11 d’Astérix en Hispanie  n’est pas du tout universelle. N’oublions jamais le contexte : nous sommes à la fin du jeu initié par le petit ibère à la page 9. Un jeu qui a été suivi jusqu’au bout par une seule personne, le légionnaire ingénu qui, se laissant tout à fait prendre au jeu, est dessiné par Uderzo en train de faire le geste du pouce levé pour demander une trêve dans le jeu. Ne pas y lire et interpréter l’interjection « Pouce ! » qu’emploient les enfants Français (en tenant la main fermée et le pouce levé) pour indiquer qu’ils se mettent momentanément hors du jeu, pour demander une trêve, c’est nier la possibilité de traduction de toute la symbolique française et francophone de l’image du pouce levé dessinée dans cet album. Il s’agit d’une image qui aurait bien pu bien faire l’objet d’une paratraduction pour une meilleure édition du paratexte iconique. Or, pendant plus de 50 ans aucune maison d’édition chargée de traduire l’album Astérix en Hispanie a contemplé cette possibilité. Au contraire, on dirait que, placés hors jeu face à cette image du pouce levé, tous les traducteurs de par le monde ont lu et interprété la fausse symbolique romaine que la culture globale, essentiellement américaine, fait circuler partout et pour tout. Notre légionnaire romain serait ainsi en train de dire avec cette image du pouce levé non lue, non interprétée et, par conséquent, jamais (para)traduite : « S’il vous plaît ne nous frappez pas à mort » (Astérix et Obélix n’ont jamais « tué » personne !) ou encore pire « Bravo, vous êtes les meilleurs, les champions… vous frappez à merveille » (éprouvant du plaisir à être battu, le légionnaire serait-il masochiste ?).

L'image du pouce levé à la page 9 de l'album « Astérix en Hispania »

L’image du pouce levé à la page 9 de l’album « Astérix en Hispania » 

 

La principale conclusion de cette série consacrée à l’image du pouce levé, est que malgré le degré d’universalité de son symbolisme, la représentation de l’image du pouce levé peut avoir un sens différent, voire étranger, d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, du texte-source au texte-cible, d’une symbolique manuelle à l’autre. Par conséquent, une formation universitaire des futurs professionnels de la traduction devrait tenir compte qu’il est tout à fait nécessaire de former les étudiants à la lecture, l’interprétation et la (para)traduction des structures symboliques de l’image.

Je terminerai cette série de mon carnet de recherche en répondant clairement à une question qui s’impose : est-ce qu’il y a des limites à la pratique de la (para)traduction de l’image que je préconise ? Effectivement. Les mêmes limites que l’on trouve dans la pratique de traduction du texte. Des limites qui se trouvent aux différents seuils de l’imaginaire transmis par le texte et ses paratextes. Je considère qu’il ne serait pas tolérable dans la traduction d’une BD, par exemple, que des passages entiers, des planches entières voient l’iconographie de leur imagerie totalement modifiée parce que la perception de leur contenu par le lecteur n’est pas garantie ou ne s’adapte pas aux normes culturelles en vigueur dans les pays où la traduction va être lue. Ne pas respecter ces limites du sens commun, c’est faire tout autre chose, de la censure dans tous ses états, mais pas précisément de la traduction. C’est bien le cas des traductions dites « politiquement correctes » qui, au nom d’une idéologie déterminée, bâtissent de nouveaux imaginaires qui n’ont rien à voir avec ceux présents dans les textes et les paratextes de départ. Il est bien vrai que toute traduction implique toujours un certain degré de manipulation, mais traduire n’est pas trahir !

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » III

The O.K. thumb up employed as a good luck patch for attachment to denim clothing

The O.K. thumb up employed as a good luck patch for attachment to denim clothing 

 

La posture du pouce, seul doigt levé d’un poing serré, est un geste connu depuis la Seconde Guerre mondiale car il fut popularisé un peu partout dans le monde par le G.I. américain pour signifier le O.K. ou le good luck. Pour la langue et la culture françaises, cette signification n’est pas en contradiction avec la symbolisation gestuelle du numéro « un », du premier et, par là, du meilleur et du champion.

L’interprétation actuelle du pouce levé comme geste d’approbation, vient de la croyance qu’il s’agit de la survivance du geste utilisé par les anciens Romains pour épargner un gladiateur méritant tel qu’il apparaît dans le fameux tableau du XIXe siècle de Jean-Léon Gérôme intitulé très précisément Pollice Verso. Au XXe siècle, pendant les années 50-60 les productions italiennes et américaines de péplums on contribué énormément à maintenir cette interprétation. On nous faire croire à l’écran  pendant tout un siècle que le pouce dirigé vers le haut signifie la vie pour le gladiateur couché par terre et le pouce dirigé vers le bas sa mort.

« Pollice verso « de Jean-Léon Gérôme

« Pollice verso « de Jean-Léon Gérôme 

 

Or, un consultant traducteur, expert traducteur de l’image étudiant les textes qui font référence à la symbolique antique du pouce, aurait pu prouver non seulement que l’interprétation était fausse, mais en plus que l’erreur s’est produite à l’époque moderne. La confusion résulte des diverses interprétations des mots pollice verso, converso ou compresso. Une confusion qui provoqua le 25 avril 1901 l’envoi d’une lettre à l’éditeur du prestigieux New York Times intitulée : The Tragedy of The Thumb.

Pourtant à la fin du XVIe siècle, dans ses Essais, tout au début du chapitre XXVI du Livre Second (intitulé très précisément Des poulces), Montaigne avait bel et bien écrit textuellement :

C’estoit à Rome une signification de faveur, de comprimer et baisser les poulces,
Fautor utroque tuum laudabit pollice ludum,
et de desfaveur, de les haulser et contourner au dehors :
Converso pollice vulgi. Quemlibet occidunt populariter.
(Montaigne, p. 355)

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) - 1854.

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) – 1854. 

 

Montaigne n’avait pas oublié de nous donner aussi sa traduction de ces deux citations latines. Pour la première, une citation d’Horace (Épitres, I. 18-66) : « Il [le peuple] applaudira à tes jeux en baissant les deux pouces ». Pour la deuxième, la troisième satire de Juvénal : « Dès que la peuple a tourné le pouce en haut, il faut, pour lui plaire que les gladiateurs s’égorgent ». Remarquons la précision de Montaigne : « C’était à Rome une signification de faveur de comprimer et baisser les pouces ». Nous avons donc, chez un auteur très connu et à une époque où les textes étaient lus, traduits et interprétés comme il faut et comme il se doit, l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, une interprétation radicalement différente à celle que l’on attribue actuellement au geste du pouce levé. C’est bel et bien le pollice compresso, le pouce caché à l’intérieur de la main et pressé par les autres doigts, qui signifiait la grâce. Si le symbolisme du pouce est celui de la force de l’homme, il est tout à fait logique que lorsque le peuple voulait demander au vainqueur de ne pas appliquer sa supériorité jusqu’au bout, il lui présentait une main sans pouce. De même, le pollice converso, le pouce sorti et levé, c’est-à-dire la force montrée, était interprété par le gladiateur de ne pas faire de quartier et, par conséquent, de massacrer son adversaire.

Quant à la direction du pouce tendu, vers le haut ou vers le bas, elle n’eut apparemment pas de signification déterminante, comme l’a si bien publié André Carénini :

Les gladiateurs se trouvant en contrebas par rapport aux gradins, on peut imaginer que le pouce sorti, signifiant la mort, fut la plupart du temps dirigé vers le bas pour que le geste soit perceptible. En outre, le vaincu étant à terre, l’estocade devait être portée de haut en bas et il est possible que le pouce baissé soit aussi un geste imitatif. Le mouvement encore communément usité pour signifier que l’on perfore avec un poignard se fait en avançant le pouce tendu, les autres doigts serrant sur la paume un manche imaginaire. Le pouce représente la lame, comme on peut le constater dans les gestes pratiqués autour de son propre cou pour symboliser l’égorgement. Tous ces détails ont certainement contribué à faire du pouce tourné vers le bas l’unique signe de mort. À cela s’ajoute un élément historique qui a facilité l’acception du « doigt levé » comme signe de grâce : par une loi spéciale, l’empereur Domitien voulut que le vaincu puisse lui-même demander grâce en levant un doigt (l’index très probablement). Le haut positif comme le bas négatif se rattachent, dans un contexte beaucoup plus général, à des valeurs conceptuelles attribuées culturellement à la position haute comme supérieure et donc positive par rapport à la position basse […] (Carénini, 1991, pp. 84-85)

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.