La paratraduction de l’image de la lettre

La belle image de la pomme rouge dans la lettre « O » du nom de la revue « Pomme d'Api »

La belle image de la pomme rouge dans la lettre « O » du nom de la revue « Pomme d’Api » 

 

Après avoir affirmé que traduire pour les enfants n’est pas un jeu d’enfant, après avoir insisté sur le fait que les traducteurs nous sommes les seconds auteurs ET du texte ET de l’image du texte,  je voudrais présenter ici, en français, tel que je l’ai fait en espagnol dans l’espace virtuel de mon carnet de recherche T&P à l’Université de Vigo, le cas pratique d’une commande de traduction de Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) en Espagne. Il s’agit de la revue française pour enfants Pomme d’Api du groupe Bayard Presse. Dans l’édition française de départ on peut remarquer très clairement que la lettre « o » du mot « pomme » devient image en se transformant en pomme. Le texte est image et les lettres ont une image !

Une des couvertures originales de la revue « Pomme d'Api »

Une des couvertures originales de la revue « Pomme d’Api » 

 

La « pomme d’api » en français est « la variété de pomme très rouge d’un côté ». Or, comme tout lecteur connaisseur de l’imaginaire enfantin francophone sait, le nom de la revue fait référence à la fameuse chanson Pomme de reinette et pomme d’api que chante l’enfant placé au centre d’un cercle formé par d’autres enfants aux poings fermés qu’ils placent derrière leur dos pendant que l’enfant du centre frappe chaque poing en chantant :

Pomme de reinette et pomme d’api
D’api, d’api, rouge
Pomme de reinette et pomme d’api
D’api, d’api, gris

Cache ton poing derrière ton dos
Ou je te donne un coup de marteau !

Comment a-t-on traduit en Espagne l’imaginaire francophone et français Pomme d’Api véhiculé par l’image du texte du titre de cette revue ? Jetons un coup d’œil aux (ré)créations localisées qui ont été éditées sur les couvertures des revues traduites en espagnol et en catalan.

Une des couvertures de l'édition espagnole de la revue « Pomme d'Api »

Une des couvertures de l’édition espagnole de la revue « Pomme d’Api » 

 

Dans l’édition espagnole de la revue pour enfants, Pomme d’Api devient Caracola. « Caracola » veut dire en espagnol coquille ou coquillage de mer mais c’est aussi cette viennoiserie confiserie qui prend la forme d’une spirale et que les Français appellent « pain au raisin ». Or, on peut parfaitement constater que dans la typographie utilisée pour éditer le titre de la revue en espagnol, sur la lettre « A » peinte en vert on ne peut apercevoir aucune image de coquillage ni de produit pâtissier.

Une des couvertures de l'édition catalane de la revue « Pomme d'Api »

Une des couvertures de l’édition catalane de la revue « Pomme d’Api » 

 

Dans l’édition catalane de la revue pour enfants, Pomme d’Api devient Cucafera. La « Cucafera » c’est le nom catalan de la tarasque, cet animal fabuleux, dragon des légendes provençales dont la représentation est promenée en procession dans certaines villes méridionales le jour de la Fête-Dieu. Dans les villes catalanes de Tortosa et Morella, ce monstre, moitié dragon moitié serpent, crache des bombons pour les enfants. Par ailleurs, la cucafera est aussi un jeu d’enfants très populaire en Catalogne : un enfant roi donne des ordres qu’il faut accomplir si l’ordre est précédé de l’expression la cucafera diu… comme le jeu américain Simon say, le Jacques a dit français ou le Jean a dit canadien… Très bien ! Est-ce que le lecteur de la revue catalane peut voir ou imaginé un dragon en regardant la typographie de la lettre « U » peinte en jaune ? Personne ! N’est-ce pas ?

Dans les deux revues traduites dans l’état espagnol il y a eu traduction mais il n’y a pas eu de paratraduction du péritexte iconique présent dans la conception typographique de la revue de départ. Il y a eu une simple imitation qui récrée un non-sens orthotypographique. Ce n’est qu’un petit détail diront quelques-uns. Or, ces petits détails font toute la différence. De ces tous petits détails dépendent l’habillage, l’appareillage du texte traduit, la dimension plastique que l’on recherche dans toute édition des traductions de la LEJ.  À l’École de Vigo, grâce au concept-clé de paratraduction, nous formons les futurs professionnels de la traduction en leur insistant à maintes reprises sur tous ces petits détails. Les détails orthotypographiques font partie essentielle du matériel iconotextuel que je dois paratraduire moi, sujet traducteur et premier agent paratraducteur, parce que leur influence dans la présentation éditoriale de ma traduction est énorme. Je veux participer au protocole éditorial qui va concrétiser la manifestation et la représentation de ma traduction car il ne peut exister de traduction sans sa paratraduction correspondante !

C’est dans la présentation, dans l’image des traductions de tous les jours où se trouve les enjeux économiques et commerciales des échanges transnationaux les plus importants des clients qui confient à d’autres agents, généralement tout autre que le propre traducteur, la zone de première transaction que constitue le seuil de toute traduction : la paratraduction. L’action de la paratraduction relève souvent de l’influence, voire de la manipulation, subie de manière consciente ou inconsciente par les traducteurs à travers des systèmes de réseaux de plus en plus virtuels utilisés par d’autres agents intermédiaires. Il est temps que le traducteur d’un texte s’occupe, lui aussi, du traitement éditorial des productions verbales, iconiques ou verbo-iconiques, des entités iconotextuelles ou simplement des productions matérielles des paratextes qui vont entourer, envelopper, accompagner, prolonger, introduire et présenter le texte traduit.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, José (2009a) «Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2009b) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.

Traduire pour les enfants II

Capture d'écran de la section « À la découverte des lettres » du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF

Capture d’écran de la section « À la découverte des lettres » du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF 

 

Traduire le couple texte_image dans la Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) c’est aussi reconnaître la part dévolue à la propre « image du texte », c’est‐à dire à la dimension visuelle et matérielle de l’écriture et, au‐delà, de toute production écrite. C’est considérer la dimension graphique de la mise en page et la part visuelle de la typographie comme des éléments signifiants de la communication écrite et, mieux encore, comme les éléments constitutifs d’une écriture à proprement parler. Les traducteurs de la LEJ nous élargissons le champ d’investigation textuel dans cet objet à traduire qu’est l’album pour enfants. Nous sommes toujours conscients que le texte ne peut se contenter d’être une seule entité linguistique. Avant que d’être lu, le texte doit être vu et pour ce faire, il doit exhiber sa visualité et affirmer son existence matérielle. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que nous formons nos étudiants à l’École de Vigo pour qu’ils soient toujours conscients de la dualité constitutive de toute écriture qui pour être linguistique n’en est pas moins, toujours matérielle et visuelle.

Les traducteurs nous sommes les seconds auteurs ET du texte ET de l’image du texte : l’image imprimée que tout texte génère doit être saisie, vue, lue et interprétée par le traducteur. Il est bien vrai que dans le système éditorial classique, le premier auteur d’un texte, celui qui a écrit le texte de départ au sens linguistique du terme, n’a pas la main sur la mise en forme de ce texte, qui ne lui appartient plus visuellement dès qu’il est pris en charge par un éditeur. L’agencement visuel est confié à divers intervenants plus ou moins créatifs (designer, directeur artistique, maquettiste…) comme si la dimension sémiotique et technique du texte ne regardait en rien son auteur. Il y a donc une nette séparation des pouvoirs entre ce qui concerne les interventions linguistiques et iconiques sur un texte. Si cela arrive déjà avec le premier auteur, imaginez ce qu’il peut se passer avec nous les traducteurs, les seconds auteurs.

Quand nous traduisons des albums pour enfants nous nous sentons proches et du texte et de l’image du texte, c’est‐à‐dire de tous les aspects typographiques conçus et dessinés par l’auteur le plus ignoré dans les éditions de la LEJ: le typographe. Aujourd’hui l’exubérance typographique, libérée des contraintes du plomb nous présente l’écriture avec tous les attraits de l’image. Les lettres sont devenues des images qu’on voit avant qu’on ne les déchiffre : tous caractère est aussi image. Les frontières entre texte et image se brouillent. L’écriture y gagne une dimension plus graphique et plastique que verbale.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

YUSTE FRÍAS, José (2009a) «Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2009b) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

 

Traduire pour les enfants I

Capture d'écran de la page d'accueil du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF

Capture d’écran de la page d’accueil du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF 

 

Même si depuis 1978 (l’année du fameux numéro spécial 3-4 intitulé La littérature d’enfance et de jeunesse publié par la Société Française de Littérature Comparée) le nombre de publications consacrées à la Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) a été considérable, il est vrai que la recherche sur ce thème est encore et toujours considérée comme « périphérique ou insignifiante » comme l’a déjà dit Zohar Shavit à plusieurs reprises (1994 et 2003).

In the academic world of today research of children’s literature is not really legitimized, it is not highly respected, and if is at all tolerated it is perceived as a peripheral and insignificant field of research. In short, research of children’s literature suffers nowadays form an inferior status. And if nothing is done about it, this will continue for years to come. (Shavit 1994: 4 et 2003: 32)

S’il est bien vrai que la LEJ peut être un type de paralittérature face à la littérature « sérieuse » des adultes, cela ne justifie en aucun cas son exclusion de la recherche scientifique. L’étude scientifique des traductions de livres et autres publications paralittéraires pour enfants et jeunes n’est pas du tout une banalité. Au contraire, lors de n’importe quelle édition des traductions pour l’enfance et la jeunesse, décider qui traduit, que traduit-on, pour qui, comment, quand, où, pourquoi, à quoi bon et avec quels moyens, constitue un processus très délicat étant donné que l’enjeu est énorme : l’existence ou pas de bons lecteurs pour l’avenir.

Traduire pour les enfants n’est pas un jeu d’enfants car il faut non seulement traduire l’aspect verbal du texte mais aussi traduire l’aspect visuel et symbolique des péritextes iconiques. Si déjà un traducteur ne traduit jamais des mots mais les images mentales que ces mots impliquent quand il les lit et les interprète, quand on traduit un livre pour enfant on ne traduit pas seulement les idées et les émotions de l’aspect verbal du texte,mais on traduit aussi, et surtout, tout les éléments paratextuels qui constituent son aspect visuel : les couleurs, les textures et même les odeurs des images péritextuelles font beaucoup plus que simplement « illustrer » le texte… elles constituent l’essence du message à traduire. L’image excite l’imagination. Particulièrement travaillée dans la LEJ sur le plan esthétique, l’image est censée fasciner, attiser la curiosité du lecteur, fixer son regard. L’image prend très souvent le pas sur le texte pour suggérer l’essentiel, surtout dans les albums pour enfants.

Comme toute littérature, la LEJ repose sur un ensemble de postulats paralittéraires qui font référence à la manière dont on conçoit la lecture de la LEJ, sa compréhension et sa traduction. Tout texte a été édité avec une politique éditoriale qui indique toujours la manière dont on conçoit et règle la production de sens. Ces réglages de sens des textes varient d’une époque à une autre, d’un espace culturel à un autre et, par conséquent d’une langue à une autre, en fonction de certains paratextes dont s’occupe l’École de Vigo à l’aide de la notion de paratraduction.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

YUSTE FRÍAS, José (2009a) «Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2009b) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIColloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

 

Traduire l’image c’est faire de la paratraduction

L’image […] peut être légitimement considérée comme un texte au sens fort du terme […] dans la mesure où ses constituants (et leur distribution dans l’espace de la représentation), vont solliciter de la part du spectateur une série d’ajustements dont on pourrait dire qu’ils se ramènent à ce qu’on appelle précisément la lecture. (Fresnault-Deruelle, 1993, L’éloquence des images. Images fixes III, Paris : PUF, p. 14)

Penser l'image en traduction comme l'institution du symbolique

Penser l’image en traduction comme l’institution du symbolique 

 

Plutôt qu’un « texte au sens fort du terme », l’image dans la traduction des textes à images est tout un paratexte, très précisément un péritexte iconique. Un traducteur doit penser l’image comme un élément paratextuel essentiel de l’institution, par toute culture, du symbolique en tant que principe de stratégie textuelle qu’il faut savoir lire, interpréter et traduire. L’ordre de l’imaginaire est prolongé par l’ordre du symbolique. Un élément quelconque de l’ensemble d’une production paratextuelle déterminée provoque tout un réseau de significations symboliques. Si déjà un traducteur ne traduit jamais des mots mais les images mentales que ces mots impliquent quand il les lit et les interprète, quand on traduit des textes à images on ne traduit pas seulement les idées et les émotions de l’aspect verbal du texte, mais on traduit aussi, et surtout, tout les éléments paratextuels qui constituent l’aspect visuel : les couleurs et les textures des images péritextuelles font beaucoup plus que simplement « illustrer » le texte… elles constituent l’essence du message à traduire.

L’image matérielle étant un péritexte iconique dans le couple texte_image, les péritextes iconiques construits par l’image matérielle dans les commandes de traduction de textes à images invitent à un mode différent de lecture, interprétation et traduction : ce que j’appelle la paratraduction. La paratraduction est ce qui permet qu’une traduction quelconque devienne produit traduit se proposant comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public. C’est un nouveau terme de la traductologie que j’ai créé aux origines du groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P) que j’ai fondé il y a 8 ans à l’Université de Vigo pour, dans un premier abord, analyser l’espace et le temps de toute écriture qui entoure, enveloppe, prolonge, introduit et présente la traduction proprement dite en assurant sa présence au monde, sa réception et sa consommation non seulement sous la forme d’un livre mais aussi sous toutes les formes de production numérique possibles à l’écran (livre électronique, CD-ROM, CD-I, DVD, Site Web,  Jeu vidéo, etc.). L’ensemble des différents types de paratextes aident à construire l’image du texte comme le fait le regard avec l’objet. Si les paratextes présentent les textes, les paratraductions présentent les traductions. Si l’« on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de texte, sans paratexte » comme dit Gérard Genette (1987, Seuils, Paris : Seui, pp. 9-10), alors il faut affirmer aussi qu’il ne peut jamais exister de traduction sans paratraduction. La notion de paratraduction est devenue le concept-clé de l’École de Vigo.

À un niveau essentiellement empirique, la notion de paratraduction fait donc référence à une manière de traduire, d’ordre symbolique, qui tisse des rapports intersémiotiques (image fixe) et multisémiotiques (image en mouvement) de tout paratexte avec le texte aux seuils de la traduction. Traduire l’image c’est faire de la paratraduction ! Le concept de paratraduction permet d’étudier avec un nouveau regard transdisciplinaire la traduction des régions frontalières du textuel et du visuel. Le texte est travaillé comme un matériau visuel dont les unités de traduction verbales se marient avec l’image sur la surface d’une marge de la page ou sur celle d’une zone de l’écran. Le traducteur ne devrait plus laisser à d’autres agents le traitement du visible quand il (para)traduit le couple texte_image. Le concept de paratraduction veut rendre à l’image et à tout aspect visuel des paratextes la place méritée dans la construction de sens symbolique en traduction. Le succès d’une traduction quelconque dépend toujours des productions paratextuelles (verbales, iconiques, verbo-iconiques ou matérielles) qui l’entourent, l’enveloppent, la prolongent, l’introduisent et la présentent lors de son édition finale. La paratraduction d’une traduction est l’image de celle-ci.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

 

Mot et image, c’est comme chaise et table

Le couple texte_image est écrit la plupart des fois non pas avec un simple trait d’union ou un tiret bas comme je le fais ici pour mieux traduire la coordination des deux termes en traduction. Au contraire je constate que la plupart du temps on emploie tous la même barre oblique (texte/image) que l’on a utilisée à maintes reprises dans l’histoire intellectuelle occidentale pour montrer les oppositions binaires traditionnelles telles que : esprit/matière, signifié/signifiant, masculin/féminin, vérité/fiction, réalité/apparence, etc. Dans ces oppositions binaires le premier terme, placé à gauche, bénéficie d’un rang supérieur à celui qui est à droite, ce deuxième terme étant dès lors tenu, comme le dit si bien Jean-Louis Tilleul du Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte (GRIT), pour une « manifestation », une « perturbation » ou une « négation » du premier. Or, le couple texte_image n’est jamais une opposition des contraires. Le couple texte_image est toujours une harmonisation des contraires. Dans le couple texte_image tout est « en contrepoint » : texte et image y sont présents simultanément et indépendamment, l’un accompagnant l’autre et vice‐versa tout en ayant chacun son propre rythme de lecture. Le texte nous pousse en avant, on veut avancer dans la lecture, tourner la page pour connaître la suite. L’image, au contraire, nous arrête, elle nous oblige à faire « arrêt sur elle » pour l’explorer, la déchiffrer et la mettre en relation inter ou multisémiotique.

Tel que je l’ai fait ailleurs dans les lignes écrites pour traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse, je voudrais inviter aussi ici au dépassement des oppositions axiologiquement radicales entre texte et image. Il est temps d’en finir avec la vieille opposition entre le texte et l’image en traduction pour cesser de croire que le traducteur ne doit s’occuper que du texte. Il est temps de changer les discours dominants dans l’étude de la relation intersémiotique texte_image en traduction et d’éviter ainsi la reproduction systématique et compulsive de concepts arbitraires qui font obstacle à la lecture, interprétation et traduction des messages construits à l’aide du couple texte_image. Le couple texte_image en traduction n’est ni un mélange « fusionné » ni un ensemble « hybride » où le texte serait « subordonné » à l’image et l’image simplement « illustrerait » le texte. La nouvelle entité iconotextuelle formée par le couple texte_image est une entité mixte, métisse, où l’élément verbal est présent à 100 % et l’élément visuel l’est aussi à 100 %. Par conséquent, quand un traducteur doit traduire un couple texte_image, le sujet traduisant qu’il est lit, interprète et traduit à 100 % le texte et le premier agent paratraducteur (c’est-à-dire un traducteur des marges et à la marge) qu’il est lit, interprète et paratraduit aussi à 100 % l’image, sans jamais travailler sur un pourcentage textuel ou iconique inférieur à cent. Traduire le couple texte_image est pour moi une pratique métisse, c’est-à-dire, métissée et métissante où le texte est image et l’image est texte dans un dialogue permanent d’identités sémiotiques différentes mais ne perdant aucun pourcentage de leur propre caractère sémiotique. Traduire le couple texte_image veut dire se placer face à des entités iconotextuelles indivisibles jamais arbitraires mais toujours motivées, socialement fondées et différentes dans chaque aire culturelle.

Ainsi qu’on le veuille ou non, les mots et les images se relaient, interagissent, se complètent, s’éclairent avec une énergie vivifiante. Loin de s’exclure, les mots et les images se nourrissent et s’exaltent mutuellement. Au risque de paraître paradoxal, nous pouvons dire que plus on travaille sur les images, plus on aime les mots. (Joly, M. 2004,  Introduction à l’analyse de l’image, Paris : Nathan/Sejer, p. 116)

Dans toute traduction spécialisée de textes à images, le traducteur ne traduit jamais d’une langue à une autre, isolées de tout autre code sémiotique. On traduit entre des langues actualisées dans des actes de paroles uniques en relation intersémiotique et multisémiotique avec un ou plusieurs codes. Pour assurer le succès de la traduction d’un livre pour enfants, d’une BD, d’un film, d’un jeu vidéo, etc., le traducteur doit lire, interpréter et traduire non seulement tous les éléments textuels mais aussi tous les éléments paratextuels qui composent l’imaginaire présent dans chaque entité iconotextuelle formée par le couple texte_image (fixe ou animée). Développer la capacité visuelle du traducteur —bien lire et interpréter l’image[1] pour mieux la traduire— est essentiel quand l’aspect visuel dégage l’essence même du sens à traduire. Pour un traducteur, le traitement du paratexte visuel est incontournable dans la traduction de la relation intersémiotique du couple texte_image.

La chaise et la table d'un pupitre sont aussi inséparables que le texte et l'image en traduction

La chaise et la table d’un pupitre sont aussi inséparables que le texte et l’image en traduction 

 

Toute entité iconotextuelle en traduction est une structure indissoluble de texte et d’image où ni le texte est « subordonné » à l’image, ni l’image a une fonction « illustrative » du texte. Deux instances assumant chacune leur part de narrativité, le lisible et le visible participent à la création du sens : le texte guide l’interprétation de l’image et l’image oriente la lecture du texte. En se glissant dans l’image fixe, le texte écrit des BD, par exemple, devient un élément plastique à part entière et le traducteur doit penser l’écriture comme une forme d’image produite par le geste de l’inscription ; en attirant le regard du lecteur, l’image fixe des BD devient un élément paratextuel à part entière ayant tendance à se suffire à elle-même car elle peut même arriver à faire disparaître le texte écrit. Texte écrit et image fixe étant toujours irrémédiablement liés, il est temps d’en finir avec la vieille opposition entre le texte et l’image pour cesser de penser que le traducteur ne doit s’occuper que du texte. « Mot et image, c’est comme chaise et table : si vous voulez vous mettre à table, vous avez besoin des deux. » (Godard, J.-L. [1993] « Ainsi parlait Jean-Luc, Fragments du discours d’un amoureux des mots », Télérama, nº 2278, 8/9/93, cité par Martine Joly, 2004, ibidem, p. 101).

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011a) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

YUSTE FRÍAS, José (2011b) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

 

 


[1] Car on peut très bien « lire » et « interpréter » autre chose que du texte en traduction. Ainsi, un traducteur doit savoir lire et interpréter, dans n’importe quel texte à traduire, tout péritexte iconique réalisant l’image sous différentes formes paratextuelles : illustration, graphique, schéma, diagramme, plan ou carte géographique, etc.