Traduire à l’écran II

Repenser la traduction à l’ère du numérique c'est prendre conscience de la paratraduction

Repenser la traduction à l’ère du numérique c’est prendre conscience de la paratraduction 

 

La culture du multimédia et de l’internet, que d’aucuns nomment de nos jours la cyberculture, se fonde sur une technologie numérique qui n’est jamais neutre en traduction et qui permet la création d’espaces virtuels où convergent sur les écrans des données écrites, graphiques, sonores et des images fixes ou animées dans un nouveau support que l’on appelle l’hypertexte. Les nouveaux supports numériques, loin d’être indifférent, sont en train de modifier nos rapports traductifs avec les nouvelles textualités. «Avec l’hypertexte, la part du visuel dans le texte et la dimension iconique sont en voie d’expansion» (Vandendorpe, 1999 : 91). Afin de repenser la traduction à l’ère du numérique j’insiste sur le fait que les données paratextuelles dans les nouveaux espaces d’écriture pour l’écran exigent a fortiori une nouvelle forme de traduire : la paratraduction.

Nous sommes confrontés comme nous pouvons en faire aisément le constat, à des formes de plus en plus variées de textes produits à l’aide de l’ordinateur. Ce sont des textes à la croisée du papier et de l’écran, ou alors n’existant que dans le cyberespace, des productions où le texte et l’image se côtoient selon une logique intermédiatique de plus en plus élaborée, des hypertextes qui nous entraînent dans des labyrinthes narratifs venant, par leur structure, renouveler les bases de la textualité. […] Aux côtés de ces textes entièrement numérisés s’épanouissent des œuvres hybrides, des livres accompagnés de cédéroms qui offrent une mise en spectacle multimédiatique du texte […] des romans où la typographie et la mise en page sont soumises à d’importantes torsions et variations rendues possibles par l’informatisation du processus d’édition des textes […] des romans qui jouent sur une forte présence de l’image […] L’imprimé et le livre rivalisent avec l’écran relié et le livre électronique (e-text, eBook, e-ink). (Gervais, 2004: 51-52)

Théoricien et praticien de la traduction, enseignant, chercheur et traducteur travaillant tous les jours face aux écrans avec mes élèves, mes collaborateurs et mes clients, je partage complètement l’élargissement de tous les modes possibles de la traduction audiovisuelle (sous-titrage ; doublage ; voice over ; narration ; surtitrage ; traduction simultanée) aux multimédias que propose Yves Gambier, et j’entends aussi par « multimédia » :

tout discours intégrant plusieurs (et non simplement un ou deux) systèmes sémiotiques (langagier : écrit et oral ; visuel : images fixes et animées, icones, pictogrammes, etc. ; sonore ; graphique, etc.) concourant à faire sens. La traduction audiovisuelle (film, télévision, vidéo), la traduction de logiciels, la traduction sur et pour la Toile (web) et autres produits et services en ligne, ainsi que la traduction de produits hors ligne (disques compacts optiques ou CD-Rom), relèvent de la traduction multimédia. (Gambier, 2001 : 95)

Admettre la possibilité de travailler aussi aux seuils de ses propres traductions comme premier agent paratraducteur, reconnaître, en fin de compte, l’existence de cette zone de transaction intersémiotique et multisémiotique que constitue ce que je veux bien appeler la paratraduction, c’est admettre la conception d’une traduction comme le passage d’un continuum sémiotique à un autre continuum sémiotique ou à plusieurs continuums sémiotiques et insérer, une fois pour toutes, la traduction intersémiotique et multisémiotique dans la recherche traductologique. C’est qu’« une traduction ne s’arrête pas au texte mais à la livraison du produit… multisémiotique » (Gambier, 2001 : 107). Quand on sait, par exemple, qu’un technicien informaticien ou un tout autre agent paratraducteur peut modifier les productions verbales, iconiques, verbo-iconiques, les entités iconotextuelles ou n’importe quelle autre production matérielle qui entoure, enveloppe, accompagne, prolonge, introduit et présente une traduction multimédia avant de la (télé)charger sur de petits, moyens et grands écrans on line ou off line, est-ce que le traducteur, premier agent paratraducteur, est vraiment responsable de la présentation, de l’image de ses traductions jusqu’au bout (jusque sur l’écran) ? En d’autres termes, à l’heure des traductions sur réseaux, le traducteur est-il responsable de toutes les paratraductions de ses traductions ?

La traduction va appartenir de moins en moins aux traducteurs parce qu’elle dépasse de plus en plus la seule problématique langagière. D’ailleurs, plutôt que de textes (trop centrés sur le verbal), on est amené à réaliser des documents, à travailler sur des matériaux multisémiotiques. (Gambier, 2001 : 109)

Prenons les choses en main et préparons nos élèves de traduction et interprétation, futurs sujets traduisants et premiers agents paratraducteurs, pour travailler avec des matériaux de moins en moins exclusivement verbaux et de plus en plus multisémiotiques. La paratraduction est le concept-clé que nous utilisons à l’École de Vigo (Cf. Yuste Frías, 2009a et 2009b) pour apprendre à traduire non seulement le couple texte_image sur papier mai aussi les nouvelles productions paratextuelles constituant les matériaux multisémiotiques omniprésents dans les nouveaux espaces d’écriture créés à l’écran.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traducir para la pantalla: el traductor entre el texto y la imagen» dans Di Giovanni, E. [ed.] Diálogos intertextuales 5: Between Text and Receiver: Translation and Accessibility. Entre texto y receptor: traducción y accesibilidad, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-631-58920-5, pp. 57-88.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, José (2009a) «Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend la 4e conférence du IIe Colloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2009b) «Débat sur “Paratraduction: le concept-clé de l’École de Vigo”», publication audiovisuelle éditée en ligne qui reprend le débat qui eut lieu après la 4e conférence du IIe Colloque International de Vigo sur la paratraduction (Première Partie), célébré du 3 au 5 juin 2009 à la Faculté de Philologie et Traduction de l’Université de Vigo.

YUSTE FRÍAS, José (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.

Traduire à l’écran I

Les nouveaux rapports du traducteur à l'écran ont fait muter et les textes et les paratextes à traduire

Les nouveaux rapports du traducteur à l’écran ont fait muter et les textes et les paratextes à traduire 

 

Le traducteur travaille devant un écran pour n’importe quelle commande de traduction, mais il est bien vrai qu’il existe des commandes de traduction audiovisuelle et multimédia où tout le processus et le résultat sont pensés pour l’écran (Screen Translation), du début jusqu’à la fin. Le texte à l’écran partage chaque jour un peu plus son espace avec des composantes paratextuelles déclinant l’image sous toutes formes : icones, séquences animées, bandes-son et fonctions informatiques. Or, la révolution numérique a changé notre rapport à l’image et, par conséquent, notre manière de traduire le matériel qui défile à l’écran. La numérisation des données textuelles et iconiques fait généraliser les relations intersémiotiques qui ont toujours existé entre le texte et l’image, ramenées, auparavant, à des pratiques artistiques spécifiques.

Et oui, à l’ère de la surdimension culturelle, on ne traduit pas que des livres. Aujourd’hui les commandes de traduction n’ayant plus le livre comme support final de l’édition mais plutôt l’écran sont beaucoup plus nombreuses. C’est que le livre n’est plus considéré comme un objet privilégié, possédant un statut exceptionnel. Les temps changent : le livre n’est plus un attribut de savoir ni de pouvoir.

Son éviction de l’imaginaire collectif est entamée. La place est prête pour l’entrée en scène de nouveaux médias. En fait, une étude des environnements dans lesquels les « donneurs d’interviews » se sont fait photographier au cours des dernières décennies montrerait la présence de plus en plus affichée d’un ordinateur sur une table ou un bureau. Loin d’être le seul attribut du décideur, l’ordinateur tend maintenant à accompagner la représentation de toute profession intellectuelle. Si la bibliothèque à laquelle on s’adosse est toujours un symbole de savoir pour l’universitaire interrogé sur une question quelconque, l’ordinateur garantit la modernité de sa démarche et sa capacité à dominer des domaines complexes, car c’est par cet objet et non plus par le livre que passe maintenant l’accès à la totalité su savoir humain. (Vandendorpe, 1999 : 179)

 Et voilà que les nouveaux supports numériques ont muté non seulement le texte mais aussi les paratextes de tout document mis à l’écran car à l’espace bidimensionnel de la page s’ajoute une troisième dimension : le nouvel espace où navigue le lecteur/spectateur. Par conséquent, pour un traducteur d’aujourd’hui, le paratexte est l’ensemble des productions verbales, iconiques, verbo-iconiques ou matérielles qui entourent, enveloppent, accompagnent, prolongent, introduisent et présentent le texte traduit de sorte à en faire un objet de lecture pour le public prenant des formes différentes selon le type d’édition :

  • soit un livre (pour l’édition analogique sur papier),
  • soit un film, un CD-ROM, un CD-I, un DVD, une Page Web, un jeu vidéo ou n’importe quelle autre publication électronique (pour l’édition numérique à l’écran).

Quand le traducteur traduit pour l’écran (Screen Translation) la paratextualité devient la catégorie principale des cinq catégories transtextuelles définies par Genette (1987). Le péritexte iconique occupe une place prépondérante à l’écran et n’est pas seulement partie intégrante du texte mais aussi de l’environnement « numérique » dans lequel le texte est lu à l’aide d’un support informatique qui situe toujours le traducteur et « devant » et « dans » l’image. Indépendant du texte lui-même, le péritexte iconique est souvent associé à des actions différentes dans les Pages Web, les CD-ROM, les CD-I, les DVD, les jeux vidéo : tel bouton permet de faire défiler le texte, tel autre de trouver un mot que l’on cherche sur un passage, tel autre de revenir en arrière, tel autre d’aller en avant, tel autre de s’arrêter, tel autre de « zoomer » sur une image, tel autre d’écouter une chanson, tel autre de voir un extrait filmé, tel autre de se déplacer dans l’espace virtuel du jeu. Étant donné que la présentation du texte n’est plus du tout quelque chose d’immuable il est temps que les « Études sur la Traduction » (Translation Studies) prennent position à l’ère du numérique. 

Il faut s’occuper des processus de traduction de toutes ces productions paratextuelles qui présentent, introduisent, entourent, enveloppent et accompagnent le texte à l’écran en offrant toute une gamme de possibilités de visualisation laissée au choix du lecteur/spectateur. Seuil de transition, marge de transaction, zone indécise, intermédiaire et frontalière de productions paratextuelles verbo-iconiques devenues de véritables entités iconotextuelles, la paratraduction suppose toujours un espace de lecture interprétative et d’écriture paratraductive « entre » différents codes sémiotiques producteurs ou régulateurs de sens d’ordre symbolique qui entrent en relation intersémiotique ou multisémiotique pour transmettre ensemble le sens à l’écran.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traducir para la pantalla: el traductor entre el texto y la imagen» dans Di Giovanni, E. [ed.] Diálogos intertextuales 5: Between Text and Receiver: Translation and Accessibility. Entre texto y receptor: traducción y accesibilidad, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-631-58920-5, pp. 57-88.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.