Interprétation-médiation VII: l’interprète «ad hoc»

interprete-ad-hocDans un excellent billet de son blog de recherche T&P, Juan Jiménez Salcedo a très bien appelé en espagnol les faux interprètes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) présents devant les cours d’appel et aux tribunaux des différentes juridictions espagnoles, des « intérpretes de cartón piedra » car on dirait que l’entreprise privée qui les embauche en Espagne les a placés là de façon à imiter des ornements en pierre étant donné qu’il ne réalisent aucune tâche de manière professionnelle. Pour commencer à parler du premier faux seuil de la TIMSS, l’interprète « ad hoc », on pourrait dire que nous sommes face un interprète « carton-pâte » car ces interprètes non professionnels ont une compétence « factice », c’est-à-dire, simulée et non réellement éprouvée. Leur professionnalisme est feint, forcé, artificiel, faux. Nous sommes face à du toc, quoi ! Le carton-pâte est bel et bien « un mélange de pâte à papier et de matière plastique utilisé dans la fabrication de moulages, principalement d’imitations et de contrefaçons ». En plus, selon les situations de communication en soins de santé, l’interprète « carton-pâte » peut être modelé à volonté soit par le professionnel des services publics soit par la personne migrante, selon les fins que chacun puisse se proposer.

Lire la suite