Interprétation-médiation III: transes culturelles à éviter dans la TIMS

 

Tous différents, tous égaux ?!?

Tous différents, tous égaux ?!? 

 

Activité métisse (métissée et métissante), la pratique professionnelle de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) est au cœur de toute construction identitaire où tout professionnel de la traduction et de l’interprétation sait très bien qu’il ne faut jamais confondre identité et appartenance. Il s’agit de porter attention aux appartenances des identités métisses liées au processus migratoire, à l’exil et à tous les traumatismes qui peuvent y être présents. Traduire et interpréter pour des migrants ne suppose pas seulement la transmission des références culturelles d’une société nouvelle. Il faut aussi que les services publics qui accueillent les migrants puissent comprendre, grâce à la traduction et à l’interprétation, les multiples appartenances qui composent leurs différentes identités. Le regard du professionnel de la TIMS n’est pas là pour renfermer l’Autre dans ses plus étroites appartenances, au contraire, c’est très précisément grâce à son regard traduisant et interprétant qu’il peut les libérer.

Dans une formation professionnelle à la TIMS, on devrait apprendre à éviter de définir toute culture comme une entité stable, enfermant les individus et les groupes dans des identités fixes et immuables. Les cultures ne sont pas des entités abstraites ni des blocs monolithiques. La complexité symbolique dans les pratiques culturelles demande toujours une analyse profonde et déconcentrée afin d’éviter tout différencialisme ou folklorisation. Une formation sur la diversité ne devrait jamais réduire la culture à quelques traits folkloriques peu utiles à l’expertise professionnelle. Le professionnel de la TIMS se doit d’éviter les généralisations pour amener le migrant à rendre compte de son propre cadre de référence identitaire par rapport à ses différentes appartenances.  Le travail sur les représentations concernant l’Altérité est toujours indispensable dans la formation de tout traducteur-interprète. Mais voilà que dans le contexte actuel marqué par le communautarisme et l’ethnicité des questions sociales, l’étude sereine et sérieuse des images et des symboles identitaires en interprétation-médiation devient de plus en plus difficile à cause des idéologies sous-jacentes dans certains préfixes employés avec le mot  « culture ».

En effet, dans les « transes culturelles »[1] vécues par l’interculturel et le multiculturalisme, les constructions identitaires relèvent de l’idéologie d’un individualisme personnel ou collectif (l’identité culturelle, l’identité nationale, etc.) qui récuse la catégorie de l’altérité et oppose au risque le repli sur le soi propre (Laplantine, 1999). Sous les perspectives retranchées de l’interculturel et du multiculturalisme, la catégorie d’identité s’est ainsi opposée aux sensations de pluri-appartenance inhérentes au processus de métissage présent lors de toute pratique professionnelle de la TIMS.

Dans l’interculturel, on suggère avec le préfixe « inter » que les identités acceptent de se rapprocher mais que chacun reste ce qu’il est, chez soi. Dans le multiculturalisme, à l’aide du préfixe « multi » on abuse du concept de différence en le travestissant de différentialisme pour aboutir à un essentialisme pouvant se décliner en politique aussi bien à l’extrême droite qu’à l’extrême gauche. Les notions d’« interculturalité » et « multiculturalité » concevant ainsi les identités culturelles comme des tous homogènes, ont procédé à leur territorialisation : tout thème et tout sujet sont circonscrits à un territoire. On traduit et interprète l’Autre pour l’enfermer dans son appartenance et l’assigner à résidence.

L’interculturel est une notion qui sert à cerner « les dynamiques de rencontre, d’échange (sinon d’affrontement, quand ce n’est pas du pur rejet) qui s’établissent lorsque deux ou plusieurs communautés sont en contact. » (Nouss, 2005 : 24). L’interculturalité est toujours tributaire d’un cadre politique qui ressort de la culture du pays hôte où les immigrés doivent atténuer leur distinction afin de se fondre dans le tissu social. C’est le modèle de l’intégration républicaine à la française. Tous égaux face à la République sans aucune distinction culturelle et encore moins cultuelle.

« Le multiculturel est un concept opératoire propre à décrire et définir une situation sociale réunissant au sein d’une entité urbaine, régionale, nationale ou supranationale, plusieurs groupes communautaires ». Peu importe que ces groupes communautaires soient « égaux en nombre et importance ou non, hiérarchisés ou non » (Nouss, 2005 : 23). Le multiculturalisme privilégie une culture dite « commune » qui n’est qu’hégémonique, excluant ceux qui ne respectent pas les normes de la langue ou des mœurs. On admet les différences culturelles mais on les noie dans un monochromatisme généralisé.

Le risque est grand de sombrer dans le nativisme et le fondationalisme, prônant une authenticité primitive, homogène et permanente, une essentialisation d’une différence décontextualisé, anhistorique, figée. Un Noir, une femme, un gay, un jeune ? L’article indéfini avoue la difficulté de la définition (Nouss 2005 : 22)

Entourée de ces types de « transes culturelles » qui ne cesse de renforcer l’idée que tout un chacun (le sujet migrant le premier) vit dans le « camp retranché » de son identité culturelle, la personne non-professionnelle de la TIMS habite à son insu un espace social qui intensifie ce sentiment d’ « être en transe » identitaire partout et pour tout. Les discours politiques d’extrême droite et d’extrême gauche (avec ou sans quenelle à l’appui), le débat sur « l’identité nationale », l’interdiction du port du voile, la peur de l’Autre, en définitive, que les médias ne cessent de répandre tous les jours, prône la sensation d’être porté hors de soi-même dans un état permanent d’exaltation et d’excitation identitaires extrêmes. C’est très précisément ces crispations identitaires et cette espèce d’éternel communion identitaire avec je ne sais quel type d’au-delà qui rendent impossible l’exercice professionnel de l’interprétation-médiation.

 

Références bibliographiques :

Laplantine, François (1999) Je, nous et les autres, Paris : Le Pommier.

Nouss, Alexis (2005) Plaidoyer pour une monde métis, Paris : Textuel.

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


[1] L’expression « transes culturelles » appartient à Alexis Nous (2005 : 19-44) qui l’utilise pour intituler le premier chapitre de son Plaidoyer pour une monde métis. Un livre devenu une source inépuisable de réflexions philosophiques et éthiques pour un engagement politique actif de tout traducteur-interprète pratiquant la TIMS.

Identité et traduction

Pour mieux traduire l’identité de l’autre, il faut savoir bien interpréter les multiples appartenances dont il est porteur. En introduisant dans le débat sur l’identité les expériences de la multi-appartenance à partir du paradigme de la traduction, ce billet invite à ne plus mettre en équation identité et appartenance dans les études sur la traduction (Translation Studies). Sous un angle traductif, les identités se négocient selon un principe de fluctuation qui considère les différentes appartenances dans leurs relations, leurs échanges et leurs historicités et non au sein d’un système fermé. Employer des expressions telles que : « identité linguistique » ou « identité culturelle », X ou Y, affirmant, implicitement ou explicitement, qu’une personne ne peut vivre que cette seule et unique identité X ou Y, c’est confondre « identité » et « appartenance » selon Michel Serres. Cette confusion rend impossible la traduction de l’autre et constitue, par conséquent, une très grave erreur politique, sociale et culturelle car elle crée de l’exclusion, immobilise la pensée, tend à monter les groupes les uns contre les autres et enferme aussi bien l’individu que le groupe dans une autochtonie dérisoire fondée sur le mythe idéal et romantique du monolinguisme qui perpétue, encore et toujours, l’éternelle équation : un territoire + une langue nationale = une identité nationale.

La traduction est sur le plan textuel et paratextuel l’équivalent de l’identité sur le plan ontologique. L’identité n’est pas seulement un objet social, elle est aussi, ô combien !, de l’ordre du sentiment, l’évocation d’un sentiment d’appartenance à un groupe, une revendication. Dans les «transes culturelles» (Alexis Nouss, Plaidoyer pour un monde métis, 2005: 19-44) vécues par l’interculturel et le multiculturalisme, les constructions identitaires relèvent de l’idéologie d’un individualisme personnel ou collectif (l’identité culturelle, l’identité nationale, etc.) qui récuse la catégorie de l’altérité et oppose au risque le repli sur le soi propre comme l’a si bien exprimé François Laplantine (Je, nous et les autres, 1999). Sous les perspectives retranchées de l’interculturel et du multiculturalisme, la catégorie d’identité s’est opposée aux sensations de pluri-appartenance inhérentes au processus de métissage omniprésent lors de toute traduction. Car, étant, en effet, une pensée du lien, de la relation et de la transformation, la traduction est surtout une pratique professionnelle métisse (c’est-à-dire, à la fois métissée et métissante) et, par conséquent, elle est bien plus une « opération transculturelle » qu’une « procédure interculturelle ou une modalité multiculturelle » (Alexis NoussPlaidoyer pour un monde métis, 2005 : 43).

Le voile, symbole d'appartenances, traduisant l'identité

Le voile, symbole d’appartenances, traduisant l’identité 

La traduction étant toujours un fait de culture, elle est essentiellement ancrée dans le rapport à l’Autre et à la différence. La tâche quotidienne du professionnel de la traduction et de l’interprétation contribue énormément à dévoiler le regard de l’Autre quand, sur les seuils d’une médiation sociale par exemple,  le regard d’une femme se cache derrière ce voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut toujours pas lire ni interpréter pour en traduire le symbole. La traduction rend possible l’ouverture à l’Autre et constitue, par conséquent, un des premiers actes de culture. Traduire c’est penser la culture non seulement comme fondement de toute compréhension, mais aussi et surtout comme rapport et rencontre avec l’altérité : traduire sans culture(s) n’est pas traduire !

Confrontée tous les jours à une diversité linguistique accrue, la traduction est au cœur de toute construction identitaire. C’est en vertu du droit à la traduction et à l’interprétation dans le cadre des procédures administratives que devrait s’ériger le multilinguisme des politiques linguistiques, et non l’inverse : d’abord la traduction, puis, après, le multilinguisme, la traduction créant une situation de multilinguisme et non le multilinguisme créant un besoin de traduction. Voilà pourquoi la traduction devrait faire partie intégrante des décisions et réglementations fondamentales dans les démocraties multilingues. Or, ce n’est pas toujours le cas. Ce billet veut être un petit plaidoyer pour l’indéniable présence de la traduction dans les politiques linguistiques car elle aide à dépasser les discours identitaires essentiellement communautaristes du différentialisme extrême, d’un côté, et les discours d’intégration prônant une homogénéité totale, de l’autre.

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2014) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monographie n.º 4: 91-111.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.