Traduire et interpréter le migrant II : s’attarder au buffet à volonté

Interculturalité, multiculturalité et transculturalité sont des termes employés à maintes reprises ces dernières années, aussi bien dans la théorie de la traduction que dans la pratique quotidienne de l’interprétation, pour qualifier les pratiques (professionnelles ou pas) du traduire censées résoudre les problèmes sociaux et politiques définis comme intrinsèques au contact de personnes et/ou groupes dits de «cultures différentes». Quelle est la meilleure perspective culturelle — interculturelle, multiculturelle ou transculturelle — à envisager pour mieux traduire et interpréter le migrant ? Penser la place, l’impact et la responsabilité de l’acte de traduire l’Autre selon une de ces trois perspectives, c’est penser la possibilité d’une éthique universelle de la personne qui traduit et interprète en milieu social de trois manières différentes. Lors de toute médiation linguistique et culturelle dans les trois domaines des services publics les plus importants des sociétés démocratiques (la santé, la justice et l´éducation), le choix d’un des trois préfixes (inter-, multi- ou trans-) à placer dans des mots à la racine «culture» implique trois rapports différents à l’altérité et, par conséquent, trois pratiques professionnelles différentes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) où le devenir métis de l’identité du sujet migrant entre toujours en jeu.

Traduire et interpréter le migrant est-ce

  1. avaler une purée de légumes ?
  2. s’attarder à un buffet à volonté ?
  3. ou partager une paella ?

Voici le deuxième billet — à lire attentivement et à diffuser sans modération — d’une nouvelle série qui veut offrir quelques pistes pour répondre à  ces trois questions dévoilant trois savoir-faire aux seuils de la traduction et de l’interprétation qu’il faut absolument décortiquer pour mettre en œuvre une éthique du traduire.

Lire la suite

Traduire et interpréter le migrant I : avaler une purée de légumes

Interculturalité, multiculturalité et transculturalité sont des termes employés à maintes reprises ces dernières années, aussi bien dans la théorie de la traduction que dans la pratique quotidienne de l’interprétation, pour qualifier les pratiques (professionnelles ou pas) du traduire censées résoudre les problèmes sociaux et politiques définis comme intrinsèques au contact de personnes et/ou groupes dits de «cultures différentes».

Quelle est la meilleure perspective culturelle — interculturelle, multiculturelle ou transculturelle — à envisager pour mieux traduire et interpréter le migrant ? Penser la place, l’impact et la responsabilité de l’acte de traduire l’Autre selon une de ces trois perspectives, c’est penser la possibilité d’une éthique universelle de la personne qui traduit et interprète en milieu social de trois manières différentes. Lors de toute médiation linguistique et culturelle dans les trois domaines des services publics les plus importants des sociétés démocratiques (la santé, la justice et l´éducation), le choix d’un des trois préfixes (inter-, multi- ou trans-) à placer dans des mots à la racine «culture» implique trois rapports différents à l’altérité et, par conséquent, trois pratiques professionnelles différentes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) où le devenir métis de l’identité du sujet migrant entre toujours en jeu.

Traduire et interpréter le migrant est-ce

  1. avaler une purée de légumes ?
  2. s’attarder à un buffet à volonté ?
  3. ou partager une paella ?

Voici le premier billet — à lire attentivement et à diffuser sans modération — d’une nouvelle série qui veut offrir quelques pistes pour répondre à  ces trois questions dévoilant trois savoir-faire aux seuils de la traduction et de l’interprétation qu’il faut absolument décortiquer pour mettre en œuvre une éthique du traduire.

Lire la suite

Identité culturelle et TIMS

François Jullien : «Une culture n’a pas d’identité car elle ne cesse de se transformer»

Se pencher sur la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) c’est se pencher sur la problématique identitaire puisque traduire et interpréter l’interaction du migrant avec l’autre et avec son environnement d’accueil implique des processus de comparaison, de reconnaissance et de différentiation des identités. Or, l’identité n’est pas un concept, c’est un sentiment complexe à appréhender et difficile à saisir qui se construit et se modifie par les contacts avec l’autre grâce à la tâche professionnelle du traducteur-interprète en milieu social.

Lire la suite

Interprétation-médiation III: transes culturelles à éviter dans la TIMS

 

Tous différents, tous égaux ?!?

Tous différents, tous égaux ?!? 
 

Activité métisse (métissée et métissante), la pratique professionnelle de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) est au cœur de toute construction identitaire où tout professionnel de la traduction et de l’interprétation sait très bien qu’il ne faut jamais confondre identité et appartenance. Il s’agit de porter attention aux appartenances des identités métisses liées au processus migratoire, à l’exil et à tous les traumatismes qui peuvent y être présents. Traduire et interpréter pour des migrants ne suppose pas seulement la transmission des références culturelles d’une société nouvelle. Il faut aussi que les services publics qui accueillent les migrants puissent comprendre, grâce à la traduction et à l’interprétation, les multiples appartenances qui composent leurs différentes identités. Le regard du professionnel de la TIMS n’est pas là pour renfermer l’Autre dans ses plus étroites appartenances, au contraire, c’est très précisément grâce à son regard traduisant et interprétant qu’il peut les libérer.

Lire la suite

Identité et traduction

Le voile, symbole d’appartenance(s), traduisant l’identité

Pour mieux traduire l’identité de l’autre, il faut savoir bien interpréter les multiples appartenances dont il est porteur. En introduisant dans le débat sur l’identité les expériences de la multi-appartenance à partir du paradigme de la traduction, ce billet invite à ne plus mettre en équation identité et appartenance dans les études sur la traduction (Translation Studies). Sous un angle traductif, les identités se négocient selon un principe de fluctuation qui considère les différentes appartenances dans leurs relations, leurs échanges et leurs historicités et non au sein d’un système fermé. Employer des expressions telles que : « identité linguistique » ou « identité culturelle », X ou Y, affirmant, implicitement ou explicitement, qu’une personne ne peut vivre que cette seule et unique identité X ou Y, c’est confondre « identité » et « appartenance » selon Michel Serres. Cette confusion rend impossible la traduction de l’autre et constitue, par conséquent, une très grave erreur politique, sociale et culturelle car elle crée de l’exclusion, immobilise la pensée, tend à monter les groupes les uns contre les autres et enferme aussi bien l’individu que le groupe dans une autochtonie dérisoire fondée sur le mythe idéal et romantique du monolinguisme qui perpétue, encore et toujours, l’éternelle équation : un territoire + une langue nationale = une identité nationale.

Lire la suite