La traduction comme métissage des cultures

Le métissage est une notion très à la mode qui a été récupérée par à peu près tous les discours politiques, ceux de gauche et de droite, ceux du nationalisme et de transnationalisme, du Tiers monde et du Premier monde. Mais le métissage n’est pas l’effet  Benetton. «On pourrait le croire puisque, venus du contexte colonial et connotés négativement, les termes « métis » et « métissage » ont été récupérés par l’industrie du divertissement et la publicité pour désigner superficiellement tout effet de mélange ou de croisement des cultures.» (Nouss 2005b: 9). Le métissage est en vogue, c’est un thème prisé et un terme abondamment utilisé pour vanter les produits les plus variés, de la gastronomie à la décoration en passant par le divertissement et, bien sûr, l’habillement comme ces images de la collection de vêtements printemps-été de Benetton appelée, très précisément, métissage coloré.

Benetton_01

Benetton_02

Benetton_03

Benetton_04

Le professionnel de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant TIMS) doit se démarquer de ces engouements confus : le cosmopolitisme mercantile, l’appétit consumériste d’élites friandes des cultures du monde ; les excès des théories postmodernes gommant les rapports de forces au profit de l’exaltation d’une hybridité figée en nouvelle identité ; sans oublier tout ce qui passe au petit écran (Docs à la télé espagnole vulgarisant la vie quotidienne des autres cultures par la voix espagnole des Españoles en el mundo sans jamais entendre la voix de l’Autre ne parlant pas espagnol à la TVE) ou dans les grandes surfaces de consommation (Maisons du Monde, Semana de la India en el Corte Inglés, etc.).

Semana India_Corte Inglés

Il est bien vrai que le mot « métissage » vient du colonialisme, l’expérience métisse est le fruit de l’expérience coloniale. Pour une nouvelle didactique et une recherche nouvelle en traduction, il s’agit de se réapproprier d’un signifiant qui a été associé trop longtemps à l’opprobre et au stigmate de la colonisation. Le mot de « métis » est apparu dans le contexte colonial pour désigner les enfants de sang mêlé, au statut incertain, pris dans une tension entre colonisateur et colonisé. Il a longtemps renfermé une connotation très péjorative parce qu’il a exprimé ce qui a été considéré, pendant très longtemps, comme une transgression fondamentale entre l’Occident et son Autre. Le mot « métis » a renvoyé trop longtemps aux domaines de la biologie, du corps et de la sexualité honteuse entre espèces différentes. « Métis » fut employé d’abord par les Portugais et ensuite par les Espagnols (mestizo en espagnol veut dire littéralement « mixte, mélangé », du latin mixticius) au début du XVIIe siècle pour nommer cette supposée nouvelle catégorie d’êtres humains qu’étaient, pour la mentalité de l’époque, les enfants issus des croisements entre hommes espagnols et femmes indiennes. Avec la progression de la colonisation française en Amérique du Nord et aux Caraïbes, il est passé rapidement au français (s’écrivant de différentes façons : « métice », « mestif » et « métis ») et s’est confondu, au début, avec le terme « mulâtre » qui s’est spécialisé et a fini par désigner les enfants de couples noirs et blancs. Dans l’esprit européen de l’époque qui paraît encore vivant dans certaines mentalités d’aujourd’hui, le métis est carrément associé à une anomalie biologique et sociale parce que, composé de deux natures, il mélange les catégories et vient menacer l’ordre établi. Ce n’est pas avant le XIXe siècle qu’apparaît le mot métissage tout en conservant son caractère fondamentalement péjoratif : il évoquait l’hybridité, d’abord, chez les ovins et, ensuite, chez les humains (Turgeon, 2004 : 58-59).

Il est évident donc que la notion de « métissage » en traduction est l’extension d’une notion qui s’est développée en biologie où le métissage sous-entend qu’on mélange deux lignées génétiques différentes, distinctes par leurs phénotypes physiques et chromatiques (couleur de la peau). Or, aujourd’hui, en sciences humaines et sociales, le concept de métissage ne sous-entend pas la fusion, la cohésion, l’osmose, mais plutôt la confrontation, le dialogue. C’est-à-dire, tout ce qui est propre à la traduction car la traduction peut être considérée comme un métissage de cultures… et j’emploie la notion de « métissage » dans le même sens que François Laplantine et Alexis Nouss (1997 et 2001), c’est-à-dire sans jamais confondre le métissage avec des notions telles que « mélange » ou « hybridité », très à la mode ces derniers temps mais complètement éloignées du sens du mot « métissage » dans la réflexion anthropologique et traductologique.

Quelques précisions en ce qui concerne l’interprétation et la traduction du mot métissage. Le métissage ne doit pas être confondu avec le mélange qui est de l’ordre de la fusion ou avec l’hybridité qui produit un nouvel ensemble. Hélas il y a un effet d’une énorme confusion généralisée dans la vulgate du métissage. Le métissage est dans le déséquilibre, l’hésitation. Le devenir métis est imprévisible, instable, jamais accompli, jamais définitif, car dans le métissage les composants vont conserver leur identité et leur histoire. En fait, une identité métisse correspond à une arithmétique qui n’est pas du tout orthodoxe. Le jeune Beur, Français d’origine maghrébine, il n’est pas moitié Français, moitié Maghrébin comme le veulent l’uniformisation républicaine ou la différenciation multiculturelle. Non ! Il est 100 % maghrébin et 100 % Français ! (Nouss, 2005a : en ligne)

« Non pas l’un ou l’autre (l’arabité ou l’appartenance à la France seulement), mais l’un et l’autre : l’un ne devenant pas l’autre, ni l’autre ne se résorbant dans l’un. » (Laplantine et Nouss, 1997 : 79). Étant donné que les cultures ne sont pas des univers étanches, toute culture est plus ou moins métisse, toute société assume plus ou moins le(s) métissage(s) de sa/ses culture(s).

Penser le métissage en traduction, c’est souligner le fait que les échanges culturels ont toujours existé grâce à la traduction et l’interprétation, par opposition à toutes les démarches non traductives qui viseraient à réifier ce que chaque culture conserve jalousement d’original et d’intangible. Le métissage en traduction n’est ni un concept, ni une chose, mais une disposition à penser et à mettre en œuvre une culture faite de pièces et de morceaux empruntés à divers registres. Le métissage est, avant tout, un état de culture, un univers mental lié aux choix faits dans les familles ou les milieux qui vivent l’expérience de l’émigration et du voyage. La population française, comme n’importe quelle autre population européenne, est née et s’est développée d’un métissage de peuples autochtones et de gens venus d’ailleurs. Ces différents « groupes ethniques » ne sont pas du tout définis par des caractères raciaux transmis par le sang comme le Front Nationalfront national veut nous faire croire en France quand il parle du « Français de souche » en ne contemplant sur sa palette identitaire que trois petits tas de couleurs : celles du drapeau de la République brandi comme un chiffon. Non ce n’est pas le sang qui définit l’identité, mais les langues, les coutumes, les modèles locaux du savoir-vivre liés à des histoires personnelles et familiales des migrants faisant recours à la traduction et à l’interprétation au quotidien. La notion de « métissage » aide à comprendre que cette « ethnicité » est faite de mémoire, d’histoire, de systèmes de mariages, qu’elle est multiple, et qu’elle est vouée, comme le métissage, à un changement constant. Selon François Laplantine et Alexis Nouss, le métissage est premier : il correspond à la logique du vivant et de la rencontre des cultures. C’est, au contraire, la pensée essentialiste qui se forme de façon secondaire, par réaction : elle est un antimétissage dérivatif (Laplantine et Nouss, 1997 : 71-72).

Or le métissage contredit précisément la polarité homogène/hétérogène. Il s’offre comme une troisième voie entre la fusion totalisante de l’homogène et la fragmentation différencialiste de l’hétérogène. Le métissage est une composition dont les composantes gardent leur intégrité. C’est dire toute sa pertinence politique dans les débats de société actuels (racisme, intégration, nationalité, etc.) (Laplantine et Nouss, 1997 : 8-9).

Le métissage rentre ainsi dans les études sur la traduction comme une catégorie qui va déconstruire les idées classiques, forgées pendant des décennies, sur l’identité. Il est bien vrai qu’à faire le simple exercice de lire le journal, d’écouter la radio ou de voir la télé, on a l’impression qu’il y a un consensus quand on emploie, de manière banale et ordinaire, le mot « identité » à maintes reprises. Or, ce n’est pas du tout le cas, et encore moins quand on parle de traduction et interprétation d’une personne migrante allophone dans le domaine sanitaire, éducatif ou judiciaire des services publics. Le pro de la TIMS est conscient que l’on ne peut jamais réduire l’identité d’une personne qu’à sa seule carte d’identité car identité et appartenance ne sont pas synonymes.

S’il existe une épistémologie du métissage, elle ne peut s’affirmer qu’en abandonnant la fiction du pur qui se serait mélangé, du simple qui se serait compliqué. Le mélange précède et accompagne l’élémentaire, et la totalité la décomposition. Le métissage nous est donné et sa réduction à la simplicité de l’un s’avère aléatoire dans tous les sens du terme. Cette réduction en « composantes » et en « éléments » est obtenue par séparation de l’être mélangé et stabilisation du mouvement (Laplantine et Nouss, 1997 : 88).

Ces dernières constatations sur la notion de métissage imposent un changement de paradigme, une mutation des catégories et des symboles utilisés pour exprimer l’identité. Pour une didactique et une recherche renouvelées en TIMS, il s’agirait de constater dans les textes traduits et les paroles interprétées mises en œuvre lors de la régularisation des situations illégales du sujet migrant en Europe, par exemple, quel type d’identité s’est mise en place : une « identité-racine » ou bien une « identité-relation » ? L’identité-racine est ratifiée par la prétention à la légitimité qui mobilise la pensée de l’autre et celle du voyage « ensouchant » la pensée de soi et du territoire ; elle permet à une communauté de proclamer son droit à la possession d’une terre, laquelle devient ainsi territoire. Par contre, l’identité-relation du migrant en Europe exulte la pensée de l’errance et de la totalité ; elle ne conçoit aucune légitimité comme garante de son droit, mais circule dans une étendue nouvelle, ne se représente pas une terre comme un territoire, d’où on projette vers d’autres territoires, mais comme un lieu où on « donne-avec » et on peut tout « com-prendre ».

Le métissage n’est pas un processus de fusion des identités et des cultures ; il se situe au lieu de leur confusion. Le métissage n’a rien à voir avec le respect des origines et des différences : il affirme que les origines sont indifférentes. Le métissage c’est la perte de l’identité. Quand un interprète « traduit » en milieu social, il abandonne ce qu’il est pour devenir ce qu’il ne sait pas ou encore ce qu’il va devenir car la traduction métisse toujours les cultures ! Et cela vaut pour les 3 personnes qui interviennent dans toutes les prestations de TIMS (fournisseur de service, sujet migrant et interprète). Vivant et faisant vivre tous les jours l’expérience des seuils, les traducteurs-interprètes démontrent dans chacune de leur prestation que l’on ne traduit pas pour rechercher son identité mais pour la perdre tout en retrouvant une autre. C’est l’enrichissement de la rencontre ! (Cf. Yuste Frías, 2013 : 128-129).

Rien de mieux pour finir ce billet que d’écouter les sages propos d’Alexis Nouss (membre chercheur titulaire du Groupe de recherche Traduction & Paratraduction de l’Université de Vigo depuis sa fondation) qui furent enregistrées en 2009 dans la Capsule T&P intitulée Métissage et traduction :

La vidéo d'Alexis Nouss

Alexis Nouss: Métissage et traduction_Capsule T&P_27/11/2009

Références bibliographiques :

Laplantine, François et Alexis Nouss (1997) : Le métissage. Un exposé pour comprendre. Un essai pour réfléchir. Paris : Flammarion.

Laplantine, François et Alexis Nouss (2001) : Métissages. De Arcimboldo à Zombi. Paris : Fayard/Pauvert.

Nouss, Alexis (2005a) : « Traduction et métissage ». Sixième conférence du premier séminaire organisé par le Groupe de Recherche Traduction & Paratraduction (T&P). [Document audio MP3 mis en ligne sur le site du Groupe T&P et réservé aux étudiants du Programme Doctoral T&P]

Nouss, Alexis (2005b) : Plaidoyer pour un monde métis. Paris : Textuel.

Nouss, Alexis (2009) : « Métissage et traduction », Capsule T&P n.º 4, 27/11/2009, [vidéo en ligne] Vigo: T&P_UVigo-TV

Turgeon, Laurier (2004) : « Les mots pour dire les métissages : jeux et enjeux d’un lexique ». Revue Germanique Internationale 21, 53-69.

Yuste Frías, José  (2014) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monographie n.º 4: 91-111.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Interprétation-médiation IV: la notion de paratraduction et l’expérience du seuil dans la TIMS

Au seuil d'une île : un pont.

Au seuil d’une île : un pont.

La notion de paratraduction, créée aux origines de la fondation du Groupe de Recherche Traduction & Paratraduction (T&P) à l’Université de Vigo, dessine une aire paradigmatique propice à renouveler le questionnement sur la théorie et la pratique de la traduction et de l’interprétation. Une acception immédiate se contentera de proposer la paratraduction comme la traduction des productions paratextueles, paraverbales et non-verbales mais un tel choix présente un faible apport épistémologique car il ne fait qu’agrandir le corpus des textes et des discours offerts au regard traductologique sans susciter une nouvelle théorisation. Le terme de paratraduction, tel que nous le théorisons et nous le pratiquons (Yuste Frías, 2005 ; 2010a ; 2010b ; 2011a ; 2011b ; 2013a), trouve son application méthodologique à trois niveaux décrits par Alexis Nouss lors des séances de travail qui ont suivi au dernier Séminaire T&P qu’il a dirigé à Vigo (Cf. Nouss, 2011a) :

  • Un niveau empirique où le Groupe T&P étudie les éléments paratextuels, paraverbaux et non-verbaux, provenant des domaines visuels et auditifs liés au texte à traduire ou au discours à interpréter, ainsi que les stratégies de traduction ou d’interprétation spécifiques qu’ils requièrent. C’est le niveau paratraductif au sens strict ;
  • Un niveau sociologique où le Groupe T&P étudie les agents, normes, procédures et institutions attachés au processus traductif et interprétatif dans tout leurs déploiements. C’est le niveau protraductif ;
  • Un niveau discursif où le Groupe T&P étudie les discours sur la traduction et l’interprétation guidant leurs fonctionnements et assurant leur rôle dans la société. C’est le niveau métatraductif.

Il n’est certes pas nouveau d’étudier ces phénomènes et la traductologie n’a pas manqué de livrer des études de cas y renvoyant en s’éloignant ainsi des approches strictement linguistiques ou axées sur l’unité textuelle. Ce qu’apporte une pensée de la paratraduction est de dégager ce qui unit ces trois niveaux afin de cerner un positionnement méthodologique commun qui se situe autour de la traduction et l’interprétation professionnelles ou, autrement dit, dans leurs marges, attentif à ce qui en influence ou en détermine les opérations et qui échappe aux grilles de lecture adaptées au seul cadre du texte traduit. Le regard paratraductologique affirme : il y a de la marge et celle-ci, active aux niveaux prémentionnés (paratraductif au sens strict, protraductif et métatraductif, pour adopter un élargissement progressif de la perspective), participe pleinement du processus traductif. Du reste, notre motivation épistémologique est liée à la nature même de l’acte traductif qui trouve sa légitimité d’un statut en marge de l’original, sans que cela n’implique aucune infériorité sauf à être idéologiquement décidée. Il importe d’être consistant par rapport à cette condition fondamentale et, en conséquence, de démarginaliser la marge dans le processus traductif. (Cf. Nouss, 2011a [inédit])

Dans les analyses traitant de la traduction et l’interprétation, la notion de « paratraduction » vient dégager ainsi une nouvelle perspective en invitant à réfléchir, fidèle à l’étymologie et au sens du préfixe para, sur ce qui se passe en marge du processus traductif ou, plus exactement, au seuil de la traduction (Cf. Yuste Frías, 2010a). En effet, la notion de paratraduction aide à développer une pensée du seuil qui devient essentielle pour comprendre les engagements éthiques et politiques implicites dans l’expérience quotidienne de la pratique professionnelle de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS). Car contrairement à cette image du pont commentée dans le 2.e billet de cette série intitulée interprétation-médiation, la traduction n’est pas que passage. La traduction offre autant l’expérience du seuil, ou, plus exactement, doit d’abord refléter l’expérience du seuil pour pouvoir ensuite illustrer celle du passage. Interpréter pour traduire en milieu social c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant.

La pratique professionnelle de la TIMS étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil offerte par la notion de paratraduction qui développe l’expérience du seuil. Être un pro de la TIMS c’est savoir se tenir au seuil de plusieurs mondes et de plusieurs cultures pour pouvoir montrer le regard de l’étranger (l’immigrant allophone) à celui qui ne l’est pas (l’intervenant-fournisseur du service public) et faire voir que, quand on est au seuil, le but de la rencontre n’est pas le passage, mais la relation elle-même. Car ce n’est que l’expérience du seuil qui rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation. C’est l’expérience du seuil qui permet l’ouverture à de nouveaux rapports entre les individus et permet l’existence des points de vue différents. C’est l’expérience du seuil qui donne lieu à la reconnaissance, à la différenciation parce qu’elle respecte le changement et le devenir. C’est l’expérience du seuil qui situe littéralement l’interprète « au milieu » des interactions et lui confère un point d’observation privilégié, presque une loupe, pour améliorer la pratique de la communication en milieu social : santé, éducation et justice.

L’expérience du seuil crée des « espaces entre » où se déroule la tâche quotidienne du professionnel de la TIMS. Dans ces « espaces entre » de la TIMS le seuil est vécue, à la fois, comme arrêt et mouvement parce que le traducteur-interprète demeurant sur les seuils peut aider ou non à les franchir ; le seuil devient la demeure naturelle du traducteur-interprète sur laquelle il ne saurait s’immobiliser ; le seuil est le mouvement lui-même, cette tendance du traducteur-interprète à faire toujours un pas vers une autre langue, une autre culture.

Le seuil permet de déployer l’affirmation d’une pensée individuelle qui respecte le changement et le devenir et donne lieu à la reconnaissance de la différenciation et des nuances comme nature fondamentale de l’état des choses […] Toute l’identité de la personne est comprise dans la perception du seuil, car nous changeons tout le temps, tout en gardant une certaine permanence. Cet état en apparence paradoxal sera le modèle de la pensée des seuils. (Barazon, 2010 : [en ligne])

 

Références bibliographiques :

Barazon, Tatjana  (2010) « La “ Soglitude ” – aperçu d’une méthode de la pensée des seuils », Conserveries mémorielles [En ligne], n.º 7, mis en ligne le 10 avril 2010, consulté le 22 juillet 2013. URL : http://cm.revues.org/430

Nouss, Alexis (2011a) « Europe : pour un multilinguisme bien tempéré », Séminaire T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 7 juin 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2005) « Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital », dans Yuste Frías, J.  et  A. Álvarez Lugrís [eds.] Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, col. T&P, n.º 1, pp. 59-82.

Yuste Frías, José (2010a) « Au seuil de la traduction : la paratraduction », in Naaijkens, T. [ed.] Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de Textes-Textgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, pp. 287-316.

Yuste Frías, José  (2010b) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2013a) « Identité et traduction », Sur les seuils du traduire. Carnet de recherche Hypothèses, Marseille, Paris et Lisbonne : CNRS, EHESS, Université d’Aix-Marseille, Université d’Avignon, [en ligne], billet mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013b) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Interprétation-médiation III: transes culturelles à éviter dans la TIMS

 

Tous différents, tous égaux ?!?

Tous différents, tous égaux ?!? 

 

Activité métisse (métissée et métissante), la pratique professionnelle de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) est au cœur de toute construction identitaire où tout professionnel de la traduction et de l’interprétation sait très bien qu’il ne faut jamais confondre identité et appartenance. Il s’agit de porter attention aux appartenances des identités métisses liées au processus migratoire, à l’exil et à tous les traumatismes qui peuvent y être présents. Traduire et interpréter pour des migrants ne suppose pas seulement la transmission des références culturelles d’une société nouvelle. Il faut aussi que les services publics qui accueillent les migrants puissent comprendre, grâce à la traduction et à l’interprétation, les multiples appartenances qui composent leurs différentes identités. Le regard du professionnel de la TIMS n’est pas là pour renfermer l’Autre dans ses plus étroites appartenances, au contraire, c’est très précisément grâce à son regard traduisant et interprétant qu’il peut les libérer.

Dans une formation professionnelle à la TIMS, on devrait apprendre à éviter de définir toute culture comme une entité stable, enfermant les individus et les groupes dans des identités fixes et immuables. Les cultures ne sont pas des entités abstraites ni des blocs monolithiques. La complexité symbolique dans les pratiques culturelles demande toujours une analyse profonde et déconcentrée afin d’éviter tout différencialisme ou folklorisation. Une formation sur la diversité ne devrait jamais réduire la culture à quelques traits folkloriques peu utiles à l’expertise professionnelle. Le professionnel de la TIMS se doit d’éviter les généralisations pour amener le migrant à rendre compte de son propre cadre de référence identitaire par rapport à ses différentes appartenances.  Le travail sur les représentations concernant l’Altérité est toujours indispensable dans la formation de tout traducteur-interprète. Mais voilà que dans le contexte actuel marqué par le communautarisme et l’ethnicité des questions sociales, l’étude sereine et sérieuse des images et des symboles identitaires en interprétation-médiation devient de plus en plus difficile à cause des idéologies sous-jacentes dans certains préfixes employés avec le mot  « culture ».

En effet, dans les « transes culturelles »[1] vécues par l’interculturel et le multiculturalisme, les constructions identitaires relèvent de l’idéologie d’un individualisme personnel ou collectif (l’identité culturelle, l’identité nationale, etc.) qui récuse la catégorie de l’altérité et oppose au risque le repli sur le soi propre (Laplantine, 1999). Sous les perspectives retranchées de l’interculturel et du multiculturalisme, la catégorie d’identité s’est ainsi opposée aux sensations de pluri-appartenance inhérentes au processus de métissage présent lors de toute pratique professionnelle de la TIMS.

Dans l’interculturel, on suggère avec le préfixe « inter » que les identités acceptent de se rapprocher mais que chacun reste ce qu’il est, chez soi. Dans le multiculturalisme, à l’aide du préfixe « multi » on abuse du concept de différence en le travestissant de différentialisme pour aboutir à un essentialisme pouvant se décliner en politique aussi bien à l’extrême droite qu’à l’extrême gauche. Les notions d’« interculturalité » et « multiculturalité » concevant ainsi les identités culturelles comme des tous homogènes, ont procédé à leur territorialisation : tout thème et tout sujet sont circonscrits à un territoire. On traduit et interprète l’Autre pour l’enfermer dans son appartenance et l’assigner à résidence.

L’interculturel est une notion qui sert à cerner « les dynamiques de rencontre, d’échange (sinon d’affrontement, quand ce n’est pas du pur rejet) qui s’établissent lorsque deux ou plusieurs communautés sont en contact. » (Nouss, 2005 : 24). L’interculturalité est toujours tributaire d’un cadre politique qui ressort de la culture du pays hôte où les immigrés doivent atténuer leur distinction afin de se fondre dans le tissu social. C’est le modèle de l’intégration républicaine à la française. Tous égaux face à la République sans aucune distinction culturelle et encore moins cultuelle.

« Le multiculturel est un concept opératoire propre à décrire et définir une situation sociale réunissant au sein d’une entité urbaine, régionale, nationale ou supranationale, plusieurs groupes communautaires ». Peu importe que ces groupes communautaires soient « égaux en nombre et importance ou non, hiérarchisés ou non » (Nouss, 2005 : 23). Le multiculturalisme privilégie une culture dite « commune » qui n’est qu’hégémonique, excluant ceux qui ne respectent pas les normes de la langue ou des mœurs. On admet les différences culturelles mais on les noie dans un monochromatisme généralisé.

Le risque est grand de sombrer dans le nativisme et le fondationalisme, prônant une authenticité primitive, homogène et permanente, une essentialisation d’une différence décontextualisé, anhistorique, figée. Un Noir, une femme, un gay, un jeune ? L’article indéfini avoue la difficulté de la définition (Nouss 2005 : 22)

Entourée de ces types de « transes culturelles » qui ne cesse de renforcer l’idée que tout un chacun (le sujet migrant le premier) vit dans le « camp retranché » de son identité culturelle, la personne non-professionnelle de la TIMS habite à son insu un espace social qui intensifie ce sentiment d’ « être en transe » identitaire partout et pour tout. Les discours politiques d’extrême droite et d’extrême gauche (avec ou sans quenelle à l’appui), le débat sur « l’identité nationale », l’interdiction du port du voile, la peur de l’Autre, en définitive, que les médias ne cessent de répandre tous les jours, prône la sensation d’être porté hors de soi-même dans un état permanent d’exaltation et d’excitation identitaires extrêmes. C’est très précisément ces crispations identitaires et cette espèce d’éternel communion identitaire avec je ne sais quel type d’au-delà qui rendent impossible l’exercice professionnel de l’interprétation-médiation.

 

Références bibliographiques :

Laplantine, François (1999) Je, nous et les autres, Paris : Le Pommier.

Nouss, Alexis (2005) Plaidoyer pour une monde métis, Paris : Textuel.

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


[1] L’expression « transes culturelles » appartient à Alexis Nous (2005 : 19-44) qui l’utilise pour intituler le premier chapitre de son Plaidoyer pour une monde métis. Un livre devenu une source inépuisable de réflexions philosophiques et éthiques pour un engagement politique actif de tout traducteur-interprète pratiquant la TIMS.

Interprétation-médiation II: l’image du pont et la TIMS conçue comme passage

Le pont de Mostar reconstruit à l'identique sauf que...

Le pont de Mostar reconstruit à l’identique sauf que… 

 

La plupart des réflexions sur la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) considèrent que le but principal de ces activités professionnelles est de construire des « ponts » entre des univers culturels et conceptuels éloignés. En effet, lorsque l’on essaie de définir la présence indéniable d’un interprète en médiation sociale, l’image du pont et l’idée du passage apparaissent presque toujours comme métaphores de la tâche de celui qui interprète et traduit l’autre pour représenter la rencontre entre deux langues et deux cultures.

Or, on a eu beau reconstruire le pont de Mostar « à l’identique » (construit au XVIe siècle et détruit en 1993) avec le soutien de l’UNESCO, la Bosnie-Herzégovine, politiquement divisée entre deux entités politiques, connaît une autre ligne d’opposition à l’intérieur de l’entité de Fédération bosno-croate : entre Bosniaques et Croates. En effet, la ville de Mostar, en Herzégovine, donne à voir, encore et toujours, les oppositions persistantes entre les deux communautés qui, parlant la même langue, cohabitent mais vivent désormais séparées. On peut dire que le pont attire les touristes, oui, mais il n’a pas mis en place la rencontre de l’un avec l’autre. Pur symbole non vécu, le pont de Mostar est-il vidé de sens ?

Quand on lit L’art des ponts de Michel Serres, on constate que l’on ne peut jamais construire un « pont dur » sans maîtriser la technique des « pont doux », c’est-à-dire, sans maîtriser la traduction et l’interprétation. Oui, absolument, les traducteurs et les interprètes sont toujours des pontifes, mais à quel prix ?Art-des-ponts_Serres

La fréquence de l’image du pont et l’insistance sur l’idée du passage dans les analyses traitant de la traduction et de l’interprétation révèlent une tendance propre au paysage idéologique des sociétés contemporaines qui ne cessent de privilégier un mode de vie où l’instant est roi. Vivre l’instant, stimuler et intensifier le bonheur momentané de l’éveil sensible sont des attitudes qui aident à construire un « art de vivre » qui ne cesse de préconiser, pour tout et partout. les principes du mouvement vertigineux et de la circulation la plus rapide possible de l’information. Par ailleurs, les avancées technologiques de la télécommunication globalisée ont aidé à accorder un rôle apparemment unique à la traduction et l’interprétation, sensées répondre aux besoins de transfert et de communication avec une fluidité et une rentabilité maximales : traduire et interpréter le plus vite possible et le moins cher possible. Et voilà que la fameuse épée de Damoclès de toutes les commandes de traduction (« c’était pour hier ! ») s’est imposé dans ce qui devrait toujours être la lenteur de la rencontre : traduire et interpréter en milieu social.

Je crois sincèrement que tout ce pragmatisme utilitariste, implicite dans l’image du pont et l’idée du passage, ne fait que renforcer le statut secondaire que la traduction et l’interprétation ont trop souvent reçues au détriment de leurs capacités créatrices sur lesquelles, par contre, la traductologie contemporaine a insisté à maintes reprises. La traduction et l’interprétation ne se réduisent jamais à un pur passage ni à un simple transfert d’une langue source vers une langue cible. Il faut cesser de concevoir « la langue » comme une entité stable et indivisible. Qui traduit et interprète en milieu social, tisse un texte et reproduit un discours n’ignorant jamais rien des relations humaines travaillées, étudiées et embellies dans toute expérience de rencontre. Quand on traduit et interprète en milieu social on constate, à tout moment, la dimension la plus subversive de mise en crise des identités.

 

Références bibliographiques:

Serres, Michel (2013) L’art des ponts. Homo pontifex, Paris: Le Pommier

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

 

Interprétation-médiation I

Interprétation-Médiation_01Je commence l’année 2014 avec ce premier billet qui inaugure une nouvelle série que j’ai voulu intituler «Interprétation-médiation» en reprenant le titre du livre publié dans la collection dirigée par Jean-René Ladmiral. Les billets qui vont suivre tendent à aller à contre-courant des idées reçues sur la place, la représentation et le rôle de l’interprète professionnel lorsqu’il réalise sa tâche en médiation sociale. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que, sur les seuils du traduire, je voudrais instaurer en Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) une nouvelle perspective qui invite à considérer la pensée du seuil comme étant essentielle pour comprendre le « traduire » de l’interprète au quotidien, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Interpréter pour traduire c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant. La pratique professionnelle de la TIMS, étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil car elle rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation.

Le terme «médiation» est-il pertinent pour désigner le quotidien de l’activité du professionnel de la TIMS ? C’est la question qu’il faut se poser quand on veut commencer à décrire la pratique professionnelle de la TIMS, ne serait-ce que sommairement, pour en montrer les limites face à d’autres professions telles que celles de «médiateur», «travailleur bilingue» ou «informateur culturel».

Rappelons que l’origine étymologique du mot «médiation» renvoie aux mots latins suivants :

  • Medium, -ii  = le milieu, le centre, l’espace et l’état accessible à tous
  • Médius, -a, um = qui se trouve au milieu, au centre, qui participe de deux choses contraires, médiateur (paci pour la paix)
  • Mediator = l’intercesseur, le médiateur

Si dès ses premières attestations au début du XIVe s. le mot médiatour porte déjà une référence spatiale très déterminée (c’était «celui qui s’entremet pour créer un accord») c’est bien parce que dans le mot du bas latin Mediare (qui a donné en espagnol le verbe mediar utilisé pour désigner l’action de la médiation) on y trouve tout le temps que des référence spatiales : «partager par le milieu», «être placé au milieu», «se trouver entre», «intervenir», «s’interposer». Quand le médiateur intervient il se situe littéralement « au milieu » de deux personnes. Or, être au milieu oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil. Si le but primordial de toute médiation est celui de créer des liens, il est indéniable que le meilleur des médiateurs ne peut pas établir ces liens entre des individus parlant des langues différentes et issus de cultures différentes sans avoir recours à un interprète. C’est la présence physique de l’interprète-médiateur qui suscite chez les acteurs en milieu social une transformation de leur rapport à l’autre et la création de liens entre eux. L’effet « miroir » de la présence physique de l’interprète-médiateur expose les intervenants-fournisseurs de services publics à un « jugement » implicite sur la conduite de la communication, permettant ainsi une réflexion sur la propre pratique de communication mises en œuvre par les institutions publiques. Par conséquent, on pourrait affirmer que toute pratique de TIMS est toujours, dans un premier temps, médiation de différences et peut devenir, dans un deuxième temps, médiation de différends, lorsque l’interprète aide le médiateur à faire son boulot en situation de « conflit ».

Le concept de médiation est aussi large que celui de communication, puisqu’à chaque endroit où il y a communication possible et qu’une difficulté peut se présenter, il y a potentiellement médiation, c’est-à-dire intervention possible d’un tiers facilitateur. Le premier sens qui vient à l’esprit est celui d’arbitrage, de conciliation, d’entremise, d’intervention, un ensemble d’actions destiné à mettre d’accord, à concilier ou à réconcilier des personnes, des partis. Lorsque la notion de conflit est présente deux types de médiation se mettent en œuvre selon le temps d’intervention : avant même qu’un conflit ne puisse éclater, on trouve la médiation que l’on appelle « préventive » et,  lorsqu’un conflit est déjà présent entre deux individus, on met en place la médiation « curative ». De prime abord, on pourrait affirmer que le mot « médiation » implique l’existence d’un conflit car on a tendance à présenter la médiation comme un mode de gestion de conflits qui se sont produits entre deux individus ou deux groupes d’individus.

De toute évidence, il est clair que résoudre un conflit est sans doute l’activité principale d’un médiateur mais est-ce aussi celle de l’interprète ? En d’autres mots, faut-il vraiment attendre qu’il y ait un conflit pour traduire l’autre ? Pas du tout ! L’exercice professionnel de la TIMS ne saurait être exclusivement identifié ni avec la négociation ni avec la résolution de conflits ; elle peut être une ressource dans ces situations, mais c’est restreindre son champ d’application que de penser que c’est son seul domaine d’intervention. Le recours à la TIMS vient en aide à la médiation lorsque celle-ci se réalise en dehors de tout conflit, rien que pour favoriser, renforcer ou simplement établir des liens entre individus. Ainsi, on trouve la TIMS dans la médiation « créatrice » qui vise la création de liens entre individus et dans la médiation « rénovatrice » tendant à améliorer des liens qui sont devenus indifférent à cause de leur relâchement.

Sous cet angle exclusif de résolution et prévention de conflits que je viens de décrire trop sommairement, l’interprète ne devrait jamais être totalement confondu avec un médiateur. Je crois qu’il y a des points en commun et des différences entre le médiateur et le traducteur-interprète : des convergences et des divergences.

Les convergences pourraient être, entre autres, celles-ci :

  • Ils donnent une réponse au même besoin social : permettre ou faciliter la communication entre une minorité linguistique et l’administration.
  • Les deux profils professionnels sont encore en voie de consolidation et souffrent d’une trop importante précarité dans leur situation professionnelle
  • Pendant toute leur intervention tous les deux appliquent leur propre code déontologique

Les divergences pourraient être, entre autres, celles-ci :

  • Le médiateur

–      intervient explicitement dans le processus communicatif ;

–      doit résoudre de possibles conflits ;

–      réalise des tâches informatives, d’accompagnement, de soutien administratif, etc. ;

–      préconise un rapprochement des parties ;

  • Le traducteur-interprète

–      doit faire preuve d’une neutralité permanente ;

–      doit avoir des compétences ET dans les deux langues ET dans les deux cultures ;

–      n’est pas là ni pour prévenir ni pour résoudre les conflits mais pour aider à les prévenir et à les résoudre ;

–      ne s’occupe pas de réaliser des tâches informatives, d’accompagnement, de soutien administratif, etc.

Le rôle du professionnel de la TIMS serait celui d’aider à réduire les risques de conflit dans le décours des interventions tout en marquant un certain rythme de la dynamique transculturelle établie entre l’immigrant allophone, l’intervenant et l’interprète. Or, le rythme du « dialogue à trois » est influencé par les représentations que chacun des acteurs a de lui-même et de l’autre, mais surtout par les images qui circulent chez les trois lorsque l’on prononce le mot médiation.

Et voilà que la question se pose : comment est-elle perçue dans l’imaginaire social la tâche professionnelle de traduire l’autre quand un interprète aide à faire de la médiation ?

Être au milieu oblige toujours à créer des liens. L’interprète n’est pas professionnel de la santé, mais il aide à soigner ; il n’est pas juge, mais il aide à rendre la justice.

 

Références bibliographiques:

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.