Mot et image, c’est comme chaise et table

Le couple texte_image est écrit la plupart des fois non pas avec un simple trait d’union ou un tiret bas comme je le fais ici pour mieux traduire la coordination des deux termes en traduction. Au contraire je constate que la plupart du temps on emploie tous la même barre oblique (texte/image) que l’on a utilisée à maintes reprises dans l’histoire intellectuelle occidentale pour montrer les oppositions binaires traditionnelles telles que : esprit/matière, signifié/signifiant, masculin/féminin, vérité/fiction, réalité/apparence, etc. Dans ces oppositions binaires le premier terme, placé à gauche, bénéficie d’un rang supérieur à celui qui est à droite, ce deuxième terme étant dès lors tenu, comme le dit si bien Jean-Louis Tilleul du Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte (GRIT), pour une « manifestation », une « perturbation » ou une « négation » du premier. Or, le couple texte_image n’est jamais une opposition des contraires. Le couple texte_image est toujours une harmonisation des contraires. Dans le couple texte_image tout est « en contrepoint » : texte et image y sont présents simultanément et indépendamment, l’un accompagnant l’autre et vice‐versa tout en ayant chacun son propre rythme de lecture. Le texte nous pousse en avant, on veut avancer dans la lecture, tourner la page pour connaître la suite. L’image, au contraire, nous arrête, elle nous oblige à faire « arrêt sur elle » pour l’explorer, la déchiffrer et la mettre en relation inter ou multisémiotique.

Tel que je l’ai fait ailleurs dans les lignes écrites pour traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse, je voudrais inviter aussi ici au dépassement des oppositions axiologiquement radicales entre texte et image. Il est temps d’en finir avec la vieille opposition entre le texte et l’image en traduction pour cesser de croire que le traducteur ne doit s’occuper que du texte. Il est temps de changer les discours dominants dans l’étude de la relation intersémiotique texte_image en traduction et d’éviter ainsi la reproduction systématique et compulsive de concepts arbitraires qui font obstacle à la lecture, interprétation et traduction des messages construits à l’aide du couple texte_image. Le couple texte_image en traduction n’est ni un mélange « fusionné » ni un ensemble « hybride » où le texte serait « subordonné » à l’image et l’image simplement « illustrerait » le texte. La nouvelle entité iconotextuelle formée par le couple texte_image est une entité mixte, métisse, où l’élément verbal est présent à 100 % et l’élément visuel l’est aussi à 100 %. Par conséquent, quand un traducteur doit traduire un couple texte_image, le sujet traduisant qu’il est lit, interprète et traduit à 100 % le texte et le premier agent paratraducteur (c’est-à-dire un traducteur des marges et à la marge) qu’il est lit, interprète et paratraduit aussi à 100 % l’image, sans jamais travailler sur un pourcentage textuel ou iconique inférieur à cent. Traduire le couple texte_image est pour moi une pratique métisse, c’est-à-dire, métissée et métissante où le texte est image et l’image est texte dans un dialogue permanent d’identités sémiotiques différentes mais ne perdant aucun pourcentage de leur propre caractère sémiotique. Traduire le couple texte_image veut dire se placer face à des entités iconotextuelles indivisibles jamais arbitraires mais toujours motivées, socialement fondées et différentes dans chaque aire culturelle.

Ainsi qu’on le veuille ou non, les mots et les images se relaient, interagissent, se complètent, s’éclairent avec une énergie vivifiante. Loin de s’exclure, les mots et les images se nourrissent et s’exaltent mutuellement. Au risque de paraître paradoxal, nous pouvons dire que plus on travaille sur les images, plus on aime les mots. (Joly, M. 2004,  Introduction à l’analyse de l’image, Paris : Nathan/Sejer, p. 116)

Dans toute traduction spécialisée de textes à images, le traducteur ne traduit jamais d’une langue à une autre, isolées de tout autre code sémiotique. On traduit entre des langues actualisées dans des actes de paroles uniques en relation intersémiotique et multisémiotique avec un ou plusieurs codes. Pour assurer le succès de la traduction d’un livre pour enfants, d’une BD, d’un film, d’un jeu vidéo, etc., le traducteur doit lire, interpréter et traduire non seulement tous les éléments textuels mais aussi tous les éléments paratextuels qui composent l’imaginaire présent dans chaque entité iconotextuelle formée par le couple texte_image (fixe ou animée). Développer la capacité visuelle du traducteur —bien lire et interpréter l’image[1] pour mieux la traduire— est essentiel quand l’aspect visuel dégage l’essence même du sens à traduire. Pour un traducteur, le traitement du paratexte visuel est incontournable dans la traduction de la relation intersémiotique du couple texte_image.

La chaise et la table d'un pupitre sont aussi inséparables que le texte et l'image en traduction

La chaise et la table d’un pupitre sont aussi inséparables que le texte et l’image en traduction 

 

Toute entité iconotextuelle en traduction est une structure indissoluble de texte et d’image où ni le texte est « subordonné » à l’image, ni l’image a une fonction « illustrative » du texte. Deux instances assumant chacune leur part de narrativité, le lisible et le visible participent à la création du sens : le texte guide l’interprétation de l’image et l’image oriente la lecture du texte. En se glissant dans l’image fixe, le texte écrit des BD, par exemple, devient un élément plastique à part entière et le traducteur doit penser l’écriture comme une forme d’image produite par le geste de l’inscription ; en attirant le regard du lecteur, l’image fixe des BD devient un élément paratextuel à part entière ayant tendance à se suffire à elle-même car elle peut même arriver à faire disparaître le texte écrit. Texte écrit et image fixe étant toujours irrémédiablement liés, il est temps d’en finir avec la vieille opposition entre le texte et l’image pour cesser de penser que le traducteur ne doit s’occuper que du texte. « Mot et image, c’est comme chaise et table : si vous voulez vous mettre à table, vous avez besoin des deux. » (Godard, J.-L. [1993] « Ainsi parlait Jean-Luc, Fragments du discours d’un amoureux des mots », Télérama, nº 2278, 8/9/93, cité par Martine Joly, 2004, ibidem, p. 101).

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011a) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

YUSTE FRÍAS, José (2011b) «Traduire le couple texte_image dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse», Květa Kunešová [ed.] De L’IMAGE à L’IMAGINAIRE. Littérature de jeunesse, Hradec Králové (République Tchèque): Université Hradec Králové, coll. Gaudeamus, ISBN: 978-80-7435-096-2, pp. 36-54.

 

 


[1] Car on peut très bien « lire » et « interpréter » autre chose que du texte en traduction. Ainsi, un traducteur doit savoir lire et interpréter, dans n’importe quel texte à traduire, tout péritexte iconique réalisant l’image sous différentes formes paratextuelles : illustration, graphique, schéma, diagramme, plan ou carte géographique, etc.