Interprétation-médiation II: l’image du pont et la TIMS conçue comme passage

Le pont de Mostar reconstruit à l'identique sauf que...

Le pont de Mostar reconstruit à l’identique sauf que… 

 

La plupart des réflexions sur la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) considèrent que le but principal de ces activités professionnelles est de construire des « ponts » entre des univers culturels et conceptuels éloignés. En effet, lorsque l’on essaie de définir la présence indéniable d’un interprète en médiation sociale, l’image du pont et l’idée du passage apparaissent presque toujours comme métaphores de la tâche de celui qui interprète et traduit l’autre pour représenter la rencontre entre deux langues et deux cultures.

Or, on a eu beau reconstruire le pont de Mostar « à l’identique » (construit au XVIe siècle et détruit en 1993) avec le soutien de l’UNESCO, la Bosnie-Herzégovine, politiquement divisée entre deux entités politiques, connaît une autre ligne d’opposition à l’intérieur de l’entité de Fédération bosno-croate : entre Bosniaques et Croates. En effet, la ville de Mostar, en Herzégovine, donne à voir, encore et toujours, les oppositions persistantes entre les deux communautés qui, parlant la même langue, cohabitent mais vivent désormais séparées. On peut dire que le pont attire les touristes, oui, mais il n’a pas mis en place la rencontre de l’un avec l’autre. Pur symbole non vécu, le pont de Mostar est-il vidé de sens ?

Quand on lit L’art des ponts de Michel Serres, on constate que l’on ne peut jamais construire un « pont dur » sans maîtriser la technique des « pont doux », c’est-à-dire, sans maîtriser la traduction et l’interprétation. Oui, absolument, les traducteurs et les interprètes sont toujours des pontifes, mais à quel prix ?Art-des-ponts_Serres

La fréquence de l’image du pont et l’insistance sur l’idée du passage dans les analyses traitant de la traduction et de l’interprétation révèlent une tendance propre au paysage idéologique des sociétés contemporaines qui ne cessent de privilégier un mode de vie où l’instant est roi. Vivre l’instant, stimuler et intensifier le bonheur momentané de l’éveil sensible sont des attitudes qui aident à construire un « art de vivre » qui ne cesse de préconiser, pour tout et partout. les principes du mouvement vertigineux et de la circulation la plus rapide possible de l’information. Par ailleurs, les avancées technologiques de la télécommunication globalisée ont aidé à accorder un rôle apparemment unique à la traduction et l’interprétation, sensées répondre aux besoins de transfert et de communication avec une fluidité et une rentabilité maximales : traduire et interpréter le plus vite possible et le moins cher possible. Et voilà que la fameuse épée de Damoclès de toutes les commandes de traduction (« c’était pour hier ! ») s’est imposé dans ce qui devrait toujours être la lenteur de la rencontre : traduire et interpréter en milieu social.

Je crois sincèrement que tout ce pragmatisme utilitariste, implicite dans l’image du pont et l’idée du passage, ne fait que renforcer le statut secondaire que la traduction et l’interprétation ont trop souvent reçues au détriment de leurs capacités créatrices sur lesquelles, par contre, la traductologie contemporaine a insisté à maintes reprises. La traduction et l’interprétation ne se réduisent jamais à un pur passage ni à un simple transfert d’une langue source vers une langue cible. Il faut cesser de concevoir « la langue » comme une entité stable et indivisible. Qui traduit et interprète en milieu social, tisse un texte et reproduit un discours n’ignorant jamais rien des relations humaines travaillées, étudiées et embellies dans toute expérience de rencontre. Quand on traduit et interprète en milieu social on constate, à tout moment, la dimension la plus subversive de mise en crise des identités.

 

Références bibliographiques:

Serres, Michel (2013) L’art des ponts. Homo pontifex, Paris: Le Pommier

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

 

Identité et traduction

Pour mieux traduire l’identité de l’autre, il faut savoir bien interpréter les multiples appartenances dont il est porteur. En introduisant dans le débat sur l’identité les expériences de la multi-appartenance à partir du paradigme de la traduction, ce billet invite à ne plus mettre en équation identité et appartenance dans les études sur la traduction (Translation Studies). Sous un angle traductif, les identités se négocient selon un principe de fluctuation qui considère les différentes appartenances dans leurs relations, leurs échanges et leurs historicités et non au sein d’un système fermé. Employer des expressions telles que : « identité linguistique » ou « identité culturelle », X ou Y, affirmant, implicitement ou explicitement, qu’une personne ne peut vivre que cette seule et unique identité X ou Y, c’est confondre « identité » et « appartenance » selon Michel Serres. Cette confusion rend impossible la traduction de l’autre et constitue, par conséquent, une très grave erreur politique, sociale et culturelle car elle crée de l’exclusion, immobilise la pensée, tend à monter les groupes les uns contre les autres et enferme aussi bien l’individu que le groupe dans une autochtonie dérisoire fondée sur le mythe idéal et romantique du monolinguisme qui perpétue, encore et toujours, l’éternelle équation : un territoire + une langue nationale = une identité nationale.

La traduction est sur le plan textuel et paratextuel l’équivalent de l’identité sur le plan ontologique. L’identité n’est pas seulement un objet social, elle est aussi, ô combien !, de l’ordre du sentiment, l’évocation d’un sentiment d’appartenance à un groupe, une revendication. Dans les «transes culturelles» (Alexis Nouss, Plaidoyer pour un monde métis, 2005: 19-44) vécues par l’interculturel et le multiculturalisme, les constructions identitaires relèvent de l’idéologie d’un individualisme personnel ou collectif (l’identité culturelle, l’identité nationale, etc.) qui récuse la catégorie de l’altérité et oppose au risque le repli sur le soi propre comme l’a si bien exprimé François Laplantine (Je, nous et les autres, 1999). Sous les perspectives retranchées de l’interculturel et du multiculturalisme, la catégorie d’identité s’est opposée aux sensations de pluri-appartenance inhérentes au processus de métissage omniprésent lors de toute traduction. Car, étant, en effet, une pensée du lien, de la relation et de la transformation, la traduction est surtout une pratique professionnelle métisse (c’est-à-dire, à la fois métissée et métissante) et, par conséquent, elle est bien plus une « opération transculturelle » qu’une « procédure interculturelle ou une modalité multiculturelle » (Alexis NoussPlaidoyer pour un monde métis, 2005 : 43).

Le voile, symbole d'appartenances, traduisant l'identité

Le voile, symbole d’appartenances, traduisant l’identité 

La traduction étant toujours un fait de culture, elle est essentiellement ancrée dans le rapport à l’Autre et à la différence. La tâche quotidienne du professionnel de la traduction et de l’interprétation contribue énormément à dévoiler le regard de l’Autre quand, sur les seuils d’une médiation sociale par exemple,  le regard d’une femme se cache derrière ce voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut toujours pas lire ni interpréter pour en traduire le symbole. La traduction rend possible l’ouverture à l’Autre et constitue, par conséquent, un des premiers actes de culture. Traduire c’est penser la culture non seulement comme fondement de toute compréhension, mais aussi et surtout comme rapport et rencontre avec l’altérité : traduire sans culture(s) n’est pas traduire !

Confrontée tous les jours à une diversité linguistique accrue, la traduction est au cœur de toute construction identitaire. C’est en vertu du droit à la traduction et à l’interprétation dans le cadre des procédures administratives que devrait s’ériger le multilinguisme des politiques linguistiques, et non l’inverse : d’abord la traduction, puis, après, le multilinguisme, la traduction créant une situation de multilinguisme et non le multilinguisme créant un besoin de traduction. Voilà pourquoi la traduction devrait faire partie intégrante des décisions et réglementations fondamentales dans les démocraties multilingues. Or, ce n’est pas toujours le cas. Ce billet veut être un petit plaidoyer pour l’indéniable présence de la traduction dans les politiques linguistiques car elle aide à dépasser les discours identitaires essentiellement communautaristes du différentialisme extrême, d’un côté, et les discours d’intégration prônant une homogénéité totale, de l’autre.

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2014) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monographie n.º 4: 91-111.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.