Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » III

The O.K. thumb up employed as a good luck patch for attachment to denim clothing

The O.K. thumb up employed as a good luck patch for attachment to denim clothing 

 

La posture du pouce, seul doigt levé d’un poing serré, est un geste connu depuis la Seconde Guerre mondiale car il fut popularisé un peu partout dans le monde par le G.I. américain pour signifier le O.K. ou le good luck. Pour la langue et la culture françaises, cette signification n’est pas en contradiction avec la symbolisation gestuelle du numéro « un », du premier et, par là, du meilleur et du champion.

L’interprétation actuelle du pouce levé comme geste d’approbation, vient de la croyance qu’il s’agit de la survivance du geste utilisé par les anciens Romains pour épargner un gladiateur méritant tel qu’il apparaît dans le fameux tableau du XIXe siècle de Jean-Léon Gérôme intitulé très précisément Pollice Verso. Au XXe siècle, pendant les années 50-60 les productions italiennes et américaines de péplums on contribué énormément à maintenir cette interprétation. On nous faire croire à l’écran  pendant tout un siècle que le pouce dirigé vers le haut signifie la vie pour le gladiateur couché par terre et le pouce dirigé vers le bas sa mort.

« Pollice verso « de Jean-Léon Gérôme

« Pollice verso « de Jean-Léon Gérôme 

 

Or, un consultant traducteur, expert traducteur de l’image étudiant les textes qui font référence à la symbolique antique du pouce, aurait pu prouver non seulement que l’interprétation était fausse, mais en plus que l’erreur s’est produite à l’époque moderne. La confusion résulte des diverses interprétations des mots pollice verso, converso ou compresso. Une confusion qui provoqua le 25 avril 1901 l’envoi d’une lettre à l’éditeur du prestigieux New York Times intitulée : The Tragedy of The Thumb.

Pourtant à la fin du XVIe siècle, dans ses Essais, tout au début du chapitre XXVI du Livre Second (intitulé très précisément Des poulces), Montaigne avait bel et bien écrit textuellement :

C’estoit à Rome une signification de faveur, de comprimer et baisser les poulces,
Fautor utroque tuum laudabit pollice ludum,
et de desfaveur, de les haulser et contourner au dehors :
Converso pollice vulgi. Quemlibet occidunt populariter.
(Montaigne, p. 355)

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) - 1854.

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) – 1854. 

 

Montaigne n’avait pas oublié de nous donner aussi sa traduction de ces deux citations latines. Pour la première, une citation d’Horace (Épitres, I. 18-66) : « Il [le peuple] applaudira à tes jeux en baissant les deux pouces ». Pour la deuxième, la troisième satire de Juvénal : « Dès que la peuple a tourné le pouce en haut, il faut, pour lui plaire que les gladiateurs s’égorgent ». Remarquons la précision de Montaigne : « C’était à Rome une signification de faveur de comprimer et baisser les pouces ». Nous avons donc, chez un auteur très connu et à une époque où les textes étaient lus, traduits et interprétés comme il faut et comme il se doit, l’époque de l’Humanisme et de la Renaissance, une interprétation radicalement différente à celle que l’on attribue actuellement au geste du pouce levé. C’est bel et bien le pollice compresso, le pouce caché à l’intérieur de la main et pressé par les autres doigts, qui signifiait la grâce. Si le symbolisme du pouce est celui de la force de l’homme, il est tout à fait logique que lorsque le peuple voulait demander au vainqueur de ne pas appliquer sa supériorité jusqu’au bout, il lui présentait une main sans pouce. De même, le pollice converso, le pouce sorti et levé, c’est-à-dire la force montrée, était interprété par le gladiateur de ne pas faire de quartier et, par conséquent, de massacrer son adversaire.

Quant à la direction du pouce tendu, vers le haut ou vers le bas, elle n’eut apparemment pas de signification déterminante, comme l’a si bien publié André Carénini :

Les gladiateurs se trouvant en contrebas par rapport aux gradins, on peut imaginer que le pouce sorti, signifiant la mort, fut la plupart du temps dirigé vers le bas pour que le geste soit perceptible. En outre, le vaincu étant à terre, l’estocade devait être portée de haut en bas et il est possible que le pouce baissé soit aussi un geste imitatif. Le mouvement encore communément usité pour signifier que l’on perfore avec un poignard se fait en avançant le pouce tendu, les autres doigts serrant sur la paume un manche imaginaire. Le pouce représente la lame, comme on peut le constater dans les gestes pratiqués autour de son propre cou pour symboliser l’égorgement. Tous ces détails ont certainement contribué à faire du pouce tourné vers le bas l’unique signe de mort. À cela s’ajoute un élément historique qui a facilité l’acception du « doigt levé » comme signe de grâce : par une loi spéciale, l’empereur Domitien voulut que le vaincu puisse lui-même demander grâce en levant un doigt (l’index très probablement). Le haut positif comme le bas négatif se rattachent, dans un contexte beaucoup plus général, à des valeurs conceptuelles attribuées culturellement à la position haute comme supérieure et donc positive par rapport à la position basse […] (Carénini, 1991, pp. 84-85)

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » II

L'image du pouce levé à la page 9 de l'album « Astérix en Hispania »

L’image du pouce levé à la page 9 de l’album « Astérix en Hispania » 

 

L’acception commune donnée actuellement à la symbolique du pouce, seul doigt levé d’un poing serré, est l’approbation, le succès, la réussite. Or, cela ne vaut pas pour toute l’Europe, car en Grèce (comme d’ailleurs au Moyen-Orient, en Afrique de l’Ouest et en Amérique du Sud) lever le pouce correspond à lever le majeur en France. Par conséquent, ce qui semble être un geste universel positif se trouve être extrêmement offensant dans d’autres cultures. Voilà pourquoi, un traducteur ne doit jamais confondre symbolisme et symbolique. La symbolique désigne l’ensemble des relations et des interprétations afférant à un symbole, tandis que le symbolisme désigne plutôt l’essence du symbole, la capacité d’une image ou d’une réalité à servir de symbole. Le symbolisme du pouce ne vise qu’une propriété générale du pouce comme fondement possibles de symboles. Certes, le pouce peut avoir un symbolisme universel mais il aura toujours une symbolique très particulière dont les interprétations varieront selon les langues et les cultures où il est employé lors d’une communication non verbale.

Il est bien vrai que le symbolisme universel du pouce vient signifier la force physique[1] de l’être humain et, par conséquent sa force morale. Ce symbolisme universel du pouce se décline à maintes reprises dans des sources écrites comme, par exemple, dans la Bible (Juges I, 6-7) où l’on peut constater que la force physique et morale réside dans les pouces car on les coupait aux vaincus.

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) - 1854.

MONTAIGNE, Michel de (1533-1592) « Essais : avec des notes de tous les commentateurs », édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) – 1854. 

 

Comme nous le disait déjà Montaigne au XVIe siècle, tous ceux qui étaient blessés au pouce étaient exemptés par les Romains pour aller en guerre car ils étaient considérés comme incapables de tenir une arme.

Les Romains dispensoient de la guerre ceulx qui estoient blecez au poulce, comme s’ils n’avoient plus la prinse des armes assez ferme. Auguste confisqua les biens à un chevalier romain qui avoir, par malice, couppé les poulces à deux siens ieunes enfants, pour les excuser d’aller aux armées : et avant luy, le senat, du temps de la guerre italique, avoit condemné Caius Vatienus à prison perpetuelle, et lui avoit confisqué touts ses biens, pour s’estre à escient couppé le poulce de la main gauche, pour s’exempter de ce voyage. (Montaigne, Michel de (1533-1592) Essais : avec des notes de tous les commentateurs, édition revue sur les textes originaux, éd. de Firmin-Didot frères (Paris) – 1854 p. 356)

L’origine du mot « poltron » en français viendrait ainsi du latin pollice trunco : celui qui n’a plus de force, qui manque de courage physique.

« Christ crucifié » de Vélasquez. Détail du pouce rabattu

« Christ crucifié » de Vélasquez. Détail du pouce rabattu 

 

L’Église Romaine se sert encore et toujours du pouce pour administrer les sacrements du baptême et de la confirmation. Aux premiers temps du christianisme le pouce était le seul doigt que l’on pouvait employer pour faire le signe de la croix. Lorsque la mort arrive, les pouces des cadavres reçoivent un traitement spécial : les images du Christ représentant le Crucifié avec les pouces rabattus sur les paumes sont nombreuses.

De toute évidence, il est clair que pour traduire l’image du pouce levé représentée dans la fameuse page 9 d’Astérix en Hispanie, le traducteur d’Astérix doit savoir faire la différence entre le symbolisme universel du pouce et les différentes symboliques du pouce déployées au fil du temps et selon l’espace culturel et linguistique où sera finalement éditée la traduction de l’album.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.


[1] « Le pouce signifie la force créatrice : c’est lui qui confère aux autres doigts de la main, et à la main tout entière, leur puissance de prise » (Chevalier & Gheerbrant, 1989, Dictionnaire des Symboles. Mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres, Paris : Robert Laffont, p. 784)