Traduire à l’écran I

Les nouveaux rapports du traducteur à l'écran ont fait muter et les textes et les paratextes à traduire

Les nouveaux rapports du traducteur à l’écran ont fait muter et les textes et les paratextes à traduire 

 

Le traducteur travaille devant un écran pour n’importe quelle commande de traduction, mais il est bien vrai qu’il existe des commandes de traduction audiovisuelle et multimédia où tout le processus et le résultat sont pensés pour l’écran (Screen Translation), du début jusqu’à la fin. Le texte à l’écran partage chaque jour un peu plus son espace avec des composantes paratextuelles déclinant l’image sous toutes formes : icones, séquences animées, bandes-son et fonctions informatiques. Or, la révolution numérique a changé notre rapport à l’image et, par conséquent, notre manière de traduire le matériel qui défile à l’écran. La numérisation des données textuelles et iconiques fait généraliser les relations intersémiotiques qui ont toujours existé entre le texte et l’image, ramenées, auparavant, à des pratiques artistiques spécifiques.

Et oui, à l’ère de la surdimension culturelle, on ne traduit pas que des livres. Aujourd’hui les commandes de traduction n’ayant plus le livre comme support final de l’édition mais plutôt l’écran sont beaucoup plus nombreuses. C’est que le livre n’est plus considéré comme un objet privilégié, possédant un statut exceptionnel. Les temps changent : le livre n’est plus un attribut de savoir ni de pouvoir.

Son éviction de l’imaginaire collectif est entamée. La place est prête pour l’entrée en scène de nouveaux médias. En fait, une étude des environnements dans lesquels les « donneurs d’interviews » se sont fait photographier au cours des dernières décennies montrerait la présence de plus en plus affichée d’un ordinateur sur une table ou un bureau. Loin d’être le seul attribut du décideur, l’ordinateur tend maintenant à accompagner la représentation de toute profession intellectuelle. Si la bibliothèque à laquelle on s’adosse est toujours un symbole de savoir pour l’universitaire interrogé sur une question quelconque, l’ordinateur garantit la modernité de sa démarche et sa capacité à dominer des domaines complexes, car c’est par cet objet et non plus par le livre que passe maintenant l’accès à la totalité su savoir humain. (Vandendorpe, 1999 : 179)

 Et voilà que les nouveaux supports numériques ont muté non seulement le texte mais aussi les paratextes de tout document mis à l’écran car à l’espace bidimensionnel de la page s’ajoute une troisième dimension : le nouvel espace où navigue le lecteur/spectateur. Par conséquent, pour un traducteur d’aujourd’hui, le paratexte est l’ensemble des productions verbales, iconiques, verbo-iconiques ou matérielles qui entourent, enveloppent, accompagnent, prolongent, introduisent et présentent le texte traduit de sorte à en faire un objet de lecture pour le public prenant des formes différentes selon le type d’édition :

  • soit un livre (pour l’édition analogique sur papier),
  • soit un film, un CD-ROM, un CD-I, un DVD, une Page Web, un jeu vidéo ou n’importe quelle autre publication électronique (pour l’édition numérique à l’écran).

Quand le traducteur traduit pour l’écran (Screen Translation) la paratextualité devient la catégorie principale des cinq catégories transtextuelles définies par Genette (1987). Le péritexte iconique occupe une place prépondérante à l’écran et n’est pas seulement partie intégrante du texte mais aussi de l’environnement « numérique » dans lequel le texte est lu à l’aide d’un support informatique qui situe toujours le traducteur et « devant » et « dans » l’image. Indépendant du texte lui-même, le péritexte iconique est souvent associé à des actions différentes dans les Pages Web, les CD-ROM, les CD-I, les DVD, les jeux vidéo : tel bouton permet de faire défiler le texte, tel autre de trouver un mot que l’on cherche sur un passage, tel autre de revenir en arrière, tel autre d’aller en avant, tel autre de s’arrêter, tel autre de « zoomer » sur une image, tel autre d’écouter une chanson, tel autre de voir un extrait filmé, tel autre de se déplacer dans l’espace virtuel du jeu. Étant donné que la présentation du texte n’est plus du tout quelque chose d’immuable il est temps que les « Études sur la Traduction » (Translation Studies) prennent position à l’ère du numérique. 

Il faut s’occuper des processus de traduction de toutes ces productions paratextuelles qui présentent, introduisent, entourent, enveloppent et accompagnent le texte à l’écran en offrant toute une gamme de possibilités de visualisation laissée au choix du lecteur/spectateur. Seuil de transition, marge de transaction, zone indécise, intermédiaire et frontalière de productions paratextuelles verbo-iconiques devenues de véritables entités iconotextuelles, la paratraduction suppose toujours un espace de lecture interprétative et d’écriture paratraductive « entre » différents codes sémiotiques producteurs ou régulateurs de sens d’ordre symbolique qui entrent en relation intersémiotique ou multisémiotique pour transmettre ensemble le sens à l’écran.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) «Traducir para la pantalla: el traductor entre el texto y la imagen» dans Di Giovanni, E. [ed.] Diálogos intertextuales 5: Between Text and Receiver: Translation and Accessibility. Entre texto y receptor: traducción y accesibilidad, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-631-58920-5, pp. 57-88.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.

Du paratexte à la paratraduction

La notion de texte a toujours occupé une place centrale dans les études de traduction, car les traducteurs ne traduisent pas des langues mais des textes.

Qu’est-ce qu’un texte ? […] Un texte c’est ce que nous avons sous les yeux. Mais […] un texte n’existe que dans sa relation à un lecteur, qu’intégré par conséquent à une situation de lecture, une situation déterminée par un contexte et s’actualisant en diverses pratiques de lecture. […] c’est notre intervention sur ce texte, plus que tout autre chose, qui « le fait exister » […]. Un texte n’existe jamais seul, mais uniquement par la lecture. Il est ce que nous en faisons […].  (Gervais, 2004 : 55-56)

Or, pour qu’un texte nous soit présenté « sous les yeux », il faut l’avoir dûment édité comme condition sine qua non. Par conséquent, il ne peut y avoir aucune situation de lecture sans la présentation éditoriale du texte sur du papier ou à l’écran. Le texte traduit ne peut exister que dans la présentation éditoriale de sa traduction. Toute traduction doit passer par un protocole éditorial qui va concrétiser sa manifestation et sa représentation. Il ne peut y avoir de texte sans paratexte ! Un texte traduit ne sert à rien s’il n’est pas présenté par son paratexte, traduit aussi à son tour. Les traducteurs ont affaire à des textes mais ils n’en restent jamais au texte lui-même, à son fonctionnement purement linguistique, ils explorent tout ce qui l’entoure, l’enveloppe, l’accompagne, le prolonge, l’introduit et le présente pour déchiffrer le type de relation transtextuelle constitué entre le texte et ses paratextes. J’insiste : les textes n’existent pas seuls ! Le traducteur, sujet traduisant toute la textualité d’une commande quelconque de traduction, devrait s’occuper de traduire, dans toutes les circonstances, et le texte et le paratexte. Texte et paratexte : traduction & paratraduction !

Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo

Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo 

 

Tout texte est toujours édité selon une politique éditoriale qui indique la manière dont on conçoit et on règle la production de sens. Ces réglages du sens des textes varient d’une époque à une autre, d’un espace culturel à un autre et, par conséquent d’une langue à une autre, en fonction de certains paratextes, c’est-à-dire en fonction de l’ensemble formé par les productions verbales, iconiques, verbo-iconiques ou des productions matérielles qui, dans un espace restant compris à l’intérieur de la publication éditée, entourent, enveloppent et accompagnent le texte (les péritextes), et qui, dans un espace physique et social virtuellement illimité situé hors de l’espace matériel du texte, prolongent le texte et y font référence (les épitextes). Ces signalisations paratextuelles semblent ne pas faire partie du contenu du texte à traduire et ont été considérées plutôt comme son enveloppe, son habillage. Or, ces marques constituent une incitation à traduire d’une certaine manière, une invitation à paratraduire. Car le traducteur sait très bien que l’ensemble des différents types de paratextes aident à construire l’image du texte traduit comme le fait le regard avec l’objet. Si les paratextes présentent les textes, les paratraductions présentent les traductions. Si l’« on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de texte, sans paratexte » comme dit Gérard Genette (1987 :9-10), alors il faut affirmer aussi qu’il ne peut jamais exister de traduction sans paratraduction (Cf. Yuste Frías, 2005 : 75 et sqq.). C’est grâce à la paratraduction que le traducteur peut assurer la réception de sa traduction ainsi que la survivance de son texte traduit, car la paratraduction rend possible la transformation de toute traduction en événement : une traduction sans paratraduction n’est qu’un pur incident.

La paratraduction est la zone de transition et de transaction de tout échange transculturel, le lieu décisif pour le succès ou l’échec de tout processus de médiation culturelle. D’un point de vue purement spatial, la paratraduction se situe dans la périphérie de tout texte à traduire ou de tout texte traduit car il s’agit d’un seuil, d’un vestibule, d’une zone indécise, d’une zone intermédiaire entre le dedans et le dehors, d’une frange, d’une marge entre traduction et hors-traduction. La paratraduction est toujours au seuil de la traduction, là où le traducteur est un agent, ni plus ni moins, qui travaille dans :

  • le lieu privilégié d’une pragmatique et d’une stratégie, d’une action sur le public au service, bien ou mal compris et accompli, d’un meilleur accueil de la traduction et d’une lecture plus pertinente du texte traduit.
  • un lieu où s’impose l’image et où se mêlent deux séries de codes : le code social, en tant que discours publicitaire, et les codes producteurs ou régulateurs de sens du texte traduit.

Le concept de paratraduction veut rendre à l’image et à tout aspect visuel des paratextes la place méritée dans la construction de sens symbolique en traduction. La paratraduction d’une traduction est l’image publicitaire de celle-ci, car l’image « semble s’imposer à quiconque a affaire au paratexte » (Genette, 1987 : 8. Note 1) puisque le succès d’une traduction quelconque dépend toujours des productions paratextuelles (verbales, iconiques, verbo-iconiques ou matérielles) qui l’entourent, l’enveloppent, l’accompagnent, la prolongent, l’introduisent  et la présentent dans le monde éditorial.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.