Le migrant est un exilé

« Migrant », « exilé », « réfugié » : comment saisir le poids des mots ? Le choix des mots n’est pas neutre à l’heure où les médias du monde entier parlent de «crise» migratoire. Quand on aborde le phénomène migratoire dans les études de traduction et d’interprétation, le souci terminologique devrait toujours s’imposer. Or, voilà que lorsqu’un chercheur en Traduction et Interprétation en Milieu Social (TIMS) avec un minimum d’attention lexicologique se pose la question du terme à employer pour parler de la personne allophone pour qui le professionnel de la TIMS doit traduire et interpréter, il peut facilement produire une liste de termes affichant une contigüité synonymique dangereusement franche.

Lire la suite

Paratraduction : aux seuils de la traduction

Paratraduction : aux seuils de la traduction est le titre de ma contribution au 1er Congrès Mondial de Traductologie tenu du 10 au 14 avril 2017 à l’Université Paris-Nanterre…
Au Nom de la Traduction
À la Mémoire d’Umberto Eco, Président d’honneur de la Société Française de Traductologie.

Lire la suite

La traduction comme métissage des cultures

Benetton_01Le métissage est une notion très à la mode qui a été récupérée par à peu près tous les discours politiques, ceux de gauche et de droite, ceux du nationalisme et de transnationalisme, du Tiers monde et du Premier monde. Mais le métissage n’est pas l’effet  Benetton. «On pourrait le croire puisque, venus du contexte colonial et connotés négativement, les termes « métis » et « métissage » ont été récupérés par l’industrie du divertissement et la publicité pour désigner superficiellement tout effet de mélange ou de croisement des cultures.» (Nouss 2005b: 9). Le métissage est en vogue, c’est un thème prisé et un terme abondamment utilisé pour vanter les produits les plus variés, de la gastronomie à la décoration en passant par le divertissement et, bien sûr, l’habillement comme ces images de la collection de vêtements printemps-été de Benetton appelée, très précisément, métissage coloré.

Lire la suite

L’interculturalité à la Benetton

Benettton_Tetas

La mise en relief des origines du multiculuralisme béat

Phénomènes textuels et paratextuels, la traduction et l’interprétation ne sont jamais des actions purement techniques parce qu’elles ne peuvent pas être neutres, elles sont toujours toutes humaines et sociales. La traduction et l’interprétation étant des faits de culture, elles sont essentiellement ancrées dans le rapport à l’Autre et à la différence. La traduction et l’interprétation peuvent nous aider à dévoiler le regard de l’Autre quand, au seuil d’une médiation sociale, le regard de l’étrangère migrante, par exemple, se cache derrière cet aspect culturel qui n’est rien de plus qu’un simple symbole : le voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut ni lire ni interpréter. La traduction et l’interprétation rendent possible l’ouverture à l’Autre et constituent, par conséquent, les premiers actes de culture. Traduire et interpréter l’Autre c’est penser la culture non seulement comme fondement de toute compréhension, mais aussi et surtout comme rapport et rencontre avec l’altérité : traduire et interpréter sans culture(s) n’est ni traduire ni interpréter ! La traduction et l’interprétation relèvent de la rencontre et du rapport entre les cultures parce qu’elles participent à leurs échanges ou de leurs échanges.

Lire la suite

Interprétation-médiation IV: la notion de paratraduction et l’expérience du seuil dans la TIMS

Au seuil d'une île : un pont.

Au seuil d’une île : un pont.

La notion de paratraduction, créée aux origines de la fondation du Groupe de Recherche Traduction & Paratraduction (T&P) à l’Université de Vigo, dessine une aire paradigmatique propice à renouveler le questionnement sur la théorie et la pratique de la traduction et de l’interprétation. Une acception immédiate se contentera de proposer la paratraduction comme la traduction des productions paratextueles, paraverbales et non-verbales mais un tel choix présente un faible apport épistémologique car il ne fait qu’agrandir le corpus des textes et des discours offerts au regard traductologique sans susciter une nouvelle théorisation.

Lire la suite

Interprétation-médiation I

Interprétation-Médiation_01Je commence l’année 2014 avec ce premier billet qui inaugure une nouvelle série que j’ai voulu intituler «Interprétation-médiation» en reprenant le titre du livre publié dans la collection dirigée par Jean-René Ladmiral. Les billets qui vont suivre tendent à aller à contre-courant des idées reçues sur la place, la représentation et le rôle de l’interprète professionnel lorsqu’il réalise sa tâche en médiation sociale. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que, sur les seuils du traduire, je voudrais instaurer en Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) une nouvelle perspective qui invite à considérer la pensée du seuil comme étant essentielle pour comprendre le « traduire » de l’interprète au quotidien, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Interpréter pour traduire c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant. La pratique professionnelle de la TIMS, étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil car elle rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation.

Lire la suite

La paratraduction en 2 minutes

Qu'est-ce que la paratraduction ? José Yuste Frías répond à cette question en moins de 2 minutes_VOSA

Qu’est-ce que la paratraduction ? José Yuste Frías répond à cette question en moins de 2 minutes_VOSA

L’Université de Vigo, en collaboration avec neuf autres universités espagnoles (UNED, USAL, UAB, UB, UA, UIB, UV, UPV et USC), vient de lancer une nouvelle production audiovisuelle intitulée La Universidad responde («L’Université répond») où un représentant de la communauté scientifique répond, en moins de deux minutes, à une question d’intérêt général formulée par un citoyen.

Voici ma réponse audiovisuelle, enregistrée en espagnol et sous-titrée en anglais (VOSA), à cette question que l’on m’a posée : qu’est-ce que la paratraduction ?

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

The University answers_La Universidad responde_L'Université répond_VO

The University answers_La Universidad responde_L’Université répond_VO

YUSTE FRÍAS, José (2015b) «Paratraducción: la traducción de los márgenes, al margen de la traducción» Delta, vol. 31, special issue: 317-347.

YUSTE FRÍAS, José (2015a) «Traduire et interpréter le migrant : TIMS et expérience exilique», dans Navarro, Élisabeth et Jean-Michel Benayoun, [éds.] Interprétation et médiation. Volume 2. Migrations, représentations et enjeux socioréférentiels, Paris: Michel Houdiard, ISBN: 978-2-35692-130-7, pp. 90-101.

YUSTE FRÍAS, José (2014c) «Traducción y pratraducción en la localización de videojuegos» Scientia Traductionis, n.º 15: 61-76.

YUSTE FRÍAS, José (2014b) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monografía n.º 4: 91-111.

YUSTE FRÍAS, José  (2014a) «Paratextualidade e tradução: a paratradução da literatura infantil e juvenil», Cadernos de Tradução, vol. 2, n.º 34: 9-60.

YUSTE FRÍAS, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastiques» dirigée par Jean-René Ladmiral, ISBN: 979-109146-7421, pp. 115-145.

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2011c) «Leer e interpretar la imagen para traducir», Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

YUSTE FRÍAS, José (2011b) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. [ed.] Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

YUSTE FRÍAS, José (2011a) «Desvelando miradas 5: el declive simbólico de Europa», in Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P_Universidade de Vigo, 12/05/2011.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, José (2008) «Pensar en traducir la imagen en publicidad: el sentido de la mirada», PLP Pensar La Publicidad, vol. II, n.º 1: 141-170

YUSTE FRÍAS, José (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.

La paratraduction de l’image de la lettre

La belle image de la pomme rouge dans la lettre « O » du nom de la revue « Pomme d'Api »

La belle image de la pomme rouge dans la lettre « O » du nom de la revue « Pomme d’Api » 
 

Après avoir affirmé que traduire pour les enfants n’est pas un jeu d’enfant, après avoir insisté sur le fait que les traducteurs nous sommes les seconds auteurs ET du texte ET de l’image du texte,  je voudrais présenter ici, en français, tel que je l’ai fait en espagnol dans l’espace virtuel de mon carnet de recherche T&P à l’Université de Vigo, le cas pratique d’une commande de traduction de Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) en Espagne. Il s’agit de la revue française pour enfants Pomme d’Api du groupe Bayard Presse. Dans l’édition française de départ on peut remarquer très clairement que la lettre « o » du mot « pomme » devient image en se transformant en pomme. Le texte est image et les lettres ont une image !

Lire la suite

Traduire pour les enfants II

Capture d'écran de la section « À la découverte des lettres » du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF

Capture d’écran de la section « À la découverte des lettres » du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF 
 

Traduire le couple texte_image dans la Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) c’est aussi reconnaître la part dévolue à la propre « image du texte », c’est‐à dire à la dimension visuelle et matérielle de l’écriture et, au‐delà, de toute production écrite. C’est considérer la dimension graphique de la mise en page et la part visuelle de la typographie comme des éléments signifiants de la communication écrite et, mieux encore, comme les éléments constitutifs d’une écriture à proprement parler. Les traducteurs de la LEJ nous élargissons le champ d’investigation textuel dans cet objet à traduire qu’est l’album pour enfants. Nous sommes toujours conscients que le texte ne peut se contenter d’être une seule entité linguistique. Avant que d’être lu, le texte doit être vu et pour ce faire, il doit exhiber sa visualité et affirmer son existence matérielle. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que nous formons nos étudiants à l’École de Vigo pour qu’ils soient toujours conscients de la dualité constitutive de toute écriture qui pour être linguistique n’en est pas moins, toujours matérielle et visuelle.

Lire la suite

Traduire pour les enfants I

Capture d'écran de la page d'accueil du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF

Capture d’écran de la page d’accueil du site web de la bibliothèque numérique des enfants de la BNF 
 

Même si depuis 1978 (l’année du fameux numéro spécial 3-4 intitulé La littérature d’enfance et de jeunesse publié par la Société Française de Littérature Comparée) le nombre de publications consacrées à la Littérature pour l’Enfance et la Jeunesse (LEJ) a été considérable, il est vrai que la recherche sur ce thème est encore et toujours considérée comme « périphérique ou insignifiante » comme l’a déjà dit Zohar Shavit à plusieurs reprises (1994 et 2003).

Lire la suite

Traduire à l’écran II

Repenser la traduction à l’ère du numérique c'est prendre conscience de la paratraduction

Repenser la traduction à l’ère du numérique c’est prendre conscience de la paratraduction 
 

La culture du multimédia et de l’internet, que d’aucuns nomment de nos jours la cyberculture, se fonde sur une technologie numérique qui n’est jamais neutre en traduction et qui permet la création d’espaces virtuels où convergent sur les écrans des données écrites, graphiques, sonores et des images fixes ou animées dans un nouveau support que l’on appelle l’hypertexte. Les nouveaux supports numériques, loin d’être indifférent, sont en train de modifier nos rapports traductifs avec les nouvelles textualités. «Avec l’hypertexte, la part du visuel dans le texte et la dimension iconique sont en voie d’expansion» (Vandendorpe, 1999 : 91). Afin de repenser la traduction à l’ère du numérique j’insiste sur le fait que les données paratextuelles dans les nouveaux espaces d’écriture pour l’écran exigent a fortiori une nouvelle forme de traduire : la paratraduction.

Lire la suite

Traduire à l’écran I

Les nouveaux rapports du traducteur à l'écran ont fait muter et les textes et les paratextes à traduire

Les nouveaux rapports du traducteur à l’écran ont fait muter et les textes et les paratextes à traduire 
 

Le traducteur travaille devant un écran pour n’importe quelle commande de traduction, mais il est bien vrai qu’il existe des commandes de traduction audiovisuelle et multimédia où tout le processus et le résultat sont pensés pour l’écran (Screen Translation), du début jusqu’à la fin. Le texte à l’écran partage chaque jour un peu plus son espace avec des composantes paratextuelles déclinant l’image sous toutes formes : icones, séquences animées, bandes-son et fonctions informatiques. Or, la révolution numérique a changé notre rapport à l’image et, par conséquent, notre manière de traduire le matériel qui défile à l’écran. La numérisation des données textuelles et iconiques fait généraliser les relations intersémiotiques qui ont toujours existé entre le texte et l’image, ramenées, auparavant, à des pratiques artistiques spécifiques.

Lire la suite

Traduire c’est être « en para »

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo 
 

« Para » est en langue grecque et un adverbe et une préposition qui signifie « auprès de », « à côté de », mais aussi « devant », « face à », sans oublier « dans » et, surtout, « entre ». Depuis 2005, je rappelle à tous nos élèves du master de recherche T&P l’importance essentielle de toutes ces significations étymologiques grecques sous-jacentes dans l’usage du préfixe « para- » pour mieux fonder le concept de paratraduction en donnant à ce nouveau terme de la traductologie un sens que je veux aussi volontairement ambigu que le voulait le propre Gérard Genette pour son terme de paratexte.

Lire la suite

Du paratexte à la paratraduction

La notion de texte a toujours occupé une place centrale dans les études de traduction, car les traducteurs ne traduisent pas des langues mais des textes.

Qu’est-ce qu’un texte ? […] Un texte c’est ce que nous avons sous les yeux. Mais […] un texte n’existe que dans sa relation à un lecteur, qu’intégré par conséquent à une situation de lecture, une situation déterminée par un contexte et s’actualisant en diverses pratiques de lecture. […] c’est notre intervention sur ce texte, plus que tout autre chose, qui « le fait exister » […]. Un texte n’existe jamais seul, mais uniquement par la lecture. Il est ce que nous en faisons […].  (Gervais, 2004 : 55-56)

Lire la suite

Traduire l’image du pouce levé dans « Astérix en Hispanie » IV

Dans le billet précédent il m’a paru significatif de citer Montaigne à propos de cette petite histoire de la confusion entre pouce levé et pouce baissé car cet auteur fait partie des classiques utilisés, depuis longtemps et à maintes reprises, dans l’enseignement français ; or, il paraît que les enseignements prodigués par les instituteurs de la fin du XIXsiècle au sujet de la Rome antique sont à l’origine, en France, de l’utilisation du geste du pouce levé pour demander une trêve temporaire dans les jeux pratiqués par les enfants.

Lire la suite