Traduire c’est être « en para »

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo 

 

« Para » est en langue grecque et un adverbe et une préposition qui signifie « auprès de », « à côté de », mais aussi « devant », « face à », sans oublier « dans » et, surtout, « entre ». Depuis 2005, je rappelle à tous nos élèves du master de recherche T&P l’importance essentielle de toutes ces significations étymologiques grecques sous-jacentes dans l’usage du préfixe « para- » pour mieux fonder le concept de paratraduction en donnant à ce nouveau terme de la traductologie un sens que je veux aussi volontairement ambigu que le voulait le propre Gérard Genette pour son terme de paratexte.

Para est un préfixe antithétique qui désigne à la fois la proximité et la distance, la similarité et la différence, l’intériorité et l’extériorité […], une chose qui se situe à la fois en deçà et au-delà d’une frontière, d’un seuil ou d’une marge, de statut égal et pourtant secondaire, subsidiaire, subordonné, comme un invité à son hôte, un esclave à son maître. Une chose en para n’est pas seulement à la fois des deux côtés de la frontière qui sépare l’intérieur et l’extérieur : elle est aussi la frontière elle-même, l’écran qui fait membrane perméable entre le dedans et le dehors. Elle opère leur confusion, laissant entrer l’extérieur et sortir l’intérieur, elle les divise et les unit. (Hillis-Miller, [1979 : 219] cité par Genette, 1987 : 7)

Voilà une très belle description du processus de la paratraduction et surtout de l’activité plus visible des agents paratraducteurs et le traducteur en premier. En effet, le préfixe « para- » traduit à la perfection les possibilités de sens pour faire référence non seulement à la périphérie de toute traduction mais aussi à l’espace périphérique occupé par la personne qui traduit. Le traducteur est le sujet traduisant et le premier agent paratraducteur car il est toujours « en para », c’est-à-dire pas seulement à la fois des deux côtés de la frontière entre langues, entre cultures, que suppose tout texte à traduire ou traduit : il est aussi lui-même la frontière elle-même où se déroule tout échange. Sujet en marge, le traducteur est le seuil entre le familier et l’étranger, l’entre-deux d’un espace intermédiaire situé toujours entre… et, comme un pont, il rend possible le passage entre une rive et l’autre. Il unit et sépare en même temps.

Le traducteur, deuxième auteur, devrait avoir le même statut que le premier auteur du texte qu’il traduit[1], mais hélas presque partout dans le monde on continue encore à le considérer comme secondaire, subsidiaire, subordonné comme un invité « face à » son hôte, ou pire, comme un esclave « à côté de » son maître. Sujet culturel et moral qui s’amenuise, le traducteur est trop souvent la peau de chagrin qui devient invisible dans la présentation de la plupart des textes traduits parce que d’autres agents intermédiaires ont pris le relais pour produire un ensemble visuel de productions verbales, iconiques ou verbo-iconiques, d’entités iconotextuelles ou simplement de productions matérielles —les produits paratraduits— pour introduire et présenter la traduction réalisée par le sujet traduisant. Parfois le nom du traducteur n’apparaît même pas ou apparaît dans un petit coin, à la marge, d’une page de garde mais presque jamais accolé au titre et encore moins en première de couverture. C’est bien le résultat d’une conception de la traduction comme d’une combustion permanente de métas, de tablettes de métaldéhyde, ce combustible solide qui brûle sans laisser de résidu. Mais la traduction n’est jamais un méta ! Il est impossible de ne pas laisser des « résidus », des traces de la présence humaine ni du sujet traduisant ni d’autres agents intermédiaires dans une traduction. En d’autres mots, l’invisibilité (Venuti 1995) est impossible lorsque l’on traduit, même si la culture de l’ère du tout numérique adore les métas et prône les qualités et les vertus d’une combustion massive de produits traductifs automatiquement réalisés où la voix du traducteur semble s’affaiblir de plus en plus, jusqu’au silence total, pour épargner ainsi au maximum les coûts des traductions.

Il est temps de prendre conscience du fait indéniable que le traducteur doit toujours s’occuper de tous les détails de présentation de sa traduction. Il doit contrôler sa paratraduction aussi bien que sa traduction. Par conséquent, avec le concept de paratraduction je veux aussi exprimer l’habitus (Bourdieu, 1997) du traducteur qui le pousse à prendre différents positionnements éthiques, politiques, idéologiques, sociaux et culturels face à l’acte nullement innocent de traduire. L’habitus, cet ensemble de dispositions et de prédispositions acquises et intégrées par le sujet traduisant, permet d’éclairer aussi bien les choix de traduction au niveau microtextuel que le devenir des textes traduits introduits et présentés grâce aux différentes paratraductions. Le traducteur, sujet traduisant et premier agent paratraducteur, grâce à ses propres paratraductions et non pas à celles réalisées par d’autres agents intermédiaires, pourrait faire acte de présence dans chacune de ses traductions dès leurs seuils. Avoir droit de regard sur le titre et l’image de sa propre traduction ne devrait pas être réservé exclusivement aux traducteurs littéraires. Hélas ! La multiplicité des décisions à prendre dans le transfert linguistique et culturel de toute médiation continue à reléguer la voix du meilleur ou du plus prestigieux des traducteurs au silence le plus absolu.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.


[1]         Venuti (1998) prolonge cette réflexion sur le plan juridique en constatant que la notion actuelle de « droit d’auteur » qui découle de celle d’auteur, porte non seulement atteinte à la traduction, qu’il envisage d’ailleurs comme création et source de connaissance, mais définit son propre statut de façon contradictoire.