Traduire la BD ou le plaisir d’être dans l’image

Il sont fous ces traducteurs qui ne traduisent pas le plaisir d'être dans l'image

Il sont fous ces traducteurs qui ne traduisent pas le plaisir d’être dans l’image 

 

Quand on traduit un texte à images, on traduit et le texte et l’image. Face à toute entité iconotextuelle, le traducteur est toujours conscient d’être dans un espace d’écriture qu’il faut explorer pour bien l’interpréter avant de le traduire le mieux possible. Enveloppé à tout moment par l’atmosphère spatiale de chaque bande dessinée, le traducteur de BD s’y plonge pour traduire non seulement le texte des ballons, mais aussi, et surtout, le plaisir d’être dans l’image tout en saisissant les résonances propres à chaque image. Cultiver le sens du regard du traducteur, apprendre à faire « arrêt sur image », voilà mon objectif pédagogique comme enseignant-chercheur de l’Université de Vigo, car ce n’est que le visuel habité par l’attention du traducteur qui devient image. C’est, en effet, le regard du traducteur qui constitue l’image en espace à explorer dans toute commande de traduction. C’est aussi le regard du traducteur qui fait se lever dans l’image ses pouvoirs imaginaires. La même image peut, selon les spectateurs (et même, pour un même spectateur, selon les moments) être reçue (et, par conséquent, lue, interprétée et traduite) de façon très diverses. L’image en traduction ne peut plus être pensée exclusivement sous le registre du signe, car le modèle du signe est plutôt le modèle qui nous permet de penser notre rapport à la langue.

L’image n’a jamais été autant reconnue qu’aujourd’hui comme un moyen essentiel de communication. […] Mais les partisans et les adversaires de l’image partagent la même erreur : ils considèrent l’image d’un seul de ses points de vue, celui du sens. Notre compréhension de l’image souffre d’un excès de sens ! L’Occident a appris à traiter les images comme des signes. Cette conception de l’image lui a permis, depuis la Renaissance, de s’approprier le monde. Mais elle l’empêche aussi aujourd’hui de comprendre les enjeux des nouvelles formes d’images. Tel est le véritable danger. […] L’approche de l’image en termes de « signe » qui nous paraît pourtant « naturelle », fait obstacle à la compréhension des relations complexes que nous y nouons. […] Avec l’image comme signe à déchiffrer, le plaisir dans l’image disparaît au profit de ses usages pédagogiques, scientifiques et techniques. (Tisseron, 2003, Le bonheur dans l’image, Paris : les Empêcheurs de penser en rond / Le Seuil, pp. 29-30)

Par conséquent, nous devons enseigner nos élèves de traduction à lire, interpréter et traduire toute image comme un symbole et jamais comme un signe ! Plus précisément, un traducteur doit penser l’image comme un élément paratextuel essentiel pour mettre en place l’institution du symbolique en tant que principe de stratégie textuelle à lire, interpréter et traduire dans une langue et une culture déterminées. Comme l’a suggéré à maintes reprises Serge Tisseron dans ses ouvrages, toute image, bien avant de signifier quelque chose, est un espace ouvert qui nous invite à y entrer et à y flâner (Tisseron, 2003, Ibidem, p. 104).

Les sémiologues qui s’intéressent à l’image (…) se sont rendu compte que la catégorie de l’icône de Peirce, centrée sur la ressemblance, est insuffisante à rendre compte des pouvoirs de l’image. […] La grande insuffisance de cette approche est d’utiliser un instrument qui n’est pas adapté à sa cible. L’instrument pensé par Peirce concerne en effet les relations internes entre le signifiant de l’image et son référent, alors que le problème principal posé par toute image concerne la relation que son spectateur noue avec elle. […] La pensée de l’image comme « signe » est globalement dangereuse et insuffisante. Dangereuse parce qu’elle place l’image à la remorque tu mot ; et insuffisante parce qu’elle ne rend pas compte de ses spécificités propres. […] l’image envisagée comme signe souffre d’une irrémédiable infériorité par rapport au mot. (Tisseron, 2003, Ibidem, pp. 128-129)

Pour démontrer à quel point l’image est un symbole et non pas un signe, je vais faire suivre ce billet avec un exemple de lecture, interprétation et paratraduction d’une image très connue de l’album d’Astérix en Hispanie. Les prochains billets sont une invitation pout tout traducteur de BD à rentrer dorénavant « dans l’image » et à ne plus rester, simplement et exclusivement, « devant l’image », dans cette position que la société occidentale a exaltée pendant trop longtemps comme modèle exclusif de notre rapport aux images.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2011) « Traduire l’image dans les albums d’Astérix. À la recherche du pouce perdu en Hispanie » dans Richet, B. (éd) Le tour du monde d’Astérix, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, ISBN: 978-2-87854-514-2, pp. 255-271.

YUSTE FRÍAS, José (2008) « Pensar en traducir la imagen en publicidad: el sentido de la mirada » PLP Pensar La Publicidad, vol. II, n.º 1 (2008): 141-170.