Interprétation-médiation V: la TIMS vécue comme expérience métisse

Métis-sagesFace aux faiblesses de l’interculturel et aux dangers d’un monde seulement multiculturel[1]la pensée du seuil implicite aux « espaces entre » que j’ai décrits dans le billet précédent aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Je ne dis rien de nouveau si je dis que les différences culturelles ont toujours été vouées à se rencontrer les unes entre les autres soit pour accueillir la différence, la traduire en l’interprétant correctement, soit pour l’atténuer ou tout simplement l’effacer dans un processus d’intégration, d’uniformisation et d’assimilation accélérées. L’acte de traduire et interpréter entre les cultures est un enjeu vital qui, se définissant avant tout comme un accueil de la différence, offre une alternative aux notions dépassées d’interculturalité et de multiculturalité, où tout est négociation pour intégrer l’étranger en lui ôtant toute marque d’étrangeté et l’accepter s’il a perdu toute marque d’altérité (Cf. Laplantine et Nouss, 1997 : 39). Or la traduction et l’interprétation sont toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, surtout en milieu social, car leur rôle est de

«Le métissage». Un exposé pour comprendre. Un essai pour réfléchir

rappeler qu’il est possible de dire le monde d’une autre façon, avec un autre accent, d’autres couleurs. Faire entendre dans sa propre langue, la langue autre, y faire entrer de l’étrangeté qui enrichira les possibilités de l’expression et de l’identité du sujet. […] La traduction est dialogue entre les langues. Or il en va du dialogue comme de la rencontre et du voyage : sa valeur tient dans la distance parcourue. (Laplantine et Nouss, 1997 : 41)

« La représentation de “ l’autre ” de façon acceptable » (Asgarally, 2005 :10) ne peut être possible que grâce à l’opération transculturelle de la traduction et de l’interprétation, où le préfixe « trans » suggère l’idée d’une acceptation à se transformer dans une fécondation réciproque qui, déterritorialisant en permanence thèmes et sujets, déplace les frontières langagières et culturelles pour former des identités métisses composites, c’est-à-dire, double, triple ou quadruple. La logique du traduire est « l’élément tiers » qui rend possible une théorie des « branchements culturels » (Cf. Amselle, 2001) dans un devenir métis. Par conséquent, il est évident que pour le Groupe T&P, la mise en œuvre éthique et politique de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) implique une réalisation pratique de la logique du devenir métis. La traduction étant considérée comme un métissage de cultures, les travaux de recherche que nous mettons en œuvre dans la ligne de recherche Migration et traduction du Groupe de Recherche T&P, nous permettent d’affirmer que la meilleure politique de migration devrait tenir compte de la notion de métissage dans les études de traduction et d’interprétation, car le métissage est, avant tout, un état de culture traductive et interprétative, un univers mental lié aux choix faits dans les familles ou les milieux qui vivent l’expérience de la migration (émigration et immigration) et du voyage. N’oublions pas que la population des plus grandes et plus vieilles civilisations est née et s’est développée d’un métissage de peuples autochtones et de gens venus d’ailleurs. Ces différents « groupes ethniques » ne sont pas du tout définis par des caractères raciaux transmis par le sang comme certains extrémistes et de droite et de gauche veulent nous faire croire, mais par des langues, des us et coutumes, des valeurs religieuses constituant un ensemble de sentiments et de souvenirs vécus et liés à des histoires personnelles et familiales. Des expériences vécues par des personnes étrangères qui, à maintes reprises, font recours à la TIMS pour se communiquer au jour le jour et faire valoir leurs droits en milieu social. Car sans le recours à un traducteur ou un interprète, il est très difficile pour les personnes étrangères allophones de communiquer au quotidien dans les services publics d’éducation, de santé et de justice fournis par le pays qui les accueille. La traduction et l’interprétation conçues ainsi comme métissages de cultures aident à comprendre que cette « ethnicité » est faite de mémoire, d’histoire, de systèmes de valeurs symboliques, qu’elle est multiple, et qu’elle est vouée, comme la traduction, à un changement constant… à un devenir métis.

C’est une nouvelle manière de concevoir l’identité, de transcender le multiculturalisme, de promouvoir le véritable échange entre les influences, de penser et de reformuler les expériences historiques, de refuser la thèse du « choc des civilisations » de désamorcer la « guerre des langues », d’analyser les relations entre la culture, l’information et la communication à l’heure de la mondialisation, de construire des passerelles entre les littératures du monde, de former et de développer la pensée critique grâce à l’apport de la philosophie, d’explorer la dimension culturelle et non cultuelle des religieux. (Asgarally, 2005 : 9)

La pratique professionnelle de la TIMS constitue un moyen privilégié d’instaurer entre deux cultures, entre deux individus, un espace et un temps de « dialogue à trois » transculturel. Mais il faut absolument rappeler aux dirigeants et responsables de tous les services publics (santé, éducation et justice) que sans la pratique quotidienne des traducteurs et des interprètes, aucune culture ne peut dialoguer avec une autre. Étant des pensées du lien, de la relation et de la transformation, la traduction et l’interprétation sont surtout des pratiques professionnelles métisses (c’est-à-dire, à la fois métissées et métissantes) et, par conséquent, elle sont bien plus des opérations transculturelles que des procédures interculturelles ou des modalités multiculturelles (Cf. Nouss, 2005 : 43).

Lorsque je traduis, je traduis autant l’autre en moi que je me traduis en l’autre, trouvant par ce contact, cette exposition, cette « épreuve à l’étranger », des ressources langagières, des modes de pensée et d’expression qui y étaient latents et que je réactive. J’accueille l’étranger qui se réfugie dans ma langue mais aussi je me réfugie dans la sienne. (Laplantine et Nouss, 2001 : 563. Les caractères gras sont à moi)

La TIMS peut être considérée comme un métissage de cultures à condition de prendre la notion de « métissage » dans le sens que lui ont donné François Laplantine et Alexis Nouss (1997 et 2001), c’est-à-dire, à condition de ne jamais confondre le métissage avec des notions telles que « mélange » ou « hybridité ». Ne faisant jamais référence ni à une condition ni à un état, le métissage désigne toujours en TIMS un processus. Le professionnel de la TIMS, vivant entre deux langues et deux cultures, sait que le sujet contemporain est flux identitaire, construction permanente soumise à la multiplicité de ses diverses identités. Si, comme l’a si bien dit Alexis Nouss « le métissage c’est le même et l’autre », ce « et » du métissage trouve sa manifestation langagière dans le quotidien de la TIMS (Cf. Nouss, 2009). Traduire et interpréter une langue dans une autre, c’est avoir l’idée qu’il n’y a pas une langue supérieure et une langue inférieure, une langue première et une langue seconde. L’horizon dans lequel on se situe quand on pratique la TIMS nous permet précisément le passage d’une langue dans une autre, d’un texte dans un autre, d’un discours dans un autre, d’une culture dans une autre, sans viser à aboutir à se stabiliser dans une identité déterminée. La pratique professionnelle la TIMS vécue comme expérience métisse n’a rien à voir avec le respect des origines et des différences : c’est affirmer que les origines sont indifférentes. La TIMS vécue comme expérience métisse nous fait voir que toute rencontre n’est jamais un processus de fusion des identités et des cultures ; au contraire, elle se situe au lieu de leur confusion. La TIMS vécue comme expérience métisse c’est la perte de l’identité. Quand un interprète « traduit » en milieu social, on abandonne ce que l’on est pour devenir ce que l’on ne sait pas encore ce que l’on va devenir car la traduction et l’interprétation métissent toujours les cultures !  Et cela vaut pour les 3 personnes qui interviennent dans toutes les prestations de TIMS. Vivant et faisant vivre tous les jours l’expérience des seuils, les traducteurs-interprètes démontrent dans chaque prestation que l’on ne traduit pas pour rechercher son identité mais pour la perdre tout en retrouvant une autre. C’est l’enrichissement de la rencontre !

 

Références bibliographiques :

Amselle, Jean-Loup  (2001) Branchements, anthropologie de l’universalité des cultures, Paris : Flammarion.

Asgarally, Issa  (2005) L’interculturel ou la guerre, Port-Louis (Maurice) : Presses du MSM.

Laplantine, François et Alexis Nouss (1997) Le métissage. Un exposé pour comprendre. Un essai pour réfléchir, Paris : Flammarion, coll. Dominos, n.º 145. Une réédition a été publiée en 2008 chez Téraèdre.

Laplantine, François et Alexis Nouss (2001) Métissages. De Arcimboldo à Zombi, Paris : Fayard/Pauvert.

Nouss, Alexis (2005) Plaidoyer pour une monde métis, Paris : Textuel.

Nouss, Alexis (2009) « Métissage et traduction » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quatrième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 27 novembre 2009,  consulté le 22 juillet 2013.

Nouss, Alexis (2011) « Multilinguisme et traduction en Europe » dans Yuste Frías, J. [dir.] Vingt-deuxième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 7 juin 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


[1] « Un regard philosophique notera d’emblée une divergence conceptuelle entre les préfixes trans et multi qui invite à la prudence quant à leur juxtaposition. Trans suggère un passage, un mouvement, la possibilité de rencontres et d’enrichissements mutuels tandis que multi ne sert qu’à signaler une réalité, en l’occurrence une situation de diversité, celle que l’Europe de Bruxelles s’applique à toujours revendiquer pour elle-même. » (Nouss, 2011 : en ligne)

Interprétation-médiation I

Interprétation-Médiation_01Je commence l’année 2014 avec ce premier billet qui inaugure une nouvelle série que j’ai voulu intituler «Interprétation-médiation» en reprenant le titre du livre publié dans la collection dirigée par Jean-René Ladmiral. Les billets qui vont suivre tendent à aller à contre-courant des idées reçues sur la place, la représentation et le rôle de l’interprète professionnel lorsqu’il réalise sa tâche en médiation sociale. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que, sur les seuils du traduire, je voudrais instaurer en Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) une nouvelle perspective qui invite à considérer la pensée du seuil comme étant essentielle pour comprendre le « traduire » de l’interprète au quotidien, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Interpréter pour traduire c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant. La pratique professionnelle de la TIMS, étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil car elle rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation.

Le terme «médiation» est-il pertinent pour désigner le quotidien de l’activité du professionnel de la TIMS ? C’est la question qu’il faut se poser quand on veut commencer à décrire la pratique professionnelle de la TIMS, ne serait-ce que sommairement, pour en montrer les limites face à d’autres professions telles que celles de «médiateur», «travailleur bilingue» ou «informateur culturel».

Rappelons que l’origine étymologique du mot «médiation» renvoie aux mots latins suivants :

  • Medium, -ii  = le milieu, le centre, l’espace et l’état accessible à tous
  • Médius, -a, um = qui se trouve au milieu, au centre, qui participe de deux choses contraires, médiateur (paci pour la paix)
  • Mediator = l’intercesseur, le médiateur

Si dès ses premières attestations au début du XIVe s. le mot médiatour porte déjà une référence spatiale très déterminée (c’était «celui qui s’entremet pour créer un accord») c’est bien parce que dans le mot du bas latin Mediare (qui a donné en espagnol le verbe mediar utilisé pour désigner l’action de la médiation) on y trouve tout le temps que des référence spatiales : «partager par le milieu», «être placé au milieu», «se trouver entre», «intervenir», «s’interposer». Quand le médiateur intervient il se situe littéralement « au milieu » de deux personnes. Or, être au milieu oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil. Si le but primordial de toute médiation est celui de créer des liens, il est indéniable que le meilleur des médiateurs ne peut pas établir ces liens entre des individus parlant des langues différentes et issus de cultures différentes sans avoir recours à un interprète. C’est la présence physique de l’interprète-médiateur qui suscite chez les acteurs en milieu social une transformation de leur rapport à l’autre et la création de liens entre eux. L’effet « miroir » de la présence physique de l’interprète-médiateur expose les intervenants-fournisseurs de services publics à un « jugement » implicite sur la conduite de la communication, permettant ainsi une réflexion sur la propre pratique de communication mises en œuvre par les institutions publiques. Par conséquent, on pourrait affirmer que toute pratique de TIMS est toujours, dans un premier temps, médiation de différences et peut devenir, dans un deuxième temps, médiation de différends, lorsque l’interprète aide le médiateur à faire son boulot en situation de « conflit ».

Le concept de médiation est aussi large que celui de communication, puisqu’à chaque endroit où il y a communication possible et qu’une difficulté peut se présenter, il y a potentiellement médiation, c’est-à-dire intervention possible d’un tiers facilitateur. Le premier sens qui vient à l’esprit est celui d’arbitrage, de conciliation, d’entremise, d’intervention, un ensemble d’actions destiné à mettre d’accord, à concilier ou à réconcilier des personnes, des partis. Lorsque la notion de conflit est présente deux types de médiation se mettent en œuvre selon le temps d’intervention : avant même qu’un conflit ne puisse éclater, on trouve la médiation que l’on appelle « préventive » et,  lorsqu’un conflit est déjà présent entre deux individus, on met en place la médiation « curative ». De prime abord, on pourrait affirmer que le mot « médiation » implique l’existence d’un conflit car on a tendance à présenter la médiation comme un mode de gestion de conflits qui se sont produits entre deux individus ou deux groupes d’individus.

De toute évidence, il est clair que résoudre un conflit est sans doute l’activité principale d’un médiateur mais est-ce aussi celle de l’interprète ? En d’autres mots, faut-il vraiment attendre qu’il y ait un conflit pour traduire l’autre ? Pas du tout ! L’exercice professionnel de la TIMS ne saurait être exclusivement identifié ni avec la négociation ni avec la résolution de conflits ; elle peut être une ressource dans ces situations, mais c’est restreindre son champ d’application que de penser que c’est son seul domaine d’intervention. Le recours à la TIMS vient en aide à la médiation lorsque celle-ci se réalise en dehors de tout conflit, rien que pour favoriser, renforcer ou simplement établir des liens entre individus. Ainsi, on trouve la TIMS dans la médiation « créatrice » qui vise la création de liens entre individus et dans la médiation « rénovatrice » tendant à améliorer des liens qui sont devenus indifférent à cause de leur relâchement.

Sous cet angle exclusif de résolution et prévention de conflits que je viens de décrire trop sommairement, l’interprète ne devrait jamais être totalement confondu avec un médiateur. Je crois qu’il y a des points en commun et des différences entre le médiateur et le traducteur-interprète : des convergences et des divergences.

Les convergences pourraient être, entre autres, celles-ci :

  • Ils donnent une réponse au même besoin social : permettre ou faciliter la communication entre une minorité linguistique et l’administration.
  • Les deux profils professionnels sont encore en voie de consolidation et souffrent d’une trop importante précarité dans leur situation professionnelle
  • Pendant toute leur intervention tous les deux appliquent leur propre code déontologique

Les divergences pourraient être, entre autres, celles-ci :

  • Le médiateur

–      intervient explicitement dans le processus communicatif ;

–      doit résoudre de possibles conflits ;

–      réalise des tâches informatives, d’accompagnement, de soutien administratif, etc. ;

–      préconise un rapprochement des parties ;

  • Le traducteur-interprète

–      doit faire preuve d’une neutralité permanente ;

–      doit avoir des compétences ET dans les deux langues ET dans les deux cultures ;

–      n’est pas là ni pour prévenir ni pour résoudre les conflits mais pour aider à les prévenir et à les résoudre ;

–      ne s’occupe pas de réaliser des tâches informatives, d’accompagnement, de soutien administratif, etc.

Le rôle du professionnel de la TIMS serait celui d’aider à réduire les risques de conflit dans le décours des interventions tout en marquant un certain rythme de la dynamique transculturelle établie entre l’immigrant allophone, l’intervenant et l’interprète. Or, le rythme du « dialogue à trois » est influencé par les représentations que chacun des acteurs a de lui-même et de l’autre, mais surtout par les images qui circulent chez les trois lorsque l’on prononce le mot médiation.

Et voilà que la question se pose : comment est-elle perçue dans l’imaginaire social la tâche professionnelle de traduire l’autre quand un interprète aide à faire de la médiation ?

Être au milieu oblige toujours à créer des liens. L’interprète n’est pas professionnel de la santé, mais il aide à soigner ; il n’est pas juge, mais il aide à rendre la justice.

 

Références bibliographiques:

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Traduire c’est être « en para »

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo

Apprendre à être « en para »_Master de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo 

 

« Para » est en langue grecque et un adverbe et une préposition qui signifie « auprès de », « à côté de », mais aussi « devant », « face à », sans oublier « dans » et, surtout, « entre ». Depuis 2005, je rappelle à tous nos élèves du master de recherche T&P l’importance essentielle de toutes ces significations étymologiques grecques sous-jacentes dans l’usage du préfixe « para- » pour mieux fonder le concept de paratraduction en donnant à ce nouveau terme de la traductologie un sens que je veux aussi volontairement ambigu que le voulait le propre Gérard Genette pour son terme de paratexte.

Para est un préfixe antithétique qui désigne à la fois la proximité et la distance, la similarité et la différence, l’intériorité et l’extériorité […], une chose qui se situe à la fois en deçà et au-delà d’une frontière, d’un seuil ou d’une marge, de statut égal et pourtant secondaire, subsidiaire, subordonné, comme un invité à son hôte, un esclave à son maître. Une chose en para n’est pas seulement à la fois des deux côtés de la frontière qui sépare l’intérieur et l’extérieur : elle est aussi la frontière elle-même, l’écran qui fait membrane perméable entre le dedans et le dehors. Elle opère leur confusion, laissant entrer l’extérieur et sortir l’intérieur, elle les divise et les unit. (Hillis-Miller, [1979 : 219] cité par Genette, 1987 : 7)

Voilà une très belle description du processus de la paratraduction et surtout de l’activité plus visible des agents paratraducteurs et le traducteur en premier. En effet, le préfixe « para- » traduit à la perfection les possibilités de sens pour faire référence non seulement à la périphérie de toute traduction mais aussi à l’espace périphérique occupé par la personne qui traduit. Le traducteur est le sujet traduisant et le premier agent paratraducteur car il est toujours « en para », c’est-à-dire pas seulement à la fois des deux côtés de la frontière entre langues, entre cultures, que suppose tout texte à traduire ou traduit : il est aussi lui-même la frontière elle-même où se déroule tout échange. Sujet en marge, le traducteur est le seuil entre le familier et l’étranger, l’entre-deux d’un espace intermédiaire situé toujours entre… et, comme un pont, il rend possible le passage entre une rive et l’autre. Il unit et sépare en même temps.

Le traducteur, deuxième auteur, devrait avoir le même statut que le premier auteur du texte qu’il traduit[1], mais hélas presque partout dans le monde on continue encore à le considérer comme secondaire, subsidiaire, subordonné comme un invité « face à » son hôte, ou pire, comme un esclave « à côté de » son maître. Sujet culturel et moral qui s’amenuise, le traducteur est trop souvent la peau de chagrin qui devient invisible dans la présentation de la plupart des textes traduits parce que d’autres agents intermédiaires ont pris le relais pour produire un ensemble visuel de productions verbales, iconiques ou verbo-iconiques, d’entités iconotextuelles ou simplement de productions matérielles —les produits paratraduits— pour introduire et présenter la traduction réalisée par le sujet traduisant. Parfois le nom du traducteur n’apparaît même pas ou apparaît dans un petit coin, à la marge, d’une page de garde mais presque jamais accolé au titre et encore moins en première de couverture. C’est bien le résultat d’une conception de la traduction comme d’une combustion permanente de métas, de tablettes de métaldéhyde, ce combustible solide qui brûle sans laisser de résidu. Mais la traduction n’est jamais un méta ! Il est impossible de ne pas laisser des « résidus », des traces de la présence humaine ni du sujet traduisant ni d’autres agents intermédiaires dans une traduction. En d’autres mots, l’invisibilité (Venuti 1995) est impossible lorsque l’on traduit, même si la culture de l’ère du tout numérique adore les métas et prône les qualités et les vertus d’une combustion massive de produits traductifs automatiquement réalisés où la voix du traducteur semble s’affaiblir de plus en plus, jusqu’au silence total, pour épargner ainsi au maximum les coûts des traductions.

Il est temps de prendre conscience du fait indéniable que le traducteur doit toujours s’occuper de tous les détails de présentation de sa traduction. Il doit contrôler sa paratraduction aussi bien que sa traduction. Par conséquent, avec le concept de paratraduction je veux aussi exprimer l’habitus (Bourdieu, 1997) du traducteur qui le pousse à prendre différents positionnements éthiques, politiques, idéologiques, sociaux et culturels face à l’acte nullement innocent de traduire. L’habitus, cet ensemble de dispositions et de prédispositions acquises et intégrées par le sujet traduisant, permet d’éclairer aussi bien les choix de traduction au niveau microtextuel que le devenir des textes traduits introduits et présentés grâce aux différentes paratraductions. Le traducteur, sujet traduisant et premier agent paratraducteur, grâce à ses propres paratraductions et non pas à celles réalisées par d’autres agents intermédiaires, pourrait faire acte de présence dans chacune de ses traductions dès leurs seuils. Avoir droit de regard sur le titre et l’image de sa propre traduction ne devrait pas être réservé exclusivement aux traducteurs littéraires. Hélas ! La multiplicité des décisions à prendre dans le transfert linguistique et culturel de toute médiation continue à reléguer la voix du meilleur ou du plus prestigieux des traducteurs au silence le plus absolu.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.


[1]         Venuti (1998) prolonge cette réflexion sur le plan juridique en constatant que la notion actuelle de « droit d’auteur » qui découle de celle d’auteur, porte non seulement atteinte à la traduction, qu’il envisage d’ailleurs comme création et source de connaissance, mais définit son propre statut de façon contradictoire.

Du paratexte à la paratraduction

La notion de texte a toujours occupé une place centrale dans les études de traduction, car les traducteurs ne traduisent pas des langues mais des textes.

Qu’est-ce qu’un texte ? […] Un texte c’est ce que nous avons sous les yeux. Mais […] un texte n’existe que dans sa relation à un lecteur, qu’intégré par conséquent à une situation de lecture, une situation déterminée par un contexte et s’actualisant en diverses pratiques de lecture. […] c’est notre intervention sur ce texte, plus que tout autre chose, qui « le fait exister » […]. Un texte n’existe jamais seul, mais uniquement par la lecture. Il est ce que nous en faisons […].  (Gervais, 2004 : 55-56)

Or, pour qu’un texte nous soit présenté « sous les yeux », il faut l’avoir dûment édité comme condition sine qua non. Par conséquent, il ne peut y avoir aucune situation de lecture sans la présentation éditoriale du texte sur du papier ou à l’écran. Le texte traduit ne peut exister que dans la présentation éditoriale de sa traduction. Toute traduction doit passer par un protocole éditorial qui va concrétiser sa manifestation et sa représentation. Il ne peut y avoir de texte sans paratexte ! Un texte traduit ne sert à rien s’il n’est pas présenté par son paratexte, traduit aussi à son tour. Les traducteurs ont affaire à des textes mais ils n’en restent jamais au texte lui-même, à son fonctionnement purement linguistique, ils explorent tout ce qui l’entoure, l’enveloppe, l’accompagne, le prolonge, l’introduit et le présente pour déchiffrer le type de relation transtextuelle constitué entre le texte et ses paratextes. J’insiste : les textes n’existent pas seuls ! Le traducteur, sujet traduisant toute la textualité d’une commande quelconque de traduction, devrait s’occuper de traduire, dans toutes les circonstances, et le texte et le paratexte. Texte et paratexte : traduction & paratraduction !

Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo

Groupe de recherche Traduction & Paratraduction (T&P)_Université de Vigo 

 

Tout texte est toujours édité selon une politique éditoriale qui indique la manière dont on conçoit et on règle la production de sens. Ces réglages du sens des textes varient d’une époque à une autre, d’un espace culturel à un autre et, par conséquent d’une langue à une autre, en fonction de certains paratextes, c’est-à-dire en fonction de l’ensemble formé par les productions verbales, iconiques, verbo-iconiques ou des productions matérielles qui, dans un espace restant compris à l’intérieur de la publication éditée, entourent, enveloppent et accompagnent le texte (les péritextes), et qui, dans un espace physique et social virtuellement illimité situé hors de l’espace matériel du texte, prolongent le texte et y font référence (les épitextes). Ces signalisations paratextuelles semblent ne pas faire partie du contenu du texte à traduire et ont été considérées plutôt comme son enveloppe, son habillage. Or, ces marques constituent une incitation à traduire d’une certaine manière, une invitation à paratraduire. Car le traducteur sait très bien que l’ensemble des différents types de paratextes aident à construire l’image du texte traduit comme le fait le regard avec l’objet. Si les paratextes présentent les textes, les paratraductions présentent les traductions. Si l’« on peut sans doute avancer qu’il n’existe pas, et qu’il n’a jamais existé, de texte, sans paratexte » comme dit Gérard Genette (1987 :9-10), alors il faut affirmer aussi qu’il ne peut jamais exister de traduction sans paratraduction (Cf. Yuste Frías, 2005 : 75 et sqq.). C’est grâce à la paratraduction que le traducteur peut assurer la réception de sa traduction ainsi que la survivance de son texte traduit, car la paratraduction rend possible la transformation de toute traduction en événement : une traduction sans paratraduction n’est qu’un pur incident.

La paratraduction est la zone de transition et de transaction de tout échange transculturel, le lieu décisif pour le succès ou l’échec de tout processus de médiation culturelle. D’un point de vue purement spatial, la paratraduction se situe dans la périphérie de tout texte à traduire ou de tout texte traduit car il s’agit d’un seuil, d’un vestibule, d’une zone indécise, d’une zone intermédiaire entre le dedans et le dehors, d’une frange, d’une marge entre traduction et hors-traduction. La paratraduction est toujours au seuil de la traduction, là où le traducteur est un agent, ni plus ni moins, qui travaille dans :

  • le lieu privilégié d’une pragmatique et d’une stratégie, d’une action sur le public au service, bien ou mal compris et accompli, d’un meilleur accueil de la traduction et d’une lecture plus pertinente du texte traduit.
  • un lieu où s’impose l’image et où se mêlent deux séries de codes : le code social, en tant que discours publicitaire, et les codes producteurs ou régulateurs de sens du texte traduit.

Le concept de paratraduction veut rendre à l’image et à tout aspect visuel des paratextes la place méritée dans la construction de sens symbolique en traduction. La paratraduction d’une traduction est l’image publicitaire de celle-ci, car l’image « semble s’imposer à quiconque a affaire au paratexte » (Genette, 1987 : 8. Note 1) puisque le succès d’une traduction quelconque dépend toujours des productions paratextuelles (verbales, iconiques, verbo-iconiques ou matérielles) qui l’entourent, l’enveloppent, l’accompagnent, la prolongent, l’introduisent  et la présentent dans le monde éditorial.

 

Référence(s) bibliographique(s) pour ce billet:

YUSTE FRÍAS, José (2012) «Paratextual Elements in Translation: Paratranslating Titles in Children’s Literature» in Gil-Bajardí, Anna, Pilar Orero & Sara Rovira-Esteva [eds.] Translation Peripheries. Paratextual Elements in Translation,  Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, ISBN: 978-3-0343-1038-3, pp. 117-134.

YUSTE FRÍAS, José (2010) «Au seuil de la traduction : la paratraduction», in Naaijkens, T. [ed.] (2010) Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels,Bern­, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de TextesTextgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, ISBN: 978-3-0343-0487-0, pp. 287-316.

YUSTE FRÍAS, J. (2005) «Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital», dans Yuste Frías et A. Álvarez Lugrís [eds.], Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, coll. T&P, n.º 1, pp. 59-82.

Sur les seuils du traduire

« Sur les seuils du traduire » veut s’éloigner du trop exclusif paradigme littéraire qui continue, encore et toujours, de surcharger, d’alourdir et d’accabler les études en traduction. Dans l’activité professionnelle de la traduction, la traduction littéraire ne constitue qu’une part du marché et pas du tout la plus quotidienne. Le langage symbolique et essentiellement visuel de toutes les cultures paratextuelles s’exprime hors de la traduction du texte littéraire, dans les marges, aux seuils, de ce que traduire veut dire au quotidien. Toutes ces cultures paratextuelles constituent les matières premières de ce carnet de recherche où le lecteur trouvera des réflexions anthropologiques, sociales et culturelles mises en place à l’aide de la notion de « paratraduction » créée à l’Université de Vigo. Cette nouvelle notion traductologique veut faire avancer au-delà les « Translation Studies » tout en faisant part, ainsi, d’un nouveau courant théorique déconstructif qui interroge l’expérience du traduire à partir de la philosophie, la pensée politique, l’anthropologie, la sociologie et la sémiotique.
La notion de paratraduction apporte une nouvelle perspective en invitant à réfléchir, fidèle à l’étymologie et au sens du préfixe « para », sur ce qui se passe « au seuil » de la traduction ou « en marge » du processus traductif. En effet, la pensée du seuil est centrale pour comprendre celle de la traduction, et inversement, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Elle offre autant l’expérience du seuil, ou, plus exactement, doit d’abord refléter l’expérience du seuil pour pouvoir ensuite illustrer celle du passage. La paratraduction veut informer sur les activités présentes « aux seuils » des traductions, sur ce que ces activités paratextuelles représentent et peuvent nous apprendre concernant la subjectivité du traducteur et la nature de la présentation du produit traduit. La paratraduction aide à mettre à jour le rôle des rapports de pouvoirs (inégaux ou asymétriques) joué par l’idéologie dans la diffusion et la réception des traductions.