Interprétation-médiation IV: la notion de paratraduction et l’expérience du seuil dans la TIMS

Au seuil d'une île : un pont.

Au seuil d’une île : un pont.

La notion de paratraduction, créée aux origines de la fondation du Groupe de Recherche Traduction & Paratraduction (T&P) à l’Université de Vigo, dessine une aire paradigmatique propice à renouveler le questionnement sur la théorie et la pratique de la traduction et de l’interprétation. Une acception immédiate se contentera de proposer la paratraduction comme la traduction des productions paratextueles, paraverbales et non-verbales mais un tel choix présente un faible apport épistémologique car il ne fait qu’agrandir le corpus des textes et des discours offerts au regard traductologique sans susciter une nouvelle théorisation. Le terme de paratraduction, tel que nous le théorisons et nous le pratiquons (Yuste Frías, 2005 ; 2010a ; 2010b ; 2011a ; 2011b ; 2013a), trouve son application méthodologique à trois niveaux décrits par Alexis Nouss lors des séances de travail qui ont suivi au dernier Séminaire T&P qu’il a dirigé à Vigo (Cf. Nouss, 2011a) :

  • Un niveau empirique où le Groupe T&P étudie les éléments paratextuels, paraverbaux et non-verbaux, provenant des domaines visuels et auditifs liés au texte à traduire ou au discours à interpréter, ainsi que les stratégies de traduction ou d’interprétation spécifiques qu’ils requièrent. C’est le niveau paratraductif au sens strict ;
  • Un niveau sociologique où le Groupe T&P étudie les agents, normes, procédures et institutions attachés au processus traductif et interprétatif dans tout leurs déploiements. C’est le niveau protraductif ;
  • Un niveau discursif où le Groupe T&P étudie les discours sur la traduction et l’interprétation guidant leurs fonctionnements et assurant leur rôle dans la société. C’est le niveau métatraductif.

Il n’est certes pas nouveau d’étudier ces phénomènes et la traductologie n’a pas manqué de livrer des études de cas y renvoyant en s’éloignant ainsi des approches strictement linguistiques ou axées sur l’unité textuelle. Ce qu’apporte une pensée de la paratraduction est de dégager ce qui unit ces trois niveaux afin de cerner un positionnement méthodologique commun qui se situe autour de la traduction et l’interprétation professionnelles ou, autrement dit, dans leurs marges, attentif à ce qui en influence ou en détermine les opérations et qui échappe aux grilles de lecture adaptées au seul cadre du texte traduit. Le regard paratraductologique affirme : il y a de la marge et celle-ci, active aux niveaux prémentionnés (paratraductif au sens strict, protraductif et métatraductif, pour adopter un élargissement progressif de la perspective), participe pleinement du processus traductif. Du reste, notre motivation épistémologique est liée à la nature même de l’acte traductif qui trouve sa légitimité d’un statut en marge de l’original, sans que cela n’implique aucune infériorité sauf à être idéologiquement décidée. Il importe d’être consistant par rapport à cette condition fondamentale et, en conséquence, de démarginaliser la marge dans le processus traductif. (Cf. Nouss, 2011a [inédit])

Dans les analyses traitant de la traduction et l’interprétation, la notion de « paratraduction » vient dégager ainsi une nouvelle perspective en invitant à réfléchir, fidèle à l’étymologie et au sens du préfixe para, sur ce qui se passe en marge du processus traductif ou, plus exactement, au seuil de la traduction (Cf. Yuste Frías, 2010a). En effet, la notion de paratraduction aide à développer une pensée du seuil qui devient essentielle pour comprendre les engagements éthiques et politiques implicites dans l’expérience quotidienne de la pratique professionnelle de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS). Car contrairement à cette image du pont commentée dans le 2.e billet de cette série intitulée interprétation-médiation, la traduction n’est pas que passage. La traduction offre autant l’expérience du seuil, ou, plus exactement, doit d’abord refléter l’expérience du seuil pour pouvoir ensuite illustrer celle du passage. Interpréter pour traduire en milieu social c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant.

La pratique professionnelle de la TIMS étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil offerte par la notion de paratraduction qui développe l’expérience du seuil. Être un pro de la TIMS c’est savoir se tenir au seuil de plusieurs mondes et de plusieurs cultures pour pouvoir montrer le regard de l’étranger (l’immigrant allophone) à celui qui ne l’est pas (l’intervenant-fournisseur du service public) et faire voir que, quand on est au seuil, le but de la rencontre n’est pas le passage, mais la relation elle-même. Car ce n’est que l’expérience du seuil qui rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation. C’est l’expérience du seuil qui permet l’ouverture à de nouveaux rapports entre les individus et permet l’existence des points de vue différents. C’est l’expérience du seuil qui donne lieu à la reconnaissance, à la différenciation parce qu’elle respecte le changement et le devenir. C’est l’expérience du seuil qui situe littéralement l’interprète « au milieu » des interactions et lui confère un point d’observation privilégié, presque une loupe, pour améliorer la pratique de la communication en milieu social : santé, éducation et justice.

L’expérience du seuil crée des « espaces entre » où se déroule la tâche quotidienne du professionnel de la TIMS. Dans ces « espaces entre » de la TIMS le seuil est vécue, à la fois, comme arrêt et mouvement parce que le traducteur-interprète demeurant sur les seuils peut aider ou non à les franchir ; le seuil devient la demeure naturelle du traducteur-interprète sur laquelle il ne saurait s’immobiliser ; le seuil est le mouvement lui-même, cette tendance du traducteur-interprète à faire toujours un pas vers une autre langue, une autre culture.

Le seuil permet de déployer l’affirmation d’une pensée individuelle qui respecte le changement et le devenir et donne lieu à la reconnaissance de la différenciation et des nuances comme nature fondamentale de l’état des choses […] Toute l’identité de la personne est comprise dans la perception du seuil, car nous changeons tout le temps, tout en gardant une certaine permanence. Cet état en apparence paradoxal sera le modèle de la pensée des seuils. (Barazon, 2010 : [en ligne])

 

Références bibliographiques :

Barazon, Tatjana  (2010) « La “ Soglitude ” – aperçu d’une méthode de la pensée des seuils », Conserveries mémorielles [En ligne], n.º 7, mis en ligne le 10 avril 2010, consulté le 22 juillet 2013. URL : http://cm.revues.org/430

Nouss, Alexis (2011a) « Europe : pour un multilinguisme bien tempéré », Séminaire T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 7 juin 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2005) « Desconstrucción, traducción y paratraducción en la era digital », dans Yuste Frías, J.  et  A. Álvarez Lugrís [eds.] Estudios sobre traducción: teoría, didáctica, profesión, Vigo: Servizo de Publicacións da Universidade de Vigo, col. T&P, n.º 1, pp. 59-82.

Yuste Frías, José (2010a) « Au seuil de la traduction : la paratraduction », in Naaijkens, T. [ed.] Event or Incident. Événement ou Incident. On the Role of Translation in the Dynamics of Cultural Exchange. Du rôle des traductions dans les processus d’échanges culturels, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: Peter Lang, col. Genèses de Textes-Textgenesen (Françoise Lartillot [dir.]), vol. 3, pp. 287-316.

Yuste Frías, José  (2010b) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2013a) « Identité et traduction », Sur les seuils du traduire. Carnet de recherche Hypothèses, Marseille, Paris et Lisbonne : CNRS, EHESS, Université d’Aix-Marseille, Université d’Avignon, [en ligne], billet mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013b) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Interprétation-médiation I

Interprétation-Médiation_01Je commence l’année 2014 avec ce premier billet qui inaugure une nouvelle série que j’ai voulu intituler «Interprétation-médiation» en reprenant le titre du livre publié dans la collection dirigée par Jean-René Ladmiral. Les billets qui vont suivre tendent à aller à contre-courant des idées reçues sur la place, la représentation et le rôle de l’interprète professionnel lorsqu’il réalise sa tâche en médiation sociale. C’est à l’aide de la notion de paratraduction que, sur les seuils du traduire, je voudrais instaurer en Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant la TIMS) une nouvelle perspective qui invite à considérer la pensée du seuil comme étant essentielle pour comprendre le « traduire » de l’interprète au quotidien, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Interpréter pour traduire c’est, tout d’abord, une expérience du seuil entre langues/cultures, et, ensuite, une expérience des multiples passages d’une langue/culture à une autre langue/culture. Il ne peut avoir de passage sans seuil. Le seuil étant par définition ce qui relie et sépare, le traducteur-interprète en est le modèle vivant. La pratique professionnelle de la TIMS, étant toujours là pour rendre compte de l’altérité en termes d’identité, elle se trouve renforcée de cette ouverture à la pensée du seuil car elle rend possible la disponibilité à l’acceptation des changements dont a besoin tout processus de médiation.

Le terme «médiation» est-il pertinent pour désigner le quotidien de l’activité du professionnel de la TIMS ? C’est la question qu’il faut se poser quand on veut commencer à décrire la pratique professionnelle de la TIMS, ne serait-ce que sommairement, pour en montrer les limites face à d’autres professions telles que celles de «médiateur», «travailleur bilingue» ou «informateur culturel».

Rappelons que l’origine étymologique du mot «médiation» renvoie aux mots latins suivants :

  • Medium, -ii  = le milieu, le centre, l’espace et l’état accessible à tous
  • Médius, -a, um = qui se trouve au milieu, au centre, qui participe de deux choses contraires, médiateur (paci pour la paix)
  • Mediator = l’intercesseur, le médiateur

Si dès ses premières attestations au début du XIVe s. le mot médiatour porte déjà une référence spatiale très déterminée (c’était «celui qui s’entremet pour créer un accord») c’est bien parce que dans le mot du bas latin Mediare (qui a donné en espagnol le verbe mediar utilisé pour désigner l’action de la médiation) on y trouve tout le temps que des référence spatiales : «partager par le milieu», «être placé au milieu», «se trouver entre», «intervenir», «s’interposer». Quand le médiateur intervient il se situe littéralement « au milieu » de deux personnes. Or, être au milieu oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil. Si le but primordial de toute médiation est celui de créer des liens, il est indéniable que le meilleur des médiateurs ne peut pas établir ces liens entre des individus parlant des langues différentes et issus de cultures différentes sans avoir recours à un interprète. C’est la présence physique de l’interprète-médiateur qui suscite chez les acteurs en milieu social une transformation de leur rapport à l’autre et la création de liens entre eux. L’effet « miroir » de la présence physique de l’interprète-médiateur expose les intervenants-fournisseurs de services publics à un « jugement » implicite sur la conduite de la communication, permettant ainsi une réflexion sur la propre pratique de communication mises en œuvre par les institutions publiques. Par conséquent, on pourrait affirmer que toute pratique de TIMS est toujours, dans un premier temps, médiation de différences et peut devenir, dans un deuxième temps, médiation de différends, lorsque l’interprète aide le médiateur à faire son boulot en situation de « conflit ».

Le concept de médiation est aussi large que celui de communication, puisqu’à chaque endroit où il y a communication possible et qu’une difficulté peut se présenter, il y a potentiellement médiation, c’est-à-dire intervention possible d’un tiers facilitateur. Le premier sens qui vient à l’esprit est celui d’arbitrage, de conciliation, d’entremise, d’intervention, un ensemble d’actions destiné à mettre d’accord, à concilier ou à réconcilier des personnes, des partis. Lorsque la notion de conflit est présente deux types de médiation se mettent en œuvre selon le temps d’intervention : avant même qu’un conflit ne puisse éclater, on trouve la médiation que l’on appelle « préventive » et,  lorsqu’un conflit est déjà présent entre deux individus, on met en place la médiation « curative ». De prime abord, on pourrait affirmer que le mot « médiation » implique l’existence d’un conflit car on a tendance à présenter la médiation comme un mode de gestion de conflits qui se sont produits entre deux individus ou deux groupes d’individus.

De toute évidence, il est clair que résoudre un conflit est sans doute l’activité principale d’un médiateur mais est-ce aussi celle de l’interprète ? En d’autres mots, faut-il vraiment attendre qu’il y ait un conflit pour traduire l’autre ? Pas du tout ! L’exercice professionnel de la TIMS ne saurait être exclusivement identifié ni avec la négociation ni avec la résolution de conflits ; elle peut être une ressource dans ces situations, mais c’est restreindre son champ d’application que de penser que c’est son seul domaine d’intervention. Le recours à la TIMS vient en aide à la médiation lorsque celle-ci se réalise en dehors de tout conflit, rien que pour favoriser, renforcer ou simplement établir des liens entre individus. Ainsi, on trouve la TIMS dans la médiation « créatrice » qui vise la création de liens entre individus et dans la médiation « rénovatrice » tendant à améliorer des liens qui sont devenus indifférent à cause de leur relâchement.

Sous cet angle exclusif de résolution et prévention de conflits que je viens de décrire trop sommairement, l’interprète ne devrait jamais être totalement confondu avec un médiateur. Je crois qu’il y a des points en commun et des différences entre le médiateur et le traducteur-interprète : des convergences et des divergences.

Les convergences pourraient être, entre autres, celles-ci :

  • Ils donnent une réponse au même besoin social : permettre ou faciliter la communication entre une minorité linguistique et l’administration.
  • Les deux profils professionnels sont encore en voie de consolidation et souffrent d’une trop importante précarité dans leur situation professionnelle
  • Pendant toute leur intervention tous les deux appliquent leur propre code déontologique

Les divergences pourraient être, entre autres, celles-ci :

  • Le médiateur

–      intervient explicitement dans le processus communicatif ;

–      doit résoudre de possibles conflits ;

–      réalise des tâches informatives, d’accompagnement, de soutien administratif, etc. ;

–      préconise un rapprochement des parties ;

  • Le traducteur-interprète

–      doit faire preuve d’une neutralité permanente ;

–      doit avoir des compétences ET dans les deux langues ET dans les deux cultures ;

–      n’est pas là ni pour prévenir ni pour résoudre les conflits mais pour aider à les prévenir et à les résoudre ;

–      ne s’occupe pas de réaliser des tâches informatives, d’accompagnement, de soutien administratif, etc.

Le rôle du professionnel de la TIMS serait celui d’aider à réduire les risques de conflit dans le décours des interventions tout en marquant un certain rythme de la dynamique transculturelle établie entre l’immigrant allophone, l’intervenant et l’interprète. Or, le rythme du « dialogue à trois » est influencé par les représentations que chacun des acteurs a de lui-même et de l’autre, mais surtout par les images qui circulent chez les trois lorsque l’on prononce le mot médiation.

Et voilà que la question se pose : comment est-elle perçue dans l’imaginaire social la tâche professionnelle de traduire l’autre quand un interprète aide à faire de la médiation ?

Être au milieu oblige toujours à créer des liens. L’interprète n’est pas professionnel de la santé, mais il aide à soigner ; il n’est pas juge, mais il aide à rendre la justice.

 

Références bibliographiques:

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.