Interprétation-médiation XI: conclusions

Interprétation-Médiation_01L’enjeu de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) se trouve au seuil de toute prestation professionnelle où la présence réelle du professionnel de la TIMS est indéniable. En effet, ce n’est qu’après avoir vécu l’expérience du seuil que l’Interprète en Milieu Social (IMS), peut mettre en place le passage d’une culture à une autre et le transfert d’une langue à une autre. Dire que la pratique professionnelle de la TIMS est au seuil, c’est signifier que traduire et interpréter attirent sur leurs gestes quotidiens toute l’ambigüité de la marge que celle-ci introduit entre l’intervenant-fournisseur de service public et l’immigrant allophone, entre la langue et la culture de l’administration et celles de l’étranger, sans jamais privilégier aucune des deux. Être au milieu que provoque l’expérience du seuil oblige toujours à créer des liens pour mieux « com-prendre » (cum prendere « prendre avec »… « prendre et rapprocher ») et faciliter la rencontre de deux mondes : celui du migrant allophone, d’un côté, et celui de l’intervenant-fournisseur du service public du pays d’accueil, de l’autre. La notion de paratraduction crée une pensée paratraductologique (pensée liminale par excellence) qui invite à considérer ce qu’il déborde des deux côtés de la marge dans cette expérience du seuil et à en mesurer les exigences axiologiques pour une pratique professionnelle et engagée de la TIMS.

Étant d’abord une expérience du seuil, la TIMS est toujours toute humaine et sociale. L’expérience du seuil implicite aux « espaces entre »  aide à penser la relation entre les cultures comme traduction et interprétation. Par conséquent, il est évident que pour le Groupe T&P, la mise en œuvre éthique et politique de la TIMS implique une réalisation pratique de la logique du devenir métis. Étant des pensées du lien, de la relation et de la transformation, la traduction et l’interprétation sont surtout des pratiques professionnelles métisses (c’est-à-dire, à la fois métissées et métissantes) et, par conséquent, elle sont bien plus des opérations transculturelles que des procédures interculturelles ou des modalités multiculturelles.

faux-seuilOr, certaines institutions et certaines entreprises travaillent tous les jours pour annuler la présence physique de l’être humain interprète parce que, soi-disant, elle devient trop chère. Et voilà comment les fausses politiques de migration des institutions publiques et la recherche de la bonne affaire économique des entreprises privées ne font que créer de faux seuils dans la pratique quotidienne et non professionnelle de la Traduction et d’Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS). Or la pratique professionnelle de la TIMSS ne peut jamais être une action purement technique parce qu’elle ne peut pas être totalement neutre comme l’est une machine tel que le voudrait certaines entreprises technologiques de l’ère numérique. Ces entreprises (comme par ailleurs la plupart des institutions publiques) sont essentiellement ancrées dans l’image du pont et l’idée du passage quand il s’agit de concevoir la traduction et l’interprétation dans la mise en marche des produits qu’elles vendent. Par conséquent, on ne saurait se passer de la présence physique et humaine de l’interprète, surtout en médiation médicale. Ainsi donc, face à « un bout de papier imagé », à une « machine au téléphone », à un « écran parlant » ou, dans un avenir tout proche, à un « hologramme parlant », la présence humaine, réelle et professionnelle de l’IMS est la seule qui, au seuil de toute médiation, garantit, par exemple, la possibilité de dévoiler le regard qui se cache derrière ce voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut toujours pas lire ni interpréter pour en traduire le symbole. Il faut cesser d’admettre ces faux outils que les institutions et les entreprises mettent en place pour remplacer l’être humain qui traduit et interprète l’Autre dans des situations que l’on veut appeler sociales et qui sont toujours de très forts moments de vie privée où une personne allophone entre en contact avec l’administration la plupart des fois dans des situations de détresse.

VIVRE ENSEMBLELa non présence de l’interprète en aval ou du traducteur en amont implique, inéluctablement, l’indifférence, l’indifférenciation ou le choc des cultures. Or, le vouloir vivre ensemble se joue toujours dans la différence. Dans le quotidien de la prestation des services publics aux citoyens allophones, les interactions sociales, économiques, politiques et culturelles deviennent impossibles sans la traduction et l’interprétation de l’Autre dûment réalisées par des traducteurs et des interprètes professionnels. Par conséquent, la présence réelle de l’interprète dans la médiation sociale s’impose dès le premier abord. L’IMS est une personne qui assume sa présence tout en étant conscient de son rôle dans la médiation sociale mise en place dans les différents services publics. Justice, santé et éducation sont les trois secteurs publics où la pratique professionnelle de la TIMS se développe pour assurer et faire valoir ce que de droit dans une société démocratique et civilisée. Des trois secteurs publics mentionnés, la santé est celui qui demande le plus de services d’interprétation, bien plus que le secteur judiciaire. La pratique professionnelle de la traduction et l’interprétation en milieu médical est aussi celle qui présente le plus grand nombre de difficultés car de l’impact de la présence réelle de l’interprète, faisant preuve de l’expérience du seuil, dépend la qualité des soins auprès des populations migrantes allophones.

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Interprétation-médiation X: l’interprète «en papier»

pictogramas_PortadaPictogramas para facilitar a comunicación coas mulleres embarazadas inmigrantes (« Pictogrammes pour faciliter la communication avec les femmes enceintes immigrantes ») est le titre d’une publication multilingue éditée sous format PDF par la Direction d’Assistance Sanitaire du Service Galicien de Santé du Gouvernement autonome de la Galice (la Xunta de Galicia). Le but de cette publication verbo-iconique est de faciliter la communication « sans recours à un interprète » entre le médecin (généraliste, gynécologue médical ou gynécologue-obstétricien) ou la sage-femme, d’une part, et les femmes enceintes immigrantes allophones, d’autre part, tout au long d’un suivi de grossesse sans situations à risque.

Il s’agissait de traduire en sept langues un matériel de départ essentiellement intersémiotique (verbo-iconique) rédigé en espagnol. Le projet des pictogrammes galiciens fut réalisé en théorie par 9 traducteurs et 4 collaborateurs. Il fut financé par le Ministère de la Santé et Politique Sociale du Gouvernement espagnol dans le cadre du Plan de qualité du Système National de Santé. Le lecteur trouvera ailleurs et en espagnol une longue critique de l’image (Yuste Frías, 2011a) et du texte (Yuste Frías, 2010 et 2011b) de la traduction française.

Matronas_Ceuta_COMATRONASCes pictogrammes galiciens sont identiques aux pictogrammes « originaux » andalous que le maïeuticien Luciano Rodríguez Díaz et la sage-femme Juani Vázquez Lara de Algeciras (Cadix) ont créés au CHU de Ceuta. Algeciras et Ceuta sont deux villes d’Espagne très proche du Maroc. Si l’on visite le site web des deux auteurs des pictogrammes andalous, où ils n’oublient pas de nous rappeler que tous les deux font partie du groupe de travail des urgences en infirmerie obstétrico-gynécologique de la Société Espagnole d’Infirmerie d’Urgence et Émergence (SEEUE), on peut y lire les notes de presse qui commentent comment l’idée andalouse fut exportée en Galice ainsi que les prix reçus pour leur initiative.

Matronas_Ceuta_XuntaMatronas_CeutaMatronas_Ceuta_Premios_01Matronas_Ceuta_Premios_02Matronas_Ceuta_Premios_03Matronas_Ceuta_Premios_04

Je félicite moi aussi la volonté de vouloir remplir des lacunes communicatives, mais je ne peux pas en féliciter le résultat final ni en Andalousie ni en Galice. Comparez, SVP, la version française publiée par les deux communautés autonomes espagnoles : les images sont identiques et on peut y trouver les mêmes coquilles, les mêmes erreurs et les mêmes horreurs.

Picto_FR_ANDALUCIAPicto_FR_GALICIA

Penser que l’on peut remplacer la présence (physique ou virtuelle) d’un interprète en milieu social rien que par du papier à l’aide d’images qui ne sont pas du tout des « pictogrammes » mais, plutôt, des dessins naïfs fortement marqués d’un point de vue culturel, cela relève d’un degré extrême d’ignorance de l’activité professionnelle du traducteur et de l’interprète en milieu social. Chacune de ces 9 feuilles à grilles remplies d’images mal dessinées et de mots mal écrits pour chaque culture et pour chaque langue, est un faux outil pour la communication entre médecin ou sage-femme, d’une part, et patiente allophone, de l’autre.

 pictogramas_ARpictogramas_ENpictogramas_ESpictogramas_FRpictogramas_GLpictogramas_PTpictogramas_ROpictogramas_RUpictogramas_ZH

Comment s’y prendre ? Est-ce que l’on s’est posé la question du lettrisme des femmes enceintes immigrées ? Savent-elles toutes lire ce qui est écrit dans soi-disant leurs langues respectives ? Si non, alors qui lit quoi à qui et comment ? Comment montre-t-on l’image à la patiente ? En parcourant le texte du doigt en même temps que l’on montre l’image ? Ces feuilles sont-elles plastifiées individuellement pour un usage continu ou simplement elles sont assemblées dans un bloc à fichiers PDF ? Est-ce que peut-être ce ne sont pas des feuilles individuelles car on a pensé à les imprimer comme des espèces de grands sous-mains transposables à montrer aux femmes enceintes immigrantes selon la langue ?

Tout le document est fondé sur la soi-disant universalité de l’image. Or la perception d’une image n’est jamais un acte universel. Quand on traduit des textes à images, on constate que l’image n’est pas universelle, qu’elle peut avoir un sens différent, voire étranger, d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre. Traduire l’image, c’est faire de la paratraduction. La notion de paratraduction permet d’étudier avec un nouveau regard transdisciplinaire la traduction des régions frontalières du textuel et du visuel. Le texte est travaillé comme un matériau visuel dont les unités de traduction verbales se marient avec l’image sur la surface d’un seuil, d’une marge de la page ou sur celle d’une zone de l’écran. Un traducteur doit penser l’image comme un élément paratextuel essentiel de l’institution du symbolique en tant que principe de stratégie textuelle à lire, interpréter et traduire dans une langue et une culture déterminées.

Hélas, ici il n’y a eu aucune paratraduction de l’image qu’il faut absolument considérer comme le péritexte iconique du document à traduire. Regardons de plus près cette couverture du document PDF de la Xunta de Galicia qui répète toujours les mêmes images dans les neuf langues. pictogramas_PortadaL’image dit tout ici : on y distingue de manière très précise les catégories de femmes pouvant être enceintes (il n’en existe que quatre !) et, bien entendu, on définit très précisément à quoi ressembleront leurs progénitures : l’enfant d’une femme « jaune » sera forcément « jaune » ; l’enfant d’une femme « noire » sera « noir » ; l’enfant d’une femme « blanche » sera « blanc », etc. Ainsi se définit tristement le cycle de la vie et la conception de la diversité culturelle de la population migrante d’un pays quand on ne tient pas compte du métissage. N’aurait-il pas été plus judicieux de s’en tenir à la stricte définition de ce qu’est un pictogramme et donc de représenter une femme dans une forme « standardisée », de manière à ce que toutes les femmes enceintes puissent s’y identifier et ainsi ne pas rentrer dans la controverse ? En fait, il semble qu’aucune image employée dans ce document n’est véritablement un « pictogramme » parce qu’aucune ne suit les normes de standardisation ISO. Au contraire, chaque image relève d’une symbolique culturelle essentiellement occidentale. À commencer par la représentation du centre hospitalier : la croix rouge aurait pu être remplacée par le croissant de lune dans la version arabe. Mais ce qui est encore plus grave c’est le choc culturel que provoque dans la version arabe le moment le plus délicat dans une consultation gynécologique : l’exploration du vagin et du col. Ce moment comprend toujours deux étapes : le toucher vaginal à la recherche d’une douleur, d’un polype, d’une lésion cervicale ; la pose du spéculum appréciant le col et le vagin, recherchant une leucorrhée, des saignements, des lésions, et permettant le frottis cervico-vaginal. La représentation mise en place dans les pictogrammes n’est pas du tout une image universelle. Au contraire pour certaines cultures voire un homme assis dans cette position devant une femme couchée peut provoquer un très grave malentendu rien qu’au regard de cette image. D’abord il faut rappeler que le toucher vaginal peut être réalisée par la sage-femme quand la grossesse n’est pas à risques. Par ailleurs, le toucher peut se faire debout et pas seulement assis.

Penser que l’on peut remplacer la présence d’un interprète en milieu social rien que par du papier à l’aide d’images qui ne sont pas du tout des « pictogrammes » mais, plutôt, des dessins naïfs fortement marqués d’un point de vue culturel, cela relève d’un degré extrême d’ignorance de l’activité professionnelle du traducteur et de l’interprète en milieu social de la part des institutions publiques. Aussi bien pour la Xunta de Galicia que pour la Junta de Andalucía, l’interprète devient ainsi invisible et se trouve remplacé par des « interprètes en papier ». Ce faux outil des pictogrammes ne fait que provoquer des malentendus et des risques de l’illusion de communication pour la personne migrante, le professionnel de la TIMS (Traduction et Interprétation en Milieu Social) et l’institution. Un véritable désastre qui rend impossible l’expérience du seuil dans la TIMS car l’IMS (Interprète en Milieu Social) a complètement disparu et a été volontairement remplacé par un simple bout de papier.

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

 

Interprétation-médiation IX: l’interprète «écranisé»

IMMS_ECRANS_00Nous vivons dans une culture de l’écran, la cyberculture, entourés d’un paysage visuel et sonore où l’on trouve beaucoup de types d’écran : les écrans des télévisions placées à la maison, dans un bar, à la cafétéria, dans les chambres des hôpitaux ; les écrans présents dans les véhicules ; les grands écrans de publicité omniprésents dans les centres commerciaux, les magasins, les gares, le métro, sur la route et même dans la rue ; les écrans des consoles des jeux vidéos (Nintendo, Playstation, PSP, Xbox) ; les écrans des guichets automatiques ; les écrans de nos ordinateurs, nos tablettes ou nos téléphones portables… on dirait que tout doit passer par l’écran. Cette panoplie d’écrans on la trouve aussi dans la technologie appliquée au domaine de la Santé de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). Les entreprises américaines comme Language Line Solutions ou Language Access Network qui veulent faire leur affaire à tout prix, proposent aux hôpitaux non seulement la tablette ou l’ordinateur, mais aussi des « écrans à béquilles » comme ceux-ci :

IMMS_ecrans_01

Il est vrai que, dans un premier abord, l’écran peut faire penser à un seuil car il est bel et bien en position « para », c’est-à-dire, il fait membrane perméable entre le dedans et le dehors. Mais l’expérience du seuil de l’Interprète en Milieu de Soins de Santé (IMSS) est impossible car l’interprète en vidéo à distance est dans un faux seuil où les technologies actuelles ne lui permettent de voir que ce que l’on veut bien lui montrer en plaçant l’écran là où on a bien voulu le placer. « L’interprète liliputien » se fait tout petit comme Alice au pays des merveilles et ce à tel point que le docteur doit se pencher pour bien le voir et l’entendre.

IMMS_ecrans_02_Alice

C’est ce que j’appelle « l’interprétation par le judas de la vidéo à distance » oui le judas, cette « petite ouverture, fermée d’une grille, d’un grillage, d’une trappe amovible pratiquée généralement dans une porte, parfois dans une cloison, plus rarement dans un plafond ou un plancher, et permettant de voir sans être vu ». En effet, la métamorphose lilliputienne de l’interprète médical le transforme en un « click playmobil » que l’on déplace bien accroché à la perche à perfusion.

IMMS_ecrans_03_Perfusion

IMMS_ecrans_06_C3POOn ne peut pas éviter d’avoir cette sensation d’être en train de parler à C3PO, ce robot de Star Wars construit à partir du corps d’un droïde de protocole trouvé dans le désert et de pièces détachées. Un robot qui fut traduit par « Z-6PO ou 6PO » en suivant une parfaite paratraduction du paraverbal à l’écran dans le doublage de la version française de La guerre des étoiles pour bien coller aux lèvres des acteurs américains. Rappelons que ce personnage de la fameuse saga qui maîtrise six millions de formes de communication, se caractérise par son manque de souplesse et d’opportunité lors des relations humaines où sa loquacité nerveuse et sulfureuse provoque des malentendus. Il est bien vrai que dans tous ces nouveaux dispositifs électroniques mis en place par l’industrie, l’IMSS est visible à l’écran comme pourrait l’être un nouveau robot, mais il ne possède pas une taille humaine, ce qui rend impossible pour lui d’avoir une expérience du seuil. L’IMSS étant déshumanisé, il est sans pouvoir d’action aussi bien sur l’usager que sur le praticien ou sur la relation de la rencontre que l’on veut atteindre. IMMS_ecrans_04_CouIl n’a pas la capacité de produire un discours propre ou de transformer celui des interlocuteurs. Voilà pourquoi j’aime bien utiliser l’expression de « l’interprète écranisé » dans laquelle j’emploie le mot fétiche « écranisé » que j’ai voulu créer (Yuste Frías, 2013) pour exprimer l’« aplatissement et l’enfermement de l’interprète dans un écran ». En effet, quand l’interprète « écranisé » est placé au bord du lit, le seuil est tellement incommode que le patient tord son cou et le docteur doit s’incliner s’il veut bien voir ce que l’IMSS essaye de traduire à l’écran.

Quelle expérience du seuil peut avoir un interprète « écranisé » dans une consultation pédiatrique avec une mise en scène comme celle-ci ? :

IMMS_ecrans_05_Enfant

Il est où le fameux « triangle » du « dialogue à trois » indispensable pour toute mise en œuvre de la Traduction et d’Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS)  ? Comment peut-on expliquer à l’enfant que l’écran qui lui parle n’est pas la télé ni un jeu vidéo ?

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Interprétation-médiation VIII: l’interprète «invisible»

Suisse-Interpretariat-Phone_01Communiquer par téléphone est-ce la même chose qu’interpréter au téléphone ? Peut-on placer au même niveau commander une pizza par téléphone et avoir un malade migrant allophone au téléphone ? Être en communication téléphonique n’implique pas toujours être en liaison ! Or, l’Interprète en Milieu Social (IMS), et surtout l’Interprète en Milieu de Soins de Santé (IMSS), est là pour créer toujours des liens… pas pour « papoter ». La « familiarité », la « légèreté » et surtout la « frivolité » au téléphone ne sont jamais l’affaire d’un professionnel de la Traduction et Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS).

Savoir écouter les mots d’un malade pour interpréter ses maux n’est pas la même chose qu’entendre les mots que l’on comprend sans aucun effort. On ne peut pas nier le grand rôle que joue l’IMSS au téléphone dans des situations de détresse où l’état de besoin, de nécessité ou de danger ne saurait se prolonger sans compromettre gravement la santé de l’individu allophone qui, à l’autre bout du téléphone, ne peut pas expliquer sa souffrance au docteur car il ne parle pas la même langue que lui. Voilà pourquoi nous devons nous féliciter des initiatives comme celle du Service national d’interprétariat téléphonique (SIT) mis en place par la Confédération suisse. Un service d’interprétation téléphonique disponible dans toute la Suisse 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Mais si on regarde de plus près le court métrage présentant le SIT, quelques réflexions s’imposent sur ce faux seuil de la TIMSS.

Tout acte de communication est pris dans un hic et nunc (« ici et maintenant ») où se place l’énonciateur qui prononce un énoncé unique car il est porté par un souffle, une voix et une respiration uniques. Un pro de la TIMSS est quelqu’un de très fort en phonétique et phonologique et de sa langue A et de sa langue B, car, quand il parle, il doit être capable de traduire la coloration, la tonalité et le rythme de l’énoncé des langues qu’il écoute. L’IMS est le professionnel qui, rien qu’à l’écoute, interprète le sens du paraverbal sachant traduire, en permanence, tout ce qui est situé à la limite du caché, du non-dit, de l’indicible, voire de l’ineffable.

Tout l’enjeu de l’interprétation téléphonique se joue dans la saisie du sens transmis par le paraverbal car le verbal ne prend du sens que grâce au paraverbal. Le ton, le timbre, l’intensité, la résonance, les pauses, les silences et les différentes vocalisations de la voix transmettent du sens. Chez un interprète sans compétences phonétiques et phonologiques, le téléphone lui pleure… et les mots meurent dans l’écouteur. Par conséquent, il est clair, évident et inéluctable que la phonétique et la phonologie des langues A et B devraient toujours faire partie d’un plan d’études de qualité dans la formation au paraverbal des futurs professionnels de la traduction et de l’interprétation.

Rappelons que le paraverbal n’est pas seulement présent dans l’interprétation de tout énoncé prononcé, il peut jouer aussi dans la traduction des textes écrits aussi bien littéraires que non littéraires, voire médicaux et paramédicaux en l’occurence. La Capsule T&P de Christiane Nord a bel et bien montré que le paraverbal peut se manifester de diverses manières dans un texte écrit, que sa présence peut parfois entraîner des problèmes, et que les traducteurs trouvent des solutions plus ou moins réussies pour les résoudre. Traduire le paraverbal sait savoir trouver le cornac (le paratexte) qui guide l’éléphant (le texte).

Mais un traducteur-interprète n’est pas seulement la voix de l’autre : il en est aussi le corps. Dans un acte de communication, la parole est accompagnée non seulement d’éléments de nature paraverbale  mais aussi d’éléments de nature non-verbale. Dans la communication non-verbale mise en œuvre dans une interprétation en milieu de soins de santé j’inclus tout ce qui n’étant ni verbal ni paraverbal dirige le sens de l’interprétation des mots prononcés par les sujets parlants : l’aspect extérieur des interlocuteurs (formation physique, silhouette, vêtement) ; les comportements de leur relation à l’espace (rapprochements, prises de distance, contact corporel, parfum, orientation dans l’espace) ; les mouvements de leur corps (comportements cinétiques mis en place par les gestes réalisés avec le tronc, les membres et la tête) ; leurs expressions faciales (mimiques du visage) ; leurs regards (voilés ou pas, avec ou sans contact visuel).

Phone_InterpreterOr, tous ces éléments de communication non-verbale ne peuvent pas être vus par téléphone. Si lors d’une TIMSS, le silence de l’interlocuteur allophone est accompagné ou pas d’un détournement du regard ou de la tête indiquant qu’il désire finir ou interrompre la communication, l’IMS au téléphone ne pourra jamais interpréter ces gestes-là car il n’est pas présent dans la salle pour en saisir le sens. Dans certaines cultures orientales le sujet parlant peut utiliser de très longues pauses comme signe de réflexion et de sagesse. Le silence devenant ainsi, dans la culture orientale, un indicateur d’harmonie et de confiance entre les partenaires, peut être incorrectement interprété par l’interlocuteur de la culture occidentale comme une menace pour la suite de la conversation si l’interprète n’est pas présent pour mieux traduire le sens de ce type de silence. Un interprète qui (que l’on) entend/écoute mais qui (que l’on) ne voit/regarde pas, suppose une énorme perte de sens dans les différents procédés de communication non-verbale mis en place lors de toute rencontre. Tout le sens transmis par l’expérience du seuil vécue quand on est présent et quand on peut voir les différents éléments de la communication non-verbale du corps humain, ne peut pas être saisi par téléphone. C’est un fait, dans l’interprétation téléphonique, l’interprète devient invisible car il n’a aucun contact visible avec la situation de médiation. Il peut même avoir trois espaces différents pour chacun des trois interlocuteurs.

Pour finir ce billet, je dirai que l’on peut quand même admettre qu’il existe certains avantages dans l’interprétation téléphonique mais les très graves inconvénients que l’on y trouve rendent impossible l’expérience du seuil, toujours indispensable pour une TIMSS correcte et professionnelle. Voici les avantages et les inconvénients de l’interprète (« invisible ») au téléphone :

Avantages:Suisse-Interpretariat-Phone_02

  • Disponibilité totale : la connexion est possible 24h sur 24 les 365 jours de l’année, ce qui est gain à retenir pour tous les cas d’urgence.
  • Coût : pas cher du tout car on évite le déplacement de l’interprète
  • Plus de langues disponibles rien qu’en appuyant sur une touche du téléphone.
  • Flexibilité des horaires et de la localisation de l’interprète
  • L’invisibilité de l’interprète peut aider le patient à avoir une fausse sensation d’impartialité et de confidentialité.

Inconvénients :

  • Invisibilité de l’interprète : même si on est le meilleur interprète du monde, le paraverbal que l’on peut saisir au téléphone n’est pas du tout suffisant pour saisir tout le déroulement de la communication non-verbale qui est en train de se dérouler dans un ailleurs que l’on ne peut pas voir.
  • Mauvaise acoustique, connexion et équipements : même si maintenant on utilise le portable plus que le fixe, il faut toujours vérifier l’acoustique de la salle ou de la chambre de l’hôpital. Et si on continue à utiliser un téléphone fixe, il faudra vérifier que le câble soit suffisamment long pour que l’auriculaire puisse être utilisé par un patient qui, par exemple, se trouve à dix mètres de la prise de téléphone la plus proche.
  • La qualité du son et la stabilité de la liaison téléphonique sont trop souvent insuffisantes. Or, pour traduire le paraverbal, il faut toujours que le son soit clair et sans friture afin d’accomplir la norme ISO relative aux gammes de fréquence, ce qui n’est pas souvent le cas.
  • Manque de blocage du canal de retour du son : un pro de la TIMSS ne doit pas entendre sa propre voix dans ses écouteurs avec micro intégré

 

Références bibliographiques :

Nord, Christiane  (2011) «¿Cómo te sientes, Alicia? El comportamiento paraverbal de los personajes ficticios en la traducción literaria», dans Yuste Frías, J. [dir.] Dix-neuvième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 11 juin 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2013a) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2013b) «La paratraducción de lo paraverbal o cuando el elefante lleva cornaca», texte édité dans la présentation de la Dix-neuvième capsule T&P, Vigo: UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté 17 février 2014

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

Interprétation-médiation VII: l’interprète «ad hoc»

interprete-ad-hocDans un excellent billet de son blog de recherche T&P, Juan Jiménez Salcedo a très bien appelé en espagnol les faux interprètes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) présents devant les cours d’appel et aux tribunaux des différentes juridictions espagnoles, des « intérpretes de cartón piedra » car on dirait que l’entreprise privée qui les embauche en Espagne les a placés là de façon à imiter des ornements en pierre étant donné qu’il ne réalisent aucune tâche de manière professionnelle. Pour commencer à parler du premier faux seuil de la TIMSS, l’interprète « ad hoc », on pourrait dire que nous sommes face un interprète « carton-pâte » car ces interprètes non professionnels ont une compétence « factice », c’est-à-dire, simulée et non réellement éprouvée. Leur professionnalisme est feint, forcé, artificiel, faux. Nous sommes face à du toc, quoi ! Le carton-pâte est bel et bien « un mélange de pâte à papier et de matière plastique utilisé dans la fabrication de moulages, principalement d’imitations et de contrefaçons ». En plus, selon les situations de communication en soins de santé, l’interprète « carton-pâte » peut être modelé à volonté soit par le professionnel des services publics soit par la personne migrante, selon les fins que chacun puisse se proposer.

Tout ce que je viens de dire démonte entièrement le sens original de l’expression latine « ad hoc » employée pour parler de ce type d’interprète. En effet, « ad hoc » serait donc une expression que l’on emploie d’une manière ironique dans la TIMS pour désigner quelqu’un qui n’est pas du tout « parfaitement qualifié, expert en la matière ». Par contre, n’oublions jamais que la locution « ad hoc » est employée en terminologie juridique pour désigner, sans aucun sens ironique, un « juge ad hoc », c’est-à-dire, un juge adéquat, idoine, nommé spécialement « à cet effet » pour une affaire.

L’interprète « ad hoc » est celui à qui on n’a recours en TIMSS que lorsqu’il est impossible de trouver un interprète professionnel. La famille, l’ami, le collègue ou tout simplement le « technicien de surface » originaire du pays du patient ou parlant la langue du patient ne sont pas du tout la personne idéale pour traduire les mots, les gestes, les expressions, les sensations provoqués par les maux d’un patient. Les interprètes « ad hoc » sont ce que j’aime bien appeler des « interprètes par accident » car ils répondent à un besoin d’urgence dans la communication entre médecin et patient allophone, mais ils n’ont pas la formation adéquate pour réaliser le travail professionnel d’un Interprète en Milieu Social (IMS), surtout s’il s’agit d’un enfant à qui on lui demande, par exemple, d’interpréter sa mère dans une consultation gynécologique ou dans toute autre consultation où l’on traite des thèmes de soins de santé pour adultes.

La capture d’écran que j’ai faite pour illustrer ce billet provient d’une vidéo qui circule sur internet et qui fut réalisée par des responsables de la Clinique Mayo-Rochester[1]. Il s’agit d’une vidéo pédagogique qui montre à l’écran ce qu’il ne faut jamais faire en TIMS dans le domaine de la Santé. Quand un membre masculin de la famille d’une patiente devient l’interprète « ad hoc » pour que celle-ci puisse dialoguer avec le docteur, on risque de commettre une série d’erreurs qui rendent impossible l’expérience du seuil. En effet, on constate que  l’interprète « ad hoc » de la vidéo réalise sa prestation tout en restant assis au même lit que la patiente, sans retirer son manteau et sans jamais respecter la disposition triangulaire que tout IMS professionnel aurait mis en place dès la première minute.

Le capitaine Haddock doit l’immortalité à ses formidables emportements verbaux. L’interprète « ad hoc » protagoniste de cette vidéo ne lance pas des insultes étourdissantes comme le plus populaire des héros de cette mythologie du XXe siècle que sont les aventures de Tintin, mais, dans sa prestation non professionnelle, il s’emporte sans retenue à ne rien traduire des maux de la patiente, et, en un crescendo immédiat, la violence de ces non-dits s’exaspère jusqu’au plus fort degré du délirium verbal et non verbal.

Regardez et écoutez, s’il vous plaît :

Références bibliographiques :

Jiménez Salcedo, Juan (2010) Traducción-interpretación en los servicios públicos en Québec: ¿Un modelo para Andalucía?, Sevilla: Fundación Pública Andaluza, Centro de Estudios Andaluces, Consejería de la Presidencia, Junta de Andalucía.

Jiménez Salcedo, Juan (2011) « Intérpretes de cartón piedra », Tráns-hito(s). El Blog T&P de J.J. Salcedo, Vigo: Blogs de Investigación T&P. [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté 21 janvier 2014.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté 21 janvier 2014

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.


[1] Les renseignements que l’on trouve dans le résumé de la vidéo téléchargée sur Youtube http://bit.ly/12Z2ixr se limitent à dire ceci : « This video, made by internal medicine residents at Mayo Clinic-Rochester, is meant to be a demonstration of all of the common mistakes that can be made by medical personnel when dealing with a non-english speaking patient. What problems do you see in this encounter? »

Interprétation-médiation VI: les faux seuils de la TIMSS

faux-seuilNous voilà au 6.e billet de cette série consacrée à la pratique professionnelle de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). On a pu y remarquer que si la traduction et l’interprétation sont toujours des activités essentiellement humaines, traduire et interpréter pour les migrants sont les activités les plus « humanisées » parce qu’on y traite les thèmes les plus importants de la vie humaine : la santé (la naissance, la souffrance, la maladie, la mort), l’éducation et la justice.

Tout le monde connaît que la mise en scène de toute interprétation-médiation compte toujours 3 acteurs :

  • D’un côté, le professionnel des services publics (fonctionnaire, médecin, assistant social, juge, procureur, notaire, etc.) qui détient l’information, le savoir, l’autorité et, par conséquent, le pouvoir.
  • De l’autre, une personne migrante allophone en situation de demande qui non seulement ne maîtrise pas la langue ou les particularités administratives du pays, mais, qui plus est, peut se trouver en situation de détresse ou fragilisée par la maladie, l’absence de statut ou, tout simplement, le manque de ressources.
  • Au milieu de ces deux parties hiérarchiquement différentes, le professionnel de la TIMS qui se trouve dans des situations communicatives très loin d’être confortables pour lui.

Le vouloir vivre ensemble se joue toujours dans la différence que les traducteurs et interprètes présents doivent traduire et interpréter. La non présence de l’interprète en aval ou du traducteur en amont implique, inéluctablement, l’indifférence, l’indifférenciation ou le choc des cultures. Pour illustrer l’importance essentielle de la présence physique et de la place que doivent occuper les pros de la TIMS dans ce « dialogue à trois » que je viens de décrire très sommairement, je me suis penché sur les situations de communication où la santé (la vie) de la personne migrante est à traduire et à interpréter. Lors d’une médiation linguistique et culturelle dans le domaine sanitaire, le recours à l’image mise en usage dans des pictogrammes soi-disant universels, par exemple, n’est que la pointe de l’iceberg des fausses politiques de Traduction et d’Interprétation en Milieu de Soins de Santé (TIMSS) menées par des institutions et des multinationales qui ne font que provoquer de très graves malentendus. En supprimant la présence physique du traducteur-interprète dans les espaces de médiation sanitaires, les services publics et les entreprises vivent ainsi dans l’illusion de communication entre la personne migrante, d’une part, et le professionnel du milieu social, de l’autre. Il faut changer les mentalités des entreprises qui ne pensent qu’aux bénéfices économiques. Il faut démontrer aux administrations publiques qu’il n’existe aucune épargne lorsque l’on ne fait pas appel aux professionnels de la TIMSS. En effet, en santé, avec l’aide de traducteurs et d’interprètes compétents, le diagnostic est amélioré, le pronostic est plus exact et, au bout du compte, les dépenses en soins de santé sont réduites.

Voyons maintenant comment peut-on appauvrir énormément les rencontres dans les pratiques de TIMSS qui ne tiennent pas du tout compte de la pensée du seuil car on continue, encore et toujours, à penser que la traduction n’est que pont et passage, pur transfert d’un matériau linguistique. Les exemples réels que je vais analyser dans les billets qui vont suivre à celui-ci sont tous empruntés du domaine de la Santé. Ce sont des exemples de faux seuils de la TIMSSle traduire n’est pensé que comme simple transfert de données linguistique, comme pur passage d’un pont inexistant. La compilation que j’ai faite provient d’une observation minutieuse de quelques petits détails paratraductifs à proprement parler qui sont mis en place de manière spontanée soit par des entreprises internationales soit par des institutions publiques offrant les services d’un Interprète en Milieu Social (IMS) au professionnalisme trop douteux. J’ai pu constaté qu’il existe quatre types d’IMS dans le domaine de la TIMSS qui mérite notre attention car, dans les quatre types, le patient risque dangereusement sa vie. Voici l’énumération de mes quatre cas d’études :

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2010) « Intérpretes de papel para mujeres embarazadas », Blog de Yuste. On y sème à tout vent, Vigo : Blogs de Investigación T&P, [en ligne], billet mis en ligne le 24 février 2010, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José  (2011a) « Leer e interpretar la imagen para traducir », Trabalhos em Lingüística Aplicada, vol. 50, n.º 2, (2011), pp. 257-280.

Yuste Frías, José  (2011b) « Mujer embarazada inmigrante busca intérprete que no sea de papel » dans Yuste Frías, J. [dir.] Quinzième capsule T&P, Vigo : UVigo-TV_T&P, [en ligne], mis en ligne le 12 avril 2011, consulté le 22 juillet 2013.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.