Le migrant est un exilé

« Migrant », « exilé », « réfugié » : comment saisir le poids des mots ? Le choix des mots n’est pas neutre à l’heure où les médias du monde entier parlent de «crise» migratoire. Quand on aborde le phénomène migratoire dans les études de traduction et d’interprétation, le souci terminologique devrait toujours s’imposer. Or, voilà que lorsqu’un chercheur en Traduction et Interprétation en Milieu Social (TIMS) avec un minimum d’attention lexicologique se pose la question du terme à employer pour parler de la personne allophone pour qui le professionnel de la TIMS doit traduire et interpréter, il peut facilement produire une liste de termes affichant une contigüité synonymique dangereusement franche.

Lire la suite