La traduction comme métissage des cultures

Benetton_01Le métissage est une notion très à la mode qui a été récupérée par à peu près tous les discours politiques, ceux de gauche et de droite, ceux du nationalisme et de transnationalisme, du Tiers monde et du Premier monde. Mais le métissage n’est pas l’effet  Benetton. «On pourrait le croire puisque, venus du contexte colonial et connotés négativement, les termes « métis » et « métissage » ont été récupérés par l’industrie du divertissement et la publicité pour désigner superficiellement tout effet de mélange ou de croisement des cultures.» (Nouss 2005b: 9). Le métissage est en vogue, c’est un thème prisé et un terme abondamment utilisé pour vanter les produits les plus variés, de la gastronomie à la décoration en passant par le divertissement et, bien sûr, l’habillement comme ces images de la collection de vêtements printemps-été de Benetton appelée, très précisément, métissage coloré.

Lire la suite

Identité et traduction

Le voile, symbole d’appartenance(s), traduisant l’identité

Pour mieux traduire l’identité de l’autre, il faut savoir bien interpréter les multiples appartenances dont il est porteur. En introduisant dans le débat sur l’identité les expériences de la multi-appartenance à partir du paradigme de la traduction, ce billet invite à ne plus mettre en équation identité et appartenance dans les études sur la traduction (Translation Studies). Sous un angle traductif, les identités se négocient selon un principe de fluctuation qui considère les différentes appartenances dans leurs relations, leurs échanges et leurs historicités et non au sein d’un système fermé. Employer des expressions telles que : « identité linguistique » ou « identité culturelle », X ou Y, affirmant, implicitement ou explicitement, qu’une personne ne peut vivre que cette seule et unique identité X ou Y, c’est confondre « identité » et « appartenance » selon Michel Serres. Cette confusion rend impossible la traduction de l’autre et constitue, par conséquent, une très grave erreur politique, sociale et culturelle car elle crée de l’exclusion, immobilise la pensée, tend à monter les groupes les uns contre les autres et enferme aussi bien l’individu que le groupe dans une autochtonie dérisoire fondée sur le mythe idéal et romantique du monolinguisme qui perpétue, encore et toujours, l’éternelle équation : un territoire + une langue nationale = une identité nationale.

Lire la suite

Métissages et traduction

Au seuil d'une porte à Menton (France) © Anxo Fernández Ocampo

Au seuil d’une porte à Menton (France) © Anxo Fernández Ocampo 

Les travaux de François Laplantine et Alexis Nouss (Le métissage, 1997; Métissages. De Arcimboldo à Zombi, 2001)) ont dévoilé et débusqué les innombrables expressions du métissage dans les domaines les plus variés de la culture: la langue, la littérature, l’architecture, la sculpture, la peinture, la géographie, la musique, le cinéma, le théâtre et la philosophie. En affichant le pouvoir conceptuel novateur du métissage pour aborder la citoyenneté, la laïcité, le racisme, la globalisation oule cosmopolitisme, Alexis Nouss (Plaidoyer pour un monde métis, 2005) est arrivé même a suggérer brillamment qu’un monde métis est un autre monde possible.

Lire la suite

Signe et symbole en traduction III

Détail de la fameuse page 3 de tous les albums d'Astérix

Détail de la fameuse page 3 de tous les albums d’Astérix 
 

La signification symbolique est foncièrement multiple. Les traducteurs des albums d’Astérix le savent très bien lorsqu’ils essaient de transposer dans une autre langue non seulement les sens direct d’une unité de traduction, mais aussi ses diverses résonances symboliques: la difficulté vient précisément de leur multiplicité, car comment faire, par exemple, pour garder à la fois l’exactitude sémantique, l’évocation intertextuelle, la ressemblance et l’humour essentiellement phonétiques (homophoniques) des noms propres des «camps retranchés» que l’on peut retrouver dans le texte de Goscinny qui accompagne le dessin d’Uderzo de toutes les troisièmes pages d’Astérix le Gaulois ?

Lire la suite

Signe et symbole en traduction II

Alors que le signe a toujours un sens direct, le symbole est essentiellement une expression indirecte. Le symbole n’est pas un type de signe particulier : c’est l’effet d’une stratégie textuelle. Tout signe -un mot, une phrase, une image- peut se voir affecté d’une «valeur symbolique» dans un texte donné.  Parce qu’on imagine que la parole de tous les jours est immédiatement compréhensible, on croit pouvoir aisément en fixer les limites rien qu’avec les signes linguistiques. Or la compréhension totale d’un texte ou d’un discours porte toujours une signification beaucoup plus profonde que celle que peut relever le simple résultat de l’addition des signifiés de l’ensemble de ses signes linguistiques. Toute parole qui dit plus qu’elle-même, qui renvoie expressément à un en-deçà d’elle, est symbolique.

Lire la suite

Signe et symbole en traduction I

Ferdinand de Saussure

Ferdinand de Saussure 
 

Traduire est toujours une expérience pratique de la possibilité de communiquer, et la communication proprement humaine consiste à répondre à des signes par d’autres signes. On a proposé diverses classifications du signe [1] mais dans ce premier billet d’une nouvelle série consacrée à la linguistique appliquée à la traduction, que j’ai voulu intituler Signe et symbole, je veux rappeler quelques précisions du maìtre incontournable qui s’est avéré le plus exact et précis quand il s’agit d’appliquer la linguistique à la traduction: Ferdinand de Saussure.

Lire la suite

Mot et image, c’est comme chaise et table

Le texte et l’image dans une traduction sont aussi inséparables que la chaise et la table d’un pupitre

Le couple texte_image est écrit la plupart des fois non pas avec un simple trait d’union ou un tiret bas comme je le fais ici pour mieux traduire la coordination des deux termes en traduction. Au contraire je constate que la plupart du temps on emploie tous la même barre oblique (texte/image) que l’on a utilisée à maintes reprises dans l’histoire intellectuelle occidentale pour montrer les oppositions binaires traditionnelles telles que : esprit/matière, signifié/signifiant, masculin/féminin, vérité/fiction, réalité/apparence, etc. Dans ces oppositions binaires le premier terme, placé à gauche, bénéficie d’un rang supérieur à celui qui est à droite, ce deuxième terme étant dès lors tenu, comme le dit si bien Jean-Louis Tilleul du Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte (GRIT), pour une « manifestation », une « perturbation » ou une « négation » du premier.

Lire la suite

Traduire l’image et la couleur

Un logo dont le texte et l'image disent sur la marque beaucoup plus de ce qu'ils ne montrent effectivement dans chaque espace linguistique et culturel où le logo s'est implanté

Un logo dont le texte et l’image disent sur la marque beaucoup plus de ce qu’ils ne montrent effectivement dans chaque espace linguistique et culturel où le logo s’est implanté 
 

La perception d’une image n’est jamais un acte universel. Je l’ai déjà démontré ailleurs, sur papier et à l’écran, lors de la lecture, interprétation, traduction et paratraduction du logotype de Carrefour.

Lire la suite

Traduit-on l’image ?

Traduit-on l'image ?

Traduit-on l’image ? 
 

Quand on traduit on vit toujours dans le monde des images. Le traducteur ne traduit jamais des langues ni des mots mais toujours les imaginaires véhiculés non seulement par les images mentales implicites dans le texte mais aussi par les images matérialisées dans le péritexte iconique qu’il soit fixe ou animé. L’étude de l’imaginaire doit porter sur les différents emplois du couple texte_image. Il n’y a imaginaire que si un ensemble d’images et récits forme une totalité plus ou moins cohérente, qui produit un sens donnant lieu à différentes interprétations selon le lieu, le moment, la langue et la culture. Par conséquent, les images sont des produits culturels à géométrie variable, dont le sens change suivant la localisation spatio-temporelle.

Lire la suite

Sur les seuils du traduire

« Sur les seuils du traduire » veut s’éloigner du trop exclusif paradigme littéraire qui continue, encore et toujours, de surcharger, d’alourdir et d’accabler les études en traduction. Dans l’activité professionnelle de la traduction, la traduction littéraire ne constitue qu’une part du marché et pas du tout la plus quotidienne. Le langage symbolique et essentiellement visuel de toutes les cultures paratextuelles s’exprime hors de la traduction du texte littéraire, dans les marges, aux seuils, de ce que traduire veut dire au quotidien. Toutes ces cultures paratextuelles constituent les matières premières de ce carnet de recherche où le lecteur trouvera des réflexions anthropologiques, sociales et culturelles mises en place à l’aide de la notion de « paratraduction » créée à l’Université de Vigo. Cette nouvelle notion traductologique veut faire avancer au-delà les « Translation Studies » tout en faisant part, ainsi, d’un nouveau courant théorique déconstructif qui interroge l’expérience du traduire à partir de la philosophie, la pensée politique, l’anthropologie, la sociologie et la sémiotique.

La notion de paratraduction apporte une nouvelle perspective en invitant à réfléchir, fidèle à l’étymologie et au sens du préfixe « para », sur ce qui se passe « au seuil » de la traduction ou « en marge » du processus traductif. En effet, la pensée du seuil est centrale pour comprendre celle de la traduction, et inversement, car, contrairement à la conception régnante, la traduction n’est pas que passage. Elle offre autant l’expérience du seuil, ou, plus exactement, doit d’abord refléter l’expérience du seuil pour pouvoir ensuite illustrer celle du passage. La paratraduction veut informer sur les activités présentes « aux seuils » des traductions, sur ce que ces activités paratextuelles représentent et peuvent nous apprendre concernant la subjectivité du traducteur et la nature de la présentation du produit traduit. La paratraduction aide à mettre à jour le rôle des rapports de pouvoirs (inégaux ou asymétriques) joué par l’idéologie dans la diffusion et la réception des traductions.