Traduire et interpréter le migrant I : avaler une purée de légumes

Interculturalité, multiculturalité et transculturalité sont des termes employés à maintes reprises ces dernières années, aussi bien dans la théorie de la traduction que dans la pratique quotidienne de l’interprétation, pour qualifier les pratiques (professionnelles ou pas) du traduire censées résoudre les problèmes sociaux et politiques définis comme intrinsèques au contact de personnes et/ou groupes dits de «cultures différentes».

Quelle est la meilleure perspective culturelle — interculturelle, multiculturelle ou transculturelle — à envisager pour mieux traduire et interpréter le migrant ? Penser la place, l’impact et la responsabilité de l’acte de traduire l’Autre selon une de ces trois perspectives, c’est penser la possibilité d’une éthique universelle de la personne qui traduit et interprète en milieu social de trois manières différentes. Lors de toute médiation linguistique et culturelle dans les trois domaines des services publics les plus importants des sociétés démocratiques (la santé, la justice et l´éducation), le choix d’un des trois préfixes (inter-, multi- ou trans-) à placer dans des mots à la racine «culture» implique trois rapports différents à l’altérité et, par conséquent, trois pratiques professionnelles différentes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) où le devenir métis de l’identité du sujet migrant entre toujours en jeu.

Traduire et interpréter le migrant est-ce

  1. avaler une purée de légumes ?
  2. s’attarder à un buffet à volonté ?
  3. ou partager une paëlla ?

Voici le premier billet — à lire attentivement et à diffuser sans modération — d’une nouvelle série qui veut offrir quelques pistes pour répondre à  ces trois questions dévoilant trois savoir-faire aux seuils de la traduction et de l’interprétation qu’il faut absolument décortiquer pour mettre en œuvre une éthique du traduire.

Lire la suite

Interprétation-médiation X: l’interprète «en papier»

pictogramas_PortadaPictogramas para facilitar a comunicación coas mulleres embarazadas inmigrantes (« Pictogrammes pour faciliter la communication avec les femmes enceintes immigrantes ») est le titre d’une publication multilingue éditée sous format PDF par la Direction d’Assistance Sanitaire du Service Galicien de Santé du Gouvernement autonome de la Galice (la Xunta de Galicia). Le but de cette publication verbo-iconique est de faciliter la communication « sans recours à un interprète » entre le médecin (généraliste, gynécologue médical ou gynécologue-obstétricien) ou la sage-femme, d’une part, et les femmes enceintes immigrantes allophones, d’autre part, tout au long d’un suivi de grossesse sans situations à risque.

Lire la suite

Interprétation-médiation VII: l’interprète «ad hoc»

interprete-ad-hocDans un excellent billet de son blog de recherche T&P, Juan Jiménez Salcedo a très bien appelé en espagnol les faux interprètes de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) présents devant les cours d’appel et aux tribunaux des différentes juridictions espagnoles, des « intérpretes de cartón piedra » car on dirait que l’entreprise privée qui les embauche en Espagne les a placés là de façon à imiter des ornements en pierre étant donné qu’il ne réalisent aucune tâche de manière professionnelle. Pour commencer à parler du premier faux seuil de la TIMSS, l’interprète « ad hoc », on pourrait dire que nous sommes face un interprète « carton-pâte » car ces interprètes non professionnels ont une compétence « factice », c’est-à-dire, simulée et non réellement éprouvée. Leur professionnalisme est feint, forcé, artificiel, faux. Nous sommes face à du toc, quoi ! Le carton-pâte est bel et bien « un mélange de pâte à papier et de matière plastique utilisé dans la fabrication de moulages, principalement d’imitations et de contrefaçons ». En plus, selon les situations de communication en soins de santé, l’interprète « carton-pâte » peut être modelé à volonté soit par le professionnel des services publics soit par la personne migrante, selon les fins que chacun puisse se proposer.

Lire la suite

Interprétation-médiation VI: les faux seuils de la TIMSS

faux-seuilNous voilà au 6.e billet de cette série consacrée à la pratique professionnelle de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS). On a pu y remarquer que si la traduction et l’interprétation sont toujours des activités essentiellement humaines, traduire et interpréter pour les migrants sont les activités les plus « humanisées » parce qu’on y traite les thèmes les plus importants de la vie humaine : la santé (la naissance, la souffrance, la maladie, la mort), l’éducation et la justice.

Lire la suite