La traduction comme métissage des cultures

Le métissage est une notion très à la mode qui a été récupérée par à peu près tous les discours politiques, ceux de gauche et de droite, ceux du nationalisme et de transnationalisme, du Tiers monde et du Premier monde. Mais le métissage n’est pas l’effet  Benetton. «On pourrait le croire puisque, venus du contexte colonial et connotés négativement, les termes « métis » et « métissage » ont été récupérés par l’industrie du divertissement et la publicité pour désigner superficiellement tout effet de mélange ou de croisement des cultures.» (Nouss 2005b: 9). Le métissage est en vogue, c’est un thème prisé et un terme abondamment utilisé pour vanter les produits les plus variés, de la gastronomie à la décoration en passant par le divertissement et, bien sûr, l’habillement comme ces images de la collection de vêtements printemps-été de Benetton appelée, très précisément, métissage coloré.

Benetton_01

Benetton_02

Benetton_03

Benetton_04

Le professionnel de la Traduction et Interprétation en Milieu Social (dorénavant TIMS) doit se démarquer de ces engouements confus : le cosmopolitisme mercantile, l’appétit consumériste d’élites friandes des cultures du monde ; les excès des théories postmodernes gommant les rapports de forces au profit de l’exaltation d’une hybridité figée en nouvelle identité ; sans oublier tout ce qui passe au petit écran (Docs à la télé espagnole vulgarisant la vie quotidienne des autres cultures par la voix espagnole des Españoles en el mundo sans jamais entendre la voix de l’Autre ne parlant pas espagnol à la TVE) ou dans les grandes surfaces de consommation (Maisons du Monde, Semana de la India en el Corte Inglés, etc.).

Semana India_Corte Inglés

Il est bien vrai que le mot « métissage » vient du colonialisme, l’expérience métisse est le fruit de l’expérience coloniale. Pour une nouvelle didactique et une recherche nouvelle en traduction, il s’agit de se réapproprier d’un signifiant qui a été associé trop longtemps à l’opprobre et au stigmate de la colonisation. Le mot de « métis » est apparu dans le contexte colonial pour désigner les enfants de sang mêlé, au statut incertain, pris dans une tension entre colonisateur et colonisé. Il a longtemps renfermé une connotation très péjorative parce qu’il a exprimé ce qui a été considéré, pendant très longtemps, comme une transgression fondamentale entre l’Occident et son Autre. Le mot « métis » a renvoyé trop longtemps aux domaines de la biologie, du corps et de la sexualité honteuse entre espèces différentes. « Métis » fut employé d’abord par les Portugais et ensuite par les Espagnols (mestizo en espagnol veut dire littéralement « mixte, mélangé », du latin mixticius) au début du XVIIe siècle pour nommer cette supposée nouvelle catégorie d’êtres humains qu’étaient, pour la mentalité de l’époque, les enfants issus des croisements entre hommes espagnols et femmes indiennes. Avec la progression de la colonisation française en Amérique du Nord et aux Caraïbes, il est passé rapidement au français (s’écrivant de différentes façons : « métice », « mestif » et « métis ») et s’est confondu, au début, avec le terme « mulâtre » qui s’est spécialisé et a fini par désigner les enfants de couples noirs et blancs. Dans l’esprit européen de l’époque qui paraît encore vivant dans certaines mentalités d’aujourd’hui, le métis est carrément associé à une anomalie biologique et sociale parce que, composé de deux natures, il mélange les catégories et vient menacer l’ordre établi. Ce n’est pas avant le XIXe siècle qu’apparaît le mot métissage tout en conservant son caractère fondamentalement péjoratif : il évoquait l’hybridité, d’abord, chez les ovins et, ensuite, chez les humains (Turgeon, 2004 : 58-59).

Il est évident donc que la notion de « métissage » en traduction est l’extension d’une notion qui s’est développée en biologie où le métissage sous-entend qu’on mélange deux lignées génétiques différentes, distinctes par leurs phénotypes physiques et chromatiques (couleur de la peau). Or, aujourd’hui, en sciences humaines et sociales, le concept de métissage ne sous-entend pas la fusion, la cohésion, l’osmose, mais plutôt la confrontation, le dialogue. C’est-à-dire, tout ce qui est propre à la traduction car la traduction peut être considérée comme un métissage de cultures… et j’emploie la notion de « métissage » dans le même sens que François Laplantine et Alexis Nouss (1997 et 2001), c’est-à-dire sans jamais confondre le métissage avec des notions telles que « mélange » ou « hybridité », très à la mode ces derniers temps mais complètement éloignées du sens du mot « métissage » dans la réflexion anthropologique et traductologique.

Quelques précisions en ce qui concerne l’interprétation et la traduction du mot métissage. Le métissage ne doit pas être confondu avec le mélange qui est de l’ordre de la fusion ou avec l’hybridité qui produit un nouvel ensemble. Hélas il y a un effet d’une énorme confusion généralisée dans la vulgate du métissage. Le métissage est dans le déséquilibre, l’hésitation. Le devenir métis est imprévisible, instable, jamais accompli, jamais définitif, car dans le métissage les composants vont conserver leur identité et leur histoire. En fait, une identité métisse correspond à une arithmétique qui n’est pas du tout orthodoxe. Le jeune Beur, Français d’origine maghrébine, il n’est pas moitié Français, moitié Maghrébin comme le veulent l’uniformisation républicaine ou la différenciation multiculturelle. Non ! Il est 100 % maghrébin et 100 % Français ! (Nouss, 2005a : en ligne)

« Non pas l’un ou l’autre (l’arabité ou l’appartenance à la France seulement), mais l’un et l’autre : l’un ne devenant pas l’autre, ni l’autre ne se résorbant dans l’un. » (Laplantine et Nouss, 1997 : 79). Étant donné que les cultures ne sont pas des univers étanches, toute culture est plus ou moins métisse, toute société assume plus ou moins le(s) métissage(s) de sa/ses culture(s).

Penser le métissage en traduction, c’est souligner le fait que les échanges culturels ont toujours existé grâce à la traduction et l’interprétation, par opposition à toutes les démarches non traductives qui viseraient à réifier ce que chaque culture conserve jalousement d’original et d’intangible. Le métissage en traduction n’est ni un concept, ni une chose, mais une disposition à penser et à mettre en œuvre une culture faite de pièces et de morceaux empruntés à divers registres. Le métissage est, avant tout, un état de culture, un univers mental lié aux choix faits dans les familles ou les milieux qui vivent l’expérience de l’émigration et du voyage. La population française, comme n’importe quelle autre population européenne, est née et s’est développée d’un métissage de peuples autochtones et de gens venus d’ailleurs. Ces différents « groupes ethniques » ne sont pas du tout définis par des caractères raciaux transmis par le sang comme le Front Nationalfront national veut nous faire croire en France quand il parle du « Français de souche » en ne contemplant sur sa palette identitaire que trois petits tas de couleurs : celles du drapeau de la République brandi comme un chiffon. Non ce n’est pas le sang qui définit l’identité, mais les langues, les coutumes, les modèles locaux du savoir-vivre liés à des histoires personnelles et familiales des migrants faisant recours à la traduction et à l’interprétation au quotidien. La notion de « métissage » aide à comprendre que cette « ethnicité » est faite de mémoire, d’histoire, de systèmes de mariages, qu’elle est multiple, et qu’elle est vouée, comme le métissage, à un changement constant. Selon François Laplantine et Alexis Nouss, le métissage est premier : il correspond à la logique du vivant et de la rencontre des cultures. C’est, au contraire, la pensée essentialiste qui se forme de façon secondaire, par réaction : elle est un antimétissage dérivatif (Laplantine et Nouss, 1997 : 71-72).

Or le métissage contredit précisément la polarité homogène/hétérogène. Il s’offre comme une troisième voie entre la fusion totalisante de l’homogène et la fragmentation différencialiste de l’hétérogène. Le métissage est une composition dont les composantes gardent leur intégrité. C’est dire toute sa pertinence politique dans les débats de société actuels (racisme, intégration, nationalité, etc.) (Laplantine et Nouss, 1997 : 8-9).

Le métissage rentre ainsi dans les études sur la traduction comme une catégorie qui va déconstruire les idées classiques, forgées pendant des décennies, sur l’identité. Il est bien vrai qu’à faire le simple exercice de lire le journal, d’écouter la radio ou de voir la télé, on a l’impression qu’il y a un consensus quand on emploie, de manière banale et ordinaire, le mot « identité » à maintes reprises. Or, ce n’est pas du tout le cas, et encore moins quand on parle de traduction et interprétation d’une personne migrante allophone dans le domaine sanitaire, éducatif ou judiciaire des services publics. Le pro de la TIMS est conscient que l’on ne peut jamais réduire l’identité d’une personne qu’à sa seule carte d’identité car identité et appartenance ne sont pas synonymes.

S’il existe une épistémologie du métissage, elle ne peut s’affirmer qu’en abandonnant la fiction du pur qui se serait mélangé, du simple qui se serait compliqué. Le mélange précède et accompagne l’élémentaire, et la totalité la décomposition. Le métissage nous est donné et sa réduction à la simplicité de l’un s’avère aléatoire dans tous les sens du terme. Cette réduction en « composantes » et en « éléments » est obtenue par séparation de l’être mélangé et stabilisation du mouvement (Laplantine et Nouss, 1997 : 88).

Ces dernières constatations sur la notion de métissage imposent un changement de paradigme, une mutation des catégories et des symboles utilisés pour exprimer l’identité. Pour une didactique et une recherche renouvelées en TIMS, il s’agirait de constater dans les textes traduits et les paroles interprétées mises en œuvre lors de la régularisation des situations illégales du sujet migrant en Europe, par exemple, quel type d’identité s’est mise en place : une « identité-racine » ou bien une « identité-relation » ? L’identité-racine est ratifiée par la prétention à la légitimité qui mobilise la pensée de l’autre et celle du voyage « ensouchant » la pensée de soi et du territoire ; elle permet à une communauté de proclamer son droit à la possession d’une terre, laquelle devient ainsi territoire. Par contre, l’identité-relation du migrant en Europe exulte la pensée de l’errance et de la totalité ; elle ne conçoit aucune légitimité comme garante de son droit, mais circule dans une étendue nouvelle, ne se représente pas une terre comme un territoire, d’où on projette vers d’autres territoires, mais comme un lieu où on « donne-avec » et on peut tout « com-prendre ».

Le métissage n’est pas un processus de fusion des identités et des cultures ; il se situe au lieu de leur confusion. Le métissage n’a rien à voir avec le respect des origines et des différences : il affirme que les origines sont indifférentes. Le métissage c’est la perte de l’identité. Quand un interprète « traduit » en milieu social, il abandonne ce qu’il est pour devenir ce qu’il ne sait pas ou encore ce qu’il va devenir car la traduction métisse toujours les cultures ! Et cela vaut pour les 3 personnes qui interviennent dans toutes les prestations de TIMS (fournisseur de service, sujet migrant et interprète). Vivant et faisant vivre tous les jours l’expérience des seuils, les traducteurs-interprètes démontrent dans chacune de leur prestation que l’on ne traduit pas pour rechercher son identité mais pour la perdre tout en retrouvant une autre. C’est l’enrichissement de la rencontre ! (Cf. Yuste Frías, 2013 : 128-129).

Rien de mieux pour finir ce billet que d’écouter les sages propos d’Alexis Nouss (membre chercheur titulaire du Groupe de recherche Traduction & Paratraduction de l’Université de Vigo depuis sa fondation) qui furent enregistrées en 2009 dans la Capsule T&P intitulée Métissage et traduction :

La vidéo d'Alexis Nouss

Alexis Nouss: Métissage et traduction_Capsule T&P_27/11/2009

Références bibliographiques :

Laplantine, François et Alexis Nouss (1997) : Le métissage. Un exposé pour comprendre. Un essai pour réfléchir. Paris : Flammarion.

Laplantine, François et Alexis Nouss (2001) : Métissages. De Arcimboldo à Zombi. Paris : Fayard/Pauvert.

Nouss, Alexis (2005a) : « Traduction et métissage ». Sixième conférence du premier séminaire organisé par le Groupe de Recherche Traduction & Paratraduction (T&P). [Document audio MP3 mis en ligne sur le site du Groupe T&P et réservé aux étudiants du Programme Doctoral T&P]

Nouss, Alexis (2005b) : Plaidoyer pour un monde métis. Paris : Textuel.

Nouss, Alexis (2009) : « Métissage et traduction », Capsule T&P n.º 4, 27/11/2009, [vidéo en ligne] Vigo: T&P_UVigo-TV

Turgeon, Laurier (2004) : « Les mots pour dire les métissages : jeux et enjeux d’un lexique ». Revue Germanique Internationale 21, 53-69.

Yuste Frías, José  (2014) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monographie n.º 4: 91-111.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

L’interculturalité à la Benetton

Benettton_Tetas

La mise en relief des origines du multiculuralisme béat

Phénomènes textuels et paratextuels, la traduction et l’interprétation ne sont jamais des actions purement techniques parce qu’elles ne peuvent pas être neutres, elles sont toujours toutes humaines et sociales. La traduction et l’interprétation étant des faits de culture, elles sont essentiellement ancrées dans le rapport à l’Autre et à la différence. La traduction et l’interprétation peuvent nous aider à dévoiler le regard de l’Autre quand, au seuil d’une médiation sociale, le regard de l’étrangère migrante, par exemple, se cache derrière cet aspect culturel qui n’est rien de plus qu’un simple symbole : le voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut ni lire ni interpréter. La traduction et l’interprétation rendent possible l’ouverture à l’Autre et constituent, par conséquent, les premiers actes de culture. Traduire et interpréter l’Autre c’est penser la culture non seulement comme fondement de toute compréhension, mais aussi et surtout comme rapport et rencontre avec l’altérité : traduire et interpréter sans culture(s) n’est ni traduire ni interpréter ! La traduction et l’interprétation relèvent de la rencontre et du rapport entre les cultures parce qu’elles participent à leurs échanges ou de leurs échanges.

Benettton_Nenos

Tire ta langue… que je ne traduirais jamais

C’est très précisément les échanges entre les cultures que la publicité à exploité à maintes reprises. Mais elle l’a toujours fait pour paratraduire toujours l’image de l’Autre sans jamais traduire vraiment l’Autre. Photographe de génie, artiste subversif, avant-gardiste et roi de la provocation, qui ne connaît pas Oliviero Toscani ! Ce grand photographe italien est mondialement connu pour ses photographies publicitaires pour de grandes marques (Chanel, Valentino, Esprit, Prénatal…), notamment pour celles, très controversées, de la marque Benetton.

Benettton_Corazones

Tous les mêmes ?

C’est en 1982 que débute la fameuse collaboration entre le photographe et Luciano Benetton. Une photographie Chic et Choc à la fois; le logo de la marque à côté : simple et efficace. Voilà la marque de fabrique du photographe qui déclara : « Celui qui ne choque pas n’est pas un artiste ». Benetton connaîtra une ascension fulgurante et se placera comme marque mondialement connue, grâce à l’image que lui a apporté Toscani.

ASSISES

Les Assises de l’interculturalité… à la Benetton

Durant ses dix-huit années de collaboration (1982 – 2000), l’artiste brise les tabous et les discriminations grâce à une image forte et sulfureuse. Benetton dispose de l’identité forte que lui prodigue le photographe. Multiculturalisme et multiracialité sont dès lors les maîtres mots de la marque. Aujourd’hui, les années se sont écoulées, mais ces communications restent toujours dans l’air du temps : « nous sommes tous différents et tous les mêmes à la fois ». Ces images de la marque Benetton ont été tellement fortes qu’elles ont marqué tout un style qui a dépassé l’espace et le temps. En effet, en Belgique, par exemple, dix ans après, lorsque la ministre fédérale de l’Egalité des chances a voulu lancer en 2009 un « dialogue intercuturel »[1] en célébrant pendant 6 mois les fameuses Assises de l’interculturalité, on a choisi une affiche dont l’image s’est ancrée dans la multiracialité à la Benetton pour, soi disant, valoriser les richesses culturelles et la diversité en dialoguant d’une manière « interculturelle ».

DIALOGUE

L’image béate et béante du « dialogue interculturel »

PACMAN

Dialogue « interculturel » ou, plutôt, « approche que je te bouffe » ?

Et comment on fait pour dialoguer d’une manière interculturelle ? Apparemment en se regardant dans des yeux aveuglés et en entrecroisant les épaules tel que nous le montrent ces deux silhouettes dont les têtes me rappellent énormément
le jeu vidéo de Pacman : un imaginaire qui aurait pu inquiéter plus d’un interlocuteur invité à dîner à la flamme d’une chandelle pour entamer un « dialogue interculturel ». N’est-ce pas ?

Mon analyse provoquera sûrement le sourire du lecteur, mais je peux assurer que ma lecture et mon interprétation ne sont pas si éloignées de la paratraduction de l’image mise en place par la maison d’édition qui a publié le rapport final des Assises belges de l’interculturalité en 2010 que l’on peut acheter sur internet en payant 27 euros et 50 centimes.
Jettez un coup d’œil : l’édition du paratexte de la couverture met en relief le préfixe « inter- » en déclinant à merveille la silhouette Pacman pour montrer une tête mauve dans la lettre « e » du préfixe « inter- » écrit en minuscules. Remarquez aussi, s’il vous plaît, comment cette même couleur mauve (utilisée à maintes reprises dans les présentations paratextuelles des discours « féministes ») est réservée à deux lettres très précises du mot « culturalité » écrit juste au-dessous en majuscules, concrètement la lettre « T » et la lettre « É ». THE_01 Pour un traducteur, sujet qui traduit et premier agent paratraducteur, le jeu de mots déclenché par le sens du regard typographique est clair : dans un dialogue « interculturel » on invite l’autre à prendre un « thé » sans « hache ».THE_02 Politesse et « ligne claire » belges obligent !

On oublie qu’il ne peut jamais avoir de « dialogue interculturel » sans le recours à la traduction et l’interprétation professionnelles. Le lien entre « interculturalité », d’une part, et « traduction » et « interprétation », de l’autre, est si évident que les questions théoriques d’un point de vue culturel, politique et social que pose, par exemple, l’exercice professionnel de la Traduction et l’Interprétation en Milieu Social (TIMS) sont rarement abordées, comme si traduire et interpréter en milieu social allaient de soi.

CBAI

CHERCHEZ LE TRADUCTEUR-INTERPRÈTE ! Où est-il représenté dans ce logo du Centre Bruxellois d’Action Interculturelle (CBAI) ? Ce logo est-il la paratraduction de l’image du « dialogue à trois » de la TIMS ?

Il est temps de prendre le contre-pied d’une telle vision des choses : loin d’être de simples instruments au service du « dialogue interculturel », la traduction et l’interprétation l’orientent et le transforment selon la manière dont elles sont (ou ne sont pas) mises en œuvre. La traduction et l’interprétation ne sont pas seulement ce qui permet le dialogue entre les cultures : elles sont ce qui, la plupart des fois, façonne les cultures (ou les anéantit). Bruxelles est bien la capitale de l’Europe et voilà que l’interculturel et le multiculturel sont devenus des thèmes récurrents de la question européenne et de la construction de son identité. Mais que se passe-t-il vraiment entre les cultures quand on traduit et on interprète les identités en milieu social d’après une perspective interculturelle ou multiculturelle ? Y a-t-il métissage des cultures ?

Références bibliographiques :

Unesco (1982)  Déclaration de Mexico sur les politiques culturelles. Conférence mondiale sur les politiques culturelles. Mexico City, 26 juillet – 6 août 1982, Mexico : Unesco.

Yuste Frías, José  (2014) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monographie n.º 4: 91-111.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.

[1] «La culture est dialogue, échange d’idées et d’expériences, appréciation d’autres valeurs et traditions ; dans l’isolement, elle s’épuise et meurt.» (UNESCO, 1982 : Article 4).

Identité et traduction

Pour mieux traduire l’identité de l’autre, il faut savoir bien interpréter les multiples appartenances dont il est porteur. En introduisant dans le débat sur l’identité les expériences de la multi-appartenance à partir du paradigme de la traduction, ce billet invite à ne plus mettre en équation identité et appartenance dans les études sur la traduction (Translation Studies). Sous un angle traductif, les identités se négocient selon un principe de fluctuation qui considère les différentes appartenances dans leurs relations, leurs échanges et leurs historicités et non au sein d’un système fermé. Employer des expressions telles que : « identité linguistique » ou « identité culturelle », X ou Y, affirmant, implicitement ou explicitement, qu’une personne ne peut vivre que cette seule et unique identité X ou Y, c’est confondre « identité » et « appartenance » selon Michel Serres. Cette confusion rend impossible la traduction de l’autre et constitue, par conséquent, une très grave erreur politique, sociale et culturelle car elle crée de l’exclusion, immobilise la pensée, tend à monter les groupes les uns contre les autres et enferme aussi bien l’individu que le groupe dans une autochtonie dérisoire fondée sur le mythe idéal et romantique du monolinguisme qui perpétue, encore et toujours, l’éternelle équation : un territoire + une langue nationale = une identité nationale.

La traduction est sur le plan textuel et paratextuel l’équivalent de l’identité sur le plan ontologique. L’identité n’est pas seulement un objet social, elle est aussi, ô combien !, de l’ordre du sentiment, l’évocation d’un sentiment d’appartenance à un groupe, une revendication. Dans les «transes culturelles» (Alexis Nouss, Plaidoyer pour un monde métis, 2005: 19-44) vécues par l’interculturel et le multiculturalisme, les constructions identitaires relèvent de l’idéologie d’un individualisme personnel ou collectif (l’identité culturelle, l’identité nationale, etc.) qui récuse la catégorie de l’altérité et oppose au risque le repli sur le soi propre comme l’a si bien exprimé François Laplantine (Je, nous et les autres, 1999). Sous les perspectives retranchées de l’interculturel et du multiculturalisme, la catégorie d’identité s’est opposée aux sensations de pluri-appartenance inhérentes au processus de métissage omniprésent lors de toute traduction. Car, étant, en effet, une pensée du lien, de la relation et de la transformation, la traduction est surtout une pratique professionnelle métisse (c’est-à-dire, à la fois métissée et métissante) et, par conséquent, elle est bien plus une « opération transculturelle » qu’une « procédure interculturelle ou une modalité multiculturelle » (Alexis NoussPlaidoyer pour un monde métis, 2005 : 43).

Le voile, symbole d'appartenances, traduisant l'identité

Le voile, symbole d’appartenances, traduisant l’identité 

La traduction étant toujours un fait de culture, elle est essentiellement ancrée dans le rapport à l’Autre et à la différence. La tâche quotidienne du professionnel de la traduction et de l’interprétation contribue énormément à dévoiler le regard de l’Autre quand, sur les seuils d’une médiation sociale par exemple,  le regard d’une femme se cache derrière ce voile islamique que le déclin symbolique de l’Europe ne veut toujours pas lire ni interpréter pour en traduire le symbole. La traduction rend possible l’ouverture à l’Autre et constitue, par conséquent, un des premiers actes de culture. Traduire c’est penser la culture non seulement comme fondement de toute compréhension, mais aussi et surtout comme rapport et rencontre avec l’altérité : traduire sans culture(s) n’est pas traduire !

Confrontée tous les jours à une diversité linguistique accrue, la traduction est au cœur de toute construction identitaire. C’est en vertu du droit à la traduction et à l’interprétation dans le cadre des procédures administratives que devrait s’ériger le multilinguisme des politiques linguistiques, et non l’inverse : d’abord la traduction, puis, après, le multilinguisme, la traduction créant une situation de multilinguisme et non le multilinguisme créant un besoin de traduction. Voilà pourquoi la traduction devrait faire partie intégrante des décisions et réglementations fondamentales dans les démocraties multilingues. Or, ce n’est pas toujours le cas. Ce billet veut être un petit plaidoyer pour l’indéniable présence de la traduction dans les politiques linguistiques car elle aide à dépasser les discours identitaires essentiellement communautaristes du différentialisme extrême, d’un côté, et les discours d’intégration prônant une homogénéité totale, de l’autre.

 

Références bibliographiques :

Yuste Frías, José  (2014) «Interculturalité, multiculturalité et transculturalité dans la traduction et l’interprétation en milieu social» Çédille, monographie n.º 4: 91-111.

Yuste Frías, José (2013) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [eds.] Interprétation-médiation. L’An II d’un nouveau métier, Paris, Presses Universitaires de Sainte Gemme, Coll. «Métaphrastique» dirigée par Jean-René Ladmiral, pp. 115-145.

Yuste Frías, José (2014) «Aux seuils de la traduction et de l’interprétation en milieu social», dans Benayoun, Jean-Michel  & Élisabeth Navarro [éds.] Interprétation et médiation. Volume 1. Deux objets pour un concept pluriel, Paris: Michel Houdiard (NOUVELLE ÉDITION), pp. 80-100.